Recettes de l’État : Les nouvelles mesures de la Direction générale des douanes pour accroître le recouvrement

LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • dimanche 20 mai 2018 à 18h00min

Dans la loi de finances de l’État, gestion 2018, il est assigné à la Direction générale des douanes (DGD) la mobilisation de 694,93 milliards de francs CFA, soit une progression de 15,13% par rapport aux prévisions de 2017. Pour relever ce défi, le conseil de direction de la DGD a pris des mesures pour renforcer les contrôles afin de lutter efficacement contre la fraude et ainsi accroitre le recouvrement des recettes propres de l’État. Ces nouvelles mesures ont été présentées et expliquées, le 18 mai 2018, au cours d’une conférence de presse animée par le directeur général de douanes du Burkina, Adama Sawadogo.

Recettes de l’État : Les nouvelles mesures de la Direction générale des douanes pour accroître le recouvrement

Mobiliser 694,93 milliards de francs CFA, soit 119,72 milliards de francs CFA de plus que l’année 2017. C’est l’objectif assigné à la Direction générale des douanes (DGD) pour 2018. Un objectif a priori difficile à atteindre compte tenu de certains facteurs récurrents comme le faible accroissement du volume des importations d’une année à l’autre, la fiscalité douanière régie par le Tarif extérieur commun (TEC) de la CEDEAO, la dépense fiscale de plus en plus importante. Relever ce défi demande donc de l’imagination de la part du conseil de direction de la DGD. Ainsi, ce conseil a initié des réformes afin d’améliorer le recouvrement des recettes sans que l’État n’ait à effectuer des dépenses supplémentaires. La conférence de presse tenue le 18 mai dernier par la Direction générale des douanes avait donc pour objectif d’informer l’opinion publique et d’éclairer davantage les importateurs sur les nouvelles mesures prévues.

quelques journalistes lors de la conférence de presse.

« Pour atteindre ces objectifs, il faudra donc faire preuve d’imagination pour améliorer le recouvrement des recettes. Pour ce faire, il s’agira de renforcer la lutte contre la fraude et d’introduire des réformes allant dans le sens de la modernisation et de la simplification de nos procédures de dédouanement », a confié Adama Sawadogo, directeur général des douanes. Pour renforcer les contrôles en vue de lutter efficacement contre la fraude, le conseil de direction a pris les mesures ci-après :

- décharger systématique des camions de plus de deux articles. Le principe en lui-même n’est pas nouveau, mais c’est la systématisation du déchargement pour une certaine catégorie de chargements qui constitue la nouveauté ;

- annexer obligatoirement à la déclaration en douane le connaissement, le bordereau électronique de suivi de cargaison, la facture fret maritime si les incoterms sont PDU, FOB ou FAS. Ces documents nécessaires, précise-t-on, renseignent sur la traçabilité des opérations, la quantité des marchandises, leur poids, leur valeur et leur origine ;

- lister et fixer des valeurs de référence pour les 20 produits les plus importés au Burkina Faso et qui alimentent les courants de fraude. Ces valeurs de référence seront intégrées dans SYDONIA aux fins de dédouanement ;

- interconnecter les systèmes informatiques douaniers du Togo et du Burkina au cours du 1er semestre 2018. Le lancement de cette interconnexion est prévu le 28 mai à Ouagadougou, à en croire le Directeur général des douanes, Adama Sawadogo.
Ces nouvelles mesures n’annulent pas celles des réformes passées qui continuent de produire leurs effets. Car, c’est l’ensemble des réformes initiées ces dernières années qui permettront à l’administration douanière burkinabè de maintenir les niveaux de performance enregistrés de nos jours. Ainsi devraient se poursuivre et se renforcer les mesures ci-après :

- de la géolocalisation des chargements des marchandises en transit ;
- de l’exploitation de la plateforme électronique SYLVIE ;
- du système de gestion intégrée du contentieux douanier ;
- de l’utilisation des scanners dans les offices de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.
Compte tenu de l’environnement sécuritaire difficile, le directeur général des douanes n’a pas manqué d’encourager et féliciter les personnels civil et douanier pour le travail abattu au quotidien, souvent au péril de leur vie. Puis, il a réitéré son engagement et celui de ses collaborateurs à collecter de façon optimale les recettes au profit du budget de l’État.

quelques journalistes lors de la conférence de presse.

Malgré les grèves et autres mouvements annoncés, Adama Sawadogo, sans minimiser leur effet, relativise. En effet, selon Adama Sawadogo, ces grèves vont occasionner « un retard de perception, mais n’entraineront pas de perte de recettes », a-t-il expliqué.

En tous les cas, il y a lieu d’être optimiste au regard des résultats enregistrés au premier trimestre 2018. « La mobilisation est déjà à 25 milliards de F CFA de plus par rapport à 2017 », a précisé Adama Sawadogo.

Pour une prévision de 603 milliards de F CFA en 2017, ce sont 575 milliards de F CFA qui ont été effectivement mobilisés, soit 95, 35% de taux de recouvrement.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 mai à 22:28, par Dedegueba Sanon En réponse à : Recettes de l’État : Les nouvelles mesures de la Direction générale des douanes pour accroître le recouvrement

    C’est ça, on met toujours la pression aux douaniers pour des objectifs budgétaires surréalistes, et comme tout le monde ne payent pas l’impôt, la minorité paye pour la majorité.
    Après on s’en prend aux douaniers ou aux financiers en les accusant d’être des corrompus...
    Pendant ce temps les autres s’asseyent dans l’Assemblée pour " manger" cadeau et nos ministres qui voyagent avec des malles d’argent que l’aide de camp égare et il n’y a rien. Ainsi va le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 06:56, par NEDA En réponse à : Recettes de l’État : Les nouvelles mesures de la Direction générale des douanes pour accroître le recouvrement

    C’est beau tout ca. Mes encouragements à tous les acteurs qui triment pour que l’Etat vive. Seulement ca va se bloquer un jour. Il faut des politiques qui feront que ces recettes utilisées pour payer les salaires restent au BF, pour refinancer encore l’economie. Carburant, communication, ....., toutes ces depenses enrichissent d’autres pays.
    Reveillez vous ! Prenez votre courage à deux mains. Oubliez les chiffres et les normes qui ne nous sont pas profitables et allez vers le peuple pour ameliorer sa condition de vie.
    Merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés