Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Coopération Burkina-Système des Nations unies : Le Sahel, une zone prioritaire des interventions

Accueil > Actualités > Economie • • vendredi 27 avril 2018 à 19h51min
Coopération Burkina-Système des Nations unies : Le Sahel, une zone prioritaire des interventions

Environ 300 milliards de francs CFA (555 millions de dollars US) , c’est le montant mobilisé par le Système des Nations unies ( SNU), par le biais de ses 19 agences, programmes et fonds, pour accompagner le processus de transformation durable au Burkina, sur la période 2018-2020. La signature du cadre de coopération entre les deux parties a été matérialisée ce vendredi 27 avril 2018, à Ouagadougou.

« Le document que nous allons signer aujourd’hui a été formulé sur une consultation large, dans un contexte qui prend en compte tout ce qui pourrait se présenter comme risques dans la réponse aux préoccupations des populations » a signifié Metsi Makhetha, coordonnatrice du SNU au Burkina Faso, avant de passer à l’acte marquant l’engagement du Système des Nations unies auprès du gouvernement burkinabè, sur les trois prochaines années.

Avec le Plan national de développement économique et social (PNDES) comme référence, ce cadre de coopération entend apporter des « réponses efficaces aux vulnérabilités, fragilités et risques de tout genre » du pays, et contribuer ainsi à l’atteinte des objectifs du développement durable (ODD) dans l’agenda 2030.
A ce propos, la coordonnatrice du SNU au Burkina Faso a noté que les actions seront axées sur 4 domaines prioritaires et deux actions transversales.

Il s’agit notamment, selon elle, du renforcement de l’efficacité de l’institution, l’accès équitable à la justice et la promotion de l’Etat de droit ; le renforcement de la résilience des populations (la création de conditions pour une agriculture durable en vue de l’éradication de la faim et de la malnutrition), l’éradication de la pauvreté multidimensionnelle, la prévention des risques climatiques et le renforcement de la préparation des urgences. Quant aux actions transversales, elles sont tournées vers l’accélération du dividende démographique en s’appuyant l’autonomisation de la femme. La deuxième action elle, est axée sur le renforcement du dispositif statistique, le renforcement de la transparence (gouvernance ouverte) et la garantie des politiques d’inclusion.

‘’Concentration des investissements dans le Sahel ‘’

De retour d’une mission dans la région du sahel, Metsi Makhetha souligne : « Nos actions seront orientées de sorte que le pays puisse absorber ce que nous vivons comme choc, que le gouvernement puisse être proche des populations afin que personne ne se sente abandonnée ». De son constat, la région du Sahel est marquée par « un choc aussi bien sécuritaire que climatique ». Raison pour laquelle, le Système des Nations Unies, à travers le gouvernement burkinabè, entend accorder une priorité à cette partie du territoire, en se focalisant sur le programme d’urgence du Sahel. « Les financements et les investissements seront concentrés dans les zones où il y a plus de besoin » a-t-elle dit. Toutefois, reconnait-elle, le Burkina n’est pas seulement confronté à des chocs, mais possède aussi des opportunités. « Il faut créer des ouvertures au niveau de l’économie à travers l’entreprenariat. Nous allons nous focaliser sur des actions qui permettent une production responsable et durable, étant donné que l’économie du Burkina Faso est portée par l’agriculture » a-t-elle indiqué.

Une redevabilité s’impose

Sur le terrain, la mise en œuvre de ce cadre de coopération, selon la coordonnatrice du SNU, sera guidée par l’exigence de la cohérence des actions. Et même si cet appui financier est non-remboursable, Metsi Makhetha souligne qu’un mécanisme de redevabilité mutuelle a été mis en place. « Il y aura des séances où on va se retrouver avec le gouvernement et l’ensemble des acteurs ». Pour ce qui est du suivi et de de la transparence des investissements, Metsi Makhetha confie qu’ un mécanisme sera également mis en place en vue de suivre l’évolution des investissements et s’assurer que ces investissements vont aboutir à des résultats ayant des impacts au profit des populations et qui tiennent compte de la réalité du pays .

Du côté du Burkina, la ministre de l’économie, des finances et développement, Hadizatou Rosine Coulibaly, s’est réjouie de cet accord qui marque la présence du Nations unies aux côtés du gouvernement burkinabè pour relever les défis multiples auxquels font face les populations. Et puisque ce cadre de coopération répond aux exigences de l’heure, madame Coulibaly rassure : « Nous allons jouer notre partition. Nous allons nous rassurer que les investissements nous amèneront vers les progrès escomptés et aussi, essayer de corriger là où il y aura des imperfections ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 30 avril à 15:39, par Opinion plurielle En réponse à : Coopération Burkina-Système des Nations unies : Le Sahel, une zone prioritaire des interventions

    Il va faloir chercher nous mêmes à nous soustraire de toutes les mauvaises passes dans lesquelles nous nous sommes englués ; par la signature de trop d’accords compromettants, contraignants, qui ne servent pas les intérêts des peuples africains.

    Ecoutez ! ceux qui signent à tour de bras ces accords et ces conventions, ceux qui engagent en compromission tout l’avenir de ce continent doivent le savoir que les peuples ne dorment plus et ne vont plus se laisser conduire à l’abattoir !
    Il est fini le temps où vous signiez des engagements qui compromettent jusqu’à la vie de deux voire trois générations après vous ;

    Il est aussi révolu le temps où ils viennent vous mettre sous le nez et à la signature des accords de plus nauséeux, nauséabonds mais que vous êtes promptes à signer pour compromettre la postérité parce que tout simplement ils vous ont corrompus en prétendant assurer à vous et à vos progénitures la protection de vos vies et l’assurance de vos biens matériels à travers des comptes ouverts dans les paradis fiscaux !

    Il est enfin fini ce tepms où pris dans cet engrenage, dupes de ces situations, complices de la liquidation du futur des votres par égoisme (parce que vous vous êtes laissés corrompre par apatridie), les corrupteurs vont vous dénoncer, vous mettre à nu comme ayant des biens mals acquis alors que vous ne savez même pas la couleur du compte qu’ils avaient prétenduement ouvert à votre nom pour assurer votre fortune et celle de vos arrières.

    Si par apatridie, par antipatriotisme, il est des gens qui sont encore pris à ce vilain piège, il vient le temps qui n’est plus lointain, où toutes ces fumisteries et leurs complices valets locaux et leurs comparses diverses seront débusqués et mis sur la place publique et auxquels seront infligés les traitements qu’ils méritent.

    Le temps est le seul remède à tout et celui qui est suffisamment patient aura l’occasion de voir les effets de cette oeuvre gigantesque en construction de nos jours : ceux de la minurieuse construction de l’éveil de la conscience noire africaine ; elle est en mouvement et rien ne saurait plus l’arrêter.
    LE COTON BURKINABE
    LE COTON AFRICAIN, CULTIVE SUR NOS TERRES LES PLUS ARABLES NE PERMETTRA JAMAIS UNE ATTEINTE DE L’AUTOSUFFUSANCE ALIMENTAIRE QUI N’EST POINT UN VRAI DEFIS TANT QUE NOUS ASSISTONS A DE TELLES ORIENTATIONS SERVILES POLITIQUES ;
    NOS MEILLEURES TERRES SONT lessivées parce que CULTIVEES EN COTON AU DETRIMENT DES CULTURES VIVRIERES.
    VOYEZ-VOUS QUE LES POLITIQUES SONT CAPABLES DE SE FIXER DES BARRES A ATTEINDRE EN TERMES DE PRODUCTIONS AGRICOLES ! !
    Mais dans le cas des cultures cerealières, vous n’assisterez jamais à de te telles orientations sages. Jamais.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : L’UEMOA rencontre ses partenaires techniques et financiers
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
Projet d’urgence pour les dépenses récurrentes (PUFDR) : La Banque mondiale apporte plus de 57 milliards de francs CFA au Burkina
Ministère de l’Economie : Le bilan de 2018 passé à la loupe
Coris Bank international : « La Banque autrement » lance Coris Money, un nouveau porte-monnaie électronique
Commerce hors-UEMOA : Des opérateurs économiques sensibilisés sur les procédures règlementaires
Commercialisation du sésame : Comment tirer le meilleur profit de la filière ?
Salon de l’élevage du Burkina (SABEL) : Un cadre pour promouvoir la compétitivité du secteur
Projet de recensement fiscal : Les agents recenseurs ne sont pas d’accord avec la rémunération fixée
Dialogue Etat/secteur privé : Un cadre d’échange pour booster l’industrie et l’artisanat au Burkina Faso
Journées commerciales des produits bio-équitables : Les acteurs satisfaits de la première édition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés