Iron Biby : « Je tire des camions pendant mes entraînements »

LEFASO.NET | Par Jacques Théodore Balima • vendredi 11 mai 2018 à 15h07min

L’athlète Cheick Ahmed Al-Hassan Sanou, alias Iron Biby, n’est plus à présenter, tant il a occupé l’actualité sportive du Burkina Faso ces dernières semaines. Sacré, le 7 avril 2018 en Angleterre, champion du monde en « log lift » (compétition d’hommes forts), le natif de Bobo-Dioulasso est rentré présenter son trophée aux autorités politiques et coutumières. Après le Premier ministre, Paul Kaba Thieba, qui lui a exprimé toute la satisfaction de la nation, l’athlète est allé recevoir les félicitations et les bénédictions du Mogho Naba. En attendant le « Strongman final tour », une autre compétition qui aura lieu le 15 septembre prochain, toujours en Angleterre, allons à la découverte de l’homme le plus fort du monde en « log lift ». Lisez !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Iron Biby : « Je tire des camions pendant mes entraînements »

Lefaso.net : Tu as été reçu aujourd’hui par le Mogho Naba, quel était l’objet de ta visite ?

Iron Biby (I.B.) : C’est toujours un honneur pour moi d’être reçu par sa Majesté le Mogho Naba. Ce n’est pas la première fois, car avant d’aller à une compétition, je viens toujours lui rendre visite et demander ses bénédictions. C’est donc un devoir pour moi de revenir, après la compétition, lui présenter mes trophées et demander encore ses bénédictions.

Lefaso.net : C’est également une reconnaissance au Mogho Naba ?

I.B. : Bien sûr que c’est aussi une reconnaissance à sa Majesté qui fait beaucoup pour nous. C’est donc notre devoir de le lui reconnaître.

Lefaso.net : Revenons sur ta dernière compétition, comment s’est-elle passée ?

I.B. : C’était le championnat du monde en « Log lift ». Les treize meilleurs de la discipline ont pris part à la compétition. J’ai représenté dignement le Burkina Faso. Le record était à 228 kg. Notre objectif était de le battre en allant à 230 kg. Avec le Britannique Eddie Hall, nous avons pu soulever 213 kg avec aise. Nous avons essayé d’établir le nouveau record mais malheureusement ça n’a pas marché. Nous avons donc terminé à la première place ex aequo. C’était l’une de mes expériences. En tant que débutant en Strongman, j’ai réussi à rivaliser avec eux.

Lefaso.net : Le titre du champion du monde en « Log lift » est acquis ; quels sont les avantages d’un tel titre ?

I.B. : Le titre donne plus de visibilité à ma modeste personne et à mon pays. En plus de cela, il donne droit à de l’argent. Comme vous le savez, on ne peut pas organiser un concours sans argent.

Lefaso.net : Pour soulever un poids de 213 kg, cela demande de la préparation. Comment se passent tes entraînements ?

I.B. : Effectivement, ça demande de la discipline et de la persévérance. Parce qu’en temps normal, un corps humain ne doit pas pouvoir soulever cette charge de 213 kg. Pour donc le faire, il faut se surpasser.

Lefaso.net : Combien d’heures d’entraînement as-tu par jour et en quoi consistent tes séances ?

I.B. : Trois à quatre heures d’entraînement par jour. Je commence par m’échauffer parce que c’est primordial. Et en fonction de la compétition que j’ai, je m’entraîne. Pour le championnat mondial en Log lift, je devais être fort au niveau des épaules. Mais comme il fallait soulever le poids, je devais aussi être fort au niveau des jambes et du dos. Donc j’ai travaillé toutes ces parties de mon corps.

Lefaso.net : Tu tires aussi des camions pendant tes entraînements ?

I.B. : Oui. Lors de mes entraînements au Canada et à Manchester, je tire souvent des camions. Mais je ne l’ai pas encore fait au Burkina.

Lefaso.net : De tels efforts exigent une certaine alimentation. Qu’est-ce que tu manges ?

I.B. : Mes proches disent qu’Iron Biby aime le poulet. C’est vrai. Il arrive que je mange huit poulets dans la journée de façon échelonnée. Mais sur place, je peux terminer cinq poulets.

Lefaso.net : Quel est ton plat préféré ?

I.B. : Le poulet. Je le prépare simplement.

Lefaso.net : La discipline que tu pratiques n’est pas très connue au Burkina ; comment l’as-tu découverte et qu’est-ce qui t’a motivé à t’y lancer ?

I.B. : J’ai eu la chance d’aller au Canada pour mes études. Arrivé là-bas, j’ai commencé à m’entraîner au basket puisque je le pratiquais au Burkina Faso. Des Canadiens m’ont découvert et m’ont proposé de m’intéresser au sport (Log lift, ndlr). C’est ainsi que j’ai décidé de saisir l’opportunité.

Mon objectif maintenant est d’amener la discipline dans mon pays. J’aimerais créer une fédération de Strongmen ici. Pour les compétitions, ils me font des faveurs en me permettant d’y prendre part parce qu’on n’a pas de fédération de Strongmen au Burkina Faso. Mais à cause de mes résultats, ils ne veulent pas me perdre. J’ai donc mis en place un comité et j’espère qu’avec le soutien des autorités, on pourra avoir cette fédération.

Lefaso.net : Tu as été courtisé par des pays qui ont même voulu te donner la nationalité ?

I.B. : Oui. J’aurais même pu rester au Canada ou en Angleterre. Parce que le Britannique Eddie Hall a pris sa retraite et l’Angleterre est à la recherche de quelqu’un pour le remplacer. Dans leur classification, il y a les athlètes et les super stars. Grâce à Dieu, je suis classé « super star ». Mais j’ai refusé leur offre parce que j’aime mon pays.

Lefaso.net : Que fais-tu en dehors du sport ?

I.B. : Pour l’instant je me consacre au sport. Mais j’ambitionne d’ouvrir une société de fabrication et de vente de protéines alimentaires au Burkina. Ce sera un grand projet. Je suis aussi en train de voir comment ouvrir quelques salles d’entraînement. En plus de cela, j’ai aussi fait l’université au Canada, donc je sais de quoi je parle.

Lefaso.net : Tu es l’attraction du public. Comment vis-tu ce regard des autres ?

I.B. : C’est une bénédiction. Je prends cela comme une grâce de Dieu et je ne fais que le remercier.

Lefaso.net : On sait que tu as aussi des projets pour le Burkina. Parle-nous-en…

I.B. : Effectivement. J’ambitionne de mettre en place ici une société de fabrication de compléments alimentaires. Ces protéines seront pour les athlètes et les non-athlètes. J’ai pensé à ce projet parce que j’ai remarqué qu’il y a souvent des problèmes de santé liés aux carences en complément alimentaire.
Je compte aussi ouvrir des salles de sport pour aider la jeune génération à se former et à représenter un jour le Burkina à d’autres compétitions.

Lefaso.net : Quelle est ta prochaine échéance ?

I.B. : La prochaine compétition aura lieu le 15 septembre 2018 à Manchester (Angleterre). Ce sera le Strongman final tour. C’est-à-dire la finale de la compétition « d’hommes forts ». Elle sera de taille et je m’y prépare déjà.

Propos recueillis par Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés