Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Journée mondiale de lutte contre le paludisme au Burkina : Zéro moustique, zéro cas de paludisme à l’horizon 2030

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • jeudi 26 avril 2018 à 18h26min
Journée mondiale de lutte contre le paludisme au Burkina : Zéro  moustique,  zéro cas de paludisme à l’horizon 2030

« Le paludisme demeure un problème pour le monde et le Burkina ». C’est le constat fait par les autorités sanitaires, au cours de la journée mondiale de lutte contre le paludisme, célébrée ce 25 avril 2018, dans l’arrondissement 9 de la ville de Ouaga. Première cause de mortalité au Burkina Faso, le pays entend éliminer ce fléau à l’horizon 2030. C’est d’ailleurs le thème de cette 11ème journée mondiale : « Prêt à vaincre le paludisme ».

Un Burkinabè sur deux souffrirait du paludisme chaque année, avec malheureusement par an, plus de 4000 décès. En 2017, selon les données du ministère de la santé, environ 2 millions de cas de paludisme ont été enregistrés, dont 680 décès durant le premier trimestre de l’année. « Il y a 5 à 10 ans, nous comptions près de 10 000 mortsenfants par an dus au paludisme. Nous sommes passés maintenant à 440 morts dus au paludisme. Nous notons des progrès significatifs, mais ce qui est remarquable, ce qui nous ennuie beaucoup, c’est que nous continuons à voir de nombreux cas de paludisme » a signifié le ministre de la santé, Pr Nicolas Méda.

D’où l’intérêt de la présente journée pour mobiliser l’opinion en faisant connaître cette maladie, favoriser l’accès aux traitements, aux soins, ainsi qu’aux méthodes de prévention existantes. Et déjà, le chef du département de la santé donne quelques conseils aux Burkinabè. « Il faut dormir sous une moustiquaire, à chaque symptôme qui ressemble au paludisme, il faut se précipiter dans un centre de santé. Protégeons également nos habitations (fenêtres et portes) avec des grilles anti-moustiques et songeons aussi à assainir notre cadre de vie. Il faut que les collectivités territoriales prennent à cœur l’assainissement du cadre de vie » a noté Nicolas Méda, soulignant que : « C’est parce qu’il y a des moustiques, qu’il y a le paludisme. S’il n’y a plus de moustiques, nous pensons en finir avec le paludisme ».

Les Etats-Unis, premier donateur en matière de lutte contre le paludisme

Le gouvernement américain a toujours été aux côtés du Burkina dans la lutte contre ce fléau. De 2009 à 2018, les Etats-Unis, selon l’ambassadeur Andrew Young, a investi à travers l’USAID, plus de 85 milliards de francs CFA dans la lutte contre le paludisme au Burkina Faso. Par ailleurs, il soutient que son gouvernement a pris l’initiative de renforcer son soutien en faisant du Burkina Faso, son pays prioritaire de l’Initiative présidentielle contre le paludisme (PMI). « PMI devient par cet engagement et à partir de cette année, le premier donateur en matière de lutte contre le paludisme, avec un budget annuel de 14, 7 milliards de francs CFA » a indiqué l’ambassadeur Andrew Young.

Dans la même veine, le représentant du Burkina Faso au Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, Dr Jean Thomas Nouboussi, a noté qu’au titre de la période 2018-2020, les financements du Burkina s’élèvent à 75 milliards de FCFA, 60% étant réservé à la lutte contre le paludisme.

A l’occasion de la présente journée, le représentant du fonds mondial a annoncé que le président du Faso a été désigné comme ambassadeur du Fonds mondial pour la prochaine campagne de reconstitution des financements.

Notons qu’au cours de la présente journée, les différentes formations sanitaires qui se sont illustrées dans la prise en charge du paludisme ont été primées. Le premier prix est revenu au CHU pédiatrique Charles de Gaulles dans la catégorie CHU/CHR. Dans la catégorie district sanitaire, ceux de Titao, Boussouma, Thiou et Batié ont occupé respectivement les 1er, 2ème ,3ème et 4ème rang.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Messages

  • C’est bien ces kermesses.Commençons par rendre nos villes propres,une visite de l’agent municipal dans nos cours pour s’assurer des conditions d’hygiène WC,point d’eau,ordures ménagères ect..Faute de quoi l’habitation est déclarée inappropriée(une sorte de certificat d’idoneite)à introduire par la mairie valable pour 2 ans à l’image de la visite technique des nos véhicules.Principe louable si l’on sait que le but est pour limiter les accidents de la route et aussi la pollution atmosphérique.Sans ces mesures coercitives (au moins au niveau des 2 grandes villes)autrement les gens vivront le paludisme comme fatalité.Puis n’oublions pas les conséquences économiques et la pression excessive sur les structures sanitaires en saison pluvieuse.

  • Beaucoup trop de parlotte dans ce pays ! Le seul mot d’ordre est de nettoyer et assainir son environnement. Arrêtons le massacre : eaux stagnantes, tas d’immondices dans les rues devant sa porte, caniveaux bouchés, pas de puits perdus, plus d’eau de vaisselle déversé dans les rues pour ne pas avoir de nids de poule avec de l’eau stagnante, etc. Au lieu d’organiser ces cérémonies pour la journée contre le palu, chacun aurait dû prendre son balai et pelle pour assainir sa cours, devant sa porte et son quartier. Mais, comme dans ce pays, on n’a pas honte, on préfère quémander des dizaines de milliards par an pour lutter contre le palu alors que l’essentiel de ce montant va servir à payer la climatisation du bureau et faire fonctionner un gros 4X4 pour faire du tourisme et aller d’atelier en atelier au niveau national et voyager au niveau international. Nos cerveaux sont complètement exclavagisés et il est grand temps de les reformater pour ce mettre au travail et non quémander comme de vulgaires garibous sur Charles de Gaule.

  • je pense que le gouvernement et les collectivités en plus de l’assainissement dans les cours doivent regarder aussi ces gros trous qui sont creusés dans les quartiers. A marcoussis ou j’y habite il y en a beaucoup et l’on continue de creuser. pire je vois dans ces deux jours des camions vidangeurs qui déversent leur contenu dans ces trous ( à l intérieur de la ceinture verte entre les deux voies qui mènent à yagma. Bonjour les dégâts car le choléra viendra s’ajouter au paludisme. Je profite alerter le maire de l’arrondissement 9 qui a abrité la cérémonie de la journée mondiale de lutte contre le paludisme sur cet état de fait.

  • Je suis totalement d’accord avec tous les autres intervenants. C’est vraiment ça qu’il faut pour le pays.
    En plus c’est quoi ces uniformes ???
    Gaspillage d’argent , on pouvait utiliser cet argent pour l’assainissement même si c’était pour un CSPS ! Soyons vraiment sérieux les amis !!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée mondiale de l’alimentation : Atteindre la « faim zéro » au Burkina, à l’horizon 2030
Acrobatie sur l’échangeur du Nord : Neuf jeunes interpellés et huit motos saisies
Ordre national des médecins du Burkina Faso : Le Pr Charlemagne Ouédraogo élu président
Hausse du prix du carburant : La CCVC en grève de 24h le 29 novembre 2018
Ecole privée de santé Sainte-Edwige : La 6e promotion de l’annexe de Dédougou prête serment
Conseil Supérieur de la Magistrature : Les conclusions des travaux de la première session ordinaire de l’année 2018
Journée mondiale de l’enfant 2018 : L’UNICEF donne la parole aux enfants
Ouagadougou : Le maire met en garde les personnes qui s’adonnent à des acrobaties sur l’échangeur du Nord
WaterAid Burkina Faso appelle à l’action suite à un rapport sur l’absence de toilettes décentes dans les écoles
8 mars 2019 : Le motif de pagne tissé de Nathalia Nikiéma désigné pagne officiel au Burkina
Assises nationales de l’Eglise-famille de Dieu du Burkina : Les Communautés chrétiennes de base au cœur des échanges
Commune de Ouagadougou : Bientôt l’énergie solaire à grande échelle
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés