Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • mardi 10 avril 2018 à 13h25min
Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

La Coalition nationale des acteurs économiques pour un commerce équitable (CNAECE) a animé une conférence de presse sur les Fonds communs (FC) de la fonction publique, ce lundi 9 avril 2018 à Ouagadougou.

« Au regard de la morosité des affaires et tout ce qui précède, nous demandons la suppression pure, simple et maintenant des fonds communs, la mise au même niveau salarial des différentes catégoriques de la fonction publique », a déclaré le porte-parole de la Coalition nationale des acteurs économiques pour un commerce équitable (CNAECE), Hamado Kanazoé.

Pour cette coalition, « il est impensable qu’au moment où le peuple agonise parce qu’il lui manque tout, des employés de l’Etat se partagent sa contribution. Cela relève de l’abus, de l’iniquité ». A écouter les conférenciers, un doute se dessine à l’horizon. « Si les fonds communs venaient à rester intacts, le gouvernement sera obligé de traire la population pour satisfaire les autres revendications ; ce qui rendra la vie excessivement chère pour le reste de la population, car ni salariés du secteur privé, ni les autres qui sont sans revenus précis ne pourront suivre le rythme de cette cherté », ont-ils indiqué.

Le porte-parole de la CNAECE, Hamado Kanazoé

Pour ce faire, la CNAECE lance un ultimatum au gouvernement pour la suppression des fonds communs. « Nous prévenons que si d’ici fin mai la suppression n’est pas effective, nous demanderons au gouvernement de nous trouver des voies et moyens pour que nous puissions payer nos taxes pour la continuité de l’Etat, car nous allons bouder tous les services du ministère de l’Economie et ses démembrements », a annoncé le porte-parole.

Selon Hamado Kanazoé, à défaut de la suppression du FC d’ici fin mai par le gouvernement, la coalition sera obligée d’appeler le monde des affaires au refus de payer les taxes, les marchandises entrantes iront directement aux magasins et même les taxes routières ne seront pas payées.

Face à toute éventuelle accusation de manipulation, le président de la CNAECE, Rasmané Kologo a tenu à rassurer que leur coalition lutte contre la cherté de la vie. Sur leur affiche, on peut lire : « Lutter contre le Fonds commun, c’est lutter contre la vie chère au Burkina Faso ».

Il faut noter que la Coalition nationale des acteurs économiques pour un commerce équitable regroupe une vingtaine associations. La présente déclaration a été signée par vingt-six (26) associations.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 avril à 18:04, par Gabegie En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    La suppression pure et simple de ces primes ne doit souffrir d’aucun débat.
    Mais il faut aller plus loin en recadrant les avantages exorbitants des chefs d’institutions, des députés et mêmes des ministres.
    Sanctionner les corrompus et les corrupteurs.
    Nous voulons un État responsable avec des citoyens responsables.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 18:24, par vérité no1 En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    C’est ça qui est la vérité ! Vous avez le soutien du peuple !
    On ne peut plus permettre aux vampires de boire le sang d’honnetes citoyens !
    Celui qui n’est pas content, eh bien, qu’il cogne sa tête contre le mur de l’ENAREF, point barre !

    Répondre à ce message

    • Le 9 avril à 23:36, par Le bon analyste En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Toujours aigri toi. On verra bien. Manipulation. Tu es un des leurs. Je te connais bien. Tu ne vas jamais changé. Toujours pret à manger dans les mains des .....

      Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 09:56, par Alpha En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Tu as quel niveau ? tu parles d’honnêtes citoyens, penses-tu que des honnêtes citoyens réagissent de la sorte. Si tu as fait concours de l’ENAREF 10 fois sans avoir, ce n’est pas la faute de quelqu’un. Allez-y supprimer on va voir, les fonds communs existent dans tous les pays du monde, ce sont les appellations qui diffèrent, le Burkina ne sera pas une exception ; renseignez-vous en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Gabon, vous allez tomber des nus, au Burkina Faso c’est des miettes. Au Mali, au Niger nous avons la même situation sécuritaire mais personne ne parle de suppression de Fonds Communs

      Répondre à ce message

      • Le 10 avril à 11:05, par Kabarébé En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

        Faux et archi faux !!! Le fonds commun n’existe pas dans tous les pays du monde. Il n’existe que dans les pays à courte vision ; Où des pailleurs de la république sont passés au pouvoir. Sinon comment comprendre qu’une prime soit au-dessus du salaire ? Et puis, ce n’est parce que le FC existe au Niger qu’il doit exister au Burkina. Cet argument vole très bas. Acceptez au moins qu’on ramène ces FC à des proportions raisonnables pour permettre à l’État de faire des économies au lieu de vous entêter sur du faux.
        Au lieu de défendre le fonds commun, il vous sera plus logique de demander à l’État de revoir aussi du côté des institutions budgétivores.

        Répondre à ce message

      • Le 10 avril à 12:22, par Kouda En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

        Pensez-vous qu’il y ait un mérite particulier à réussir au concours de l’ENAREF ?
        Moi, je n’ai jamais rêvé passer le concours de l’ENAREF et j’assume mon choix. L’ENAREF, ça ne me fait ni chaud ni froid.
        Alors, ne pensez pas que les gens vous jalousent. Qu’avez-vous de particulier (mérite ou autre chose) qui m’amènerait, moi, à vous jalouser ?
        Elevez le niveau du débat SVP.
        Après mon bac, on a voulu me forcer à être médecin. J’ai refusé. Ce n’était pas ma vocation et j’ai laissé les places de médecines à ceux et celles qui étaient intéressés par la médecine. J’ai terminé complètement mes études supérieures, de manière brilllante, sans jamais redoubler une classe et je suis très content de ce que je suis actuellement.

        Répondre à ce message

        • Le 10 avril à 14:09, par PIONG YANG En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

          Ils n’ont pas le niveau pour comprendre que des agents des finances on caressé la queue dans certaines classes. Tout le monde sait comment d’ailleurs certains sont labas. On va supprimer pian !!

          Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 02:00, par POUTINE En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

          Tu fais quoi actuellement kouda comme tu n’as jamais aimé l’ENAREF ? Mais pourquoi tu es si aigri contre les financiers ?

          Répondre à ce message

          • Le 11 avril à 15:30, par Kouda En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

            Cher Poutine, la bienséance voudrait que, quand on ne connaît pas quelqu’un, on le vouvoie.
            Vous dites que je suis "aigri contre les financiers" ? Pourquoi serai-je aigri ?
            Etre aigri ne m’apportera rien et ne fera que me détruire : vous comprenez donc que je n’ai aucun intérêt à être aigri.

            Voici mon opinion sur le Fonds commun.
            Le fonds commun, dans ma compréhension, sert à motiver les agents du ministère des finances qui luttent contre l’évasion fiscale et douanière. Lorsque ces agents parviennent à lutter contre l’évasion fiscale et douanière, l’Etat leur reversent une partie du fruit de cette lutte pour les encourager à plus d’effort et d’efficacité dans cette lutte. Je comprends ce mécanisme qui conduit à un montant global du fonds commun qui dépend positivement des résultats de la lutte contre l’évasion fiscale et douanière. Si les fruits de cette lutte contre l’évasion fiscale et douanière sont élevés (faibles) alors le montant global du fonds commun sera élevé (faible). A l’extrême, si la lutte contre l’évasion fiscale et douanière rapporte zéro franc CFA alors le montant total du fonds commun sera de zéro franc CFA.

            Je suis contre le fonctionnement actuel du fonds commun car ce dernier est considéré comme un acquis pour les syndicats des travailleurs du MINEFID (c’est eux qui le clament), ce qui n’est que partiellement vrai. Vouloir asseoir le fonds commun sur les dépenses de l’Etat ou sur le budget de l’Etat ou sur tout autre élément est inacceptable. Comment comprendre qu’une partie des intérêts des placements des fonds de l’Etat ou des gains de change servent à alimenter le fonds commun ? Quels liens existent-il entre les gains de change ou les intérêts des placements financiers des fonds publics et la lutte contre l’évasion fiscale et douanière ?
            Poutine, vous qui êtes du MINEFID, vous êtes recruté et payé par l’Etat burkinabè pour faire quel travail ?
            Ma proposition c’est qu’on ramène le fonds commun à sa philosophie initiale.

            Poutine, vous (syndicats du MINEFID) croyez que vous êtes forts actuellement mais prenez garde car viendra un jour où le rapport de force sera complètement inversé, vous serez alors en situation de faiblesse et les autres (gouvernement, secteur privé, citoyens...) ne vous feront aucun cadeau. Ils supprimeront purement et simplement vos fonds communs. Il n’y a pas longtemps plusieurs opportunités ont été offertes au RSP pour entrer dans la république mais le RSP n’a pas su saisir ces chances. J’ose espérer que vous ne vous retrouverez pas dans cette situation.

            Telle est mon opinion et nous pouvons échanger objectivement, sans injures et avec courtoisie. Les raccourcis du genre "vous êtes aigri contre les financiers" ne sont que l’expression de votre manque d’arguments objectifs pour défendre vos positions. Poutine, le débat est ouvert. Exposez nous vos arguments. S’ils sont cohérents, pertinents et convaincants alors je serai peut être d’avis avec vous. Je peux même comprendre vos arguments, reconnaitre qu’ils sont pertinents sans les épouser. C’est en cela que le débat intellectuel est magique.
            Si, au contraire, je trouve que vos arguments ne sont pas convaincants ou pertinents, je vous le ferai savoir et ne changerai pas mon opinion sur le fonctionnement actuel des fonds communs au MINEFID. Dans un débat d’idées, entre des gens respectueux l’un de l’autre, les injures, les railleries et autres raccourcis du genre "vous êtes aigris" n’ont pas de place. Bien à vous.

            Répondre à ce message

      • Le 10 avril à 12:24, par tarno En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

        chaque pays a ses réalités et nous n’allons pas les juger pour ça ici nous sommes au BF et si le gouvernement juge bon de maintenir le FC qu’il le repartisse à tous les travailleurs.personnellement je ne suis trop contre le FC. j’aurai aimé simplement que cela bénéficie à tous les travailleurs de la fonction publique.car pour moi un fonctionnaire quelque soit le poste qu’il occupe contribue au PIB de ce pays et de ce fait doit bénéficier des retombés économiques de son pays.Il est évident que Tout le monde ne peut pas travailler dans la finance car n’étant pas le seul corps de métier qui existe.c’est pour quoi vous vous y êtes et d’autres sont ailleurs mais tous guidé par le même objectif : contribuer au développement du BF. Tous les corps de métiers se complètent.c’est parce que vous avez reçu une bonne éducation scolaire que vous exercez aujourd’hui dans la finance,c’est parce que vous êtes en bonne santé que vous parlez de FC, c’est parce qu’il ya de l’innovation en matière de TIC que tout est devenu facile dans votre position de travail etc......., bref ! tout le monde bouge pour offrir le meilleur de soit afin que vous puissiez récolter les retombés.donc s’il ya FC c’est tout le monde qui devrait en bénéficier et non pas une minorité. Pour moi, soit tout le monde gagne ou bien personne ne gagne.

        Répondre à ce message

      • Le 10 avril à 16:33, par vérité no1 En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

        Si tu es venu aux finances à cause du fonds commun et non par vocation, alors prépare ta valise pour une autre destination !!!!!!!
        Tu peux soit rejoindre le sourou pour cultiver du riz ou passer un autre concours et comme tu es si intelligent d’ailleurs, le problème d’admission ne se posera pas !
        Le pays est rempli de réactionnaires !!!!!!!!

        Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 10:25, par Alias En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

        Ne ramenons pas les problèmes à une question de niveau. Surtout pas d’instruction, éducation, formation, de diplôme...

        Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 22:56, par ibra En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

        je pense que tu es moins cultivé,car le fonds commun n’existe dans tous les pays du monde,mais surtout dans les pays francophone de l’Afrique mais avec un rythme acceptable.il serait plus judicieux à ton niveau d’éviter de dire que les gens ont fait le concours d’ENAREF 10fs sans avoir et que c’est pas la faute de quelqu’un.il faut surtout analyser le contexte qui déplait considérablement les autres fonctionnaire et le contribuable.si non c’est pas en étant financier que tu peux être ou définitivement riche. je ne suis pas financier mais je n’envie pas aux financier. remuer ta langue avant de parler.Avec tous ton fonds commun tu n’est rien devant d’autres fonctionnaires qui travaillent honnêtement. respectons nous dans ce pays,éviter de créer une large discrimination aux jeux de tous le monde et cela fait honte pour le gouvernement.

        Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 18:25, par Ali En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Laissez les gens en paix. Au Burkina les gens paient l’impôt par contrainte et non par citoyenneté. On paie taxe de résidence pour papiers de parcelles ou mariage. On paie TVA et autres impôts pour avoir cartes grise de mon véhicule, motos bref être en règle. On paie impôt pour avoir attestation fiscale sans ça on ne peut postuler à aucun marché public. Faut aller bouder le temps que tu comprendra ça sera trop tard pour toi.

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 09:25, par Moro En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Il faut comprendre que les gens paient l’impôt parce qu’il y a une loi qui les oblige à le faire. Les agents des finnances ne font que faire appliquer ces différentes lois votés par la représentation nationale. Il n’ ya aucun mérite particulière pour cela. Du reste tous les agents de l’administration le font au quotidien. Les contribuables qui paient l’impôt sont en droit d’avoir un oeil sur comment les recettes sont gérées. Dans un pays qui se respecte, on ne peut pas indexer toutes les recettes publiques au fonds commun. Nous avons tous des enfants et il faut tenir compte de leur avenir dans la gestion des fonds publiques.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 18:41, par QUID En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Il est impensable et inadmissible que certains se sucrent et veulent même arracher la mamelle nourricière de notre pauvre Faso.
    Je ne vais prendre que le cas d’un agent de la douane qui se sert 4 fois sur nos ressources avec différentes appellations :
    - TS pour les heures supplémentaires ;
    - 10 pour cent sur toute saisie ;
    - Le fonds commun ;
    - Le salaire
    sans compter les autres avantages en espèces et en nature reçus.
    Bref, c’est terrible et a ce rythme le navire Burkina va tanguer et même chavirer....

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 18:43, par NuungBiga En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    En fin une déclaration digne d’être soutenue. Je suis à 100% d’accord avec vous. Les commerçants sont les plus grand contribuables et ils ont jusque là crue que leur argent servait à construire le pays. Mais nous voyons maintenant qu’une minorité de 8000 employés se partagent chaque année un pactole de 55 milliards de Fcfa, environ le double de la masse salariale totale du pays qui compte environ 130 000 salariés.
    Nous voyons maintenant claire que notre argent permet à certains de se faire des villas d’Eldorado et se taper des weekend tranquilles dans les caraïbes pendant que le pauvre contribuable souffre avec la crise économique actuelle.
    Je soutiens votre décision en disant que les commerçant ne peuvent plus jouer à ce jeu. Nous sommes tous d’accord pour la construction du pays. Mais nous ne pouvons pas nous sacrifier et une partie de ce sacrifice est utilisé pour mettre une minorité à l’aise.
    Combien de fois ces agents des impôts arnaquent les pauvres contribuables jusqu’à les faire payer un impôt injuste. Que tous les commerçants sachent que désormais si les impôts se base sur tes mouvements bancaires pour déterminer ton chiffre d"affaire, c’est un impôt injuste. La moindre poursuite judiciaire te donnera gain de cause.
    Tout cela est fini maintenant. Nos yeux sont grandement ouverts.
    Vive les commerçants
    Vive la CNAECE
    Vive le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:05, par Yibi En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Vous voulez, vous ne voulez pas, si ce gouvernent supprime les fonds communs il a signé son départ et du même coup le changement de régime. Ce n est pas leurs inventions, il est venu trouver les fonds communs. Ce qu il peut faire c est diminué. Marchez pendez vous si vous voulez Rock et Simon en attendant leur tour de jugement un jour comme les deux generaux, tiennent à leur naam. Ils ne supprimeront rien.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:18, par Roodwoko En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Pendant qu’on y est, les banques vous précomptent des agios qui servent à payer des salaires colossaux aux cadres de banques, n’est-ce pas ? Demandez aussi à ces banques, sous peine de boycott, d’aligner les salaires de leurs agents sur ceux de la Fonction Publique car finalement, l’argent des banques provient de vos poches.
    Contentez vous de vos activités d’achats et de ventes dont la différence est le bénéfice et, évitez de vous impliquer dans des débats dont la complexité vous dépasse de loin. La sagesse vous commande de suivre le débat sur le FC à travers ceux qui l’ont mis sur la place publique et sont depuis lors inaudibles.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:18, par mère patrie En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Je crois ici il s’agit une coalition peu instruite, mal inspirée et très manipulée qui tente de distraire les burkinabés dans leur ensemble. En quoi vous pouvez convaincre l’opinion que vous payer les impôts de vous-même. L’impôt se définit comme étant une prestation pécuniaire perçue par voie d’autorité. Je ne suis pas du ministère des finances, mais je pense que vous ne voulez pas le bien du pays et ce n’est à vous de demander la suppression des fonds communs. Le gouvernement fera son travail en toute lucidité et saura trouver des solutions pour une gestion rigoureuse des finances publiques. Nous savons que vous êtes des fraudeurs et vous voulez profiter de la situation pour semer la merde. Mais sous serez vaincus...

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 10:32, par compatriote En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Autres coalitions sortirons de l’ombre dans peu de temps pour demander au gouvernement de supprimer les fonds communs. Tout le monde paye le savon au même prix. Que celui qui ne veut pas travailler sans fond commun démissionne maintenant pendant qu’il est temps. Qu’il entreprenne une activité avec les FC qu’il a déjà perçu et dégage. Car plus rien ne sera comme avant. Avant que ceux ci ne sorte de l’ombre pour condamner les FC, plus de la majorité des burkinabé était déjà remonté contre les ingrats grévistes du MINEFID.

      EXCELLENCE, Mr LE PRESIDENT, VOUS AVEZ LE SOUTIEN DU PEUPLE BURKINABE POUR RECADRER LES CHOSES. QUAND ON VEUT LE CHANGEMENT, ON DOIT AUSSI FAIRE DES SACRIFICES SUR TOUS LES PLANS.
      EXCELLENCE ROCK KABORE, FINISSEZ AVEC LE FOND COMMUN COMME LA TRANSITION QUI A SUPPRIMER LE RSP. FC COMMUNS C’EST QUOI DEVANT RSP QU’ON A EVINCER ?
      VICTOIRE AU PEUPLE DU BURKINA QUI A BRAVER VENT ET MARRES POUR UNE RICHESSE EQUITABLE !

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:36, par ggongoni En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    On dit toujours qu’en toutes choses , l’excès nuit .A force de se croire tout permis ou d’être trop forts et indispensables , les agents du MINEFID ont réussi l’exploit de dresser toute l’opinion nationale contre eux .Et s’ils sont intelligents ,car jusque là, leurs responsables ont plutôt fourni une communication catastrophique et très maladroite,ils gagneraient à mettre beaucoup d’eau dans leur vin pour faire la paix des braves avec Mme le Ministre Rosine et parvenir à un juste compromis acceptable par toutes les parties avec le gouvernement .

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:46, par verite En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    votre cause est juste,100% vous avez notre soutien

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:47, par Panga En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    CEUX QUI PARLENT DU FC SANS CONNAITRE DE QUOI IL S’AGIT C’EST PAS LA PEINE ! CHAQUE CITOYEN A QUEL NIVEAU QU’IL SOIT BÉNÉFICIE DAVANTAGES LIES A L’EMPLOI. LE FC EXISTE DEPUIS DES DIZAINES D’ANNÉES AU BURKINA ET MÊME DANS PLUSIEURS PAYS DE L’EUMOA COMME DANS LE MONDE SOUS D’AUTRES APPELATION. CERTAINS QUI PARLENT DU FC SONT NES TROUVES LE FC. DONC ÉVITER DE LIER LA SITUATION MAUROSE ACTUELLE DE L’ECONOMIE AU FC. PAYER OU NE PAS PAYER LES IMPOTS ET TAXES NE SONT NULLEMENT LIES AU FC. LES GOUVERNANTS ACTUELS SAVENT CE QUE C’EST QUE LE FC ET CONNAISSENT LES EFFETS D’UNE ÉVENTUELLE SUPPRESSION. DONC CE QUI PARLE DE SUPPRESSION DE FC, SACHEZ RAISON GARDE QU’UN SYNDICAT INFORMELNNE PEUT RIEN CONTRE SA !!! A BON ATTENDEUR ......! ALLONS SEULEMENT !

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:51, par Panga En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    MERCI YIBI !!! Bien dis ! Que chacun sache raison gardé

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:55, par Panga En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Tu parle de qu’elle l’opinion ggongoni ! Nous c’est l’oppinion qui compte mais ce que le Gouvernement décidera et on décidera à notre tour ! TON NOM LA MÊME, BIZARRE ! ON DIRAIS NOM DE LÉZARD

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 19:57, par KENICHI En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Rappelons nous... un certain monsieur nommé Tom Sank avait dit ceci’’ l’Esclave qui refuse de s’affranchir, ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort.. seule la lutte libère" Et nous allons combattre ces Fonds communs... S’ils grévent, nous investirons le ministère pour installer les technocrates chômeurs à leur place... Nous ferons un blocus pendant une année, s’il le faut pour que ces gens là n’aient plus accès au Ministère.. s’il s’y opposent, nous les materons violemment... Je vous jure que ça cessera si nous voulons.. LE PEUPLE,NOTRE NOMBRE FAIT NOTRE FORCE !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:05, par juliette En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS
    Art.807.- Quiconque par voie de fait, menaces ou manœuvres concertées a organisé ou tente d’organiser le refus collectif de payer l’impôt (...), est puni_d’une amende de un million cinq cent mille (1 500 000) francs CFA à cinq millions (5 000 000) de CFA et d’un emprisonnement de un (1) mois a six (6) mois ou de l’une de ces deux peines seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:08, par kanazoè En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    voilà ce qui complique la sortie hasardeuse de certaines organisations:leur attachement aux chapelles politiques.
    Ne devons-nous pas pensez que cette sortie est-elle commanditée par le parti politique dont certains responsables de la structure sont membres ?
    Il y’a une chose que l’homme ne peut pas cacher:son passé.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:10, par allons seulement En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    LE GOUVERNEMENT EN DÉSESPOIR DE CAUSE, SORT SA CARTE JOKER.

    Ça y est. Ce que nous craignions est entrain d’arriver.
    La société civile instrumentalisée par le gouvernement se dresse contre les agents du Ministère de l’économie et et des finances a cause des fonds communs dont l’efficacité dans la mobilisation des ressources n’est plus à démonter.

    Ce que le gouvernement ignore est que cette solution aura des répercutions négatives sur le recouvrement des recettes.
    Si les contribuables se dressent contre les agents chargés de faire le recouvrement cela va accentuer l’incivisme fiscal et précipiter la dégringolade des indicateurs de performance des régies de recettes à travers le pays.

    La stratégie du gouvernement qui consiste à monter le peuple contre ses propres agents est contre productive à plus d’un titre.

    Quand on est assis sur un arbre et on le scie on tombera à coup sûr comme une mangue mûre.

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 06:22, par Moi-meme En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Tu n’as rien dit mon ami. Votre problème depasse le gouvernement. Si le gouvernement ne supprime pas vos fc, on supprimera le gouvernement.comptez sur le peuple. Vous avez du culot quoi !! Et pendant que les citoyens honnêtes revendiquent vous aussi vous rêve indiquée. Merdes.

      Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 06:55, par Avis En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Et si on faisait comme dans le privé ! On indexe le taux de mobilisation sur les objectifs individuels des agents. Si à la fin de l’année les objectifs ne sont pas atteints au prétexte qu’il n’y a plus de système de motivation, on suppose que l’employé est incompétent et on s’autorise à le remplacer. L’emploi en lui même devrait être une motivation, vu que d’autres n’en ont pas alors qu’ils ont des compétences certaines !

      Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 10:16, par Le pauvre En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      "Quand on est assis sur un arbre et on le scie on tombera à coup sûr comme une mangue mûre."Cher Allons seulement ;c’est toi qui a peur de tomber.Si tu crois que ROCK a peur de tomber ,tu perds ton temps.Notre prési est serein et n’est pas assoiffé de pouvoir comme le fuyard Blaise.D’ailleurs je te fais savoir que LULLA l’ex-président Brésilien et L’ex-président JACOB JUMAS se sont remis à la justice de leur pays pour être jugés .C’est eux qu’on appelle présidents et non le froussard Blaise.Le simple fait de fuir du pays pour ne pas répondre prouve qu’ils sont responsables ,lui et son petit frère François ,des faits qui leurs sont reprochés.Mais tu verras des avocats pour les défendre .Celui qui a peur de tomber n’agit pas comme le fait l’actuel gouvernement.C’est l’ex pouvoir qui avait peur de tomber qui a organisé l’actuel fond commun pour régner à vie.Et voila où nous sommes.Le gouvernement n’a instrumentalisé personne,ces commerçants là sont plus intelligents que toi.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:15, par vérité En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Une loi peut bien encadrer cette histoire de FC ; oui ou non ? Des solutions existent en mon avis !

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 12:10, par DAO En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Oui cher ami Vérité ! en fait il existe déjà toute une panoplie de textes sur le FC ! le problème est que, comme dans beaucoup de domaines de notre Administration, il y a eu débordements et au fil des ans des postes soit disant "juteux" se sont crées et développés dans l’Administration publique ! Aujourd’hui nous avons des agents publics de l’Etat qui ont la double casquette de fonctionnaire c’est à dire salariés de l’Etat et de prestataires de l’Etat !! c’est extraordinaire ! il n’ y a pas qu’au ministère des finances !
      il faut sauver l’Administration publique d’Etat en revenant aux fondamentaux du service public ! la remise à plat des rémunérations ne suffit pas ! c’est l’Administration même qu’l faut remettre à plat !

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:25, par le commerçant En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    soutien total,notre nombre,notre force,au lieu de régler leurs problèmes ni vu ni connu ils ont étaler sur la place publique et voilà

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:25, par Elki En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    tout a fait d’accord avec vous. Savez vous que le budget annuel du MCAT est d’environ 9 milliards ( salaire des agents+eau+électricité+consommables+activités...). pendant ce temps ces vampires sucent une quantité suffisante pour développer ce secteur transversal. hé pauvre Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:33, par Sidbewindin SOMANDE En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Mme la Ministre de l’économie mène un combat noble et dommage qu’elle soit seule et risque, si l’opinion nationale n’y prend garde , de se fracassée contre cette honte nationale appelée Fond Commun. Une victime innocente de plus parmi les victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:50, par warzat En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    On vous dit depuis longtemps qu’à force de tirer sur la calebasse, elle finira par se briser. Je connais très peu de gens qui sont d’accord avec cette histoire de F.C y compris des gens de vos rangs qui en profitent.Ceux qui nous aiment sont ceux qui nous disent la vérité.Faisons l’effort de nous aimer les uns les autres pour notre propre bien et le bien de ce pays. Quand on te conseille, conseille toi toi-même . A ceux qui ont fait la lutte estudiantine,attention, la forme et la méthode de lutte doivent changer, comme les moyens de paiement des factures, des impôts sont déjà entrain de l’être. Les contraintes, les humiliations infligées aux contribuables...tout ça va finir. Dans un passé récent, pour avoir une ligne fixe de téléphone, il fallait avoir l’argent pour le paiement et surtout connaitre quelqu’un à l’ONATEL. Tout ça est fini. Adaptez vous vite,mes frères, la mollesse feinte de ce gouvernement est en faite un piège pour tous ceux qui y voient une faiblesse.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:52, par MOREBALLA En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Pour une fois ce projet d’incivisme économique est totalement justifié : un commis de l’état recruter pour collecter les recettes qui, a un salaire établit au regard de sa qualification, se voit octroyé un prime à la collecte à une fois et demi son salaire. Seule dans des Etats bananières que cela soit possible.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 21:10, par Adm liguidi En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Ne baisser pas la garde cher commerçants et opérateurs économiques.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 21:32, par Panga En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    OK ! Le FC a une histoire ! Chacun dois allé à la source pour se ressourcé et comprendre. C’est pas le FC qui a accéléré la misère des populations ni la situation chaotique de l’économie actuellement. LES AUTORITÉS N’ONT QU’A ARRÊTÉES DE MONTER LES FINANCIERS CONTRE LE PEUPLE. LES AUTORITÉS DEVRAIT PLUTÔT VOIR LEUR INCAPACITÉ A GOUVERNER ET A RELANCÉ L’ECONOMIE !

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 09:58, par le juste En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Mon ami, tu es hors sujet. Cette chanson est revolue. Vouloir coute que coute dire que c’est le gouverneent qui par sa gestion n’arrive pas à eradiquer la misère, est une reflexion de niveau bidon. Saches qu’etablir une equité entre les travailleurs est egalement une mission du gouvernement. Personne n’est jaloux de vos FC. Seulement que vous en faites trop et l’ecart de traitement avec des gens avec le meme diplome ou voir plus que vous, est grand. La lutte est longue mais elle finira par payer. Vous (agents MINEFID) croyez que le gouvernement ne peut pas supprimer ce fond commun. C’est vous tirer une balle dans le pied. Meme s’il a peur de le faire, la grogne sociale va l’y obliger.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 21:59, par tiibo En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Merci pour vos suggessions, vos points de vue et bla bla bla, ca ne fera rien au fc mr alors garder au moins votre salive, on a chanté pendant longtps de la justice du dernier gouvernema de blaise ou en somme nous( dossier declassé) actueelema le putsch manké (dossier bientot classé san suite) pourtant aucun vautour n’a rodé alors dite moi pourkoi un juge peut toucher 1200000/mois pour rien pendant k’un inspecteur du trésor, des impots ou des douanes ne peut pa cela melgré leur fons communs alors ke cest eux ki nourrissent tous les autres fonctionnaires et leur famille chose ke personne ne peut nier.De plus aller dan tou les pays du monde et renseigner vous en ce ki concerne le ministere de l’economie. Mesdames et messieurs rendez vous egalema compte k’aucun etat ne s’amusera avec son ministere de l’econmie alors gardez vos points de vue et suggestions pour vos proches et vos rejetons il n’a sera quedal kan a ce sujet et ce sera bientot un dossier classé coe les autres precedama cités. Ne vou enervez pa tout seul pour rien.....

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 12:13, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Hum... Essayez de défendre votre "gombo" si vous voulez mais je ne crois pas que c’est en faisant preuve de suffisance insultante que vous allez gagner la sympathie de l’opinion. Les fonds que vous contribuez à récolter, à comptabiliser et à répartir ne vous appartiennent pas, ni ne sont le fruit de votre "générosité". Ce travail n’a plus ni moins de valeur que celui du médecin, de l’enseignant ou du magistrat.

      VOUS NE NOURRISSEZ PERSONNE à part votre famille. Démonstration : Démissionnez et attendez voir si un fonctionnaire va venir frapper à votre porte pour demander son salaire, ou si votre voisin agent de santé ne mangera plus.

      Je pensais que pour ma part, que l’existence de mesures de motivations comme le fond commun était justifiée et que c’est leur montant qui avait dérapé pour devenir exorbitant. J’étais donc partisan du maintien et de la réduction. Finalement, rien que pour diminuer cette arrogance mal fondée que vous affichez, il serait peut être vraiment nécessaire de la supprimer.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 22:17, par Sans rancune En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    La danse macabre autour du fonds commun continue avec ces gens qui sont les plus grans détenteurs d’arriérés dans ce pays.
    TOUT LE MONDE SAIT QUE LA PLUPART DES COMMERÇANTS UTILISENT DES TERRAINS A USAGE D’HABITATION POUR EXERCER LEURS ACTIVITÉS ET L’ETAT LES LAISSE FAIRE.
    EXIGENCE POUR EXIGENCE : QUE L’ETAT FERME TOUTES LES BOUTIQUES ET AUTRES BUREAUX QUI SONT OUVERTES DANS LES PARCELLES ATTRIBUÉES POUR USAGE D’HABITATION.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 22:39, par Panga En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Qu’est-ce que ce pouvoir nous servira au cas ou il obtient un second mandat ! Yako Burkina Faso ! Déjà que rien ne va ! Justice sava pas ! Économie sava pas ! Il reste qu’a priéQUE LA SAISON PLUVIEUSE SOIT BONNE ! SiNOON SA SERA LA CATASTROPHE !

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 09:40, par cavalier rouge En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Toi là, tu peux gérer un pays ? A savoir même si tout va bien chez toi d’abord. C’est une coalition de burkinabé qui se prononce et c’est un début. C’est pas un parti politique. Tout le monde (la majorité du peuple) est contre les revendications mafieuses de ces agents du MINEF. On vera si le FC est au dessus du peuple ou si c’est le peuple qui prime. N’indexe pas le gouvernement pour rien. Tu sais combien moi je paye comme IUTS ? (ca dépasse le salaire moyen du burkinabé). Je travail matin, midi, soir, jour non ouvrable et jour ouvrable, fête de ramadan et fête de noël ; jour férié et premier jour de l’an. Ca veut dire tout ce que ca veux dire. Et on me coupe beaucoup d’argent dont une partie est dédié à un Fond commun de quelqu’un. Nous soutenons tous cette première coalition en attendant notre sortie aussi. Priez pour qu’on ne diminue pas votre nombre après un teste de compétences. Vous avez la chance que ce n’est plus Thomas SANKARA qui est au pouvoir.!!
      NON AU FOND COMMUN.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 22:44, par La vérité En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Personnellement je ne suis pas contre le FC des impôts, de la douane et du trésor public. C’est pour les financiers qui pose problème, ils sont responsable de l’augmentation brutale de la masse du FC à travers leurs grèves de 2017. Remarquez bien dans les forums vous verrez qu’ils sont les plus nombreux à critiquer parce qu’ils savent que c’est pour eux qui est illegitime et facile à remettre en cause.
    Je vous explique : avec les récents accords toutes les régies de recettes du MINEFID se partagent intégralement leur part de FC avec agents de leur régie , donc logiquement plus de FC pour les financiers. Conséquences, ces financiers se sont levés entamés des grèves sauvages obligeant la Ministre à signer un accord qui permet de puiser anormalement dans le budget de l’État un pourcentage (environ 75 % de la part égale à la régie de recettes ayant la plus grande part de FC catégorie pour catégorie, échelle pour échelle, échelon pour échelon) au profit de leur corporation qui représente plus de 60 % des agents du MINEFID.
    Cet exposé est fait pour vous dire que contrairement aux allégations de la Coordination des Syndicats du MEF, les agents du Ministère des Finances sont égoïstes par corporation. Le FC n’est pas élargi à tous les agents par solidarité, chaque régie recettes bouffe intégralement son FC avec les agents de leur régie et les financiers se sucrent d’une part anormale correspondant à un pourcentage de calcul prélevé sur le budget de l’Etat. Comprendra qui comprendra.
    C’est aussi pour vous dire que les autres fonctionnaires (la grande masse restante) peuvent aussi réclamer leur FC par principe sur la base du même principe de calcule de FC reversé aux financiers qui ne recouvrent rien comme recettes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 22:49, par KIENDREBEOGO issaka En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    C’est une décision qui a institué le fond commun et c’est une autre décision qui doit la supprimer ; 36 ans de services loyaux à la fonction publique jusqu’à la retraite, je n’avais jamais entendu parler de ce fond commun qui n’est d’ailleurs pas commun parce qu’il ne concerne pas tout agent de l’état, mais une catégorie de personnes ; beaucoup de gens comme moi ignoraient son exitance ;on avait caché l’information parce que c’est louche ; les uns mangent et les autres regardent ainsi naissent les révolutions.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 23:16, par Logobou En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Bonsoir vous savez votre ministre de l’économie n’est pas honnête. Tu quitte le PNUD avec un salaire de 5 000 000. Tu dit que tu n’est pas prête a renoncer un franc pour reculer car tu as des engagements. On te donne un scalaire de plus de 4 000 000. Tu prend 4 fc (celui des finances, du trésor, de la douanes et des impôts). Heeeeééé le naigre !!! C’est triste. Quand ça va chauffer on repars tranquillement d’où on vient et on nous laisse. Monsieur kanazoe, on viendra te faire un redressement fiscal et on verra.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 23:52, par Zita En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Oh oh oh !!!
    Attendez de voir la réaction du président lui même avant de lancer des ultimatums. Ces gens (financiers) et dirigeants se connaissent bien, très bien même. C’est nous on se masturbe l’esprit ici. Ministre des finances la même prends au moins 5 FC de son minister avec les agents. Renseignez-vous : au moins 12 millions à chaque échéance. Demandez- lui courageusement et revenez ici pour un autre "atelier" ou pour d’autres ultimatums. Le FC du gouvernement c’est les gre a gre, les marchés (Kdo et récompense politik des militants, au cousins et neveux), les détournements, les pillages des projets... , , orchestrés et exécutés avec l’appui des financier, ce sont des complices nï lallah. Lisez seulement les journaux qui dénoncent les malversations et comptez les ripostes apportées : zeroooo Trop drôle. Ce gouvernement est un cirque.
    Les gloutons ne sont pas ceux que vous croyez, ouvrez bien vos yeux, vous serez surpris.
    Mon pari (déjà gagné) est que vous ne reviendrez plus , ni ne ferez rien de plus. "Ad mam, ad yamba "
    Si vous avez déjà eu un "soutient " pour ça, alléluia.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 00:20, par Figo En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Vraiment, on a commencer à atteindre le fond. Depuis quand des agents font chanter leur employeur et celui-ci ne dit rien ? Apparemment il y a des non dits dans cette histoire.
    Quand on voit le niveau d’arrogance de certains interlocuteurs de la crise, on comprend qu’il est impératif que les autres composantes de la société s’impliquent fortement. Qu’est-ce que le chef de village peut bien garder en secret dans son placard pour subir pareille humiliation pour que ça se sache pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 00:37, par PATRIOTE INTEGRE En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    La réalité professionnelle d’un travailleur peut l’exposer à des accidents de travail dont la conséquence peut être l’invalidité ou la mort immédiate. L’environnement de travail peut aussi exposer le travailleur à des contaminations brusques ou latentes par des produits toxiques. La rigueur ou les conditions de travail exigées du travailleur peuvent lui exiger des dépenses importantes qui pèseront lourdement sur son salaire. Dans chacun de ces cas, une compensation financière peut être octroyée au travail.
    Ensuite, pour motiver le travailleur à donner le meilleur de lui-même afin de réaliser des performanes, une prime peut lui être donnée en fonction de sa performance. La nature du Fonds Commun est tel qu’il n’est ni une compensation financière, ni une prime incitatrice car il n’est en rien lié à la performance de l’agent.
    Par ailleur, quand la pratique d’un métier expose le travailleur à des tentations perverses ou imorales (corruption, détournement, partialité, etc), celui-ci est soumis à l’enquête de moralité dès son récrutement afin de s’assurer de sa probité morale et de son intégrité. Ainsi, au lieu de soumettre les agents concernés à l’enquête de moralité, le gouvernement a accedé à la revendication de compenser leur imoralité par le Fonds Commun.
    De plus, le recouvrement effectué n’est que le fruit du travail abattu par les autres. Celui qui fait le recouvrement a le Fonds Commun et celui qui a produit cet argent n’a pas le Fonds Commun.
    Partant de là, que chacun en tire les conséquences !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 02:51, par Aya En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Oups la cabale du régime pour la privatisation des finances publiques est entrée dans sa phase de maturité.
    Après que Rosine ait préparé les esprits quand elle insinuait devant l’Assemblée Nationale que les fonds publics sont plus en sécurité dans les banques privées que dans les structures étatiques, c’est le tour des officines d’emboucher la même trompette. "Nous prévenons que si d’ici fin mai la suppression n’est pas effective, nous demanderons au gouvernement de nous trouver des voies et moyens pour que nous puissions payer nos taxes pour la continuité de l’Etat, car nous allons bouder tous les services du ministère de l’Economie et ses démembrements " parole de H. Kanazoé. Ces voies et moyens auxquels fait allusion ce monsieur ne sont rien d’autres que les banques.
    C’est pas parce que vous êtes des banquiers (Président du Faso, Premier Ministre, Président de l’Assemblée et d’autres ministres) que vous allez torpillé les finances publiques aux profit de vos emplois d’origine : les banques.
    Le Fonds commun semble être un prétexte pour arriver à cette fin. Sinon, les financiers ne figurent pas dans le top 10 des emplois les mieux rémunérés de l’administration publique burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 08:27, par Molotov En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Ce serait un éveil de conscience citoyenne des commerçants si cette action etait spontanée et non téléguidée.
    Je me pose des questions sur leur représentativité.
    Les OSC ont tellement dévoyé l’action publique....
    OK.on t’attend de voir, pas de procès d’intention.

    #MOLOTOV

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 08:31, par Chef Massoud En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Réduisez le FC à un (01) mois de salaire brut (un 13e mois !) et pour tous les travailleurs et le problème est clos.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 08:48, par CHP En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    les commercants n’ont pas vraiment tord dans cette revendication, il faut que les fruits de la croissance profitent a tous si le FC atteint 55mllds de nos francs aujord’hui ce n’est pas le simple fait que ces agents de MEF font de mieux en mieux leur travail mais parcque le secteur prive et surtout informel est en plein essort, pourquoi d’ailleur refuse t’il qu’on applique UITS sur le FC et poutant dans le prive tout tes revenus sont soumis a l’UITS.
    A mon avis il faut une loi pour bien recadrer le FC s’il ne peut pas etre supprime se n’est meme pas ce qu’on demande aujord’hui mais c’est parceque le montant devient exorbitant, on peut par exemple donne un salaire mensuel a chaque agent a la fin d’annee soumis a l’UITS, que le syndicat defende vraiment les causes juste et aussi savoir revendiquer sans toujours perburber les services pupliques qui appartient a tous, le droit de greve n’est pas le desordre le prive qui emplois plus et qui payent autent d’impot et de taxes pour vos salairs n’ont pas droit a ce desordre soit disant greve, et mette en evidence que tout les Burkinabes ne sont pas fonctionnaire

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:03, par HUG En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    On est dans quel pays. Le SG du ministère du finance a dit à l’émission controverse sur la RTB que le recouvrement évolue de 10% alors que le fonds commun évolue de l’ordre de 40%. Soyons sérieux on n’est dans quel pays. On part puiser l’argent ailleurs pour venir distribuer aux agents des finances comme fonds communs. Soyons sérieux mais à qui la faute. C’est le pouvoir du MPP qui tremble à chaque fois devant certains syndicats. Madame la ministre des finances qui a signé les documents autorisant des avantages faramineux aux agents des finances ? C’est vous donc assumez car quand on pose un acte on s’attend aux conséquences. Qui a signé le protocole d’accord ?c’est l’actuel ministre de la sécurité qui à l’époque a dit que rien ne va filtrer. Donc gouvernement du MPP et accolytes assumez vous le peuple vous régarde. Je ne peux pas comprendre qu’un pays a toujours une déficit budgétaire se comporte de la sorte. Un agent de la catégorie E des finances bat un cadre A1 en rémunération dans mon Burkina Faso. Pourtant le pays s’appelle Burkina Faso pays des Hommes intègres. Feu Thomas SANKARA ne devrait pas être content de cette situation là où il se trouve présentement

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:17, par Veritas En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Il faut que le Gouvernement prenne ses responsabilités pour corriger ces injustices sauvages soient-elles. Qu’est-ce que le Gouvernement attend, avez-vous peur du syndicat ? Monsieur le Président vous avez le dernier mot. Le Gabon a vécu une situation pareille et Ali BONGO a résolu de façon définitive le problème. Je réitère de quoi avez-vous peur ?
    Au regard des injustices criardes je pense que votre mandat électif de 2020 dépendra de la suppression pure et simple de ce fonds commun à polémique. Autrement dit de ce « fonds RSP »
    C’est une mafia savamment organisée au sein du MINEFID pour voler les deniers publics. L’argent de ce pays là c’est pour tout le monde. Sommes-nous dans quel pays où un groupuscule gère les deniers publics comme il veut ? D’ailleurs, il faut que le Gouvernement fasse un audit d’authenticité des diplômes de tous les fonctionnaires du Burkina Faso, à commencer par le Ministère en charge des Finances. Je vous parie que surtout aux finances ceux qui sont rentrés avec les faux diplômes sont les plus nombreux. Un tel audit va permettre à L’État de renvoyer les faux fonctionnaires (fictifs) et les remplacer par les fonctionnaires intègres et honnêtes.
    Aussi, un tel audit va permettre à l’Etat de faire un recouvrement de plusieurs dizaines de millions au profit de ceux qui sont en quête d’emplois. Par ailleurs, j’ai une proposition à faire : que chaque Département ministériel recouvre son argent et le gère. Je persiste et je signe il faut que L’État aille à la source de tout un chacun afin de vérifier l’authenticité de tous les diplômes des Fonctionnaires. De toutes les façons, il y a une coalition de la société civile qui est entrain d’être créée dont l’objectif est de mettre la pression sur le Gouvernement afin qu’il diligente rapidement un audit de vérification d’authenticité de tous les diplômes des agents de la Fonction Publique du Burkina Faso. Je vous parie qu’à la suite de cet audit, l’Etat va engranger des milliards.
    A bas les fonctionnaires fictifs, à bas les fonctionnaires qui sont rentrés par la voie frauduleuse, à bas les fonctionnaires qui sont rentrés dans la Fonction Publique par la voie du faux et usage de faux, à bas le vampirisme financier. La vérité va finir par triompher. Boutons hors du Burkina Faso ces fonctionnaires gangrénés.
    Monsieur le Président agissez pendant qu’il est temps.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:25, par Veritas En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Mon peuple pleure parce qu’il y a trop d’injustices, mon peuple pleure parce que la justice agonise au Burkina, mon peuple pleure parce que SANKARA n’est plus pour nous montrer la bonne voie à suivre, mon peuple pleure parce que la corruption et le laisser aller a pris le dessus...Non au fonds RSP, Non au fonds RSP, Non au fonds RSP, Non au fonds RSP... Je dis non non au fonds RSP. La patrie ou la mort, nous vaincrons !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:29, par Foutaise En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Tous les agents du Ministère des finances sont concernés par les fonds communs aux détriments des autres agents des autres ministères (DAF, SAF, Régisseur de recettes et d’avances, les personnes responsables des marchés les gestionnaires des crédits ....). Ces derniers ne sont pas concernés par le fonds communs et pourtant selon le syndicat des finances le fonds commun leur est servi pour lutter contre la corruption. Si c’est pour lutter contre la corruption le fonds commun devrait être servi à tous ceux qui manipulent les fonds publics, qui interviennent dans les commandes publiques . Comme c’est le toukguili tout agent qui n’est pas du Ministère des finances n’a pas droit aux fonds communs quelques soient la spécificité de son travail. On préfère attribuer des millions aux personnels de soutien du dite ministère laissant ainsi les autres acteurs de la commande publique.
    Mon cri de coeur il faut que cette injustice là s’arrête.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:35, par Sidbéwendé Zoungrana En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Grave est la situation actuelle que le pays, notre pays vit, gravité liée aux réactions vaniteuses pleines d’orgueil et d’esprits de spoliations conscientes des uns et des autres. Il est à comprendre au vu des agissements enregistrés çà et là que pour tout le monde, c’est : « Je me sers et je m’en vais car tout le monde le fait » . Ce qui est dommage.
    Au titre du sujet du jour portant sur les Fonds Communs décidés et desservis à une minorité des travailleurs de l’Etat, de façon injuste avaient été mis en place par un Régime qui, dans l’ambition de tricher et de s’enrichir, avait trouvé comme solution de piéger « un/des groupes de professionnels » qui se devaient de fermer les yeux sur certaines pratiques de l’époque. Ceci n’est autre qu’un des pans de la « Corruption ». En effet, lorsqu’on te fait manger une fois, par redevabilité, tu te crois obligé de fermer les yeux sur « les actes et choses frauduleux que pose ton bienfaiteur » . C’est africain, c’est burkinabé cette vision des choses. Mais là, personne n’y a pensé et encore moins, n’y a prêté « attention ».
    De la réaction de la CNEACE, elle est à notre avis, juste et logique. Elle mériterait d’être soutenue pour les raisons suivantes :
    1)-Cet avantage (Fond Commun) n’est alloué qu’à une certaine catégorie de fonctionnaires et plus précisément, ceux-là qui ont la charge de récupération des Impôts & Taxes, constitutifs essentiels du budget intérieur (Recettes intérieures) de l’Etat. Quoique pouvant être compris comme une « incitation, voire, un encouragement » pour de meilleurs résultats indispensables à obtenir pour atteindre des « Objectifs », on peut y déceler un certain sectarisme vis-à-vis des autres fonctionnaires comme si ces derniers ne produisent rien pour le fonctionnement correcte de l’Etat. Ce qui n’est pas normal.
    2)-Quoique que pouvant comprendre l’état d’esprit de ceux qui en bénéficient à savoir, la protection des « Acquis » du reste légitimes quand bien même ceux-ci sont sensés et réputés "Provisoires , il y de quoi s’offusquer par la méthode rigide de revendication empruntée par les travailleurs qui oublient outre le poids de cet avantage du reste et l’ aspect « provisoire » à ses origines sur le budget national d’une part, et d’autre part, la proportion exagérée de celui-ci par rapport à leurs émoluments légaux. Ce qui a constitué un énorme fossé entre eux (bénéficiaires) et les autres travailleurs. Ce qui est paradoxale dans cette situation, c’est l’enrichissement vertigineux des Agents et Cadres des Finances. On constate çà et là des Constructions monstrueuses réalisées dans les quartiers de Ouagadougou par de simples proposés de Douane, de simples Agents des Impôts et du Trésor Public sans qu’aucun d’eux ne puisse justifier légalement et pleinement les origines de ces enrichissements qui n’auraient pu être sans la complicité de ce que certains d’entre eux (qui sont de mauvaise foi d’ailleurs) traitent pour la circonstance de « fraudeurs, de saprophytes et d’inciviques ». Ce que ces derniers oublient, c’est que s’il y a des « corrupteurs et fraudeurs », c’est qu’il y a eu en face, des « corrompus et des complices de fraudes ». Cà au moins, tout le monde le sait. Des aspects fiscaux soulevés, oui que l’Impôt est obligatoire. Mais qu’il soit dilapidé par un petit groupe au détriment du reste du peuple, nous dirons non. Pis ! Pendant que des pressions sont faites aux justiciables pour collecter les impôts, des gâchis sont pour eux opérés chaque jour que Dieu fait. En exemple : i)-alors qu’une pression est faite aux consommateurs pour le paiement de la TVA qui du reste est « logique et normal », des gâchis sont faits ; ii)-alors que les travaillent courbent et râlent sous la pression de l’IUTS et autres Impôts & Taxes sur les Revenus, des gaspillages sont faits. Et pour corroborer tout cela, certains de ces bénéficiaires s’autorisent des déclarations fallacieuses et honteuses telles que, nous citons : « C’est de la manipulation, tu es un des leurs, je te connais bien, on verra quelles FDS vous accompagneront pour opérer ces fermetures etc. » comme s’il fallait la présence d’une FDS pour fermer sa boutique. Aberrant. Ce que ces derniers oublient, c’est que s’il y a des manipulations, ce ne sera ni par les Acteurs du Commerce et encore moins, par les Gouvernants du moment. Ce serait plutôt eux qui semblent être manipulés par ceux-là qui hier ont institué ces « Avantages à eux donnés » pour obtenir leurs « soutiens et complicités » dans les actes de vols qu’ils commettaient. Mis en marge aujourd’hui et ne pouvant plus parvenir à leurs fins, ils se rabattent à bras raccourcis sur eux pour divertir le peuple et mettre en difficultés leurs camarades d’hier qui ont su les remplacer.
    Nous restons d’accord avec la CNEACE parce que, plus les réclamations se poursuivent, plus les besoins de couvertures seront d’importance avec pour conséquence des « Augmentations éhontées des Impôts » qui auront des impacts sérieux sur le coût de la vie, c’est-à-dire ce qui se dit couramment « la Vie chère ». Chose qu’il faut éviter. Comme le disent si bien les Experts et autres Spécialistes de l’Economie, « Trop d’Impôts tue l’Impôt ». Nous, nous dirons que « Trop de pressions entraînent la Faillite ».
    Oui qu’il y a des erreurs commises par des Décideurs passés et présents ; erreurs qui ont amené ces revendications justifiées et justifiables à la chaîne. Mais ne dit-on pas que pour avancer il faut tomber, mais et surtout savoir se relever ? Sans être un politique de quelque bord que ce soit et encore moins un des leurs (gouvernants du moment), nous osons crier et tout haut « Qu’il ne faut pas tuer la poule aux œufs d’Or ». Compresser le peuple pour satisfaire une infime partie de sa composition n’est pas juste et ne saura jamais être justifiée. Il est impensable, voire inadmissible que, pendant que le pays et le peuple agonisent faute de ressources pour vivre, quelques employés de l’Etat se partagent à eux seuls, le peu de ressources qu’on parvient à obtenir.
    C’est dire que les « Fonds Communs » dans leur ensemble quelques soient leurs bénéficiaires et leurs destinations (Présidence du Faso, Premier Ministère, Présidence de l’Assemblée Nationale, Ministère de l’Economie et des Finances et de tous les autres Ministères qui en bénéficient) Doivent être supprimés et ce, définitivement. Il devra en être de même pour les Présidents d’Institution et les Députés qui, dépités, contribuent aux pillages nationaux à travers leurs « Rémunérations et Extras astronomiques » qu’ils se servent. Qu’il en soit d’autant pour les Fonds Spéciaux ou Fonds de Souveraineté couramment appelés « Caisses noires » alloués à certains Ministères se réclamant de « souveraineté » soient supprimés pour n’en laisser qu’à ceux dont les Responsabilités imposent « le Paraître » aux yeux de l’Extérieur telles, la Présidence du Faso, la Présidence de l’Assemblée Nationale et le Premier Ministère. Et là aussi, qu’ils soient drastiquement déduits aux strictes besoins.
    De l’ultimatum lancé par les Acteurs du Commerce, sans toutefois les y encourager, nous l’expliquerons et le justifierons par : 1)-la nécessité de la suppression de tous ces semblants « Avantages » qui ne sont rien d’autres que des vols déguisés ; 2)-la nécessité de supprimer tous ces Statuts particuliers accordés çà et là et à tours de bras pour, ramener tout le monde sur la même ligne, en tenant compte bien sûr, des Qualifications et Spécialisations qui tiendront plus des responsabilités assumées qu’autres choses, ceci, pour éviter à notre pays ce qui s’est passé ailleurs et qui a détruit beaucoup de vies à savoir « les Impayés de salaires sur plusieurs mois, sinon, années ». Ce que notre pays n’a connu depuis son existence ; 3)-recadrer les Avantages exorbitants des Présidents d’Institutions, des Députés dépités, des Ministres etc. ; 4)-sanctionner les corrompus et les corrupteurs, des Dossiers pendants se trouvant à la Justice et dans les tiroirs de la Présidence du Faso ; 5)-juger et sanctionner les auteurs des Crimes Economiques solidement couverts et bien protégés jusque-là.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:39, par YAMEOGO En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Je propose qu’à chaque fin d’année, une fois la chayotte connue on donne un 13ème salaire à tous les fonctionnaires en fonction de son revenu mensuel (par exemple si tu touches 100 000f par mois, en fin d’année ou au début du mois de chaque année en fin Janvier, le fonctionnaire touchera 200 000f) et le reste de cette chayotte les acteurs des finances et les autres structures (transports, passeports, etc....) se partageront convenablement. Que vous le voulez ou pas, il faudrait que les financiers mettent bal à terre et discernent sérieusement sur ce problème car comme le dit l’adage "tu tires, je tire ça brise la calebasse". Le problème ne doit même se limiter au Ministère des Finances mais à l’ensemble de la population mais surtout aux intellectuels consciencieux et francs car le pays a un pourcentage très élevé d’analphabète et qui ne peut pas apporter de bonnes analyses et réflexions constructives. Mettez un comité de réflexion en place et demandez des apports SVP. Autrement dit, la gourmandise n’a plus sa place.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:42, par bissongo mibangré En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Préparez vous agents de la fonction public pour gouter à l’amer saveur des arriérées de salaires en téléchargement. apprenez déjà à prendre un repas /jour. évitez les maquis ; bar ; restaurant hotels chambres noires. ça va barder

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 10:14, par Passakziri En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      C’est pas des ménaces vides qui feront peur au peuples . Bloquez les salaires pour 2 Jours seulements et vous vous retrouverez vous même sans salaires pour le reste de votre vie . Vous êtes devenu avec votre fond commun si arrogants et insolents hein. Mais c’est pas vous, c’est le Président du Faso qui se montre incapable de prendre ses responsabilités pour mettre de l’ordre. Soyez en très heureux car un autre vous aurait renvoyés au chômage depuis fort longtemps. Vous croyez vous plus capables que ces milliers de chômeurs diplomés de la FASEG et autres ? Alors allez doucement. HALTE AUX FONDS COMMUNS. Ici et maintenant.

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:57, par Sawad En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Pourquoi supprimer le fond commun ? le faire, reviendrait à causer inutilement une autre injustice. Nous voulons juste son réajustement, qu’il ne soit plus indexé au Budget de l’Etat et et même plus en totalité sur les pénalités. Le Fond commun doit exister, les financiers ne sont pas les seuls à en bénéficier ! Il faut simplement ramener le FC à un niveau moralement acceptable, il ne doit pas être au même niveau que le salaire.
    Quelqu’un peut-il m’ expliquer pourquoi des commerçants se mêlent au débat du FC ?
    Attention à l’incivisme fiscal !
    Sawadogo

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 10:23, par Passakziri En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Moi je peux vous expliquer pourquoi les commercants se mêlent du FC. Juste parce qu’ils payent par leurs activités des impôts . De ces impôt on se permet de deduire une partie pour un fond dit commun qui ne concerne qu’une infime partie des burkinabè. Ces derniers sont tellements gourmands qu’ils en demandent toujours plus pour continuer à se pavaner en vantardistes du terme " attention, je suis financier ", alors qu’ils ne se soucient pas de comment le commercant arrive à payer les impôts. Ils sont même capable de harceller la vendeuse de beignets du quartier chaque trimestre pour collecter leur impôt sans se demander si son activité lui a apporté des bénefices ou des pertes. Avant je ne comprenais pas cet entêtement, mais maintenant je comprend mieux : Parce que de l’impôt collecté auprès de la pauvre vendeuse une partie leur sera reversée plus tard et manquera ainsi dans la contruction du pays. Pitié pour vous pauvres mamans payeuses d’impôts, pitié pour vous payeurs d’impôts, pitié.

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 10:20, par Ninja Choc En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Si le Gouvernement veut résoudre cette question des fonds communs c’est simple : il faut taire le chantage des agents du MINEFID qui tiennent nos gouvernants dans leurs mains. Comment ? voyez du côté des sociétés détenues ou gérées par les membres ou les amis des gens du pouvoir en place qui ne paient aucun impôt ? ces exonérations faramineuses sans base légale ou simplement ces refus de payer les impôts et taxes et puis on s’en fout ? Rock et ses gens empêchent les agents du MINEFID de recouvrer chez certains, ces riches corrompus depuis Blaise. Rock et ses gens ont assis le système et ne l’effaceront pas à moins de tuer leur avenir politique. Les gens du MINEFID les connaissent ! et le pouvoir ne peut pas s’amuser à dire qu’il n’y a pas d’argent alors que les agents savent combien de milliards aurait dû et aurait pu entrer dans les caisses de l’Etat.
    Conséquence ? On vous remplit la bouche par les fonds communs et vous la fermez ! les autres peuvent aller paître !!! C’est un deal qui ne dit pas son nom ! d’ailleurs, ce pouvoir aiment les deals louches ! combien de négociations avec des syndicats ont "aboutit" sans que le public ne connaisse le fond des accords ?!!! Donc les agents du MINEFID vont continuer à toucher leurs millions, aidés par des banques gourmandes et complices qui financent leurs grosses villas, grosses bagnoles, gros projets, sans que 1 F de leurs salaires n’y passe pendant qu’aux autres ils diront "y a pas de budget pour telle chose"
    c’est ça qui est la vérité !
    le réveil sera brutal ! wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 10:21, par le citoyen libre En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Voici un groupe de commerçant qui voudrait faire la promotion de l’incivisme au Faso. est-ce qu’ils paient l’impôt ?
    Attention à la confusion de rôle et à l’incivisme sous toutes ses formes.
    Cette sortie des commerçants illustre l’égoïsme, l’égocentrisme, la méchanceté et la malhonnêteté de certains burkinabé.
    Que des dispositions soient prises pour sanctionner si les impôts et taxes ne sont pas payés.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 10:56, par J’aime mon pays En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    L’EXISTENCE D’UN FC COLOSSAL QUI SE CHIFFRE A COUT DE DIZAINES DE MILLIARDS EST LA PREUVE PALPABLE QUE LES TAXES PEUVENT ETRE REVISEES A LA BAISSE. DONC, SOIT ON SUPRIME LES FC SOIT ON IMPOSE UN BARREME (Qui sera decidé par les acteurs économiques et le gouvernement) OU A DEFAUX EXIGER LA REVISION A LA BAISSE DES TAXES QUI ACTUELLEMENT NE PROFITE QU"AUX AGENTS DES FINANCES.
    JE SUGGERE QUE SUR CHAQUE FICHE DE PAIEMENT DES TAXES ON METTE LE POURCENTAGE DE FC PAYABLE SUR CETTE TAXE. 0.5% ou 0.2% prelevé sur la taxe payable par exemple.
    SI DES MILLARDS PEUVENT ETRE PRELEVER SUR NOS TAXES ET REVERSER A UN GROUPUSCULE D"INDIVIDU, ALORS ON PEUT DONC BAISSER LES TAXE POUR LUTTER CONTRE LA VIE CHERE. QUI EST D"ACCORD AVEC MOI ? FRERE KANAZOE ETRE VOUS D"ACCARD AVEC MA PROPOSITION ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 11:08, par NARE En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Burkinabé,où vas-tu ? Pendant que les élèves prennent cours sous les hangars, pendant que les enseignants dorment dans les salles de classe,pendant qu’il y a manque des produits pharmaceutiques dans certaines provinces,pendant que les policiers, gendarmes, eaux et forêts, douanes, GSP n’ont pas des matériaux adéquat pour l’accomplissement de leur missions, pendant que la corvée d’eau animé toute les villes et campagnes nous burkinabè n’avons pas eu une place pour investir la cinquantaine de milliards au profit de la population, c’est cette somme d’autres se permets de se partager ?Et leurs consciences ne les grondent pas ? Burkinabè, ouvrons nos yeux,surtout le bon.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 11:13, par Citoyen du Faso En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Citoyen du Faso, je veux apporter ma modeste contribution ce qui me semble réaliste. Mon propos s’adresse au gouvernement tout entier. Je propose dans un premier temps qu’on transforme (utilise) le FC en augmentation de salaire pour tous. Dans une seconde mesure, diminuer le taux d’importation des marchandises tout en ayant l’oeil sur les commerçants scrupuleux et sur le panier de la ménagère dans le but de calmer les esprits et d’éviter ainsi les incompréhensions des uns et des autres.Simple citoyen de passage sur le site.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 11:41, par Veritas En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP
    Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP Non au fonds RSP

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 13:54, par Le mouta-moutaland En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Veritas, j’espère que tu n’utilises pas les tablettes Huawei de la corruption que l’Assemblée a été contrainte de retourner à qui de droit en son temps.
      Ils sont pleins à se dire scandalisés par la polémique FC savamment orchestrée par la Ministre Rosine, simplement parce qu’ils n’en ont pas. Sinon, ils seraient de fervents défenseurs de la cause FC. Et mieux, certaines OSC pensent qu’en militant pour sa suppression, on leur donnerait peut être un peu de ce montant.
      C’est le burkinabè sous les 3 M que lui attribuait le professeur Bado.
      Supprimer le FC ? Je n’en ai cure. Même s’il fallait le faire, c’est pas en se basant sur ces cris à cors et à dia de certains laudateurs qui passent le temps à réciter dans les médias ce qu’on les dicte, et passent après à la caisse. Je préfère celui qui travaille et on lui donne beaucoup, à celui qui ne travaille pas et qui veut qu’on diminue pour celui qui travaille pour lui donner.

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril à 09:16, par Veritas En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

        Mon frère tu es vraiment un mouta-moutaland, comment peux tu avoir un raisonnement aussi bidon soit-il ? tu sais mon ami je ne suis pas un corrompu comme toi. Je suis un intellectuel de haut niveau, donc moi j’ai mes connaissances qu’on ne peux pas retirer. En revanche comme tu es limité dans le temps et dans l’espace tu souffres de la suppression du "fonds rsp" puisque tu es limité. Je me demande est-ce que ton diplôme que tu as utilisé pour faire l’ENAREF n’est pas un diplôme de faux et usage de faux. Bientôt nous allons diligenter un audit pour attester l’authenticité de tous les diplômes des agents de la Fonction Publique. Le MINEFID est la première cible dans l’ordre des choses. Alors pour terminer souffrez qu’on vous supprime le "fonds rsp". Quand tu parles que vous travaillez, en quoi vous travaillez plus que les autres ? Il ne suffit pas de s’asseoir vendre les timbres, naviguer sur facebook et jouer "ZUMA" et après dire qu’on travaille plus que les autres. Mon ami mouta-moutaland un conseil, cherches toi ailleurs, dans la Fonction Publique tu ne peux pas devenir riche. Sauf que tu vas voler et le prix à payer tu vas faire des études supérieures à la MACO.

        Répondre à ce message

        • Le 11 avril à 10:29, par Le mouta-moutaland En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

          Je suis mort de rire ! Un "intellectuel de haut niveau" qui a le temps pour empester les fora, particulièrement celui-là de ses écrits. Il faut être vraiment " un intellectuel de haut niveau " comme toi, qui ne travaille pas pour avoir ce temps là. Comptes le nombre de tes réactions sur cet article et tu te rendras vite compte qu’on n’est pas bête pour croire que tu n’es pas téléguidé.
          Tu sais quand on parle trop, on se fait découvrir. Il suffit de bien lire ton post auquel je réponds pour savoir que tu fais partie du gang de vermines auquel on a remis tablettes et unités pour inonder les fora des idées qu’on vous dicte. Essaies de réfléchir par toi même et pour toi même et tu verras que tout n’est pas aussi noir qu’on veut te le faire croire. Le pseudo mouta-moutaland que j’ai utilisé, c’est pour te dire qu’on t’utilise pour faire leur mouta-mouta. Donc , réveille toi et va chercher du boulot au lieu de vouloir vivre au dépend des autres : en français digne d’un "intellectuel de haut niveau" comme toi, quelqu’un qui vit aux crochets des autres s’appelle saprophyte.
          Bonne journée, monsieur l’ "intellectuel de haut niveau" !

          Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 07:00, par Réfléchis un peu En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Financer est plus fort que Rsp, force tranquille c’est financier. L’argent est plus fort que les armes.
      C’est grâce à lui qu’on paye les armes. Financier seul pouvait combattre Rsp.
      Comme tu es idiot continue. Autorité même n’a jamais parlé de suppression mais de recadrer
      Si tu veux supprimer faut battre campagne et prendre le pouvoir et vient supprimer on va voir
      Ton mandat sera le plus court possible dans Histoire des chefs d’État du Faso
      Idiot un million de fois !

      Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 11:41, par soyons raisonnable En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Franchement c’est révoltant de voir qu’une fine partie des fonctionnaires vit dans le beurre pendant la grande majorité vivote dans la misère. Il faut le F.C à tous les agents de l’Etat ou sa suppression claire et nette.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 11:44, par Regard En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    je ne voulais parler mais je suis obligé...Ces agents des finances égotistes et arrogants, leur manière de raisonner reflète les voies et moyens par lesquelles(fraudes) un bon nombre de ces agents a eu son concours. La preuve, les concours de l’ENAREF ont été plusieurs tachés de fraude. Le BF est pays de désert avancé donc on sait qui est qui, qui est intelligent, qui est honnête...Bref, quelqu’un qui a fraudé pour avoir son concours ne peut que penser que la fonction publique est une zone de non droit, bien bien familial où papa est inpecteur des impôts, maman inspectrice des impôts, l’aîné de la famille douanier, ...., le benjamin agent de constatation d’assiettes . Je sais que mon message touche directement.... mais je ne veux trop parler. Un peu d’eau de le vin

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 12:17, par Calmos En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Solutions : comme il ya des prêts bancaires sur les fonds communs, que l’Etat solde d’abord ces prêts à partir du FC présent, ensuite qu’il propose aux agents bénéficiant de ces fonds, le cumul de 2 mois de salaires annuellement en lieu et place de l’argent distribué chaque semestre. Enfin qu’il leur propose la décoration à partir de 10 ans d’ancienneté.
    Le syndicat qui refuserait ces concessions, que par car, on les envoie dans les contrées du Burkina Faso, dans les écoles sous paillotes, dans les familles paysannes et chez mes esclaves au Nord afin qu’il sache qu’il ya plusieurs types de Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 12:20, par Le Banforalais En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Bonjourà tous,
    quelqu‘un pourra t il m‘éclairer à propos des raisons qui justifient le FC ?
    les bénéficiaires travaillent ils plus que les autres fonctionnaires ?
    prennent ils plus de risques que les autres ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 12:58, par HUG En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Quelque 800 travailleurs ne peuvent pas se partager 50 milliards comme fonds communs dans un pays ou la majorité de la population vit dans une misère incroyable. Non et non courage a vous d’avoir dit non à l’injustice. Nous ne sommes pas contre les avantages de qui que ce soit .Nous sommes réalistes. Des blessés gémissent a la yalgado (traumatologie) sans soins, des élèves quittent l’école par manque de moyen, des personnes meurent dans mon Burkina Faso parce qu’ils n’ont pas de moyen pour se soigner, certains services manquent de matériels pour travailler, des familles entières peuvent faire une journée sans manger et pendant ce temps d’autres (agents des finances) vivent dans une aisance incroyable. Au Burkina Faso, l’indice de GINI qui mesure l’écart entre les riches et les pauvres tant vers 50 or la norme est qu’il tende vers 0. Thomas SANKARA disait que les autres mangent et les autres regardent ainsi naissent les révolutions. Merci à ces acteurs économiques

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 13:01, par Fasopriorité 1 En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Je me rappelle comme si c’était hier lorsqu’en 2011 les mutins ont été matés. C’était avec la bénédiction de la population qui en avait marre. Voilà un autre cas où la population soutien que l’état ne doit pas céder, plus il doit être intransigeant. Tu corriges pas un tel écart c’est grave pour la survie de la famille. Merci aux commerçants. Ensemble verrons la route aux de la 5ème colonne des terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 13:04, par Zita En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Pour ceux qui n’auraient pas bien lu ou compris mon post, je vous le renvoie à toutes fins utiles. En sus, (re)lisez celui de l’internaute 47 " Ninja Choc".

    Pour ma part, jai quitté cette "fonction publique de merde" depuis les compaoré et la situation est demeurée la même. Pire, on recule avec le temps qui passe et rien qui change. Alors j’insiste pour vous dire de recueillir par la voie autorisée, les avis du PF et des honorables sur ce sujet des financiers. C’est du :
    ... tu me tiens, je te tiens... par la barbichette !!! Le 1er qui rira aura.... son c... dehors.....

    Bonne (re)lecture.
    Oh oh oh !!!
    Attendez de voir la réaction du président lui même avant de lancer des ultimatums. Ces gens (financiers) et dirigeants se connaissent bien, très bien même. C’est nous on se masturbe l’esprit ici. Ministre des finances la même prends au moins 5 FC de son minister avec les agents. Renseignez-vous : au moins 12 millions à chaque échéance. Demandez- lui courageusement et revenez ici pour un autre "atelier" ou pour d’autres ultimatums. Le FC du gouvernement c’est les gre a gre, les marchés (Kdo et récompense politik des militants, au cousins et neveux), les détournements, les pillages des projets... , , orchestrés et exécutés avec l’appui des financier, ce sont des complices nï lallah. Lisez seulement les journaux qui dénoncent les malversations et comptez les ripostes apportées : zeroooo Trop drôle. Ce gouvernement est un cirque.
    Les gloutons ne sont pas ceux que vous croyez, ouvrez bien vos yeux, vous serez surpris.
    Mon pari (déjà gagné) est que vous ne reviendrez plus , ni ne ferez rien de plus. "Ad mam, ad yamba "
    Si vous avez déjà eu un "soutient " pour ça, alléluia.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 13:18, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Les FC ne sauraient etre supprimés. Ce qui s’impose : 1) c’est leur reajustement dans le cadre d’une "revision salariale" de la Fonction Publique qui permettraient d’etablir un peu d’equité entre tous les fonctionnaires en rehaussant les plus defavorisés (braves medecins ?!, braves sage-femmes ?! etc ..., 2) faire de la gouvernance une vertu coutumière.
    Chers CNAECE, je vous supplie de vous calmer. Vous allez faire mettre des embargos sur notre pays parce que ce que vous demandez est contre le Droit international du Travail. Chers beneficiaires de FC, mettez de l’eau dans votre vin et moi le prophète Impie je vous apporterai mon soutien et "il n’ y aura pas aucun" !
    Dieu, ce fan de tous les plaisirs, qui n’aime que là où il n’y a que le plaisir (le Paradis).

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 13:21, par Bol Shevic En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    "« Au regard de la morosité des affaires et tout ce qui précède, nous demandons la suppression pure, simple et maintenant des fonds communs, la mise au même niveau salarial des différentes catégoriques de la fonction publique »"

    Mouvement teleguide. Revendiquer ce qui est de votre ressort. Ce n’ est pas a vous de demander a ce qu’ on reorganise les salaires. Vous vous etes trahis. Gouvernement, faut resoudre le probleeme. Ne perds pas le temps a creer des groupuscles pour lutter contre les fiannciers. C’est bolchevique comme methode.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 13:49, par Je passais En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Si Rock n’agit pas le FC risque de l’emporter. Que Dieu nous sauve. Amine

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 14:49, par HUG En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Internaute L’autre africain, Thomas SANKARA a vu le fonds commun et il l’a laissé c’est vrai mais ce monsieur Thomas SANKARA était contre l’injustice, il était courageux, il était pragmatique. Il était contre la bourgeoisie (agents des finances). Selon le SG des finances le recouvrement évolue de l’ordre de 10% tandis que les fonds communs évoluent de l’ordre de 40%. Monsieur internaute L’autre africain pensez vous que ce monsieur Thomas SANKARA allait aller puiser de l’argent dans d’autres caisses pour venir le distribuer aux agents des finances. Non je le pense pas. Thomas SANKARA était soucieux du développement de toute la population. Thomas SANKARA n’allait jamais augmenter les fonds communs de 100%.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 15:04, par Verité En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Passez votre temps à discuter du FC ; les Djihadistes tuent et avancent à grands pas à partir du Soum.
    Que faire sur les FC ????????????. S’inspirer des autres pays. Quelqu’un du MINEFID peut il nous éclairer par rapport au fonctionnement du FC dans d’autres pays exemplaires.
    Rapidement une loi sur les FC pour encadrer son fonctionnement ... non à suppression, oui à son encadrement ...................

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 15:56, par togs sida En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Je suis vraiment déçu, il n y a pas trop de commentaires objectifs. On donne le point de vu par pure jalousie, aigreur ou je ne sait quoi.
    Le fond commun ne sera jamais supprimé, je dit bien jamais mais peut être vu à la baisse. Chaque corps a sa source de motivation. De l’enseignant au professeur docteur en passant par le médecin. Le rêve est permis pour tout le monde. rêver seulement

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 16:10, par Rokine En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    A mon avis , la question du fc est gerable si le président le veut bien,on créé une indemnité de motivation pour les financiers régie par le système de quota mais n’excédant pas 50milles et tous les les fonctionnaires bénéficieront en mois de décembre d’un treizième mois.Le surplus est affecté dans les autres domaines stratégiques

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 16:12, par Lecteur En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    On ne peut pas supprimer le FC facilement comme cela.
    Soyons raisonnable et essayons de :
    1. légiférer sur la question
    2. trouver des motivations additionnelles pour les autres fonctionnaires
    Une loi devrait permettre de réduire les abus qui sont en cours au MINEFID et éventuellement dans d’autres structures.
    Pour ce qui est de la sortie des commerçants elle a juste le mérite de relancer le débat sur le FC mais le message qui est véhiculé n’est pas du tout positif. L’incitation à la désobéissance civile est punissable par la loi et devrait s’appliquer à cette association. A la limite il faudrait les suspendre pour un bout de temps.

    Pour terminer, je voudrais inviter les citoyens à ouvrir l’oeil par rapport à notre ennemi commun qui sont les terroristes. Ils profitent des moment de distraction du peuple pour s’infiltrer. Les FDS à eux seules ne peuvent pas venir à bout de ces ennemis du peuple. Soyons donc vigilant et ouvrons l’oeil et le bon.

    Que Dieu ramène le calme et la sérénité dans le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 16:36, par Yibi En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    De prime à bord corrigez moi si ce que je dirai s avéré faux. Tout enseignant a droit à deux ou trois palaces pour inscrire ses enfants. Certains produits sont offerts gracieusement aux médecins et aux infirmiers lorsque un membre de leur famille est malade. A près ces deux exemples on a l impression que la charité bien ordonnée commence par soi même. Chaque poste public ou privé a des avantages et des inconvénients. Quel est l avantage de ceux qui mobilisent les fonds pour permettre à l état de mettre en œuvre ses programmes et promesses politiques ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 17:16, par Mouloumba Wa Mouloumba En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Soutien total au CNAECE. Tous les fonctionnaires participent au developpement du pays. Il n y a pas de super fonctionnaires. Le FC doit etre supprimé ou profiter à tous. Je prefère encore qu’on le transforme en bourses d’études pour tous les éleves et étudiants, ou qu’on le consacre à la contruction d’hopitaux ou encore à la lute contre les écoles sous paillotes. point barre !
    L’argumentaire qui consiste à justifier le FC par le taux de recouvrement me fait sourire. Une fois, ils ont osé meme dire que dans les ambassades ce sont eux qui font rentrer les recettes (frais de visas et autres prestations).Vous même regardez, quelqu’un vient dire à l’Ambassade qu’il veut un visa pour aller au Burkina Faso, d’autres fonctionnaires traitent le dossier en octroyant le visa à l’intéressé. Comme trésorier, tu es assis tranquillement dans ton bureau, et tu n’es au courant de rien. Toi ton role c’est seulement d’ encaisser les frais de visas après seulement l’accord des autres fonctionnaires, et tu viens dire après que c’est toi seul qui a fait rentrer l’argent dans les caisses de de l’état. Eeh vous aussi, Cadres des finances ! Eh pauvre Burkina Faso. Ya fohi, Yah palé, Ya mam dah.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 18:26, par Sidpalouti En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    je voulais suggérer que le jeu se fasse dans une approche plus globale de la redistribution de nos biens publiques.
    en lisant plusieurs intervenants du forum, on se plait à se comparer aux autres pays et on insiste pour revendiquer. Je veux croire que les mêmes causes produisent les mêmes effets ou que "c’est les uns mangent et les autres regardent , ainsi naissent les révolutions" et nous devons non pas éviter la révolution mais insister sur le bien vivre ensemble !
    Je propose ce qui suit :
    - le traitement des députés sera raméné à leurs salaires de fonctionnaires et on y ajouterait les indemnités de sessions qui dans tous les cas ne sauraient excéder trois mois pour chaque session ordinaire de l’année.
    - les ministres verraient leur traitement revus à la baisse et en particulier un seul véhicule de fonction et du carburant géré par un pool du Parc Automobile de l’Etat contrôlé par l’ACE
    les Directeurs généraux recrutés sur concours pour diriger nos sociétés d’Etat ne seront pas mieux traités que leurs Ministres ;
    - que le Burkina revoit à la baisse le nombre de ses institutions et ne pas en créer de nouvelles surtout que nous n’avons pas les moyens de les faire vivre ! ainsi on pourrait se passer du CES, du médiateur du Faso qui ne peut rien contre les mauvaises performances de la justice et ne peut pas restituer un citoyen spolié dans ses droits
    - Si toutes ces mesures sont mises en oeuvre nous ferons des économies substantielles pour les investissements sociaux (éducation en particulier car c’est la clé du développement parole de moi médecin !) sur une base d’équité !
    - la levée des impôts est une obligation et personne, alors personne ne doit échapper et même sur l’aide aux indigents qu’on prélève l’impôt !. Tous les grands mogos du Burkina paient des impôts et taxes quand ils sont aux USA ou ailleurs et on sait que les taxes sont plus élevées à new York qu’à New jersey état voisin ! Pourquoi nous ne voulons pas consentir l’impôt ou payer les taxes chez nous et que tout commence par comment dribler les impôts ou la douane ?
    - je demanderais enfin à l’assemblée ou à celle des députés patriotes qui lui succèderait de voter une loi pour le délit d’apparence car pour un préposé de douanes plusieurs fois propriétaires de villas les autres ne comprennent pas et en particulier si l’intéressé nargue le voisinage ! Comme aux Nations Unies et en Europe de l’Ouest, ce que gagne un cadre est connu et publié dans le document portant salaire du personnel et les indemnités ne représentent pas pas plus de 5% de ton salaire net et tu paies pour ta pension au delà de la cotisation patronale !
    Insultez-moi si vous voulez mais je crois à ce que j’ai écrit car je crois que le Burkina est pauvre ou n’a pas su utiliser ses ressources pour son développement et donc ses richesses financières sont en deçà de ce qu’elles pouvaient être en ce moment et notre peuple malgré le dur labeur qu’il connait(le zaÏ, les cordons pierreux, le quartz à casser pour servir de gravillon pour certaines places en ville ou pour la construction de ceux qui ont les moyens, l’agricultiure à la daba qui finit en même temps que son propriétaire etc...) n’arrive pas vraiment à joindre les deux bouts ! Ajoutez y une dose d’analphabétisme et la rigueur de la nature ( 45° à l’ombre en Avril-Mai, une année sur deux soit sécheresse soit inondation !!
    Pardon ayons pitié des millions de créatures du Dieu qui survivent sur cette terre que nous appelons Burkina Faso ou plutôt sur ce bloc d’or souterrain et qui sont ballotés entre nos diverses théories qui ne leur donnent rien à manger !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 19:52, par Bangre En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Bien ! Je ne suis plus pour la suppression parce que quand-même, ils manipulent l’argent. Maïs je suis pour la correction à la baisse. Ayez pitié du Burkina Faso. Dieu le bénisse.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 20:18, par MISSIRI En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    La résolution ce problème nécessite une concertation avec tous les acteurs car la solution n’est aussi simple comme le préconisent beaucoup de gens sans réunir le maximum pour mieux apprécier la situation. Mêmes les commerçants qui nous pillent tous les jours avec des surenchères et des taxes impayés qui s’enrichissent dans l’illégalité pensent détenir la solution
    prenons garde et analysons à froid ce problème car même si les autorités actuelles ont eu le courage de poser le problème c’est pas les agents des finances qui se sont octroyés tous ces avantages et l’administration est une continuité avec certainement une rupture dans la façon de faire
    trouvons ensemble la meilleure façon qui garantisse l’avenir du pays

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 21:07, par Ka En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    En parcourant les raisons citées par les commerçants, il y a du vrai dans ce qu’ils avancent. Mais il faudrait pousser plus loin pour tenter de déterminer les réalités de ces raisons et de trouver les moyens de faire autrement et surtout mieux que de demander la suppression du fond Commun.

    A travers le monde, ce système de fond commun et d’autres systèmes similaires existent depuis la nuit des temps : D’autres pays les gère efficacement, et d’autres comme dans notre continent pas.

    Pourquoi le fond commun survit et protéger par des régimes qui arrivent comme dans notre pays ? Même pendant la révolution le fond commun est resté un système intouchable. Ce système a fait diminuer la corruption et le vol au ministère des finances a 70%, car les fonctionnaires de ce secteur savent que si l’argent rentre dans la caisse de l’etat sans les détournements et les vols, ce sont leur fond commun qui augmente à la fin de l’année.
    Dans les pays développés, on n’a pas besoin de faire aucun contrôle pour savoir qu’un fonctionnaire qui touche un font commun ne travaille pas honnêtement. Mais plus souvent dans nos pays, ce contrôle qui se limite en un sondage comme dans notre pays par l’inspection de travail, a prouver que ceux qui ont leur fond commun, 80% ont adopté l’adage qui dit que ‘’’la discipline et l’intelligence qui sont, entre autres, sont les qualités d’un bon fonctionnaire.’’’’ Ils mettent cette discipline en avant, et les absences ou les détournements sont devenus minimes.

    D’autres raisons poussent les décideurs Africains à ne pas s’en passé de ce système qui est le fond commun, ‘’’’il permet le détournement de fonds qui est leur sport favori.’’’’

    En parcourant 90% des critiques et autos critiques des internautes, j’ai constaté que le développement dans l’esprit des uns et des autres, c’est du béton partout, et il faut absolument supprimer et maintenant les fonds communs, une chose irréalisable pour un pouvoir qui veut une prolongation en 2020.

    Et tout dont j’ai lu comme critiques et auto critiques de mes amis des internautes, reste que du verbiage. Tant que les élus, je ne parle pas du MPP de nos jours, mais tous ceux qui viendront, pourront piller les caisses, biens et ressources de l’Etat, passant par les fonds communs en toute impunité, personne comme décideur du jour dans le pays des hommes intègres ne facilitera la suppression du système des fonds communs.

    Ma conclusion est qu’il faut une réflexion profonde sur les causes de ceux qui font du chantage pour avoir plus d’avantage, et trouver des solutions pour dire à ces personnes, que même, s’il y a une main malsaine qui les manipule pour mettre le pays a genoux, il y a des limites.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 21:16, par Le Forgeron En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Bonjour,

    Je voudrais d’abord remercier beaucoup Madame qui a osé révéler ces informations sur les montants de ces fonds communs de son Ministère. Ensuite, je remercie la coalition pour leur pensée très pertinente suivante :« Nous prévenons que si d’ici fin mai la suppression n’est pas effective, nous demanderons au gouvernement de nous trouver des voies et moyens pour que nous puissions payer nos taxes pour la continuité de l’Etat, car nous allons bouder tous les services du ministère de l’Economie et ses démembrements ». De cette phrase je comprends que la coalition n’est pas contre le paiement des taxes mais la coalition ne passera plus par les Institutions du Ministère. Ce qui est possible car le gouvernement peut bien informatiser la déclaration et le paiement des Taxes TVA, déclaration douanière et IUTS en ligne. Dans les pays développés cette informatisation est faite. Certaines banques burkinabè comme SGBF et autres ont développé des systèmes de paiement des salaires en ligne : A partir de ton bureau tu peux charger un fichier de salaire en ligne et des signataires valident en ligne et la banque fait le virement. Donc plus besoin d’aller physiquement déposer un ordre de virement sous format papier. Pour éviter les dégâts collatéraux et assurer la continuité du fonctionnement de l’Etat, je demanderais au gouvernement, à court terme, de créer des comptes bancaires dans toutes les banques de la place et permettre aux citoyens de payer les déclarations dans ces comptes et à long terme penser à l’informatisation de la déclaration à partir des 13 régions du Burkina. 1/5 de ces fonds communs sont largement suffisants pour l’informatisation. Une grève des agents de la DGI ne doit plus bloquer les déclarations et le paiement des taxes par les citoyens. C’est une question de volonté et je demande à Madame le Ministre de s’armer de courage et se lancer dans la bonne informatisation de son Ministère. Car je pense que le système actuel a besoin d’être amélioré pour éviter le manque de réseau avec la fameuse phrase :" pas de connexion" pendant les derniers jours de déclaration et paiement. Vous pouvez vérifier cela en faisant le tour des institutions pour constater les longues files d’attente pendant les derniers jours de déclaration.

    Le peuple burkinabè est conscient qu’il doit aider l’État à exécuter son programme de développement par conséquent l’État doit aider à son tour les citoyens à pourvoir l’aider.
    Revoir les salaires acceptables des Magistrats, supprimer les fonds communs, informatiser la justice et le Ministère de l’économie, instaurer des primes d’encouragement aux enseignants du primaires, aux infirmiers et médecins qui sont dans les localités à haut risque, équiper et encourager nos forces de sécurité et de défense qui sont dans ces localités à haut risque.

    Burkinabè de toutes les 13 régions, ensemble pour la construction notre cher pays dans la paix.

    Cordialement,

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 21:51, par Truth Hurts En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Chers concitoyens et concitoyennes, tous les maux qui assaillent notre monde d’aujourd’hui (terrorisme, guerre, violence...) proviennent d’une seule et unique source : l’injustice.
    Le Fonds Commun est une aberration. Il est contraire à l’éthique. Tenez, un agent du MINEFID de catégorie E( c’est à dire agent sans aucune qualification académique : gardien, technicien de surface, agent de liaison...) touche 4 500 000F de FC par an, soit 375 000F par mois, en dehors de son salaire. Moi je suis un fonctionnaire de catégorie A1(BAC + 5), 20 ans de service, mais mon salaire mensuel ne vaut pas 375 000F. Croyez-vous que les Burkinabè vont continuer à fermer les yeux sur de telles honteuses énormités ? Attention, ça, ce n’est pas seulement de la jalousie ou de l’envie. C’est plus que tout ça.
    Quant aux arguties que ressassent les agents du MINEFID sur le fait que ce fonds existe depuis 1963, qu’il se constate dans plusieurs pays, que même SANKARA—celui-ci doit se remuer dans sa tombe— ne l’a pas supprimé...elles ne tiennent pas la route. Nous n’en avons cure. Pour nous, le FC est un mal. IL est inique, contraire à la morale et aux fondamentaux de la bienséance et, par conséquent, source de graves déchirures sociales ; et comme tout mal, peu importe la durée de l’infection, peu importe le nombre de pays qu’il touche, il doit être purement et simplement éradiqué. Le terme FC doit disparaître et les agents du MINEFID,qui sont recrutés par la même fonction publique et qui ne sont en rien plus méritants que les autres agents, doivent être motivés avec les mêmes éléments que le reste des travailleurs publics.
    De la même manière toutes les institutions doivent être toilettées, les corrupteurs et corrompus jugés et punis.
    Ceux qui rêvent debout, qu’ils soient des agents du MINEFID ou des partisans du pouvoir, croyant que le peuple va laisser ce pillage éhonté de deniers publics continuer, se méprennent. Le RSP a été supprimé car il était une armée dans l’armée, avec des avantages exorbitants,au détriment de la grande majorité des FDS. De la même manière, le peuple ne permettra jamais à 8 000 agents de cumuler 2 à 3 salaires pour le même travail. Jamais. Et le pouvoir MPP se doit—en prenant le soin de faire sa propre toilette d’abord— d’y veiller. Sa survie, de toute façon, en dépend.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 23:35, par elouss En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Le FC, c’est la honte du syndicalisme au Burkina Faso. Qu’est ce qui a bien pu inspirer des syndicats dont certains se réclament d’obédience progressiste à asseoir un système de vampirisme contre les intérêts de tous ?
    Personnellement j’en ai honte jusqu’au plus profond de ma chaire. Remarquez que les mêmes arpentaient les rues de Ouaga avec nous pour manifester contre la vie chère en se gardant bien de nous révéler se qui se passe exactement chez eux. Quelle honte !
    55 milliards pour une poignet de Burkinabè en sus de leurs salaire, c’est inacceptable !
    Carton rouge à toute cette camarilla de truands ! Et que le gouvernement aussi prenne ses responsabilités sinon.....

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 00:27, par Le bon analyste En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Mon frère, il faut lutter pour toi. Tu as passé Enaref, tu as échoué. Donc ait pitié pour toi même. L’ENAREF attire beaucoup de candidats. Pourquoi ? SVP chercher pour vous et laisser les financiers tranquillos. Vous êtes nés trouver le FC, vous allez partir laisser ça. Même les financiers. Peut être que ton fils réussira au concours de L’ENAREF. Que diras tu après ? Bonne chance à ton fils.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:20, par HUG En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Un ministre s’est assis un matin dans son bureau, a pris a arrêté et a dit agents des finances vous avez un fonds commun. Agents des finances mettez de l’eau dans votre vin. Ce n’est même pas un décret qui vous octroie les fonds communs mais simplement un arrêté donc soyez modéré dans vos propos. Que le pouvoir du MPP sache que c’est l’injustice qui a chassé Blaise Compaoré et lui est venu au pouvoir (pouvoir du MPP). A votre arrivée on a pensé que vous allez tirer la leçon mais à notre grande surprise vous avez fait pire que le pouvoir du CDP (en terme d’injustice):octroie d’un échelon à un corps avec beaucoup d’autres avantages ,augmentation des fonds communs a 100%, octroie d’avantages faramineux aux juges, augmentation indiciaire de 20% à un corps avec bien d’autres avantages..... Beaucoup de corps ont bénéficié de vos largesses (des avantages faramineux ).C’est un arrêté qui permet à un fonctionnaire ayant obtenu une certaine note d’avancer chaque deux ans. Cependant le Gouvernement du MPP et acolytes vous avez bafoué cela. Mais je vous comprend, vous penser que ces corps sont prioritaires donc si vous répondez favorablement à leur demande vous allez dormir en paix. Vous vous tromper car quand on créé l’injustice on ne peut pas dormir en paix. Mais il n’est trop tard pour bien faire.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:58, par Massa En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Faisons supprimer aussi les 13ème mois de la sonabel, de l’onea, de la sonapost, de l’onatel aussi !!! Puisque se sont nos pénalités sur le payement des factures qu’ils se partagent aussi. Pourquoi les gens sont méchants comme ça même ? Surtout le burkinabé, arrêtez ça et cherchez pour vous. Tchrrrrrrrrrr

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 13:49, par Indjaba En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Bel exemple mais retiens (si tu peux) que les travailleurs de l’ONEA ont le même employeur qui est l’ONEA, ceux de la SONABEL ont comme employeur la SONABEL et ENFIN ceux de la fonction publique ont comme employeur l’Etat. A la SONABEL comme à l’ONEA ont ne sert pas 13 mois de salaire aux collecteurs des factures et 12 MOIS aux autres travailleurs. A l’ONEA comme à la SONABEL, On donne 13 mois à tous les travailleurs. Pourquoi penses tu qu’a la fonction publique on doit donner 6000000 par an (hors salaires, hors indemnités, hors frais de mission, hors frais de séminaires etc) à l’inspecteur des impôts et qu’on ne doit rien donner à l’inspecteur de travail ou de l’action social. Là je ne parle pas des indemnités et autres frais de missions et séminaires qui peuvent différer d’un ministère à l’autre sans que cela ne soit un problème mais je parle d’une cagnotte qu’on distribue à certains fonctionnaires pendant que les autres regardent impuissants. Arrêter de traiter les gens de jaloux Tous les forumistes ne sont pas des fonctionnaires et il y’a des forumistes qui ont des revenus propres annuels qui dépassent 1000 fois ton FC annuels (en tant qu’agent des impôts tu peux vérifier les IUSTS de certains salaires de non fonctionnaires et certains bilans d’homme d’affaires pour te faire une idée des revenus annuels). Le seul fond commun incontestable c’est le Burkina sinon votre FC ne sera jamais un sujet tabou et c’est pas en traitant les gens de jaloux ou d’aigris qu’ils vont arrêter de le dénoncer. Y’en a marre de votre arrogance !!!!

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 08:59, par Massa En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Faisons supprimer aussi les 13ème mois de la sonabel, de l’onea, de la sonapost, de l’onatel aussi !!! Puisque se sont nos pénalités sur le payement des factures qu’ils se partagent aussi. Pourquoi les gens sont méchant comme ça même ? Surtout le burkinabé. Arrêtez ça et cherchez pour vous. Tchrrrrrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:30, par sidzabda En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    C’est vraiment bien de rappeler aux travailleurs du MINEFID qu’ils ne sont que 8000.
    Allpns seulement...........

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 09:52, par Ton yame ne zirinbedan En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Vous êtes tous des naïfs. J’ai dit qu’il n’y aura pas une insurrection dans ce Pays contre les fonds communs. S’ il y a insurrection, ce sera pour balayer le régime actuel, TOURE Soumane a dit des vérités que personne d’autre, n’osera dire. Mais sachez que ROCK est devenu le vetitable problème au lieu d’être la solution. L’effet contraire de son Slogan de campagne l’a rattrapé, l’effet de la malédiction des maisons brûlés, des pillages de biens dont plusieurs bouches ont maudi les initiateurs, le cadavre déterré de Thom SANK "Yaa wibdo on pogdba". Quand les faux commercants s’ excitent pour les fonds communs, qui a octroyé ces fonds communs comme les avantages faramineux servis aux juges ? C’est ROCK, ROCK lui-même serait la solution à ce problème, il a prêté serment, ce n’est pas pour dormir tranquillement sur un canapé, non, c’est pour trouver des solutions aux problèmes des burkinabés mais s’ il constitue lui-même le problème, la solution durable serait sa démission du pouvoir. Il n’y a pas de honte en cela, il a déjà démissionné du CDP en demandant pardon au peuple pour l’avoir trahi, cette fois-ci, il ferait œuvre utile en prenant une deuxième fois cette décision d’abandonner le perchoir pour des hommes d’État plus courageux, travailleurs et moins mouillards.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 11:27, par Le Sage En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      « Ton yame ne zirinbedan », il y aura bel et bien une insurrection contre le fonds commun qui n’est ni plus ni moins qu’un crime économique éhonté. Et le maintien de Rock se fera par sa capacité de restaurer la justice sociale dans le monde du travail et dans la société entière. Il est moralement intenable de voir que quelques travailleurs touchent 4 à 5 salaires tandis que la grande majorité des travailleurs pataugent dans une misère indescriptible. Cette situation ne ressemble pas au nom que porte notre pays. c’est une abomination.

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 11:11, par Le Sage En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Rock et son gouvernement n’ont d’autre choix que de procéder à la suppression pure et simple de ce honteux, inique et vilain fonds commun et de mettre en place un comité ad hoc qui se penchera sur les éléments de motivation des agents publics de l’Etat dans leur ensemble. Tout autre piste serait suicidaire. En tous les cas, ils doivent comprendre, plus que quiconque, que le Burkina post insurrectionnel ne saurait s’accommoder avec de telles pratiques mafieuses. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 12:06, par VISION 21 En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Quand il s’agit de débats aussi creux et prétentieux la toile s’enflamme pourtant il y’a des questions sur des sujets très importants qui nécessitent nos contributions diverses, malheureusement pour peu de réactions. La bonne nouvelle est que chaque fois qu’il y’a un débat sur la présente question le montant du FC s’augmente. Présentement certaines personnes souhaitent que le contentieux entre les syndicats et le gouvernement s’enlise afin de provoquer une situation de longue grève avec la levée éventuelle des barrières douanières pour introduire des produits malsains sur le territoire, ou une occasion d’échapper aux impôts et pourtant.Les gouvernants crient chaque jour à l’incivisme grandissant alors qu’ils sont responsables de ce contexte puisqu’à chaque fois qu’ils appellent à la rescousse les OSC,les coutumiers,les religieux ...,ils cèdent ainsi sans assez le comprendre des parcelles de leur pouvoir conduisant à affaiblissement progressif de l’autorité de l’État.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 12:19, par In GOD we trust En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Vraiment DIEU aime le Burkina Faso. Béni le jour où Madame Rosine Coulibaly, sur insistance du Président de l’AN, fut obligée de lever le lourdissime voile sur ce qu’on appelle fonds commun au MINEFID. Gloire à ALLAH, LE TOUT MISÉRICORDIEUX, LE TRES MISÉRICORDIEUX !
    Arrêt sur image : un agent de catégorie E, c’est à dire un technicien de surface, un agent de liaison, un gardien, etc. communément appelés personnel de soutien, touche Quatre million cinq cent mille(4 500 000) francs cfa par an, soit trois cent soixante-quinze mille(375 000) francs par mois de FC en dehors de son salaire. Cette somme vaut quatre(4) fois le salaire de cette catégorie de personnel. Et en comparaison avec d’autres fonctionnaires, Un travailleur de catégorie A, échelle 1(BAC + 5) après 20 ans de service, touche moins de 375 000 francs par mois.
    Alors, sous quels cieux sommes-nous ? Qu’on brûle alors notre constitution qui met tous les citoyens Burkinabè sur le même pied d’égalité en termes de droits et de devoirs ! Qu’on déchire la loi 081 qui fixe les bases de rémunération des agents publics de l’ État !
    Ce pillage éhonté et extravagant de nos maigres ressources par un groupuscule et leurs acolytes du pouvoir, est un nouvel énorme défi lancé au peuple Burkinabè qui, comme toujours, par la bienveillance d’ALLAH, saura le relever dans l’honneur et la dignité. INCH ALLAH ! INCH ALLAH !

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 12:43, par Bêta 2 En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Prenez la liste de ceux qui ont tenu cette réunion (à commencer par le presidium) et demandez à chacun ses quittances(impôts douane et trésor). Vous serez surpris désagréablement. Combien parmi ces gars peuvent importer une brouette de marchandises. Vraiment, nous sommes foutus...

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 16:38, par Yaa Sida En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

      Mon cher « Bêta 2 », tu es hors sujet. Que ces gens soient des balayeurs de rue ou de simples vagabonds, nous n’en avons cure. Ce qui est intéressant est qu’ils ont posé un problème réel qui rencontre l’adhésion quasi totale de l’opinion nationale : le vol en plein jour de deniers publics par un groupuscule d’agents éhontés, véreux, pourris, et corrompus. Nous ne sommes pas nés Burkinabè pour avaler de telles couleuvres. De toutes les façons, cette affaire est maintenant entre les mains du peuple. Et la solution à ce terrible fléau social ne saurait tarder, par la grâce de DIEU. Par la grâce de DIEU.

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 14:22, par Un burkinabé En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    On est contre le partage de fonds exorbitants à quelques milliers de personnes en plus de leurs salaires pendant que de millions d’autres burkinabé ne peuvent pas avoir un bon repas par jour. S’il s’agit là de la jalousie, alors qu’il en soit ainsi. Le salaire est obligatoire, mais la distribution d’autres milliards de nos francs sous prétexte qu’il faut les encourager n’est pas juste. A la limite l’octroi d’une prime raisonnable par agent à la fin de l’année.
    Les agents du MINEFID sont-ils des consultants privés auxquels ils faut forcement payer beaucoup d’argent pour leurs prestations ?
    Si Rock ne rectifie pas le tir à temps, c’est une deuxième insurrection qui va l’emporter comme l’autre. Les burkinabé ont maintenant les yeux ouverts et même très ouverts. On est patient mais pas bête comme le pensent certains.
    Les ressources financières de la nation doivent bénéficier à tous les fils et filles de la nation.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 14:53, par Un burkinabé En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    On est contre le partage de fonds exorbitants à quelques milliers de personnes en plus de leurs salaires pendant que de millions d’autres burkinabé ne peuvent pas avoir un bon repas par jour. S’il s’agit là de la jalousie, alors qu’il en soit ainsi. Le salaire est obligatoire, mais la distribution d’autres milliards de nos francs sous prétexte qu’il faut les encourager n’est pas juste. A la limite l’octroi d’une prime raisonnable par agent à la fin de l’année.
    Les agents du MINEFID sont-ils des consultants privés auxquels ils faut forcement payer beaucoup d’argent pour leurs prestations ?
    Si Rock ne rectifie pas le tir à temps, c’est une deuxième insurrection qui va l’emporter comme l’autre. Les burkinabé ont maintenant les yeux ouverts et même très ouverts. On est patient mais pas bête comme le pensent certains.
    Les ressources financières de la nation doivent bénéficier à tous les fils et filles de la nation.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 15:37, par BURKIBILA En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    CARTON ROUGE AU FOND COMMUN. LA MARCHE DES FONCTIONNAIRE EST PREVU POUR LES JOURS A VENIR DISONS NON AU FON COMMUN DISONS NON A LINJUSTICE

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 16:53, par Ka En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    ‘’’A’’’ l’internaute le bon analyste : Je pense que la fermer a une valeur ! Et quand on ne sait pas lire ou comprendre une critique fondée, on ne s’aventure pas à donner une auto critique de dénigrement. Je n’ai jamais dit de supprimer quoi que ça soit dans ma critique, que de ton imagination : ’’’Tout dont j’ai dit, c’est qu’on trouve une solution avantageuse pour tous. Tu n’es pas un analyste.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 18:07, par Wise En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Un audit pour vérifier l’authenticité des diplômes de tous les fonctionnaires de la Fonction Publique s’impose, à commencer par nous les financiers. A l’heure actuelle un audit s’impose...Je vous le dis en vérité moi même je suis financier mais je sais qu’il y a des fonctionnaires fictifs (brebis galeuses) au MINEFID. Que l’Etat prenne ses responsabilités pour assainir notre milieu. Ceux qui s’agitent c’est d’ailleurs eux le problème. Ils ne sont pas venus pour travailler, ils sont là pour piller nos deniers publics puisqu’ils savent que du jour au lendemain si on découvre leur pot-aux roses (leur secret, la manière par laquelle ils sont rentrés dans la Fonction Publique) ils vont prendre la clé des champs. Je parie que si on commence l’audit en question il y a de ces fonctionnaires (fictifs) qui vont fuir avec leurs familles pour rentrer en Côte d’Ivoire, au Ghana… Il faut que le Gouvernement prenne ses responsabilités pour assainir le milieu financier.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 18:13, par Theodora SANON En réponse à : Fonds communs dans les ministères : Des acteurs économiques demandent leur « suppression pure, simple et maintenant »

    Apparemment le problème semble très profond et ne doit pas être pris à la légère. Espérons que le gouvernement trouvera les moyens de calmer la tempête. Que Dieu sauve le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : L’UEMOA rencontre ses partenaires techniques et financiers
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
Projet d’urgence pour les dépenses récurrentes (PUFDR) : La Banque mondiale apporte plus de 57 milliards de francs CFA au Burkina
Ministère de l’Economie : Le bilan de 2018 passé à la loupe
Coris Bank international : « La Banque autrement » lance Coris Money, un nouveau porte-monnaie électronique
Commerce hors-UEMOA : Des opérateurs économiques sensibilisés sur les procédures règlementaires
Commercialisation du sésame : Comment tirer le meilleur profit de la filière ?
Salon de l’élevage du Burkina (SABEL) : Un cadre pour promouvoir la compétitivité du secteur
Projet de recensement fiscal : Les agents recenseurs ne sont pas d’accord avec la rémunération fixée
Dialogue Etat/secteur privé : Un cadre d’échange pour booster l’industrie et l’artisanat au Burkina Faso
Journées commerciales des produits bio-équitables : Les acteurs satisfaits de la première édition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés