Délocalisation du Conseil des ministres : « Ce sont nos impôts qui vont servir à commencer la campagne du MPP », Zéphirin Diabré

LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • mardi 8 mai 2018 à 22h26min

Le chef de file de l’opposition politique du Burkina, Zéphirin Diabré a, au cours d’une conférence presse, donné son point de vue sur l’annonce du gouvernement qui veut délocaliser les prochains conseils des ministres dans les chefs-lieux des régions. Une initiative qu’il qualifie de « balade ministérielle » et de « précampagne électorale ».

Délocalisation du Conseil des ministres : « Ce sont nos impôts qui vont servir à commencer la campagne du MPP », Zéphirin Diabré

« Chaque fois, le même gouvernement nous fait des états et des rapports sur l’état d’avancement du PNDES en disant que tout se passe bien. De deux choses deux : ou bien les rapports sont faits sur la base des éléments qui ont été récoltés sur le terrain et dans ce cas, quel est l’intérêt de repartir ? Ou alors, c’est du folklore. Lorsqu’on nous dit que c’est pour écouter les doléances de la population, n’importe quel parti politique qui arrive au pouvoir a un programme.

Le MPP a un programme bien bâti (je le pense) sur la base de la connaissance des problèmes des Burkinabè. C’est maintenant qu’il faut repartir dans les chefs-lieux des régions-là pour entendre le problème des gens ? Et même si tel est le cas (parce que les problèmes évoluent), tout parti politique a une infrastructure. Et le MPP qui est le plus grand parti du Burkina, a des conseillers municipaux dans chaque village qui peuvent remonter l’information sur l’état de vie des populations.

Ils ont des maires dans les communes et des députés. Ces trois échelons permettent d’alimenter la hiérarchie du MPP sur les problèmes des Burkinabè. A cela, j’ajoute qu’il y a l’administration, des préfets, des hauts commissaires, des gouverneurs et dans certaines administrations, il y a des services de défense et de sécurité. Avec tout cela, est-ce qu’on peut me dire que le gouvernement n’a pas les moyens d’avoir les informations sur ce qui se passe sur le vécu de la population au point qu’il faut organiser ce que nous appelons balade ministérielle ? Imaginez un peu ce que cela va coûter. Le gouvernement tout entier va se déporter. Déjà pour le ministre, il faut un véhicule, le secrétaire général, le cabinet, certains directeurs, etc. Regardez ce que ça coûte même comme « tracasserie » pour les gens qui sont sur place.

Il faut mobiliser les préfets, les hauts commissaires, les gouverneurs, etc. Il faut même mobiliser et distraire la population de ce qu’elle fait. Ce sont des coûts énormes qu’on engage dans les grosses cylindrées pour aller en province et en même temps, pour distraire les gens. Il faut des réceptions… Dans un contexte où on nous dit qu’il n’y a pas l’argent, nous sommes attaqués par les terroristes ou certains soldats se plaignent que les primes ne tombent pas à temps et on va prendre tout cet argent là pour aller se promener ? On a compris que c’est une campagne électorale qui veut commencer avant l’heure mais ils veulent surtout le faire au frais des contribuables. Ce sont nos impôts qui vont servir à commencer la campagne du MPP. Cela pose problème ! Il faut que le gouvernement revoie sa copie.

D’ailleurs quand je lis que le MPP dit que c’est une idée qu’ils ont trouvée, il faut qu’il soit grotesque. C’est Thomas Sankara qui a inventé le principe du Conseil des ministres itinérants sous la révolution. Il faut rendre à César ce qui est à César ou à Dieu ce qui lui appartient.

J’ajoute que c’est une idée qui peut être dangereuse parce que si vous dites aux gens que vous venez pour vous imprégner de leurs problèmes, mais les gens vont s’organiser en face pour venir vous affronter et vous dire les problèmes. Cela pourrait engendrer des échanges qui pourraient même déborder. Imaginons si les syndicats disent que ça tombe bien. Imaginez si quelqu’un prend la parole publiquement et insulte un membre du gouvernement. Tout cela, ce sont des éléments qui demandent à ce qu’ils fassent attention. Un gouvernement n’a pas besoin de faire ce genre de déplacement pour être au courant. Un gouvernement qui arrive au pouvoir, un parti politique qui fait un programme, c’est qu’il est au courant de tous les problèmes surtout qu’il dit qu’il sera la solution. Solution à quoi ? A un problème qu’on connaît ».

Propos recueillis par Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés