Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble.Proverbe Africain» 

Lutte contre le Terrorisme : Tactique et méthode à Kamboincé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • mardi 17 avril 2018 à 01h02min
Lutte contre le Terrorisme : Tactique et méthode à Kamboincé

L’exercice militaire multinational Flintlock 2018 se poursuit du côté du camp général Bila Zagré de Kamboincé. Ce 16 avril 2018 était plus ou moins ouvert aux journalistes qui ont pu apercevoir un pan de ce que les unités spéciales de différents pays apprennent, sous la supervision des militaires américains et de leurs partenaires européens. Réaction à l’embuscade, démonstration de précision et de confiance étaient de mise pour ces forces spéciales qui se préparent à répondre aux terroristes qui essaiment les pays du Sahel.

Au champ de tirs qu’abrite le camp général Bila Zagré de Kamboincé, une unité spéciale de l’armée malienne est à la manœuvre. Elle a appris ou a perfectionné les méthodes de réaction à une embuscade, à tirer avec précision et confiance. Dans un nuage de fumigène dans une visibilité réduite, les forces spéciales maliennes avancent et font ‘’pleuvoir du feu’’ sur l’ennemi fictif. A balles réelles. Le tout sous le regard des visiteurs du jour, constitués des journalistes, de l’ambassadeur des Etats Unis au Burkina Faso, du chef d’Etat-major général des armées, et de leurs délégations.

Dans le cadre de l’exercice militaire Flintlock 2018, le Burkina Faso accueille un Poste de commandement secondaire, à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso. Les opérations sont menées de façon coordonnée avec le poste de commandement principal installé au Niger. Au Burkina Faso, les forces spéciales nationales sont donc en apprentissage et en opérations coordonnées avec celles du Mali, de la Mauritanie, sous la supervision des Etats Unis accompagnés par leurs partenaires de l’Autriche, de l’Espagne, des Pays-Bas et de la Pologne.

Après le champ de tirs, place à la conférence de presse. L’ambassadeur des Etats Unis, Andrew Young ; le chef d’Etat-major général des armées (CEMGA), le Gal. Oumarou Sadou ; et le Commandant des opérations spéciales pour l’Afrique, le Gal. Marcus Hicks se sont prêtés aux questions des journalistes.

Le CEMGA a remercié les Etats-Unis qui à travers l’exercice Flintlock, donnent l’occasion aux forces spéciales du Burkina et à celles d’autres pays africains de mieux se préparer et de renforcer leurs capacités en vue de faire face au terrorisme. Pour le Gal. Oumarou Sadou, dans le cadre de la lutte contre les menaces terroristes, les opérations doivent être coordonnées, et c’est en cela que Flintlock trouve toute son importance puisqu’il est adapté à la menace terroriste, et encourage les différents Etats-majors à travailler ensemble.

L’ambassadeur des Etats Unis au Burkina, Andrew Young confirme la nécessité de coordonner les efforts contre les menaces partagées. Selon le diplomate, en dehors de l’aspect militaire, d’autres activités sont inscrites au programme du Flintlock.

C’est la méthode qui compte le plus

Organisé depuis 2005 par le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (AFRICOM), Flintlock est un exercice militaire multilatéral annuel planifié, coordonné. A en croire le Commandant des opérations spéciales pour l’Afrique, le Gal. Marcus Hicks, les Etats Unis et leurs partenaires ne viennent pas seulement instruire les forces armées africaines. Ils ont également beaucoup appris, du point de vue des tactiques et des modules de formation en perpétuelle évolution.

Sur le champ de tirs, le chef d’Etat-major général des armées (CEMGA), le Gal. Oumarou Sadou s’est également prêté à l’exercice. Avec un armement spécifique des instructeurs américains. Ceux-ci repartiront avec leur matériel à la fin de l’exercice. Mais pour le CEMGA, ce sont les techniques et les méthodes qui doivent être privilégiées. Il reconnait que pour les forces spéciales, un armement spécifique est indispensable pour la rapidité et la précision. Il appartient à chaque pays de travailler à doter ses unités spéciales en matériel adéquat et adapté aux types d’opération auxquelles elles font face.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : « Il faut d’abord que les chefs coutumiers soient bien informés »
Situation sécuritaire : Le SPONG apporte son soutien au gouvernement
Attaques du café Cappuccino : Trois ans après, les activités commerciales tournent toujours au ralenti
Burkina : Les FDS victimes des préjudices des attaques terroristes bientôt indemnisées
Attaques terroristes : Il y a trois ans, le temps s’arrêtait sur Kwamé-N’krumah
Assemblée nationale : 127 députés, 127 millions de francs CFA pour soutenir les FDS
Tapoa : Un forestier tué au cours d’une mission anti braconnage
Violences à Yirgou : Une marche silencieuse à Ouagadougou pour dire non à la stigmatisation ethnique
Ouagadougou : Un automobiliste arrêté après avoir tenté de forcer les barrières du camp Guillaume
Marche de protestation à Dori contre le drame de Yirgou : les communautés vivant au sahel adressent une lettre au président du Faso
Drame de Yirgou : l’UNIR\PS condamne une barbarie aveugle
Situation nationale : Le CDP appelle les populations à la retenue
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés