Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Jazz à Ouaga 2018 : Le public départagé entre Jef Neve et Florence Chitacumbi

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • samedi 5 mai 2018 à 14h29min
Jazz à Ouaga 2018 : Le public départagé entre Jef Neve et Florence Chitacumbi

La 26ème édition de Jazz à Ouaga a lieu du 27 avril au 5 mai 2018. La 5ème soirée s’est tenue le vendredi 4 mai 2018 à l’espace culturel Reemdoogo, avec les artistes Jef Neve de la Belgique et Florence Chitacumbi de la Suisse.

« Les deux prestations étaient à la hauteur de ce qu’on attendait des deux groupes. Deux styles très différents », a affirmé le jazzophile Daouda Pankolo.
En effet, les amoureux du jazz ont communié avec deux tendances : le jazz pur avec Jef Neve et le jazz multicolore avec Florence Chitacumbi.

Premier à monter sur scène, le pianiste Jef Neve était accompagné de Jens Bouttery à la batterie et Lennart Heyndels à la guitare basse. Le nom de son équipe est « Jef Nev Trio ». Il a chanté des titres comme Amour interdit, Lake Kivu et Space music. En ce qui concerne « Lake Kivu », Jef Neve explique que c’était lors d’un de ses voyages en République démocratique du Congo (RDC), qu’il a eu l’inspiration en regardant le Lac Kivu.

Jef Neve est un pianiste, compositeur et arrangeur belge. En 2000, il a obtenu les diplômes de piano jazz et classique avec une grande distinction au « Lemmens Institut » de Louvain. L’année suivante, il a reçu le diplôme de musique de chambre, avec la plus grande distinction.

Après avoir remercié son « chaleur public » et les organisateurs de Jazz à Ouaga de l’avoir invité, Jef Neve cède sa place à Florence Chitacumbi.
Suisse d’origine Angolaise, Florence Chitacumbi a le métissage dans le sang et dans la voix. Ses compositions sont en français, anglais, douala (Cameroun) et umbundu (Angola). Elle a exploré les univers de la soul, du jazz, du groove et de l’afrobeat. Florence Chitacumbi était en complicité avec Florence Melnotte au piano et Christophe Bovet à la guitare.

Lors de sa prestation, elle a chanté des titres tels que : L’unité dans la diversité, Akoko (hommage aux africains qui vivent en asile en Europe) et Confiance. Sa chanson « Four women » est un hommage aux quatre femmes qui l’ont inspirée : Myriam Makeba, Angela Davis, Bilie Holiday et Nina Simone. Ainsi, les jazzophiles ont été embarqués dans un voyage au rythme des sons mêlés.

« J’ai trouvé le public très réceptif et chaleureux. On ne me connaît pas ici. Je fais de la musique assez métissée donc je ne sais pas s’ils sont habitués ou pas. Ils étaient à l’écoute et cela m’a permis de passer un bon moment d’échanges », a confié Florence Chitacumbi.

Réactions des spectateurs

A la fin du spectacle, certains amoureux du jazz n’ont pas hésité à nous faire part de leurs réactions.

Liliane Geneste : « On a eu du très bon jazz ce soir. C’était très intéressant. J’ai beaucoup aimé la prestation du trio belge. Je ne connaissais pas le groupe mais j’ai aimé dès la première découverte, et c’est ça l’intérêt d’un festival ».
Anastasia : « Tout était super : les groupes et le public. La deuxième prestation m’a plus touchée parce que Florence a une voix très sensible et toutes ses chansons avaient un sens profond ».

Daouda Pankolo : « Les deux prestations étaient à la hauteur de ce qu’on attendait des deux groupes. Deux styles très différents. Pour les puritains, je pense qu’ils ont été satisfaits par la première prestation. Pour le second groupe, c’est un jazz multicolore et on s’est retrouvé dedans. Ça fait plaisir ! J’ai aimé les deux groupes ».

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
« Pinocchio le Kikirga » : Le Théâtre Soleil joue le pillage du patrimoine culturel
Culture et tourisme : C’est parti pour l’atelier de vulgarisation des référentiels du ministère
Musique : Kheops présente son 2e album aux mélomanes de Gaoua
Industries culturelles : Des journées portes ouvertes pour renforcer la visibilité du secteur
Cinéma numérique : La 4e édition du « Festival écran à ciel ouvert » aura lieu du 5 au 9 décembre 2018
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés