Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • samedi 12 mai 2018 à 00h02min

Organisée ce vendredi 11 mai 2018, la première conférence de presse du gouvernement, au titre de l’année 2018, a servi de cadre aux hommes de médias, pour arracher quelques mots au ministre de la Communication sur deux grandes questions qui défraient la chronique ces derniers temps.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conseil des ministres  délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

Organisée ce vendredi 11 mai 2018, la première conférence de presse du gouvernement, au titre de l’année 2018, a servi de cadre aux hommes de médias, pour arracher quelques mots au ministre de la Communication sur deux grandes questions qui défraient la chronique ces derniers temps.
Parlant de la délocalisation du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement soutient qu’il est question de rapprocher davantage les gouvernants des populations. « Si une région du Burkina se sent dans une position délicate, il est nécessaire de lui réaffirmer son appartenance à cette entité qu’est le Faso. J’ai la conviction que le fait de tenir un conseil des ministres à Djibo, à Fada ou à Dédougou peut permettre à ces localités, qui sont en situation délicate, de sentir que nous formons une seule entité », a-t-il expliqué. Puis de poursuivre : « Nous ne sommes pas en campagne électorale. A aucun moment, les conseils des ministres seront alignés les uns après les autres. Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas, il y aura aucun excès ».

« A moins que l’on veuille que les ministres aillent à pied au boulot »

Réagissant sur l’acquisition de nouveaux véhicules, le ministre Dandjinou souligne que la demande d’acquisition de véhicules au profit des membres du gouvernement date de 2016. Les véhicules de marque Peugeot 407 acquis en 2010 n’étant plus en bon état (plus de la moitié est posé au garage), il y avait nécessité, selon le ministre, de renouveler le parc automobile, « à moins que l’on veuille que les ministres aillent à pied au boulot », a-t-il ironisé.

Rémis Fulgance Dandjinou précise qu’il s’agit de 35 véhicules Talisman, cinq pick up et 19 V8. Parlant des véhicules V8, il souligne qu’ils sont destinés aux gouverneurs et à deux ministères, notamment, ceux de la Santé et de l’Enseignement de base, qui sont permanemment en mouvement. Le reste, dit-il, est gardé au niveau du parc, et servira selon les besoins exprimés par certains ministères et institutions.
Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 mai à 23:48, par Yako
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisés : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Ce qui fait la qualité de ce mec là c’est la légèreté avec laquelle il traite les sujets économiques et sécuritaires. les Peugeots de 2010 ? Oh ils sont trop vieux pour les ministres (7 ans de vie) qui ne veut pas dire 7ans d’exploitation.A moins que les ministres s’en servent pour faire les missions dans la sous-région.Les 19. V8 ? bof, un peu aux gouverneurs,un peu aux ministres et le reste au garage au cas où !À cette allure là il convient de changer de métier car même l’épicier de karpala sait tenir compte de la conjoncture dans l’embellissement de son épicerie.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 01:02, par Un fils de Solenzo
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    S’il vous plaît, arrêtez d’incriminer le gouvernement par rapport aux conseils de ministres délocalisés. C’est parce que vous êtes/vivez à Ouaga que vous ne pensez pas que nous aussi des provinces voudrons voir physiquement nos gouvernants. Les retombées du rapprochement entre le gouvernement et nous sont de très loin plus avantageux que le coté pecunier de la chose.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 01:13, par Le bon analyste
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Ah bon 7 ans déjà. Alors que vous (gouverne-et-ment) nous obligez à payer des véhicules de 10 ans et plus (France aurevoir ou bye bye Amérique) , parce que les frais de douanes sont très élevés. Où est le ministre de l’environnement ? Comment voulez vous lutter contre la pollution. Pourquoi ne pas favoriser l’entrée des véhicules récents. Au moins les cousins directs de vos talisman ou encore des véhicules de moins de 10 ans.
    C’est ça le Burkina avance.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai à 18:49, par Un fils de Solenzo
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      Je valide, vous avez touché du doigt le vrai et grand problème du Faso. Il faut au contraire encourager l’entree des véhicules non/peu polluants au détriment de ceux qui sont envoyés ici tout simplement parce que “le blanc” veut s’en débarrasser car dangereux pour leur environnement et la santé de leurs populations. Notre Douane doit inverser les pourcentages de taxes à la porte. Taxer à 47.5% les véhicules les plus âgés et diminuer pour les plus récents (20% ?). Et c’est à nos députés de proposer et voter de telles lois. Ou sont nos députés et ministres “Sankaristes” ? C’est ça qui devrait être leur contribution à l’oeuvre innachevee de Thomas Sankara au lieu de perdre du temps à écrire des notes d’auto-démission. Il ne faut pas prendre le ministère de l’environnement pour le prendre. Il faut y travailler dans le sens de nous rappeler l’ere Sankara.

      Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 01:40, par Le bon analyste
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Remy et séiny. Vos justifications ne tiennent pas.
    1. Nous on roule avec des véhicules de plus de 10 ans (d’autres en moto svp) ;
    2.vous, vous ne voulez plus les véhicules de 7 ans qui consomment selon vous (que les particuliers ne possèdent même pas) ;
    3.la réduction de 40% du nombre des recrutements n’est pas une solution à la réduction du train de vie de l’Etat. Au contraire vous allez augmenter le taux de chômage ;
    4. Allez au conseil avec vos véhicules personnels, faites comme nous lorsque nous partons au boulot. Je mets mon carburant dans mon vehicule, je viens travailler pour l’état. Est ce que mon ministre sait comment je viens au boulot. On s’en fout aussi de comment vous partez au boulot ou en Conseil des ministres. Marchez pour aller à Djibo et je vous voterai en 2020.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 02:10, par Oh ne vous en faites pas
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    "Ne vous en faites pas, il y aura aucun excès" ?
    Mais c’est deja un excès que d’aller dans ces region et d’acheter toutes ces voitures.
    De quoi il parle ce type ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 02:24, par Elnino
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Les cartons rouges se sont transformés en billets CFA et autres talismans ,mon cher ainsi va le Faso. Mr Dandjinou a quitté la précarité de sa fonction de présentateur télé à ministre !!!!!! Ceci explique cela, simple

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai à 13:21, par Le koglwéogo
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      Le président ROCK avait dit que l’acquisition d’un avion présidentiel n’était pas une priorité. Et voilà :
      Ces ministres préfèrent s’octroyer des "Wacks" (talisman) pour se pavaner en ville et des V8 dernier cri pour parcourir mont et vallées à la poursuite de walkmans et marabouts. Pendant que les FDS manquent de tenues (gilets) et de munitions pour défendre l’intégrité du territoire et les populations, exposés comme des lapins dans une zone de chasse.
      Ah oui !! Trois milliards de francs pour les douceurs de nos vaillants ministres. 3.000.000.000 FCFA pour 36 personnes. EST-CE QUE SORCELLERIE DEPASSE ÇA ?

      Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 02:32, par Logorrhheus Man-Zeye
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    "J’ai la conviction que le fait de tenir un conseil des ministres à Djibo, à Fada, ou à Dédougou, peut permettre à ces localités qui sont en situation délicate, de sentir que nous formons une seule entité". Comment ? Du verbiage. Dites nous comment cela va se faire. Rien qu’ en voyant de grosses cylindrees ? Prenez nous au serieux Mr. Le Ministre. Vous n’etes pas le plus intelligent des burkinabe. C’est du gaspillage de l’ argent publique. Aucune valeur ajoutee. Taisez- vous et battez votre campagne avec l’ argent de nous tous.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai à 10:10, par Kouda
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      Bien dit Logorrhheus Man-Zeye. Pour permettre à ces localités qui sont en situation délicate de sentir que nous formons une seule entité, le Gouvernement aurait du se serrer la ceinture et réduire davantage les gaspillages afin de dégager des ressources pour offrir des biens et services publics de qualité à ces régions.
      Exemples de biens et services publics : dispensaires, écoles, postes de police, patrouilles des FDS, équipements des agents des Eaux et Forêts pour mieux protéger la nature, aménagement de routes pour désenclaver ces régions, investir pour rendre accessibles les media (radio...) pour diffuser l’information dans les langues locales, vaccinations contre les maladies qui déciment les enfants, lutter contre l’épidémie des alcools frélatés en sachet, lutter contre les médicaments de rue qui déciment nos frères et soeurs, rapprocher les services de l’administration centrale (préfet en tête) des populations, développer les services municipaux (état civil et autres)...
      Bon ! C’est le peuple burkinabè qui vous a élu. Alors, le peuple a eu ce qu’il veut.

      Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 03:43, par Henriette kouassi
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Les acheter est une chose, pouvoir les utiliser en est une autre. Chaque Peuple mérite ses dirigeants. Bonne chance à vous Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 04:56, par Bamogo Severin
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Mr le Ministre ,

    Ce n’est pas le remplacement de véhicule qui est inadéquat.C’est le remplacement de la peste pour le choléra qui me pose questionnement .

    Pourquoi ne pas aller vers l’acquisItion de véhicule adaptés à notre contexte de service public.

    Le sytème des nations unies et des ONG est d’acquerir des vehicules conçus pour les climats rudes et pour toutes les routes.

    A ma connaissance seul Toyota Gibraltar fournit des véhicules robustes et adaptés.
    A la limite des véhicules dacia auraient mieux convenu.
    J’espère au moins qu’on achète les Renaults avec 5 ans de garantie pièces et main d’oeuvre Comme il’est d’usage chez ce constructeur.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 05:10, par RR
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Si vous n’êtes pas intelligents, de grâce copier le modèle de développement de Rwanda. Pas de véhicule de fonction pour les ministres et présidents d’institutions, excepté le PF et le premier ministre. Les ministres et autres sont payés et même mieux que le médecin, l’infirmier, l’enseignant et j’en passe. Le médecin a t il un véhicule de fonction ? Mais bcp de médecin ont payé des véhicules avec leur salaire ? Avez vous vu un médecin qui part au service à pieds ? Je crois que c’est une limite avérée de réflexion et ils veulent induire le peuple à une autre révolution. Non le peuple est fatigué . il suffit d’une simple démission pour montrer votre incapacité. Les FDS qui défendent la nation au nord ont elle les matériels nécessaires ? Non ils sont massacrés tous les jours par faute de matériels. Existent il toujours des écoles sous paillote ? Oui .mais ça constitue une urgence. On a pas besoin d’aller a l’école pour connaitre les priorités les plus élémentaires. De grâce, revendre ces véhicules et résoudre les problème urgents.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai à 07:54, par welore
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      ces gens ont déjà que"LES STRUCTURES OFFICIELLES DE l’État SONT INEFFICACES" pour dire que les services déconcentrés ne remplissent pas leur devoir en matière d’exécution des programmes d’activité et des suivis des projets. et ce sont ces mêmes gens qui veulent payer des v8 pour des structures déconcentrées. c’est quand même anachronique ! regardez bien. quand un ministre se déplace, il y a autour de lui son SG, DCPM,CT,DIRCAB et UN CHAUFFEUR si le ministre accepte qu’ils se coincent dans un seul véhicule ce qui n’arrivera pas et je m’arrête là et prenons cet effectif à multiplier par 30. pour faire une évaluation rapide du coût prenons 50 agents de sécurité. le total fait 150+30+50=230 personnes a ajouter une dizaine de personne de la Présidence et du premier ministère. on a un total de 240 personnes a prendre en charge et monsieur remis connaît les taux de prise en charge. il devra ajouter 32 véhicules pour le déplacement. et comme pour se rapprocher de la population il faut que les haut commissaires et les préfets soient là pour faire le point sur les avancements des programmes publics. nous auront approximativement un coût d’environ 12000000 sans carburant et restauration. en multipliant 12000000 par 13 nous avons 156000000. sauf pour nous insulter comme l’autre(sa ou) l’a fait a la télé dans controverse, et avec tout le respect que je vous dois, vous n’avez rien dans cette conférence et n’avez pas dit la vérité a la population. vous avez eu votre manger non, mangez et évitez de dire des contre vérités.
      le malheur du burkinabé c’est que ni dans la majorité, ni dans l’opposition et dans les OSC actuelles nous n’entre voyons pas d’alternatives. nous sommes mal barrés jusqu’en 2025 au moins.

      Répondre à ce message

      • Le 14 mai à 09:34, par Boinzem
        En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

        Selon mes estimations, il faudrait au moins un budget environ 700 millions de FCFA pour tenir chaque Conseil des Ministres délocalisés si on prend en compte les dépenses directes et indirectes. Et voici mes arguments. Chaque ministre ira dans les 12 régions avec soit son SG, son DIRCAB ou ses conseillers, sa sécurité, son DCPM, les coordonnateurs des grands projets et programmes dans la région d’accueil, les DG dont les dossiers seront au programme du CM. Cela veut dire qu’au minimum 4 à 7 véhicules seront utilisés, conduits par des chauffeurs, pour un effectif de 10 à 15 personnes au minimum par ministère. Certains ministères comme les finances, la sécurité, l’agriculture et la santé amènent toujours plus de gens. Pour l’ensemble des ministères, les participants qui viendront de Ouaga atteindra plus de 500 personnes. Pour le Premier Ministère et la Présidence, il faut compter au moins 500 agents de sécurité, surtout dans un contexte d’insécurité où l’Etat major même est attaqué. Il y a les précurseurs qui iront pour baliser les sites d’hébergement et de rencontre et ensuite ceux qui seront tout le long de la route pour sécuriser le voyage. Il faut ajouter aussi ceux qui sont dans le convoi officiel pour accompagner le cortège du PM et du Président. Comme le Président prendra obligatoirement des bains de foule dans les localités traversées, il faut y poster des gendarmes et policiers en nombre suffisant.

        Tous les directeurs des services déconcentrés de l’Etat prendront part aux rencontres des comités locaux de préparation des Conseils de Ministre délocalisés. Pendant un mois au minimum, ils vont délaisser le travail ordinaire de leurs services pour se consacrer à cette activité qui intervient au moment où les acteurs du développement local doivent mettre les bouchées doubles avant la saison des pluies et la période des vacances. En plus du carburant des véhicules et des perdiems servis à toutes les personnes impliquées dans la préparation et la tenue du CM, un déjeuner leur sera également servi sur place par un service traiteur venu de Ouaga avec les liqueurs. Bien entendu, les ressortissants de chaque région doivent s’impliquer pour mobiliser les populations locales pour réserver un accueil digne de ce nom au gouvernement. Ils vont devoir abandonner leurs propres services et retourner dans leurs régions. Les frais de mobilisation et de mise en scène de la liesse populaire doivent être ajoutés au budget du CM dans chaque région. Cela va consister à donner des enveloppes aux leaders coutumiers et religieux et surtout à ceux des jeunes pour qu’ils incitent la population à sortir massivement. Dans les régions acquises, ces enveloppes seront moins épaisses que dans celles incertaines et rebelles. En définitive, ces CM délocalisés vont entrainer un gaspillage de ressources financières, empêcher les acteurs du développement local de travailler et exposer dangereusement les membres du gouvernement à des attaques terroristes. Pourtant, le résultat attendu est incertain. Il y aura une discrimination si la région du Centre n’a pas son CM qui permettra au gouvernement de toucher du doigt les réalités de la population. C’est comme si les populations de la ville et le gouvernement ne se parlent pas et que les préoccupations des populations du Centre préoccupent moins. La région du Centre abrite tous les CM, mais c’est à Ouaga que se passent les insurrections. Blaise COMPAORE a fait quelques CM délocalisés en 2014 (exemple Bagré), mais cela n’a pas empêché son gouvernement d’être renversé à cause du mécontentement généralisé.

        Que Rémi Djandinou le donneur de carte rouge justifie cette décision insensée. On attends les résultats pour donner la carte qui convient à Thiéba Paul le financier dépensier et sa gang qui ne savent pas tirer les leçons du passé. En 2016 et 2017, le budget de l’Etat a été installé en septembre avec le vote de loi spéciale favorable au PPP pour soi-disant accélérer la mise en oeuvre des gros investissements. Pour quels résultats ?? Cette année, le gouvernement préfère divertir les gens avec des CM délocalisés au lieu d’envoyer plus tôt les ressources au niveau déconcentré pour la mise en oeuvre des activités en faveur des populations. C’est maintenant que le PM Kaba Paul fixe des contrats d’objectifs au collectivités territoriales alors que lui-même ira les empêcher de travailler. Pourquoi n’avoir pas fait cela au moment où les collectivités préparaient leurs plans annuels d’activités. Quelle inconséquence honteuse ? La visibilité médiatique d’un gouvernement ne fait pas le développement d’un pays et ne garanti pas la pérennité d’un régime incompétent.

        Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 07:42, par Mafoi
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Comparaison n’est pas raison mais dans certains pays où un centime a de valeur,des ministres partent au boulot avec leurs propres moyens,n’ont pas de villa de fonction et ne parlons pas de domestiques.L’Africain ne fait jamais les choses dans la demi mesure,toujours dans l’outrance pour fayoter

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 08:32, par Sala
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Ce ministre commence a nous prendre comme des idiots. Veut il nous faire croire que déplacer tout ce beau monde, dans les différentes régions n,engendrait pas ce cout ??. Quand n,est il du carburant, logement , perdiem et autre coût supplementaire ?.Dites nous clairement combien cela va nous coûter c,est tout ce que nous voulons savoir ok

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 08:52, par El_monstro
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Comme quoi on imite pas Sankara en portant seulement de grands boubous Faso Dan Fani. C’est un concept. L’idée même de rouler avec ces limousines françaises dans un des pays les plus pauvres est une aberration. Je pense qu’il y avait d’autres véhicules utilitaires mieux adaptés si vous ne souhaitez pas aller au conseil de ministres à pieds. Sacrés burkinabè. Entre nous, toute cette revolution courageuse pour ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 09:00, par Ka
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Au moins on nous avertis que l’argent du contribuable sera dépensé pour servir le peuple. Au temps de l’introverti Blaise Compaoré l’argent du contribuable servait à acheter clandestinement des armes et revendre au profit d’un clan. Ces armes revendues ont été utilisé par des dictateurs inconscients des pays voisins pour tuer leur propre peuple. Quant au conseil des ministres délocalisé, il ne date pas de nos jours, ce n’est qu’un éternel recommencement, car la révolution inachevée de Thomas Sankara l’a fait.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai à 15:03, par Sonia
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      A mon grand frère Ka !
      Avis de meilleure compréhension.

      Il semblerait que le président SANKARA rencontrait les populations sous forme de meetings, a l’air libre, " sous le manguier ou le karitier" sans entraves, pas dans des locaux à accès limité. Que du "face to face", sans calcul et sans réserve. Il se donnait à fond dans l’écoute des femmes et hommes et même des enfants des localités visitées. Sans compter ses "virées" en vélo dans la capitale, à acheter incognito des arachides à grand mère.
      Nous n’avons pas bien connu tout ça à cause de notre jeuness mais les images d’archives le confirme concrètement. Vous qui avez vécu cette période, pourrez sans doute mieux nous en dire ?

      Pour ma part, je pense que ce sera pas pareil à tout point de vue : ni dans les retombées, ni dans les coûts.
      Si cela avait été une initiative de début de mandat, personne n’aurait trouver à redire Cela fait 2 ans et demi et c’est maintenant qu’il faut créer une "proximité, une symbiose" avec les poupulations ?
      Quid de l’administration déconcentrée qui est la "reproduction miniature" du gouvernement ? Aveu de nullité de son action ? Mauvais choix des représentants de l’état ou inadéquation structurelle ? Rétention d’infos ou absence de rapports détaillés ? Autant de questions !!!’
      Eclairez moi sil vous plait.

      Cordialement.

      Sonia.

      Répondre à ce message

      • Le 12 mai à 19:31, par Ka
        En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

        Ma petite sœur Sonia, merci de me lire : Je sais que cette délocalisation de conseil des ministres est loin de ressembler au rassemblement provinciale avec la participation du PF et les responsables du CNR, pour diffuser la propagande idéologique de la révolution et ses actions considéré comme un conseil des ministres dans une province. C’est comme recevoir à la l’époque un nouveau ambassadeur accrédité au Burkina sous un manguier a Yako ou à Kaya pour qu’il connaisse la réalité que vivent les Burkinabé.

        Ici Il faut bien reconnaître que ce pouvoir a un don certain pour monter en épingle, et commencer sa campagne pour les élections de 2020 dans les provinces avec ces délocalisations de conseils des ministres, sans qu’on aperçoive, ou le condamner : Car, la révolution l’a fait, le pouvoir du CDP l’a fait, même s’il y a des différences d’agir, c’est le même système pour berner le peuple mouton.

        Quand je lis quelques intervenants, je me marre, car ce sont les mêmes qui disent à chaque conseil des ministres au président Roch Kaboré et ses ministres de sortir de la salle climatisée du palais de Kossyam, et intéresser vraiment à la réalité du terrain : Car, on est fatigué de nourrir les margouillats et les mange-mil qui font leur fonds de commerce de l’incompétence et de l’autosatisfaction institutionnalisées comme système dans les bureaux climatisés.

        Pour moi Sonia, qu’importent les raisons supposées ou réelles, qu’importe l’arrière-fond politique, cette délocalisation de ces conseils des ministres dans les provinces, ‘’’ça sent a 100% le début de la campagne de l’élection présidentiel de 2020, avec les rappels de consciences dans chaque province avec les chefs coutumiers pour les votes ethnique.

        Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 09:13, par Joseph
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Souvent je me demande est ce qu’on a de vrais leaders au Burkina Faso ; des personnes qui pensent au peuple avant de penser a eux memes. Je compatis pour le PF a cause de son "super " porte parole dont la legerté de la reflexion est extraordinaire. Si les ministres ne font pas de sacrifices, pourraient ils demander aux autres de le faire ? Si les ministres se rendent dans les regions pour se rapprocher des populations que font les autorités locales, sans compter le risque sécuritaire lié a ses déplacements. IL y’a quelque chose qui ne vas pas. On vous demande d’innover et de produire des resultats a moindre cout. On veut un gouvernement start-ups.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 09:16, par papa
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Mr Dandjinou, sachez que dans d´autres pays plus developpes´ et chez lesquels vous tendez vos gamelles pour demander l´aumone, des ministres, pas les moindres de ces pays se rendent au service a velo. De toutes les facons continuez dans votre carnaval a vous sucrer au dos du pauvre peuple, votre fin n´est pas loin et vous rendrez tous compte d´un jour ou l´autre.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 09:25, par Expert financier
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Est ce que cette délocalisation a fait l’objet d’une analyse financière cout/resultat attendu. Mr le ministre peut il nous communiquer le budget annuel de cette délocalisation. En quoi cette séance délocalisée rapproche le gouvernement de la population. Un gouvernement qui arrive en voiture climatisée pour une rencontre dans une salle sous haute protection. Dites nous comment se fera le contact avec les réalités de la population, est ce que les administrés vont assister, où s’agira t-il de meeting ou de bain de foule lors de ces conseils. SVP delocaliser d’abord les députés qui ont abandonné leurs localités pour ouaga. SVP cher gouvernement ne créer pas des dépenses supplémentaires inutiles pour le pays. Nous vous en prions, ayez pitié de ce pays et du respect pour son peuple. N insulter pas notre intelligence

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai à 15:22, par Zitai
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      Pauvre Expert Financier et pauvres burkinabè !!!
      Vous parlez depuis de la saignée que les CM délocalisés occasionneraient pour les deniers publics.
      Pensez seulement que dame Rosine COULIBALY, grande "argentière" adoubée ici il ya peu est membre de ce conseil de ministres et pas en qualité de membre accessoire ou d’observateur. Elle a dû faire le coût estimatif que l’illustre CM a trouver "raisonnable " avant de l’entériner. N’oubliez pas surtout que le "produit" de la vente clandestine des actions ONATEL est frais posé.
      Tout a été prévu.

      Quelle megd.....

      Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 09:53, par le pionnier de la revolution
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    je vous dit que ce gouvernement n’est pas venu pour servir son peuple, il est indifférent à la souffrance de notre peuple. suivez bien : la date d’acquisition des véhicules date de 2016. C’est dire que dès leur prise de fonction, leur préoccupation fut de changer les véhicules dans lesquels eux, et les amis et camarades appelés au gouvernement et autres fonctions allaient rouler dedans alors que dès le 16 janvier, le pays connaissait sa première attaque terroriste dans la capitale. Bilan, des dizaines de familles endeuillées et tout un peuple meurtri dans sa dignité. Les 35 berlines ont couté plus d’un milliard aux pauvres contribuables que nous sommes, et les 19 V8 ont couté également plus d’un milliard à la caisse de l’Etat soit plus de deux milliards pour la fanfaronnade de quelques ministres et autres à travers le pays alors que le nord du pays agonise sous le poids de l’insécurité oû 216 écoles sont fermés et plus de 20 000 élèves voient leur avenir scolaire compromise. Et que fait le gouvernement ? RIEN. il préfère le luxe au labeur
    De plus, plus de 2 600 000 burkinabè sont en situation d’insécurité alimentaire totale du fait du déficit céréalier de cette année. Les ministres peuvent bien rouler dans des 4X4 double cabine, qui sont tout-terrain, coutent moins cher, et consomme moins. Quand le ministre dit qu’a moins de demander aux ministres d’aller au travail à pieds, il sait très bien que nombreux sont les burkinabè qui vont au travail à pied, lui même il a marché à pied à CIKASSOSSIRA a bobo avant d’avoir une moto. Mais cela ne l’a pas empêcher de devenir un bon journaliste même si actuellement il donne dos au peuple pour faire face au pouvoir. Thomas SANKARA partait en conseil de ministre à vélo. On ne vous demande pas d’être des SANKARA, mais au moins de vous préoccuper de sa souffrances, de servir ce peuple avec loyauté, d’être digne de le gouverner. Pour revenir à votre nouvelle dance qui de délocaliser les conseils de ministre, SVP ayez pitié de la caisse de l’État, et laisser nos pauvres populations travailler dans les régions, votre présence ne fera que les distraire, les déranger. Si c’est une façon aussi d’aller rafler leurs poulets, moutons, et bœufs parce qu’elles se sentiront obliger de vous les offrir, PITIE Sécuriser d’abord le nord

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 09:56, par LE PAUVRE DE YAHVÉ
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Le gouvernement n’a aucune considération pour le peuple burkinabe. Nous sommes un pays pauvre et dilapide nos maigreurs. Chez nos bailleurs de fonds, les autorités ne se livrent pas à ce luxe là. Ils y vont au service à vélo. Il y a quelle approche entre les membres du gouvernement et la population de ouagadougou où le conseil des ministres se tient actuellement ? L’argumentation du gouvernement ne tient en aucun cas si ce n’est pas le ridicule.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 10:20, par Zemosse
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Franchement, ce ministre est ahurissant ! Il y a quelques années, il distribuait des cartons à tout bout de debats, devenu ministre, il tient un langage des plus surréaliste. Quel parcours journalier fait un ministre Burkinabé, pour que son véhicule de 7 ans soit déjà vieux et inutilisable ? Là, monsieur Fulgance vous vous ridiculisez. La majorité des Burkinabé qui ont des voitures pourront vous confirmer qu’ils les ont achetés à plus de 7ans et ils en sont fiers et heureux car ils vont encore circuler plus de 10 ans avec. Il faudra que monsieur Fulgance explique aux Burkinabé comment un véhicule ministriel de 7 ans peut il être déjà amorti ? Arrêtez de se foutre des Burkinabé, il y a une limite. S’agissant des conseils de ministre en province, j’approuve.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 10:22, par RABI
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    S’il vous plais nos chers dirigeants, vous justification ne tiennent pas. Je vous rappel que vous parlez de réduire le train de vie de l’État. On ne parle pas de réduction de train de vie, en voulant des véhicules de luxe. Nos propres voitures date de 10, 15 ans, voir 20 ans même, mais c’est l’entretien. Les 35 véhicules qui viennent, s’ils ne sont pas entretenus, ils seront au garage également. Je vous invite à beaucoup plus de réflexion. Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 10:24, par Zemosse
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Franchement, ce ministre est ahurissant ! Il y a quelques années, il distribuait des cartons à tout bout de debats, devenu ministre, il tient un langage des plus surréaliste. Quel parcours journalier fait un ministre Burkinabé, pour que son véhicule de 7 ans soit déjà vieux et inutilisable ? Là, monsieur Fulgance vous vous ridiculisez. Presque tous les Burkinabé qui ont des voitures pourront vous confirmer qu’ils les ont achetés à plus de 7ans et ils en sont fiers et heureux car ils vont encore circuler plus de 10 ans avec. Il faudra que monsieur Fulgance explique aux Burkinabé comment un véhicule ministriel de 7 ans peut il être déjà amorti ? Arrêtez de se foutre des Burkinabé, il y a une limite. S’agissant des conseils de ministre en province, j’approuve.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mai à 11:27, par Substance Grise
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      La réalité est que des DAF ont ouvert des garrages pour la maintenance des vehicules de l’état où on tue ces vehicules en moins de 5 ans
      Des mécaniciens sans experience ont ces contrats de maintenance.
      Les gens vivent en mafia depuis des années dans ce pays dans tous les secteurs.
      C’est le mal du pays comme ça
      Il nous faut des dirigeants avertis et annimés de bonne volonté pour forcer le changement de mentalité
      Il faut changer le modèle de gouvernance
      Les gens ont appris à s’enchirir au Burkina sans travailler ;alors comment changer cela pour que ceux qui travaillent honnetement me soient pas ceux qui souffrent

      Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 10:30, par BARKBIGA
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    EH OUI L’ALLEMAGNE VIENT DE FETER SES 32 ANS SANS COUPURE D’ELECTRICITE.
    A QUAND LES 1 SEMAINE SANS COUPURE D’ELECTRICITE A OUAGA ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 10:36, par BARKBIGA
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    EH OUI L’ALLEMAGNE VIENT DE FETER SES 32 ANS SANS COUPURE D’ELECTRICITE.
    A QUAND LES 1 SEMAINE SANS COUPURE D’ELECTRICITE A OUAGA ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 11:29, par تحيا بوركينا فاسو !
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Eh ! oui, le monde change deh ! Remy, c’est toi qui parle comme ca aujourd’hui !?//Eh ! Dieu, on aura tout vu. Allons seulement !... Vive le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 12:23, par Kpièrou
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Le régime capitaliste prend le peuple comme un troupeau de moutons.
    Les ministres ont les meilleurs salaires et des indemnités et se donnent les moyens sur le dos du peuple pour aller au même travail que les autres (si ce n’est pas les autres qui font le travail pour eux) et se plaignent de tout ce confort. Et le travailleur lamda qui de son maigre salaire doit tout payer, les mêmes trouvent qu’il perturbe la vie quand il fait grève ou sit-in pour réclamer un meilleur traitement pour survivre.
    Nous sommes dans quel monde.
    Chez les paysans, le chef de famille et les enfants travaillent tous au champ et le bon père de famille se soucie du comment ses enfants vont aller dans les domaines éloignés pour travailler et avec quoi, ils vont travailler.....
    Nous réclamons un système équilibré....

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 15:35, par Africain
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Faites bon vous semble vidé tout l’argent de la caisse de l’état et payer tout l’or du monde, Blaise à eu la chance de quitter le Burkina en plein midi, vous je ne sais si vous aurez l’occasion de sortir de chez vous.
    Bande de vauriens

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 16:31, par caca
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Je pense qu’ils auront de la sagesse afin d’abandonner ce projet. Ils pouvaient bien le faire discrètement comme la fête du 11 décembre délocalisé déjà, mais le problème c’est que ce gouvernement se considère plus légitime que le gouvernement de Blaise Compaoré. Dans leur tête narcissique, ils se considèrent les plus aimer de la république à cause des soi-disant insurgés. Ce n’est pas parce que le régime déchu délocalisait que vous devez suivre leur exemple. En plus le contexte n’est pas le même, au temps de Blaise, il n’y avait pas le terroriste et ni une crise financière. Les syndicats avaient moins de revendication et le coton burkinabé était premier sur le continent. Les partenaires étrangers se bousculaient pour le Burkina. Vue la situation actuelle, Blaise aurait abandonner un tel projet ou le ferait sans une explication préalable au peuple. Chers gouvernement, renoncez le projet et impliquez vous davantage pour trouver la solution de la sécurité des burkinabè et règlez la question du procès de Général Diendéré.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 17:02, par El_monstro
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Il faudra apprendre aux premiers responsables à se poser de vraies questions. Des véhicules amortis à 7 ans ? Et eux ils ne voient que l’âge alors le commun des burkinabè roule avec des voitures d’au moins 10 ans sans souci. La vrai question est de savoir pourquoi elles sont si vite usées ? Simplement les pièces de ces véhicules sont remplacées lors des petites révisions dans les garages. Donc si l’on se pose pas de vraies questions, les solutions seront déjà fausses, j’ai peur qu’avec les nouveaux véhicules le système ne continue.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 17:59, par Deuxieme Yamyélé
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Persistez et défiez le peuple. Vous constatez qu’une grande majorité des internautes pour ne pas dire du peuple désapprouve vos initiatives mais vous voulez outre passer. En allant au conseil des ministres dans les régions, je crois bien que vous allez informer les populations de votre arrivée. Ne soyez pas surpris si des accueils à la hauteur de votre entêtement vous sont pas réservés. Rappelez-vous de l’accueil qui avait été réservé en son temps à Luc Adolphe TIAO quand il avait décidé d’aller à l’université de Ouagadougou malgré les oppositions des étudiants. N’avait-il pas pris ses jambes au cou ? Sachez que ca n’arrive pas qu’aux autres et que la société civile ne va pas rester passive si vous persistez pour délocaliser vos CM. Le plus écœurant, c’est que c’est à cause de l’arrivée du gouvernement pour moins de trois (3) jours que certaines réalisations seront faites afin de mettre les ministres dans les bonnes conditions alors que les populations les sollicitent (ces bonnes conditions) depuis des années (même si on dit que c’est grâce au haricot que le caillou profite de l’huile). Pour ce qui concerne l’acquisition des véhicules, je me mets devant ceux qui y marquent leur opposition.
    Naan laara, an saara.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 18:04, par CLAUDINE
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Il est égal à zéro dans un pays Pauvre je dirais plutôt un pays avec des dirigeants malhonnêtes un véhicule de 7 ans ne veut pas dire forcément On peut plus utiliser
    C’est l’entretien qui compte aux États-Unis l’ancien vice président de Obama Quand il était sénateur de l’État de Delaware Il était chaque jour dans le train pour aller à Washington DC au Sénat Voici des bons exemples et des hommes honnêtes qui veut faire servir leur peuple et le monde entier. marché à pied il faut ramper même ton papa marché Bande de voleur c’est la raison pour laquelle vous avez tué Thomas Sankara

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 19:09, par éh bé !
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Chiche ! Ils n’ont qu’à prendre leurs vélos et aller derrière Kossyam dans le 1er village venu voir les réalités et, faire un conseil des ministres sous l’arbre à palabre du village ! Zéro coût de carburant, bon pour la santé et le coeur des ministres qui ont pris du poids !

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 20:19, par @MinistreAuBouloEnRampantPasAPieds
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Ce n’est tout simplement pas le bon moment choisi par ces messieurs pour se moquer du peuple. Nouveaux vehicules, balades dans les regions, et quoi encore ? Si votre temps ne souffit meme pas a Ouaga pour resoudre les problemes de la population, pourquoi gaspiller ce temps precieux pour voyager dans les regions.

    C’est pas les vestes de ministres que la population veut voir pour se sentir en securite mais plutot les forces de l’ordre avec des moyens suffisants et de la determination.

    On va se mobilier pour vous empecher de nous terminer alors qu’on souffre de faim et de coupure intempestive d’electricite.

    Au lieu que les ministres marchent pour aller au boulot, vous devriez tout simplement RAMPER !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 20:44, par Deb
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    En plus ils sont arrogants ! comment ne devait-on pas s’en faire M. le Ministre ? Trois milliards pour des véhicules de ministres alors mêmes que de nombreux CSPS très éloignés des centres de référence ne disposent d’aucune ambulance ! Et ils viendront nous dire dans quelques années que ces mêmes véhicules sont arrivés à expiration. Cette gouvernance est foncièrement médiocre ; médiocres aussi tous ceux qui en 2020, seront tentés de renouveller ce maudit mandat !

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 22:31, par DIEU VS VOIT
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Comb1 d’ans a nos ambulances dans les cma,chu,csps...? Mais elles roulent tjrs. C’est elles kon doit changer. Hé wendé !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 06:12, par Lapaz
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    S’il vous plait soyons sérieux là, il faut savoir ce que vous voulez à la fin. Vous les avez donné quitus en les votant bien que sachant qu’ils étaient dans les hautes sphères du régime Compaoré tant diabolisé et vous croyez qu’ils vont vous prendre au sérieux ? Assumez vos votes mes chers compatriotes, c’est comme ca et ca sera toujours comme ca pour parlé un peu comme Tonton Ablassé.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 08:02, par joe papi
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    c’est déplorable pour un ministre de communication porte paroles du gouvernement qui exprime ainsi. 7ans sais trop des véhicules de lux et l’armée ferait comment en ce moment,ce ministre c’est le Jack Bauer ce régime KABORE sa m’étonne pas il prend Burkina pour Benin. dans cette situation que traverse le pays actuellement n’es pas besoins de ses luxe là, c’est pour sa il y’a les garagiste compétent au Burkina. on a na vue les ministre roulant dans 405 ce pays même le président sa tête, vous faire la honte au peuple. continent commença et on Véra d’ici 2020, ont pourai en décidé autrement pour vous. espèce des gaspilleur du pays

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 08:56, par wenda ye la faanda
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Nous n’avons pas à affaire à un Gouvernement sérieux. Ce sont des faux copains d’une génération maudite, constituant le malheur et la malédiction du Burkina Faso
    Ils ne savent qu’ initier des actions maudites, car au moment le peuple souffre en partie à une famine et de précarité, ce choix est irréfléchi et inapproprié. Voyez leur tête, Communication, infrastructure, Habitat, Primature, Presidence à quoi ça ressemble. Dieu sauve le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 09:09, par Ka
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    ‘’’’Aux’’’’ internautes Sonia et CLAUDINE : Depuis la nuit des temps dans notre pays, tous les pouvoirs civiles, à l’exception de celui du militaire S. Zerbo qui a adopté comme système celui de Maurice Yaméogo, oubliant qu’il a pris le pouvoir pour un redressement : Tous ont cru d’avoir un don pour monter en épingle et piétiner le peuple souverain, comme croit ce ministre qui a adopté la parole des chefs d’états réactionnaire de l’époque, qui disaient dans leurs messages : ‘’’’Nous chef d’états décrétons ou proclamons excet…. Il fallait entendre par là, nous, chefs de la classe bourgeoise, ou de la minorité au pouvoir. Car, l’état en tant que pouvoir, est une force à travers les lois, la justice, l’armée, la gendarmerie, la police, ou les prisons, et ce pouvoir utilise le peuple et les opprime à volonté.

    Si pendant le pouvoir du CMRPN de S. Zerbo le capitaine Thomas Sankara alors ministre s’est détacher de ce pouvoir en disant que ça suffit, et rejoindre ses deux frères Siamois Blaise Compaoré et le commandant J.B Ouédraogo et créer le CSP, pour supprimer un pouvoir qui devait servir le peuple au lieu des intérêts de la minorité bourgeoise, c’est que ce pouvoir dépassait les bornes, comme celui qui commence la même chose de nos jours. ‘’’Car S. Zerbo en tant que chef d’état, décrétait des lois pour défendre les intérêts de la classe au pouvoir.’’’ C’est pourquoi les deux capitaines avec leur commandant, accompagnés des amis militaires comme le colonel Yorian Gabriel Somé, mais aussi des civiles, ont décidés de révolutionner contre l’injustice du pouvoir CMRPN en creant le CSP, suivi par la suite du 4 Août 1983 du CNR, une révolution a 100% au service des opprimés.

    Ma sœur Claudine, si l’idéologue et fils de tout l’Afrique Thomas sankara a été tué, c’est qu’il croyait a sa révolution qui présentait un double caractère : ‘’’Sa révolution était une révolution démocratique et populaire.’’’’ Elle avait pour tâche primordiale la liquidation de la domination et de l’exploitation impérialistes, l’épuration de la campagne de toutes les entraves sociales, économiques et culturelles qui maintiennent dans un état d’arriération. Malheureusement ma chère Claudine, La bourgeoisie est une machine très puissante à broyer ceux qui aiment la justice, et Thomas Sankara est broyé par cette machine.

    Bien sûr que les impérialistes peuvent accuser sa révolution à l’époque, mais aujourd’hui on se rend compte que les révolutions qui se surviennent de par le monde ne se ressemblent point. Chaque révolution apporte son originalité qui la distingue des autres : Et celle de Thomas Sankara ne pouvait échapper a cette constatation. Mais ce qui était sûr et certain, la révolution de l’idéologue Thomas Sankara tenait compte des particularités de notre pays, de son degré de développement et d’assujettissement capitaliste impérial mondial. Blaise Compaoré et son beau et amis impérialistes, ont eu tort de tuer celui qui pouvait mettre sur les rails un continent qui se réveillera comme la Chine.Heureux de vous lire mes chères sœurs.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 11:32, par تحيا بوركينا فاسو !
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Mais pourquoi diable les gens pensent-ils que les mauvaises actions qu’ils prennent quand ils sont au pouvoir seront un jour passées par pertes et profits, effacées de la mémoire collective ? Héyi !!! Le passé est radioactif et dites-vous bien que nos enfants seront plus violents quand ils se mettront debout contre toutes ces injustices. Blaise Compaoré et ses ouailles actuellement à Abidjan auront un sort plus enviable que certains d’entre vous qui nous regardent avec arrogance de haut aujourd’hui. Pensez-y. Vive le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 11:39, par تحيا بوركينا فاسو !
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Mais pourquoi diable les gens pensent-ils que les mauvaises actions qu’ils prennent quand ils sont au pouvoir seront un jour passées par pertes et profits, effacées de la mémoire collective ? Héyi !!! Le passé est radioactif et dites-vous bien que nos enfants seront plus violents quand ils se mettront debout contre toutes ces injustices. Blaise Compaoré et ses ouailles actuellement à Abidjan auront un sort plus enviable que certains d’entre vous qui nous regardent avec arrogance de haut aujourd’hui. Pensez-y. Vive le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 13:10, par Yibi
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Avec l administration du colon nous avons souffert mais elle était honnête. Nous avons obetenu notre indépendance pour piller nos compatriotes plus que le colon. Que DIeu nous sauve !

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 08:43, par HUG
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    A l’émission controverse à la RTB télé du vendredi, on a demandé au député MPP en quoi la délocalisation améliore les conditions de vie des populations. Comme réponse, il a répondu que c’est le gain de l’aspect psychologique qu’il faut voir. Monsieur le député, cette réponse est légère. Les gens ont faim, j’aurai compris qu’on nous dise qu’après la délocalisation le prix du riz va diminuer de combien de franc Cfa.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 11:18, par Trahison
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Grand- frere Ka, je ne comprends pas du tout cette sortie. Voudrais - tu dire que c’est sense, ces conseils des Ministres delocalises ? Quelles realites vont- ils connaitre ? C’est simplement de la villegiature. Et s’ il te plait, grand- frere que je respecte beaucoup, eclaire - moi sur cette sortie qui n’ est pas consistante avec ta "ligne editoriale". Je suis inquiet tout simplement parce que j’ ai beaucoup de respect pour toi et SOME, meme si ce dernier ne veut pas communiquer avec moi comme avant. Mais je respecte votre constance jusque-la. Cette fois- ci, j’ ai des soucis, tout de meme. N’ oubliez pas que vous constituez un faisceau de lumieres dans ce ciel assombri ou les gens ne sont reellement interesses que par les especes sonnantes et trebuchantes. Nous sommes tous dans l’ anonymat mais on se connait parce qu’ on est tous des patriotes desinteresses. Dans tous les cas, si c’est le materiel, c’est pas un probleme. L’ esperance de vie ne depasse pas 70 ans pour nous les chancards qui avont un revenu regulier. Et personne n’ emportera ni villas ni comptes bancaires au paradis, s’ il existe vraiment, ce dont je doute parce que s’ il existe, les ministres africains iront en enfer car ce paradis post mortem ne pourra pas battre le paradis des privileges dans lequel ils nagent deja dans un pays aussi pauvre que le BF.

    Répondre à ce message

    • Le 14 mai à 17:16, par Ka
      En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

      Cher trahison, ne t’inquiète : Si je suis revenu sur la délocalisation inutile des conseils des ministres, ou de Thomas sankara, c’est par ce que notre sœur CLAUDINE comme Sonia ont voulu remuer l’inoubliable : Et je ne pouvais m’empêché de revenir sur des sujets dont je connais. Surtout que ce problème de la délocalisation des conseils des ministres dont tout le monde sait le pourquoi ! ‘’’Car 2020 n’est plus loin.’’’ S’il n’y avait pas un fonds de commerce, c’était au début du mandat de Roch Kaboré que cette délocalisation des conseils des ministres devait débuter. Quant à notre ami SOME, il est resté lui- même, même si ses interventions sont très rares, comme nos autres amis de bonne foi, Kôrô Yamyélé, Achille de TAPSOBA, vérité No 1. Mon ami, Trahison, nos différences font la richesse du forum de Lefaso.net, alors continuons d’apporter nos critiques fondées a ceux qui sont assoiffé de la vérité pour faire avancer le pays que nous aimons tous. Encore une fois merci de me lire.

      Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 14:17, par Le vigilant du Sahel
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Si c’est pour rencontrer les populations, les ministres peuvent le faire en tout temps et ils le font d’ailleurs. Organiser un conseil des ministres pour le faire est complètement différent. . On traite des dossiers en Conseil des Ministres. Quel temps restera t-il pour écouter les préoccupations de la population ? et d’ailleurs pourquoi faire ? ; Soyons sérieux. Est-ce qu’il y a aujourd’hui des préoccupations en dehors de celles que tout le monde connaît ? Le manque d’eau et les coupures intempestives d’électricité ? Si le gouvernement trouvait des solutions ne serait-ce qu’à ces 2 préoccupations de premier ordre, on aurait résolu les difficultés des masses laborieuses à plus de 60 %. Le rôle d’un ministre c’est d’exécuter sa lettre de mission. Aller en contact avec la population est le rôle des députés. En plus, nous avons l’administration déconcentrée et les collectivités territoriales. Si malgré tout, il va falloir que des conseils des ministres soient délocalisés pour pouvoir rencontrer la population et suivre les chantiers de PNDES, c’est très grave. Cela voudrait simplement dire que les responsabilités sont inversées et personne ne fait son travail. Quels gâchis !

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 15:12, par HUG
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    La délocalisation des conseils de ministres n’apportent rien à moi, à mes parents aux villages et à tous les burkinabés. La délocalisation des conseils ne diminuera pas le prix du riz, du mil, des produits pharmaceutiques, le prix du gaz, de l’essence, du pain. Au contraire il contribuera à indigner les populations parce que barrages de police, de gendarmerie, ; de militaires par là, par ci.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 15:54, par Kirga
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Quand les beaucoup de gens ne sont pas content de quelque chose, n’insistez pas. Vous avez vécu la suite de l’entêtement de Blaise. Les gens ne sont pas vos élèves et ont besoin des explications convaincantes que vous bissez inutilement. Nèeba nina poukamè. Ad-néed pa lé tên mpilin pambyé. Là où vous dormez, il y a déjà des gens qui se réveillent làbà. Nous tous nous sommes des héritiers de Sankara. On vous voit venir.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 16:40, par caoot
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Oufs on comprend maitenant où ça nous amène le passage du petit macron à ouaga. C’était juste pour rappeler le respect des engagements et accords bidons du pays colonial. Ha là là, on est vraiament dans france-afrique new format. Allez comprendre mes frères, c’est ainsi fait dans ce bas pays

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 16:55, par zemstaaba
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Laissez Rémi Djanguinou en paix. Il parle comme il veut parce qu’il a acheté son poste de ministre. L’histoire est bien connue : Djanguinou était un grand pourfendeur du MPP avant les élections de 2015. Or il se trouve que son ancien employeur, le patron de Burkina Info (c’est le propriétaire de Paradis des Vins) a beaucoup financé la campagne de Roch. Une fois la victoire acquise, Roch a demandé au patron de Djanguinou de lui proposer quelqu’un pour etre ministre. Il a proposé Rémi. L’histoire est aussi simple que cela. sa nomination a provoqué le courroux des militants du MPP qui étaient en charge de la Communication du parti. Mais rien n’y fit. Donc tant que le patron de Rémi va continuer à financer le MPP, il est sur que son nom figurera sur la liste du gouvernement. Donc il en fait à sa tète.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 18:09, par Badpress
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    insurrection, tu es où ? viens m’expliquer ce qui se passe. Ça me dépasse, je n’y comprends rien du tout.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 23:11, par Opinion plurielle
    En réponse à : Conseil des ministres délocalisé : « Pour les questions de coûts, ne vous en faites pas(…) » Rémis Fulgance Dandjinou

    Je refuse de croire comme on veut me le faire avaler la couleuvre que le Burkina Faso est pauvre et d’une manière générale toute l’Afrique pourtant si riche de tout.
    Une Afrique berceau de l’humanité ne saurait être pauvre ; ce qui la spollie de sses biens et richesses en tout genre et chante qu’elle est pauvre, qu’ils aillent au diable et vous verrez combien cette Afrique est si riche.
    Par tous les vocabulaires, on vous chante qu’elle est la plus pauvre ; mais que diantre les riches viennent ils chercher sur un continent aussi pauvre et dans le même temps celui de toutes les maladies, de tous les malheurs.
    Je ne suis pauvre dans aucun des sens ni au propre ni au figuré.
    Dans ma tête, je me sens si riche comme le reflète ce refus de la misère institutionalisée, internationalisée afin de faire de moi, de mon environnement leur terrain favori de leur macabre jeu ! !
    Voici les methodes bienpensées et qui permettent aux vautours de se nourrir de la charogne de nos âmes de nos êtres physiques de notre corps en deconfiture dont ils se delectent.
    Si cela est le cas, c’est parce que nous le peuple nous nous laissons endormir par les sirenes de la mort progrmmée, de notre decheance qui fait clairement leur affaire.
    Arrêtons donc le parcours de ces vautours, barrons leur avancée macabre sur nos corps pourtant plein de la vigueur qui va donner le meilleur à notre POSTERITE

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés