Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

vendredi 6 avril 2018 à 08h14min

Depuis quelques semaines, c’est la guerre ouverte entre le maire de la commune de Matiacoali (Est du Burkina) et un groupe de frondeurs qui ont décidé de mettre fin à son mandat, en fermant la mairie et en réclamant une délégation spéciale pour remplacer le conseil municipal. Ils donnent ici les raisons de leur défiance.

Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

Mesdames et Messieurs

Nous, coalition née à Matiacoali en janvier 2018 dénommée « La dissolution du conseil municipal de Matiacoali » composé de l’ODJ section Matiacoali, MBDHP section Matiacoali, de personnes ressources, de coutumiers, de religieux, de notables et les sages du village, informons l’opinion régionale et nationale que nous, population de la ville de Matiacoali et hameaux de culture, après avoir refusé de marchander notre chère commune contre des intérêts politiciens des hommes qui cherchent à se remplir les poches, à bien ajuster leur ventre contre la corruption, la transparence des affaires publiques, le vol des biens publiques, le détournement de fonds publics, l’accaparement des terres, le détournement des infrastructures au profit des non bénéficiaires, subissons une répression sanglante jamais connue dans notre commune comparable à ceux des 30 et 31 octobre aux fins d’un parti politique dont nous tairons le nom et d’un individu que nous ne reconnaissons plus comme le Maire actuel, mais un ancien Maire, pour plusieurs raisons.

Mesdames et Messieurs

Malheureusement, nous déplorons qu’une répression sanglante organisée le 30 mars 2018 en complicité avec un fils d’une province voisine, médiateur dans la crise au nom de son parti politique dont nous tairons les noms pour une première fois, a fait des dégâts humains et matériels ; quatre (04) personnes blessées, dont une dans un état critique évacuée au centre hospitalier régional de Fada, quatre (04) concessions incendiées par les FDS avec des gaz lacrymogène, une (01) moto calcinée, une (01) autre endommagée par les FDS. Nous souhaitons prompt rétablissement aux blessés. C ‘est le moment pour nous de féliciter les populations ayant manifesté dans un cadre républicain c’est-à-dire n’ayant rien cassé ni brulé. Nous avons juste fermé notre mairie en entendant notre délégation spéciale.

Nous rappelons aux organisateurs de la répression sanglante que dans l’histoire récente du Burkina, cette époque est révolue, nous sommes dans un renouveau démocratique, l’ère des preuves, des vérités, des contreventions depuis la dissolution de la machine à répression, c’est-à-dire le régiment de sécurité présidentielle (RSP) ; de grâce n’oublions pas. Ça ne date pas. Nous regrettons ce comportement de nos FDS au moment ou cette force pouvait être utilisée contre les terroristes qui nous terrorisent dans notre forêt de Nassougou et utilisée contre des pauvres populations innocentes.

Mesdames et Messieurs

Nous demandons déjà justice pour les blessés et la réparation des dommages causés à des pauvres innocents qui combattent l’impunité et la protection d’un coupable prouvé par la gendarmerie et des commissions ad hoc. Nous prenons l’opinion nationale, les ressortissants de la commune à l’intérieur et à l’extérieur du pays à témoins. Nous informons tous nos ressortissants, élèves, étudiants, fonctionnaires, paysans, commerçants… qu’un fils d’une province voisine qui s’est illustré en mercenaire politique ou machine à répression au nom de son parti politique. Nous lui rappelons que sa province aussi a des problèmes ; qu’il s’en charge.

Mesdames et Messieurs

Nous appelons à la libération des populations arrêtées arbitrairement dans leurs concessions et demandons au haut commissariat, à la préfecture, le bureau politique de ce parti de fournir leurs preuves, vérités et contrevérité ; plus simple que l’eau de roche au lieu de nous infliger cette répression et barbarie révolues après le 31 octobre 2014.

Aussi nous déplorons les actions actuelles planifiées par certains envoyés de nos gouvernants, administrations dont nous tairons les noms pour une 1ère fois. Lesquelles actions visent à leur permettre d’intensifier leur plan de menaces, de répressions en tentant de détourner l’opinion régionale et nationale en évoquant uniquement l’affaire zone pastorale Tapoa boopo qui n’est qu’une goutte d’eau dans la mer, dans les médias, des comptes facebook sans évoquer les autres grefs. Ci-dessous cités dans nos différentes rencontres.

1. Le détournement des vivres de la SONAGES alloués à la commune au profit de l’association TINTUA, à des fins politiques et discriminatoires. Nous soulignons que ces vivres sont logés dans le magasin de l’association TINTUA au siège de ladite association dont il est le président du DIEMA. Nous avons plusieurs fois dénoncé cette situation à la SONAGES par des plaintes écrites (2013, 2015. 2016) restées sans suite.

2. La vente de plusieurs animaux mis en fourrière clandestinement sans faire de communiqué administratif. La disparition de plusieurs animaux dans les fourrières des hameaux de cultures.

3. Le détournement des salles de classes offert par le FICOD au CEG continuum de Matiacoali aux fins politiques pour les construire à Nassougou. Ayant entrainé une manifestation d’humeur des vieux des villages où il a organisé une journée de pardon. Monsieur le Haut-commissaire, vérifiez votre répertoire de délibération envoyé à l’époque au Haut-commissaire, Monsieur TRAORE. Si le Haut commissaire a perdu la délibération on peut vous renvoyer une autre copie encore.

4. Le détournement des fonds de l’adduction d’eau potable (AEPS) ayant entrainé l’arrêt de fonctionnement. Une commission ad’hoc indépendante composé de la mairie, du point focal en eau, des personnes ressources, de notable installée sous la délégation spéciale avait commandité les investigations suite à une de nos plaintes écrites auprès du Président de la délégation spéciale sur l’arrêt brusque du fonctionnement de l’adduction d’eau potable. Le rapport de l’audit a révélé la disparation des fonds restant et la disparation des pièces comptables auprès du comité de gestion. Monsieur le Haut commissaire, vérifiez vos archives envoyées à l’époque au Haut commissaire Monsieur TRAORE. Si le Haut commissaire a perdu le rapport de l’audit, on peut vous renvoyer une autre copie encore. Ce rapport a été transmis a l’ASCE/LC resté sans suite pour motifs avancé de manque de moyens financiers à l’ASCE/LC.

5. Le détournement des tonnes de .ciment offert aux sinistrés de 2013 pour dresser des villas dans leurs domiciles personnels. Comme preuve nous invitons à se rendre au domicile d’un, Président de Commission et d’un Conseiller régional. Pour ne citer qu’eux des infrastructures et pas les moindres, ont été réalisées par des gens qui n’ont autres fonctions que celle de conseiller.

6. Le détournement des vivres et de divers matériels des inondations de 2013, au profit de leurs familles et aussi à des fins politiques offerts par l’église catholique, l’OCADES, Qatar Charity, Ce détournement avait fait perdre à la commune la deuxième tranche des vivres du Qatar Charity.

7. Le vol et l’attribution illégal d’une dizaine de parcelles en 2014 suite à une plainte déposée par des OSC au Haut commissaire de la province du Gourma (Sous le Haut commissaire Monsieur TRAORE. Le haut commissariat avait autorisé l’ouverture d’une enquête. Les enquêtes préliminaires de la gendarmerie se sont avérées vraies (Procès verbal n°177/PV du 22 mars 2016 de la gendarmerie de Matiacoali). Ainsi par lettre n°2016-04/MATDSI/REST/HC/CAB/CONF du avril 2016 le haut commissariat a instruit la délégation spéciale d’annuler. La délégation spéciale a donc pris un arrêté d’annulation de l’attribution de ces parcelles. L’arrêté et le PV de la gendarmerie disponibles Monsieur le Haut commissaire vérifiez votre répertoire de délibération envoyé à l’époque au Haut commissaire Monsieur TRAORE. Si le Haut commissaire a perdu l’arrêté on peut vous renvoyé une autre copie. Cette arrêté a été transmis a l’ASCE/LC.

8. La confusion du patrimoine de la commune et celle de l’association Tin Tua. le détournement des projets de la commune au profit de son association Diéma. Projet de culture maraichers financé par fonds enfants.

9. Le non prise en compte des avis sur la délimitation de la Zone pastorale Tapoa Boopo. Le Maire ne disait pas la vérité aux autorités régionales, à l’opinion et aux partenaires. Voici ses propos à notre égard ‘’ils sont contre moi, c’est Dieu qui m’a donné la Mairie. Ils ne savent pas qu’un Maire n’est pas n’importe qui ? Dans les textes c’est lui qui commande la police, qu’ils veulent ou pas il y aura la zone pastorale de Tapoa Boopo de force ou de gré’’. Et voici c’est regrettable ce qui s’est passé le 26/01/2018. Pour nous ce problème ne saurait être traité avec légèreté dans des salles climatisées soient disant conférences ou journées des forets avec des perdîems ; au mépris des propriétaires terriens et les occupants des espace.

10. Deux marchés surfacturer et mal exécutés en l’occurrence la réalisation d’un cimetière et d’un terrain de foot ball où la Direction Régionale de Marchés Publics a refusé de réceptionner les travaux…

Mesdames et Messieurs, trop c’est trop

Nous rappelons que toutefois si l’administration (gouvernorat, haut-commissariat, préfecture) a perdu nos preuves, nous pouvons en faire des copies pour eux (rapport d’audit, délibération, arrêté, des photos des chantiers du ciment volé etc.…). Toutfois nos preuves avaient été transmises au haut-commissariat sous Monsieur TRAORE et à la préfecture sous Edgard ZONGO et Souleymane OUEDRAOGO.

C’est le lieu pour nous de rappeler que notre combat pour le départ de Diadama Hamidou COMBARY que nous considérons déjà comme l’ancien Maire, pour la délégation spéciale est non négociable jusqu’au sacrifice suprême c’est-à-dire au dernier Matiacoalien et ne peut être marchandé par un quelconque politicien.

Donc nous appelons les populations de Matiacoali et hameaux de culture à rester vigilantes et mobilisées dans un cadre républicain pour d’autres appelés à manifester dans les jours qui viennent. Car nous sommes conscients que diagnostiquer un mal est une chose, le combattre en est une autre chose dans ce Burkina.

C’est le lieu pour nous de rappeler que la force sans la justice est une tyrannie et rien de plus nuisible pour une autorité honnête de jouer au protecteur d’une autorité malhonnête et corrompue. Pour nous habitants de la commune de Matiacoali. C’est le lieu pour les autorités actuelles de montrer leur volonté de rupture d’avec les pratiques anciennes qui consistent à protéger les coupables, l’i impunité et défendre l’indéfendable comme l’affaire Diadama

Mesdames et Messieurs

Au regard des multiples détournements et des malversations financières ci-dessus, et que nous ne pourrons pas finir d’énumérer parce que nous voulons être brefs, nous disons qu’ils ont affecté la cohésion sociale. Nous n’avons plus confiance. Il n’est plus crédible pour diriger notre commune au risque de vider les caisses de la Commune. Nous pensons que le gouvernement, particulièrement le Ministère de l’Administration Territoriale entendrons la voix des populations souffrante et autorisera la mise en place de la délégation spéciale dirigée par le haut-commissaire ou le préfet. Car un individu ne peut pas être au dessus de toute une population, parce que c’est la langue seule qui peut dire si le piment brule, sinon le piment lui-même ne sait pas.

KOULABIGA Djanaba, Ministre des fétiches de sa Majesté
THIOMBIANO Ounteni, Président de association de jeunes cél :70 11 12 32
THIOMBIANO Florent Ounteni, MBDHP, cél : 70136826
TANKOANO Tieba, Président des Commerçants Matiacoali, 72607180
NATAMA Amadou, ODJ cél : 71376100
THIOMBIANO HAMADOU, Président du Comité Villageois de Matiacoali cél : 70925175
NATAMA Djaboima, Association des bouchers de Matiacoali, 70 603732
NATAMA Ousseni, Association des artistes et musicien de Matiacoali

Vos commentaires

  • Le 6 avril à 13:33, par Bonne gouvernance oui, mais sécurité père des biens. En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    Laissez le Maire gourmand avec Dieu et aidez les autorités à débusquer les terroristes de vos forêts. sinon trop tard.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 17:22, par Biola En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    Je crois qu’il ya un relent de jalousie et de mauvaise foi dans cette affaire.
    - Aucun conseillé dans votre liste
    - Dans la liste , on a omis de mettre certains contacts (certains ne sont peut être pas au courant que leur nom est cité comme signataire de ce document)
    - On cite une panoplie de détournement sans donner aucune preuve
    - ...
    Recentrez votre énergie dans la lutte contre les terroristes qui sont entrain de s’installer dans votre région.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 22:58, par quelqu’un En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    Comme la si bien dit ,tout ce qu’ils ont dit c’est du mensonge .parlent du détournent des dons aux sinistrés , les mêmes qui ont leur nom sur la liste de marge comme thiombiano unteni était ceux qui partageaient les don s’il y’a détournement ,il fait parti . au début ils masquaient leur politique sur la zone tapoa maintenant il parle de détournement. C’est la politique. Au moment des campagnes un vieux a dit que même si le maire hamidou a remporté les élections il n’accèdera pas au pouvoir dont sa majesté djanaba qui n’a d’ailleurs jamais été chef de fétiches. Tous les nom cité font parti de ceux qui mettent le village en feu

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 07:23, par citoyen En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    G pense que les gens sils sont honnetes doivent lutter pour linteret general de leur commune et du pays en luttant contre les terroristes au lieu de chercher des bouc émissaire dans lobjectif de mettre la commune a genou : déjà on a 16 écoles et 1csps fermés pour fait de terrorisme dans la commune cela ne préocupe pas cest les interets politiques qui vous regardent

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 11:28, par Thom’S En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    Ces frondeurs sont des voleurs de la Commune de Matiacoali. Ils agissent contre le Maire pour rien, tout simplement parce que chacun veut détourner. Sinon comment pouvez-vous comprendre leurs explications. Ils ne voient que leurs intérêts égoistes, oubliant la lutte contre le terrorisme qui s’installe dans la Région.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 11:49, par LA VERITE En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    REGARDEZ LES NOM CITÉ SONT ISSu d’un quartier, il n’y a aucun conseillé ni un membre de la mairie sur leur liste.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 12:05, par LA VERITE En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    CEUX QUI ont ecri la lettr en digean qu’il ont des copi si le commissaire les a perdu, prquoi il n’ont pa ecri leur nom ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 09:23, par Imomoni En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    Au regard de tout ce qui est dit, rien qu’un montage pour discréditer le Maire. Aucune preuve tangible de toutes ces déclaration. Les signataires aucun conseiller même de la ville de Matiacoali comme frondeur. On a dit la population, quelle population alors ? Qu’est-ce que que des associations comme MBDHP et ODJ que j’estime bien ont a faire tomber un maire ouvertement. Sont elles des politiques maintenant ? Chacun n’a qu’a jouer son rôle. Arrêtez tout et en prenez vous aux terroristes qui menacent la commune. Les FDS ont joué leur rôle de maintien d’ordre. Depuis quand et de quel droit des individus vont fermer une mairie. Ce n’est pas un delit ca ? Matiacoali n’est pas seulement le centre, imaginer les autres villages sortir aussi. Soyez realistes les frondeurs .

    Puisse Dieu ramener la paix

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 10:58, par compaoré En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    Si depuis 2013vous savez que le maire n’est pas bon pourquoi vous l’avez réelu en 2016 ?? ??????????? Égoïsme oui mais patience 2021

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 11:07, par Armel En réponse à : Région de l’Est du Burkina : Les frondeurs de Matiacoali s’expliquent

    Ah yii, mes amis vous avez échoué votre électorat , restez là. Les vivres aux sinistrés, Thiombiano Ounteni et Thiombiano Amadou étaient membres de la commission d’attribution des vivres. Je précise que Thiombiano Amadou n’est plus membres du CVD, Tankoano tieba n’est plus Président des commerçants, natama Ousseni n’est pas Président artiste musicien, vous avez mis son nom à son insu, natama Djaboima n’est pas Président l’association des bouchers, d’ailleurs l’association n’est pas reconnue.
    Le conseil municipal n’a jamais dit un mot. Parce que j’ai ouvert ma boutique sans expérience qui n’a pas fonctionner et je suis contre celui qui a ouvert et qui a pu fonctionner. Ce sont des égoïstes. Un conseil régional et un président de commission construits chez eux, c’est grave. ( ce sont des salariés )...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés