Ministère de l’Économie et des Finances : À quand la fin de la crise ?

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • lundi 21 mai 2018 à 23h55min

Et c’est reparti pour plusieurs jours de débrayage ! Comme annoncé, la Coordination des syndicats du ministère en charge de l’économie et des finances (CS-MEF), a mis en exécution sa grève annoncée de 120 heures, à compter de ce lundi 21 mai. Prévu initialement pour se tenir dans les locaux de leur ministère de tutelle, le piquet de grève se tiendra finalement à la Bourse du travail.

Ministère de l’Économie et des Finances : À quand la fin de la crise ?

« Si le gouvernement nous produit un document légal qui interdit aux travailleurs en situation de grève de tenir leur piquet de grève dans leur lieu de travail, nous allons nous soumettre. Dans le cas contraire, il y a des conventions internationales qu’il faut respecter en la matière. Ces genres de mesures répressives sont proscrites par l’OIT [Organisation internationale du travail, ndlr] », s’est offusqué le président de la Coordination des syndicats du ministère en charge de l’économie et des finances (CS-MEF), Mathias Kadiogo.

En attendant, avec la présence des forces de l’ordre, lui et ses camarades, qui avaient prévu d’observer leur piquet de grève au sein du Ministère de l’économie, des finances et du développement (MINEFID), ont dû se déporter à la Bourse du travail, après deux heures de mouvement au côté ouest de la Radiodiffusion télévision du Burkina. « Si vous ne travaillez pas, vous ne pouvez pas venir sur les lieux de travail pour déranger ceux qui sont là pour travailler. (…)
Dans l’esprit du dialogue, le gouvernement a toujours permis l’accès, mais malheureusement, les espaces étaient occupés par des grévistes », a pour sa part expliqué le Secrétaire général (SG) du ministère de l’Économie et des Finances, Seglaro Abel Somé, précisant que « tout le monde n’est pas gréviste » et que même des agents qui ne sont pas réquisitionnés viennent travailler.

Un tour au Trésor public nous a permis de constater que bon nombre d’agents ont abandonné les bureaux. Sur les neuf guichets que nous avons visités, seulement trois étaient fonctionnels. « On essaie d’assurer le service minimum et il n’y a pas de réduction d’horaires de travail. Les guichets ouverts permettent d’assurer aussi bien les encaissements, les décaissements et les positions de chèques. Le service minimum est également assuré au niveau des bureaux pour certains types d’opération », a signifié l’agent comptable central du Trésor public, Seydou Barro.

À l’origine de ce mouvement, la non-satisfaction d’une plateforme revendicative de sept points. Il est notamment question de la reconduction du check off (prélèvement à la source des contributions syndicales) ; la restauration de la dotation en carburant de fonctionnement aux agents, supprimée par arrêté n°2017-541/MINEFID/CAB du 26 décembre 2017 ; le relogement des travailleurs dans le bâtiment R+4 du MINEFID, la mise en œuvre intégrale de tous les accords conclus avec le gouvernement ; l’arrêt des reformes entreprises au sein du MINEFID sans l’adhésion des travailleurs ; la résiliation des contrats de vérification des importations avec les sociétés privées et l’adoption d’un statut sécurisant pour tout le personnel du MINEFID.

Des incompréhensions ?

« Je pense qu’il y a une incompréhension quant aux réponses apportées aux préoccupations. Le gouvernement pense qu’il a apporté des réponses qui sont quand même assez significatives aux différentes préoccupations soulevées », a estimé le SG du ministère de l’Économie, Abel Somé. Du côté des syndicats, l’on soutient que rien n’a bougé après les différentes rencontres. « Le gouvernement prétend que nous avons trouvé une entente sur cinq points. Il n’y a pas d’entente. Le gouvernement a décidé ne pas évoluer sur nos préoccupations. Aucune concession n’a été faite par le gouvernement », a martelé Mathias Kadiogo.

Et si une rencontre a eu lieu entre les deux parties le vendredi 18 mai dernier, le SG du Syndicat national des travailleurs de la douane (SYNATRAD), déplore l’absence de concertations. « Depuis le 4 mai, date à laquelle nous avons déposé notre préavis de grève, le gouvernement nous a rencontrés une seule fois », a dit Mathias Kadiogo. Abel Somé, quant à lui, estime qu’à partir du moment où le gouvernement donne des réponses qui sont assez précises, il revient à la partie syndicale de donner son appréciation. « On ne peut pas se réunir 20 fois pour les mêmes questions et donner les mêmes réponses », a poursuivi le SG.

« En ce moment, aucune réforme n’a été matérialisée »

Des préoccupations soulevées par les agents, en l’occurrence le relogement des travailleurs, le SG du ministère en charge de l’économie soutient que le gouvernement a donné une « réponse satisfaisante ». « Je sors d’une réunion avec les différentes structures qui doivent être relogées. Nos services techniques doivent prendre des dispositions pour que le bâtiment soit fonctionnel. Ils seront relogés dès que le bâtiment sera en état de fonctionnalité et le délai imparti va jusqu’à la fin de l’année. Nous pensons qu’ils seront relogés bien avant cela », a-t-il indiqué.

Pour ce qui est des réformes annoncées, il clame que le gouvernement s’est inscrit dans un esprit de dialogue participatif. La réalité, selon lui, est que les discussions continuent. « Nous avons invité les partenaires sociaux à apporter leurs contributions. C’est un processus dynamique, une discussion qui devrait aboutir avec la participation de tout le monde. En ce moment, aucune réforme n’a été matérialisée. Dans le dialogue, on peut avoir des contradictions, mais au finish, on peut avoir des conclusions qui arrangent tout le monde », a conclu Abel Somé.
Espérons que dans les jours à venir, les deux parties aboutissent à une sortie de crise, de manière à causer le moins de désagréments aux usagers.

Lire aussi : http://lefaso.net/spip.php?article83495

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • quand je vois la tenue dans laquelle se trouve certains grévistes, je me convainc maintenant qu’il y a des intérêts inavouée. quand le PCRV vient à revendiquer, nul doute que c’est pas pour arranger, alors, j’invite tout citoyen sincère et honnête, soucieux du développement de ce pays à se démarquer de ces soi-disants grévistes qui ne sont là que pour torpiller le peuple

    • Mon ami, toi tu connais quoi du PCRV ? Parce PKT est allé s’asseoir à Tougan vous pompé l’air que tu prends ses égarements pour parole d’évangile ! Si tu n’es pas pour la grève c’est ton plein droit ! Au moins cultives toi un peu !

    • Ceux qui ne voulaient pas y croire auront suffisamment d’indices pour comprendre que les ennemis internes du Faso sont vraiment décidés. Allez-y comprendre comment dans la situation actuelle du pays des patriotes soient aussi intransigeants. La tenue roue effectivement. Les initiés comprennent, les observateurs aussi. les naïfs vont continuer de se laisser manipuler. De toute façon Dieu sauvera ce pays. Coalisés pour détruire le pays et pourtant ils pourront pas gérer ensemble les rouges d’un côté, les noirs de l’autre et les politiques qui espèrent en tirer profit. C’est ridicule et alarmant

    • Dès qu’on parle du ministère des finances et qu’on n’est pas d’accord avec vos grèves à répétition qui n’ont que votre vénalité pour seul objectif, vos répliques sont toujours cinglantes, d’une grande agressivité et d’un grand mépris à l’égard de vos détracteurs.
      Rappelez-vous tout de même que vous ne pouvez vous engraisser que sur le dos des gens qui produisent. Donc, un petit peu de respect, je vous prie.
      En lisant l’article, un commentaire m’a amusé : "sur neuf guichets, seulement trois étaient ouverts".
      Mais, en période de fonctionnement normal, vous ne faites guère mieux !

    • C’est la plus mauvaise facon de defendre ton gouvernement. Laisse le PCRV la ou il est. Faut pas nous divertir ici.

    • Moi je sais que le PCRV est un regroupement de gens qui ne savent pas ce qu’ils veulent. Voici des gens qui se disent dans la clandestinité alors que personne ne les recherche. Dans le monde entier aujoud’hui, je ne connais pas un parti clandestin à part les organisations terroristes. dans l’histoire de faso, ces gens n’ont jamais été d’accord avec un gouvernement. Ils étaient même contre la révolution alors qu’ils se disent révolutionnaires. En conclusion, ce groupe est juste là aujourd’hui pour raquetter certains gouvernants moyennant des pôts de vins. C’est simple, venez clairement sur la scène politique et on verra clairement qui est qui et qui peut quoi.

  • C’est du propre ! On écoute seulement quelle chanson le Gouvernement va chanté. Allons seulement ! 2 semaines de grève est mieux !

  • C’est du propre ! On écoute seulement quelle chanson le Gouvernement va chanté. Allons seulement ! 2 semaines de grève est mieux !

  • "Qu’ils continuent leurs actions. Les suites sont pour bientôt". Instrumentalisés ou pas, ces grévistes verront où ces actions irréfléchies les mèneront. Ils ne sont pas les seuls à connaître ni de la Comptabilité Publique et encore moins des Stratégies de recouvrement des Recettes de l’Etat. Leur avantage actuel, du reste provisoire, c’est que le Pouvoir, fébrile qu’il est et extrêmement peureux du Social est incapable de Décisions "vraies". Qu’ils en profitent car très bientôt, ils atteindront le point rouge à ne pas dépasser. Alors là, ils verront la suite. Qu’ils se rappellent du cas des Enseignants pendant la Révolution. A force d’insister, ils furent purement et simplement liquidés (dégagés) et remplacés par des "Enseignants Révolutionnaires" qui ont pu et su faire maintenir et avancer l’enseignement.

    • Sidbéwendé Zoungrana, vous avez tout dit
      En fait, il faut qu’ils comprennent quand on lutte, il ne faut pas trop exagérer. Même si vous pensez que vous avez raison, il faut être aussi raisonnable. Vous n’êtes pas les seuls et en plus vous êtes les mieux payés. Travaillez déjà pour mériter ce qu’on vous donne car pour le moment ce n’est pas arrivé.
      En plus communiquer avec vos collègues pour qu’ils ne pensent pas qu’ils sont indispensables, et que sans eux, rien ne marche, nul n’est indispensable. Il faut savoir que si vous êtes là à grever, c’est parce que quelqu’un est en classe pour suivre vos enfants comme on l’a fait pour vous et quelqu’un est de garde pour s’occuper d’un parent malade et même vous c’est parce que vous êtes en bonne santé, que vous pouvez grever. Je veux dire qu’on a besoin des uns et des autres.
      Alors, mes enfants, sœurs, frères, amis et parents soyons raisonnables. C’est tout ce qu’on demande

      NB : Pensez aussi a ceux qui sont là pour vous dire que rien ne va, ils ont d’autres projets, car c’est sûr qu’aujourd’hui vaut mieux qu’hier pour la plus part.

  • Il est temps d’en finir définitivement avec cette anarchie ambiante.Que ceux qui veulent gréver,grèvent tout en restant en dehors de leur lieu de travail.Les sit-ins où ces anarchistes empêchent les honnêtes salariés et contribuables de circuler normalement sont inadmissibles.Nos dirigeants doivent mettre le holà en usant de toutes les forces si nécessaires

  • A quand la fin ? Posez plutôt la question au Gouvernement parce que nous, on est fatigué de faire des propositions qui ne sont jamais prises en compte. Quand on caresse les bébés gâtés de la fonction publique, ils ne peuvent que réclamer davantage. Le FC qui passe de 27miliards à 55miliards. De toutes façons l’appétit vient en mangeant. Comment des agents peuvent s’accrocher à un bâtiment comme point de revendication quand on sait que certains ont juste besoin de toits en tôles(écoles sous paillotes), de clôture(commissariats et gendarmeries), de bancs pour s’asseoir attendre le médecin, de lits pour les malades. Pourquoi un statut sécurisant ? Pour sécuriser quoi ? Le FC ? Cherchons à sécuriser le Pays même d’abord. Leurs avantages extravagants les ont rendu myopes et égoïstes. Le Pays n’a pas besoin de ça actuellement. Souvent pour stimuler la sensibilité, il faut créer un choc c’est pourquoi il faut que l’Etat prenne des décisions fermes et courageuses envers ces gens là juste pour les ramener à la réalité du Pays.

  • Le début de la fin a commencé pour nos dodus de grévistes. Avec le service minimum qui permet de sauver en partie les meubles et qui, de l’avis de nombreux usagers, est satisfaisant même "si c’est pas arrivé", ils devraient commencer à se convaincre qu’ils ne sont pas aussi indispensables qu’ils le croient.
    Qu’ils cessent donc de se gratter le nombril pour rire, car rira bien qui se tordra de rires le dernier.

  • Tout cela va engendrer des pertes énormes pour l’Etat. Je propose donc de faire le calcul des pertes et déduire dans le fonds commun qui sera servi les trimestres à venir sans oublier biensur les retenues de salaire.
    C’est une question de logique. Si perte = Pas de performance = Pas de prime !

  • Besoin d’éclaircissement : en dépit des accords internationaux que le Burkina Faso a signé, est-ce possible pour le gouvernement de prendre un décret pour suspendre tous les syndicats pendant une période donnée ?

  • Huumm cher ami zoungrana une kestion existe t’il le droit de grêve au MINEFID ? Si non montrez nous le texte ki l’interdit, si oui fermez purema et simplema votre clapet et si vou avez egarer la clé RDV chez le soudeur du kartier. Votre clapet est si degueux. Des gens ont grevé des montants durants ici personne n’a dit mot et kan nou nou defendons notre plateforme chacun vient raconter sa vie. En tou cas vos avis cest votre droit mais ils ne feront ni chaud ni froid au CS-MEF et il est bon k vou le sachez.

    • TIIBO, sache aussi qu’une poignée d’escrocs ne peut prendre en otage tout un pays. S’il le faut, le peuple sortira marcher pour que celui qui refuse de travailler soit purement et simplement remi à son village.

  • Allons seulement, quand on va atteindre le point d’équilibre, la situation va se normaliser.

  • Franchement.... Ils meritent ça.... Les oubliés pour un bon moment... Nous devons soutenir Mme le Ministre... Nous societe civile

  • Allons seulement, quand on va atteindre le point d’équilibre, la situation va se normaliser.

  • toujours toujours toujours grèves des financiers...on en a marre, faîtes vous oublier un peu. Vous n’êtes pas les seuls travailleurs à avoir des problèmes. Vous pensez que tous vos problèmes seront résolus d’un claquement de doigts. Vous pouvez aussi discuter et apprendre à patienter...

  • Vous n’allez pas mettre un peu d’eau dans votre vin ? Vos reclamations ne semblent pas vraiment pertinentes. Même si le rôle d’un syndicat c’est de lutter pour les intérêts de la corporation, pensez vous qu il ne faille pas catégoriser ses propres intérêts dans un Ensemble national ? La Dotation en carburant de fonctionnement pour des gens qui se partagent la cagnotte de 55 Milliards par an ? Quand vous sortez en Mission c’est Avec vos moyens privés ou quoi ? si c’est le cas , c ’est vous qui le voulez , et vous ne seriez pas les seuls. L’enseigant qui se deplace pour rejoindre son école, l’infirmier pour son centre de santé, a-t-il aussi une Dotation en carburant ? Si le Gouvernement venait à faire Profil bas, il lui faudra élargir ces largesses à tous les fonctionaires. D’ailleurs il faut aller plus loin pour supprimer les FC et les reorienter vers les secteurs sensibles comme la défense, la santé et l’éducation. Que le Financier qui n est pas d’accord démissionne pour aller au privé et laisser sa place aux nombreux diplômés qui sont Dehors, pas parce qu’ils seraient moins méritants. Vous nous fatiguez quant même .

    Passakziri

  • CE MINISTÈRE EST REMPLI DE GENS QUI PENSENT PLUS A LA PANSE QU’A LA PENSÉE.MALHEUREUSEMENT ILS PENSENT CONNAITRE ET QUE SANS EUX LE PAYS EST BLOQUE.EN CLAIRE ILS NE SAVENT PAS QU’ILS NE SAVENT PAS.

  • Vous aurez vos yeux pour cracher les torrents d’arme bientôt. Votre grève sera une expérience grandeur nature pour prouver qu’avec un effectif minimal on peut réaliser presque autant. Alors le fatwa va tomber comme au temps de la révolution, quitte à reconstituer vos carrières 10 ans après que ayez galéré et que certains se seraient suicidés. En avant pour la réduction du trop plein inutile de la fonction publique

  • Pitié !! Pendant que des gens combattent jusqu’au sacrifice suprême pour la nation,d"autres ne combattent que pour leur ventre sans souci de l’intérêt général:surtout la grande masse qui n’a ni eau ni pain.Le moment viendra ou vous regretterez.Rappelez-vous de tout- puissant Rsp qu’on disait intouchable, rien ne impossible au Burkina si vous attisez la colère du peuple avec histoire de vos Fc.

  • Tous les jours pour le voleur et un jour pour le propriétaire.
    C’est vrai que l’épée de damoclès plane sur la tête du fameux Fonds Commun, mais la CS-MEF doit jouer balle à terre pour négocier les modalités de suppression dudit Fonds.
    Cela peut être progressif ou systématique.
    Connaissant le rythme de vie des agents du MEF, je préconise la méthode progressive qui est la moins douloureuse.

  • Huuum j’ai demandé s’il ya un texte ki interdi la grêve au MINEFID j n’ai pa u de reponse. Kels sont ceux ki des problèmes avec une grêve au MINEFID et non ailleurs ? Et pourkoi ? Pourkoi une grêve au MINEFID vou préocupe t’elle ? N’avez vou pa eu de salaire ? J ne vou suis pa pour l’instant. Y’a u une nième grêve pourtant a l’action sociale, au MATD, a l’agriculture et meme une autre est prevue a la santé kan dites vous ?

  • Personnellement, je pense que c’est le moment pour le Gouvernement de prendre ses responsabilités pour éviter le Burkina Faso ne bascule dans le chaos.
    Une corporation ne peut pas prendre en otage la vie d’une nation.
    Tout monde sait beaucoup de dignitaires de ce régime ont des protégés au MEF, c’est-à-dire des enfants, des cousins, des neveux qu’ils ont frauduleusement fait rentrer dans ce ministère, mais il y va de l’avenir de notre pays.
    Si le FC n’est pas supprimé, ne soyons pas étonnés que les commerçants refuse de payer les taxes.
    Si le FC n’est pas supprimé, ne soyons pas étonnés que les autres corporations de la fonction publique remettent en surface leurs revendications d’ordre financier.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés