Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

Par Abdoul-Rachidi TAPSOBA • jeudi 19 avril 2018 à 12h49min

Ceci est une lettre ouverte au Chef de file de l’opposition politique du juriste et activiste indépendant Abdoul-Rachidi Tapsoba. Il se plaint que l’opposition burkinabè soit en train de perdre du terrain.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

C’est avec un cœur plein de désespoir et d’inquiétudes par rapport à l’avenir que je vous écris pour vous faire part de mes vues sur l’état de l’opposition politique dans notre pays depuis les élections présidentielles de 2015 à nos jours.

Lorsque vous êtes devenus chef de file de l’opposition politique burkinabè après les élections législatives de 2012, nous avons vu naitre avec vous une nouvelle opposition politique et une autre façon de s’opposer. En effet, vous avez su donner à l’opposition politique burkinabè qui louvoyait et qui perdait lentement mais surement la confiance et l’estime du peuple, un nouveau visage. Ainsi, vous avez fait de l’opposition politique burkinabè une opposition structurée, organisée, une opposition républicaine et combattante, une opposition crainte et respectée, n’en déplaise aux politiciens trop orgueilleux et prétentieux pour l’admettre.

Cependant depuis votre défaite aux élections présidentielles de 2015, qui vous a maintenu une deuxième fois comme chef de file de l’opposition politique, cette manière louable de s’opposer que j’ai décrite ci-dessus commence déjà à faire partie du passé (ce qui me semble un peu tôt pour cela) et j’en ai déjà la nostalgie. Je veux tout simplement dire que l’opposition politique burkinabè actuelle à la tête de laquelle vous êtes n’est plus la même que nous avons connue quand vous êtes devenu chef de file en 2012 et c’est ce qui est inquiétant.

Je sais que ça peut paraitre irréfléchi de ma part de vouloir comparer l’opposition politique de ces deux époques alors que les contextes sont largement différents et que ce ne sont plus les mêmes acteurs politiques qui animent l’opposition de nos jours. Mais vous le savez certainement mieux que moi qu’une opposition politique en tant qu’institution a un rôle et des missions classiques qui transcendent le temps et les individus.

Monsieur le chef de file de l’opposition politique, pour être moins abstrait je veux dire que l’opposition politique burkinabè actuelle que vous dirigez me semble trop silencieuse, trop attentiste, trop passive. En d’autres mots, elle mobilise de moins en moins, elle se prononce très peu sur les questions politiques et socio-économiques actuelles de notre pays. Je ne suis pas en train de vous demander de faire de l’opposition politique burkinabè une opposition anarchiste et subversive, une opposition qui manifeste selon ses humeurs, une opposition qui fait des sorties inopinées, irréfléchies et inopportunes, une opposition qui conteste systématiquement les décisions du pouvoir en place, en un mot une opposition qui s’oppose pour s’opposer.

Mais je demande juste à cette opposition de faire ce pourquoi elle existe, c’est-à-dire s’opposer quand il est nécessaire. Ce n’est malheureusement pas ce que je constate de nos jours. L’opposition que nous voyons c’est l’opposition à la manière du CDP avec ses « sorties fracassantes », ses mobilisations dans les provinces, à la manière de la CODER avec sa conception de la réconciliation nationale, et à la manière du PITJ de Soumane Touré qui ébranle la paix et la cohésion nationale. Toute chose qui est triste car ce n’est pas cette opposition politique que les gens veulent voir et entendre s’égosiller sur les médias.

Monsieur le chef de file de l’opposition politique, sachez que la vraie opposition politique burkinabè est en train d’être asphyxiée idéologiquement, de mourir politiquement et de perdre illégitimement la place qui lui revient. La véritable opposition politique est devenue agonisante voire moribonde. Elle n’est plus ce lion conquérant qui fait peur aux adversaires politiques. Cette opposition doit se réveiller et se ressaisir. Il faut la sortir de sa léthargie.

Monsieur le chef de file de l’opposition, l’opposition que j’appelle de tous mes vœux est celle, qui par exemple après le discours sur la situation de la nation du Premier Ministre à l’Assemblée Nationale devrait normalement faire aussi une sortie pour donner à la population son point de vue sur ce long discours du chef du gouvernement, en pointant notamment du doigt dans ce discours constitué essentiellement de chiffres et de projections, les éléments qui ne cadrent pas avec les réalités que vivent le peuple réel. Voilà un évènement de la vie de la nation qui ne doit pas passer inaperçu aux yeux d’une opposition vigilante et prudente.

En lieu et place de cela, vous avez préféré, lorsque l’occasion vous a été donnée de vous exprimer récemment lors de la visite du Président de l’Assemblée Nationale à votre institution, parler de cette fameuse plainte déposée contre monsieur Simon Compaoré. Avec tout le respect que je vous dois et toute l’admiration que j’éprouve pour vous, monsieur le chef de file de l’opposition politique, permettez-moi de vous dire que vous vous infantilisez chaque fois que vous parlez de cette plainte en espérant qu’elle pourra aboutir un jour.

Sachez que tant que le MPP sera toujours au pouvoir et que monsieur Simon Compaoré sera toujours ministre d’Etat auprès de la Présidence du Faso, il ne sera jamais inquiété à propos de cette plainte. Voyez-vous monsieur le chef de file de l’opposition, je suis juriste et je sais que nul n’est au-dessus de la loi et que toute personne, peu importe le rang qu’elle occupe, doit répondre de ses actes devant la justice. Mais ce principe comme tous les autres grands principes qui gouvernent l’Etat de droit d’ailleurs, demeurent comme leur nom l’indique des « principes » et ont besoin d’une volonté politique affirmée pour être appliqués, sinon ils ne sont que des chimères ou des vœux pieux de philosophe au service des politicards vicelards.

Aussi, votre grande expérience en tant qu’homme politique avisé et votre connaissance de l’histoire politique de notre pays aurait dû vous faire reconnaitre (même si cela est triste pour notre pays) qu’avant et après la Révolution d’août 1983 dans notre pays, aucun cacique du parti politique au pouvoir n’a jamais répondu devant les tribunaux, en tout cas pas tant que celui-ci continue à gouverner.

Monsieur le chef de file de l’opposition politique, sans avoir pu tout dire je suis déjà au terme de cette lettre. J’espère qu’après l’avoir lue, vous mettrez tout en œuvre pour faire de l’opposition politique de notre pays une opposition digne de ce nom, à même de faire valablement face au parti politique au pouvoir lors des élections présidentielles et législatives de 2020, afin qu’elles ne soient plus une nième parodie électorale à travers laquelle on plébiscite le candidat du parti au pouvoir.

Abdoul-Rachidi TAPSOBA
Juriste, activiste indépendant
Contacts : 71335366/79657202

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 avril à 13:54, par sidzabda
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    En tout cas je souhaite que l’opposition politique ne soit pas comme le syndicat au Faso.
    L’opposition politique devrait tout assainir dans ses rangs. Or on constate que le CDP et la CODER sont en train de phagocyter la vraie opposition politique qui est somme toute constructive.
    Je demande à ZEPH de ne pas perdre le contrôle de l’opposition au profit de ceux qui ne peuvent rien envisager de bon pour notre cher Faso.
    ZEPH réveille toi ! Réveille toi !

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 14:07, par Tiemtore Lassane
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Mr Tapsoba j’ai lu avec grand intérêt votre lettre et je tiens à donner mon point de devue.D’abord je reconnais que l’opposition est très silencieuse mais elle ne pouvait pas être autrement Depuis l’avènement de l’insurrection tout le monde est devenu spécialiste de tout L’opposition quand elle sort c’est toujours pour faire des critiques constructives qui ne sont malheureusement pas prises en compte Ensuite la morosité économique la passion ont rendu le burkinabe virulent à tel point qu’il ne peut plus faire un raisonnement objectif dénué de haine.Dans cette situation comme les Anglais le disent wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 14:16, par Mino
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Bien vu M. TAPSOBA.
    Même quand l’opposition fait du bruit, il n’y pas de quoi faire sursauter quelqu’un qui dort ; pardon quelqu’un qui somnole. Elle se contente de produire un communiqué lapidaire et ne s’adresse qu’à ceux qui savent lire, encore faut il qu’ils le lisent.
    Moi j’ai l’impression que l’opposition politique est entrain d’être phagocytée par le CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 14:23, par HUG
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Vous avez raison. L’opposition se comportait comme si tout allait bien. Avec ce pouvoir du MPP, les nominations de complaisances , la manipulation, la politisation de l’administration et autres ont atteint un degré considérable. Aussi, les conditions de vie des Burkinabés sont devenus très précaires. Le pouvoir du MPP a crée deux classes sociales au sein des fonctionnaires : ceux qui mangent, grossissent et n’arrivent plus à porter des ceintures et les fonctionnaire faméliques qui vivotent.Cependant cette opposition dort paisiblement et ne dit rien.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 14:42, par coalusion
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Salut. Mon frère, je te respecte. Pour moi, l’opposition a perdu beaucoup d’hommes : les têtes. Elle est composée de qui et de quel parti politique. Voila pourquoi Me SANKARA est parti. Quand vous entendez Ablassé, Eddie, Gilbert et autres parler ça fait pitié.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 14:59, par Wadal
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Mr TAPSOBA, vous avez vu juste. Parfois, je me pose la question : Est-ce qu’il y a des responsabilités dans ce pays ? Qui l’est et qui ne l’est pas ? Je le répète le mpp est l’autre face du cdp parce que composé des mêmes personnes pratiquant les mêmes stratégies de gouvernance. Il en pouvait être autrement ?. La politique mpp est tout simplement un manque de volonté politique face aux maux que nous avons tant décriés dans ce pays à la suite d’une insurrection salvatrice qui donna espoir aux burkinabè. Que constatons-nous après 3 ans de gestion ? Les mêmes maux sont toujours là : corruption, mal gouvernance, l’impunité. Alors à mon sens, cette missive de mr TAPSOBA est on ne plus clair, offre la large opportunité à l’opposition politique vraie de se faire entendre. Pourquoi je dis opposition vraie, constante et républicaine car depuis 2012, vous êtes restés constants : le mpp vous a rejoint et repartir et maintenant c’est le cdp qui est avec vous. Ces deux-là, sont les deux faces d’une même monnaie et ce sont des profiteurs dangereux avec qui l’opposition vraie incarnée par l’upc doit chaque fois s’en méfier.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 15:13, par panga
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Mr TAPSOBA, à la place de ZEPH comment allez vous vous comporter ? Vous reconnaissez que depuis 2012 c’est avec lui qu’on a vu "naître une nouvelle opposition politique et une autre façon de s’opposer. Qu’en effet, il a su donner à l’opposition burkinabè qui louvoyait et qui perdait lentement la confiance et l’estime du peuple, un nouveau visage ; aussi , qu’il a fait de l’opposition politique burkinabè une opposition structurée, organisée, une opposition républicaine et combattante, crainte et respectée". En retour qu’avez vous de cette lutte ? Vous avez préféré donner le pouvoir à ceux qui mangeaient avec Blaise certains avec des fourchettes d’autres avec des râteaux. Donc c’est ZEPH qui doit organiser l’opposition pour que des gens tapis dans l’ombre viennent prendre le pouvoir. A moins d’être un nez plat. Que ceux qui veulent le pouvoir prennent le devant. ZEPH ne fais plus rien, ils ont été ingrats qu’ils assument.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 15:32, par kouligniré
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Je suis d’accord en partie avec vous cependant il y a certains points de ton speech qui ne collent pas. je ne vais pas tomber dans ce piège en reprenant les choses mot par mot mais je pense que ce que soumane touré a dit mérite d’être pris au serieux. ne négligeons pas les choses. le problème il est là et réel. des politiciens avant lui ont fait étalage de toute leur bétise sur la place publique à ce sujet. Il ya eu Ablassé ouédraogo, eddie K ... Alors ensemble, detectons vite le problème et combattons le à la source afin de préserver cette bonne vie en paix et en harmonie qui existe au Faso. Au caméroun on a ignoré le problème, kenya, mali, côte d’ivoire, rwanda, guinée, Togo ... hélas ca fini par les rattrapé et ce fut cruel. Alors, on peut ne pas dire les choses telles qu’elles sont mais les detectées et les combattre. Soumane n’ébranle ni la paix ni la cohésion sociale. c’est ce que nous faisons dans nos communautés qui ébranle cette cohésion sociale. Il n’a fait que dire haut ce qui se passe dans la réalité. en d’autres termes il averti les uns et les autres. vivement travaillons à cette cohésion sociale.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 15:55, par maat
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Pourquoi pas penser à une limitation du nombre de mandat du CFOP (Chef de File de l’Opposition Politique) ? Si tant la tâche est ardue, elle est donc épuisante et une seule personne ne doit l’occuper pendant plus d’un certains nombre d ’année. A mon sens , si l’on le conçoit comme une institution républicaine, son rôle étant le porte-parolat, le parti arrivé 2è aux élections peut certes occuper mais pas la même personne !! Les juristes peuvent nous aider à trouver la bonne formule

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 16:19, par KTK
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Il ne faut pas dramatiser non plus. Etre opposant ne veux pas dire qu’il faut faire du bruit à tout moment. On peut prendre le temps qu’il faut pour observer aussi et réagir au bon moment. c’est à dire apprécier positivement ou négativement la situation nationale ou les deux. On peut être efficace aussi dans la discrétion sans qu’on donne l’impression d’être en campagne avant l’heure.
    Nous tous nous connaissons aussi les réalités de notre pays qui n’est pas si avancé en terme de démocratie. Vous pouvez faire beaucoup de bruits si vous voulez mais lorsque le temps des votes arrive et que des billets de banque passent par là, vous êtes vite oublié.
    Faire beaucoup de bruits demande un certain nombre de moyens qui sont généralement pas énormes sous nos cieux.
    Quand on critique, il faut pouvoir dire aussi quelle est votre contribution sur le terrain pour permettre à l’opposition de faire ce que voulez qu’elle fasse.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 16:29, par Djibi
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Monsieur le juriste, j’ai lu avec intérêt votre lettre, je résume que vous interpellez le CFOP à dynamiser l’opposition afin de jouer le rôle qui est le sien. Mais je suis resté sur ma soif car je m’attendais à voir des propositions concrètes de votre part. Par exemples, l’observation faite sur les chiffres contenus dans le discours du PM, vous invitez le CFOP, à réagir, mais comment peut-il réagir s’il n’a pas en sa possession des données contradictoires ? Ensuite, concernant sa plainte contre Simon Compaoré, que voudriez-vous qu’il dise ? Mais vous qui êtes juriste, je pense qu’il est de votre rôle de lui proposer des moyens de recours pour la suite escomptée. De la discussion jaillit la lumière, c’est mon point de vu sur votre lettre. Amicalement.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 16:33, par fîlsdupays
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    ZEF, le grand calculateur s’est fait avoir en allant du côté de l’opposition et c’est là qu’il a perdu toute sa crédibilité. Aujourd’hui tout se précise. Le CDP et le RDA ont su l’utiliser pour éviter les coups du peuple et maintenant à lui de subir les conséquences. C’est une réalité. UPC =ZEPH=Pas de responsabilité. Nul militant mais observateur. 2020 nous dira si j’avais tord.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 16:47, par sheiky
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Je n’a pas tout lu, mais l’auteur ne fait qu’ajouter la terre à la terre. je constate qu’il s’adresse directement à Zeph et c’est bien. Comme dit "panga" le peuple ne lui a pas donner le choix. Malgré le travail qu’il a fait, d’autres se sont rapprochés de lui pour lui faire un coup d’état via une insurrection. cette insurrection n’était pas dans son agenda d’ou sa frilosité après cela. 1ère ratée. Il s’est néanmoins préparé conséquemment pour les élections. Malgré tous ses atouts, c’est le même peuple qui a choisi ceux qui faisaient partie de l’autre camp il n’y a pas si longtemps. Cela avec surement quelques pistons de fraude et d’achat de vote et de conscience (je retire mes mots). Une bonne partie du choix de ceux qui ont voté à des relents qu’on évitera d’évoquer pour ne voler la vedette à Soumane Touré. Au début du mandat, on a constaté la virulence du CFOP, mais que n’a-t-on pas lu sur Zeph sur le net après chaque sortie. Et pour l’achever, certains coquins et copains d’hier sont aller chercher pitance ailleurs. Pire, on a tous constaté que le ver avait été placé dans le fruit pour l’achever au moment venu ou en tout cas l’affaiblir pour un bon bout moment, le temps que 2020 passe. Je ne suis pas libéral et je n’ai pas une obédience particulière pour l’UPC. Mais je constatais une différence claire et nette entre ce leader qui est compétent, organisé et ambitieux (avec parfois les mauvais côtés de l’ambition). Mais le Burkina d’aujourd’hui a plus besoin d’hommes comme lui comparé aux gouvernants actuels et en attendant que d’autres figures émergent.
    En attendant, on ne peut lui en vouloir de "se chercher". Les tirades de Laurent BADO malgré leur caractère délirant cachent des vérités sur la sociologie de notre pays actuellement.
    Mais on n’a pas le droit de baisser les bras. C’est notre pays à tous, celui de nos descendants et on n’est pas pire que les autres.
    Donc la LUTTE CONTINUE.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 17:09, par toudou
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Monsieur Tapsoba, au lieu de jouer à l’activiste indépendant, regroupez vos amis facebookeurs et créez un parti pour faire de la vraie opposition. Zéphirin Diabré n’est pas rentré en politique pour vous. Ce n’est pas vous qui l’avez élu. Il rend compte aux militants et aux sympathisants de l’UPC. Ce n’est pas le rôle de Zéphirin Diabré de faire en sorte qu’en 2020 le pouvoir soit battu. Vous avez donné un franc lors de sa campagne de 2015 ? Vous avez déjà cotisé pour une marche de l’Opposition ? Au lieu de passer le temps à jouer aux internautes, descendez dans l’arène comme lui, et menez le combat. Vous faites penser à ces milliers de cadres burkinabé qui sont dans leur confort douillet, boivent leur bière, jouent aux commentateurs sur leurs claviers, et demandent aux autres de se mouiller pour qu’il y ait l’alternance. Notre pays n’a pas besoin de soit disant activistes indépendants qui passent le temps à donner des leçons. Il a besoin de citoyens qui s’engagent. Si les partis existants ne font pas bien leur travail, alors c’est à vous d’en crééer. Sinon, taisez vous et laisse Zéphirin Diabré faire son travail comme il l’entend. Il n’est pas votre employé. Ce n’est pas vous qui lui avez dit de rentrer en politique. Vous ne savez meme pas avec quel moyen il mène son combat depuis des années. Il n’a pas de compte à vous rendre. Si demain les Burkinabé sont mécontents de sa manière de faire la politique, qu’ils votent pour quelqu’un d’autre comme CFOP.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 17:39, par sans vénin
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Merci Panga pour avoir dit tout ce que je voulais dire. Quant-il s’agit d’organiser Séph quant-il s’agit de gouverner autre personne. Qui est berger pour conduire le peuple mouton de Bado et à la tabaski ce sont les autres qui en mangent. Nous avons été très ingrats avec Seph qui est gagné par le découragement aujourd’hui. Mais courage à lui.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 17:40, par Thom’S
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Monsieur Kouligniré, tu es en porte-à-faux avec ce que tu dis ! Que faisons-nous dans nos communautés ? Explique ce que tu veux dire par là. Les différentes ethnies cohabitent paisiblement, même si souvent il y a de conflits agriculteurs-éleveurs, et c’est pas au burkina seulement. Au niveau des religieux et coutumiers, il n’ y a pas de signes inquiétants. Je suis tout à fait d’accord avec Abdoul-Rachidi TAPSOBA quand il dit que la manière de Soumane TOURE ébranle la cohésion sociale. Il faut être dupe pour ne pas croire à cela. C’est certains politiciens verreux qui tentent de semer la division au Burkina. Faisons attention.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 17:50, par YAAM SOBA
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Monsieur Abdoul-Rachidi TAPSOBA je suis désolé, mais Zephirin Diabré est l’opposant le plus actif au Burkina Faso. Si vous lisiez de temps à autres les infos vous verrez que l’UPC est le seul parti politique qui fait des déclarations pour dénoncer les problèmes qui minent notre pays. Au contraire c’est vous les activistes qui êtes passifs face à la mauvaise gestion du MPP. Lorsque Zéphirin dénonçait la loi suicidaire concernant les PPP gré à gré qu’avez vous fait ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 17:58, par Nikiema
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Moi je ne comprend pas les burkinabé. Vous voulez que Zéphirin Diabré sorte brûler des pneus sur les voies publiques pour qu’il vous montre qu’il est opposant ? Laissez le monsieur en paix et assumez vos votes !

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 19:29, par Exacte
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Je voudrais que Mr Abdoul-Rachidi TAPSOBA
    Juriste, activiste indépendant dans sa prochaine lettre me dit dans les détails comment un opposant politique républicain doit se comporter quand les terroristes nous frappent recto-verso . Je vous remercie pour votre contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 21:16, par Henriette kouassi
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Chaque Peuple mérite ses dirigeants. Vous les aviez voté, alors subissez.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 21:58, par vérité
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Quelle perspicacité mon frere ! Merci pour ta contribution,si nous avons un nombre substantiel de consciences comme ça dans notre pays, nul doute que nous avancerons.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 23:53, par NEBIE
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    Moi je pense que l’UPC n’est pas aujourd’hui à la place qu’il devait être. Avec le CDP au Cfop, Zéphirin peut encore convaincre qui ? Me SANKARA, BADO et bien d’autres ont fait le bon choix. Il n’est pas tard pour Zéphirin s’il veut réellement gérer un jour ce pays : Rejoindre la majorité maintenant. S’il veut demeurer TOUT PUISSANT PRESIDENT du CFOP ,c’est son choix. J’ai le sentiment que le pouvoir au Burkina se jouera entre MPP et CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 10:35, par Tonton Marcel
    En réponse à : Burkina Faso : L’Opposition politique retombe dans une torpeur, selon l’activiste Abdoul-Rachidi Tapsoba

    C’est qui cet activiste dénommé Abdoul-Rachidi TAPSOBA ? J’ai jamais entendu parler de lui si ce n’est qu’aujourd’hui.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés