Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

Accueil > Actualités > Politique • • mardi 3 avril 2018 à 23h47min
CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous  y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

Le périple continue pour la direction politique nationale de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Après les provinces du Boulgou, du Kourittenga, du Yatenga ..., c’est Ziniaré, chef-lieu de la province de l’Oubritenga et de la région du Plateau-central, qui a reçu Eddie Komboïgo, président du parti, et ses camarades. C’était le lundi, 2 avril 2018 dans le cadre de leur tournée de mobilisation générale des militants et d’installation des sections (structures provinciales) et sous-sections (niveau commune) du parti.

C’est dans un cortège imposant, que le président du parti, Eddie Komboïgo, et sa délégation sont entrés dans la commune urbaine de Ziniaré. Plusieurs centaines de militants, jeunes en majeure partie, ont accueilli et escorté la délégation à une dizaine de kilomètres à l’entrée de cette cité dirigée depuis juin 2016 par le maire, Pascal Compaoré. Aussitôt arrivée, la délégation a mis le cap chez les autorités coutumières et religieuses pour des salamalecs avant la rencontre à proprement dite.
C’est dans un siège provincial surchauffé, qui a refusé du monde, que la direction politique nationale du parti a fait son entrée. Bain de foule du président, exécution de l’hymne du parti, puis, place aux interventions.

Quelques cadres de la province avec le député Maïmouna Ouédraogo et le maire de la commune de Ziniaré, Pascal Compaoré (au milieu)

Successivement, le responsable coutumier, les représentants des jeunes, des femmes, des anciens. « C’est celui qui n’a pas raison qui a peur. (…). Le problème du CDP est qu’il brille comme de l’or. S’il comme du charbon, il ne causerait aujourd’hui un souci aux détracteurs », pouvait-on noter des interventions. Les intervenants ont tous prôné l’unité du parti et exalté le président du parti à toujours avoir une grande capacité d’écoute, de tolérance et de résilience.

Avant le président du parti, c’est le secrétaire général de la section provinciale de l’Oubritenga, Désiré Beyi, et le député Maïmouna Ouédraogo qui ont exprimé leur verve de voir le parti encore plus fort, pour relever les défis et surtout œuvrer à un retour serein du fondateur du parti, Blaise Compaoré.
A son tour au parloir, Eddie Komboïgo va d’abord demander « une minute de silence en mémoire des camarades disparus et de tous les compatriotes tombés sur le champ de bataille ou rappelés à Dieu ».

Eddie Komboigo prodigant des conseils au secrétaire général provincial de l’Oubritenga, Désiré Béyi, après l’installation des structures

« Notre parti a connu des difficultés depuis 2014, du fait de la perte du pouvoir, que d’aucuns ont vite fait de qualifier d’insurrection. Cela a eu pour corollaires, des actions de brimades, d’humiliations, d’emprisonnement, de confiscation de droits et d’exil de certains de nos militants dont le plus illustre est notre frère, notre camarade fondateur du CDP, j’ai nommé le président Blaise Compaoré. Malgré toutes ces actions anti-républicaines, anti-démocratiques, vous êtes restés vous-mêmes, engagés et plus que déterminés pour le triomphe de notre parti, pour le triomphe de la vérité. Et nous avons comme preuves, l’élection d’un député, le contrôle de la mairie de Ziniaré (un des rares chefs-lieux de région que le CDP gère). Vous l’avez fait pour rendre hommage à notre fondateur Blaise Compaoré ; homme de paix et de tolérance, artisan de paix et médiateur hors pair. (…). Malgré tout, le camarade fondateur me charge de vous dire d’accepter et de prôner le pardon, de garder l’écoute, d’être tempérants et tolérants, d’être courageux, d’être véridiques et garder la postérité, travailler à l’unité du parti, à l’unité des compatriotes. Le CDP vient de loin, car nous avons connu des moments difficiles. Mais malgré tout, vous êtes restés débout et dignes, apportant la preuve à tous que vous êtes restés dignes et fiers », a relevé le président du parti, Eddie Komboïgo.

Pour cette sortie, il s’agit pour Eddie Komboïgo et ses camarades de galvaniser les militants pour les mettre en ordre de batailles démocratiques et préparer le prochain congrès du parti, prévu pour 5 et 6 mai 2018. Le mot d’ordre étant l’unité et un parti « encore plus fort » à l’issue de ce congrès. C’est pourquoi également, cette tournée annoncée dans les 45 provinces a aussi pour mission d’installer les structures du parti (le coup d’Etat de septembre 2015 ayant désarticulé les structures du parti du fait des arrestations et l’exil de certains de ses responsables).

« …Le putsch de septembre 2015 a vu de nombreux militants arrêtés, emprisonnés et on a fait croire à quelques-uns que le CDP était mort et qu’il était normal de le quitter pour regagner d’autres partis », a-t-il justifié.
La section provinciale et les sous-sections ont été installées dans le but de « rendre le CDP encore plus fort et plus rayonnant ».

« J’ai pris un engagement… Et c’est pour cela j’ai pris mon bâton de pèlerin, que je ne déposerai point que le jour où nous aurons le fondateur, notre frère, notre père, notre grand camarade, ce digne fils d’Afrique, le président Blaise Compaoré, revenir dans les conditions les plus dignes pour intégrer son domicile », a confié Eddie Komboïgo, exhortant par là également, une mobilisation pour le retour de tous les exilés.
« Je sais combien c’est difficile pour vous de militer dans un parti d’opposition comme le CDP. Mais, vous avez choisi le parti de la vérité, de la justice et Dieu sait récompenser ceux qui marchent dans la vallée de la paix, de l’amour et de la loyauté. Nous avons entamé la marche de la victoire ensemble, elle sera longue, difficile, semée d’embuches, mais je suis convaincu que nous y parviendrons », convainc le président de l’ancien parti au pouvoir.

Par une lucarne sur la situation nationale, Eddie Komboïgo a déclaré : « Constatez la gouvernance actuelle : ils vous avaient dit qu’ils étaient la solution. Aujourd’hui, même leurs camarades reconnaissent qu’ils sont le problème et préfèrent quitter le gouvernement. Aujourd’hui, la misère côtoie toutes les couches de notre population ; les promesses électorales qui vous avaient été faites sont rangées dans les oubliettes et on attend la prochaine campagne pour revenir vous divertir encore ».

Eddie Komboïgo déplore dans ce chapitre, la rareté de certaines céréales, le coût de la vie et la rupture de certains produits de soins médicaux… « C’est au vu de cette situation, catastrophique, qu’il nous faut un sursaut patriotique, afin que lors des prochaines élections, le peuple ramène le CDP aux affaires », lance-t-il.
C’est pourquoi souhaite-t-il un congrès apaisé, dans l’unité et d’où sortira une direction politique nationale capable de répondre aux aspirations et d’atteindre les objectifs dont celui de la reconquête du pouvoir.

Fort donc de la gouvernance actuelle, Eddie Komboïgo se dit convaincu que le CDP a le meilleur programme qui répond aux attentes des populations.

O.L.O
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 3 avril à 22:59, par Grand En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    en 2020 Roch sera réélu et en 2025 mppet cdp disparaîtront pour un autre parti avec un candidat nouveau.cette génération de politicien seront à la touche..

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 23:30, par WHISKY En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    La victoire au nom de son Excellence Blaise Compaoré par le peuple pour le peuple est indiscutable le peuple attend son heure pour proclamer sa victoire Vive le CDP longue vie pleine de bonheur à son Excellence Blaise Compaoré

    Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 02:15, par Nabiiga En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

      hmmm, heureusement que c’est permis de rêver. Son Excellence Blaise Compaoré comme si Sankara n’avait pas de famille, ou encore Lingani et Clément. Est-ce qu’on est excellence parce qu’on assassine avec excellence ? Si c’est ainsi je reste mon cas car tout ce qu’il y a retenir pour être convaincu est la cruauté avec laquelle Oumarou a été assassiné en pleine ville d’Ouaga. Blaise est son Excellence dans l’excellence de ses manœuvres dans élimination physiquement, non pas ceux qui le contrarient, mais bien ceux qu’il croit le contrarier. Clément fut un homme bien. Nul ne l’ignore et Blaise demeure toujours Son Excellence d’après vous. Si seulement la honte et la disgrâce tuaient !

      Répondre à ce message

      • Le 4 avril à 10:37, par Arête là ! En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

        attend à chaque fois qu’on parle de << Son excellence Blaise COMPAORE>> ,il y a toujours des ga comme
        vous pour dire et Sankara,Lingani et .... ;
        avant tous,Paix à leurs âmes.dit moi tu sais combien de personnes sont mortes innocemment sans suite ou disparues,
        ou emprisonner illégalement,d’autre assassinées sous la révolution (avec comme SANKARA président).
        Donc arrête de faire des autres des Saints,si aujourd’hui on à le droit gréve pour s’exprimer,au tant de la révolution
        c’était aller tout droit au suicide.Tu sais ou se trouve le palais de justice,va le convoquer.tchrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr.

        Répondre à ce message

        • Le 4 avril à 14:23, par Nabiiga En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

          ..il a fui. Au lieu de crier, il faut le prier de rentrer. Il est recherché tu as oublié. François, lui, a pris un pas beaucoup plus dangereux. Il s’est entouré des avocats pour empêcher son entrée au pays et pourtant ils sont Burkinabè et de Ziniare en plus. Tu veux jouer aux zouaves, vas-y

          Répondre à ce message

        • Le 4 avril à 14:32, par Le sage En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

          Blaise a t-il fait tuer oui ou non ? Sous la Révolution la grève était permise (un droit) mais aussi le Gouvernement avait le devoir d’assurer l’Education des enfants Burkinabé en recrutant de nouveaux enseignants.

          Répondre à ce message

        • Le 4 avril à 16:59, par Bantchandi En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

          Mon cher ami, j’aimerai que nous faisions le décompte macabre de Thomas SANKARA et celui de Blaise COMPAORE une fois pour toute.
          Moi je vais faire une esquisse d’accord, dans la nuit du 3 au 4 Août 1983, il eut des morts dont SOME Yorian Gabriel oncle de Feu Valère Dieudonné SOME, et d’autres morts supposons 20 morts, ensuite il eut Fidèle GUEBRE qui mourut pratiment dans les bras de Thomas SANKARA ; Sais-tu que Feu Fidèle GUEBRE et Thomas SANKARA sont du même groupe sanguin ? Et Thomas SANKARA a voulu lui donner un peu de son sang pour le sauver ? Sais-tu ce que Feu Fidèle GUEBRE a dit Thomas SANKARA en mourant c’est d’arrêter sa soit disant révolution qu’il ne maîtrisait rien en réalité ? Chose que Norbert ZONGO le lui a dit aussi avec d’autres vocables. Il eut également la mort d’un haut gradé de l’armée qui était proche de Blaise COMPAORE. Maintenant commençons le décompte de Blaise COMPAORE : le 15 octobre 1987 entre 15He t 16H il eut 13 morts, dans la résistance à Ganboïncin le Commandant fut assassiné et d’autres, à Koudougou la fosse commune de Gaspard SOME, de Hyacinthe KAFANDO et Alain BONKIAN. sais-tu combien d’âmes y reposent ? Il y eut des victimes civiles également. Ensuite en septembre1989 il eut le Commandant Jean-Baptiste LINGANI et du capitaine Henri ZONGO, Boukary DABO et Guillaume SESSOUMA je n’ai plus souvenance des dates peu importe c’est sous ton mentor , ton dieu Blaise Compaoré que cela a eut lieu, ensuite en 1991 le Pr. Oumarou Clément OUEDRAOGO. Je m’arrête là car la liste est loin d’être exhaustive. Un fois Thomas sous la Révolution d’Août 83 a accepté l’élimination physique de Feu Gérard Gango OUEDRAOGO et bien d’autres mais Blaise COMPAORE ne le voulant pas a prévenu ce dernier et le coup a échoué, d’où le soutien obligé de Feu père à son fils Gilbert Noël OUEDRAOGO. Il faut lire et connaître l’histoire du BURKINA FASO avant de raconter des âneries.

          Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 08:26, par ouat sank En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

      Cette phrase est du Pr Thom Sank par le peuple et pour le peuple

      Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 11:05, par METEBA S En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

      Saut Mr WHISKY , faite attention car l’effet du faut WHISKY risque d’enivrer le CDP RENOUVEAU, car les propos insensés, de colère, de haine, d’orgueil, d’impatience, de vengeance et autres proférer par quelques dirigeants et militants n’honorent pas du tout son Excellence Blaise Compaoré dans sa cachette ou du moins dans sa nouvelle PATRIE !!! Sans haine ni rancune !!!!! SHALOM !!!!

      Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 00:01, par Mafoi En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    Ce guignol ne connait rien en politique et va vite se brûler les ailes.Il ne suffit pas d’avoir de l’argent pour acheter des "alimentaires" et faire le mariole

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 01:55, par Nabiiga En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    ....elle sera difficile, oui en effet, surtout que nous vous avons chassé comme des pestes indésirables. Vous n’avez pas été chassés par des abeilles mais bien par les mêmes populaitons auprès desquelles vous cherchez à séduire. On verra bien lampleur de la stupidité ou même l’ acuité de l’amnésie de cette population là. Voilà

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 07:00, par Citoyen lamda En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    Je ne comprends pas nos politiciens quoi, tu viens vers le peuple pour lui dire que tu les aimes, que tu es avec eux. Pourtant, tu es entouré de policiers armés de matraques et prêts à matter quiconque voudrait te toucher. Et le bétail électoral, comme un vrai troupeau de mouton, suivent, écoutent et pire encore, croient en ce que tu racontes. Chers politiciens, ça vous dirait de changer un peu, ne serait-ce que faire semblant d’être avec le peuple ? Cher peuple, sachez que "certaines maladies ont toujours les mêmes symptômes". À vous de les déceler pour pouvoir les éviter.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 08:15, par maan ne sugri En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    Restez juste, miséricordieux, reconnaissant envers Dieu pour ce qu’il a toujours fait pour le partie, Jésus à été crucifié et nous a sauvé, alors continuez à porter votre croix et les résultats seront visibles d’ici peu. Ceux qui ont violente les autres, brûlé les maisons de leur prochain sous pretexte qu’ils ont péché et trahi le peuple, etaient bien ceux-là qui mangeaient goulûment dans le même plat que la personne qu’ils ont chassée, ils se prennent pour des saints, sans péchés et n’ayant pas pris part au gachi et aux pillages du pays. DIEU saura leur rendre au centuple de leurs bienfaits. Leurs grands penseurs et admirateurs religieux,,ont commencé à reculer et à comprendre, qu’ils ont une part de responsabilité en n’ayant pas tiré sur la sonnette d’alarme dés l’insurrection. Il a manqué aux bérets rouges de dénoncer les dérives ayant conduits à des brulis de maisons et meurtrient des âmes. Ils n’ont pas eu le courage du Christ "Nul n’a le droit de s’ énerver contre son frère, c’est un péché ", vous vous êtes tus et c’est aujourd’hui que vous egrenez un chapelet de maux qui minent le Faso, etiez-vous sur une autre planète ?. J’aurai bien voulu que dés octobre 2014, vous dites une chose,’on voulait un changement mais pas dans cette forme de changement violent car, ça laisse des antécédents, j’oubliais que vous etiez également des’insurgés mais voici que l’insurection a été érigée en modèle de constestation, de revendication, de plainte, on brûle, on enferme, on ferme, on barre ou obstrue les voies, le seinting devenu le maitre-mot, la corruption au sommet de l’Etat, des audiences semble-t -il monnayées, le gré à gré et PPP comme forme de développement pourtant décrié par les insurgés contre le CDP, tout ça pour rien, aucun changement qualitatif de comportement. Alors, repentons-nous car Dieu nous voit tous courbé, entrain de ramper, de nous lamenter, d’accuser les autres, alors qu’on est grand tricheurs, voleurs, fumistes et revanchards. Nous avions tous notre part de responsabilité, énlevons la poutre qui est dans notre oeil avant de parler de celle qui est dans l’oeil d’autrui. On est pareil et c’est çà le grand malheur de notre pays. Méchanceté et jalousie à outrance sont le palmarès des burkinabes, civils, militaires, coutumiers et même religieux, font partie du cortège funèbre

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 09:09, par TAGROU En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    Je constate que les évènements auxquels Eddie a échappé ne l’ont pas édiffié. Eddie reste égal à lui-même, aussi bien dans son arrogance que dans sa suffisance. C’est normal, quand dans toute sa carrière professionnelle et politique, il n’ a évolué que dans ce milieu.
    C’est vraiment dommage que de grands intellectuels ainsi que des gens respectables aient(peut-être à leur corp défendant) jeté leur dévolu sur ce monsieur qui, malgré sa fortune (dont lui seul connait les origines), conduira le CDP à sa perte définitive.
    Pendant qu’on y est, il faudra bien qu’il nous explique pourquoi il a fait distribuer des posters de Diendéré lors du meeting de Ouahigouya, si ce n’est pas parce qu’il bénit en réalité la tentative de coup d’état et son auteur ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 11:29, par sheiky En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    J’essaie de ne pas intervenir, mais je n’y arrive pas. Avec le webmaster qui est prompt à censurer ce qui ne lui plait pas.
    J’ai des insomnies quand je vois que le CDP arrive encore à y faire en termes de rassemblement (à coup d’espèces sonnantes peut être, mais ne soyons pas affirmatif sans preuves). En tout cas, avec leur expérience ils savent faire si on leur laisse la place et avec les moyens. Mais j’ai des cauchemars quand je vois ce monsieur être à la tête de ce parti et être le possible candidat avec peut être de réelles chances (ne cachons pas la réalité). Zeph est en train de laisser la place avec tous les coups bas qu’il a reçus et la volonté unanime de lui barrer la route de la présidence. Quelqu’un disait que le Faso est une savane. En toute sincérité, j’aimerai que quelqu’un me dise quelles valeurs le président actuel du cdp peut véhiculer pour le peu que j’ai connu de ce monsieur sans sectarisme aucun.
    La faute à qui ? On doit voir surtout du côté du pouvoir qui n’a pas répondu aux attentes. Le problème du niveau de vie n’est pas forcément la cause. C’est surtout une question de gouvernance, de leadership. En gros, de changements forts qui n’ont pas encore été assez portés depuis le début du mandat.On ne peut pas faire du neuf avec du vieux. je suis désolé. On dit que quand on a fait partie du problème, c’est difficile de pouvoir en être la solution. Grèves, justice, sécurité, corruption... j’en passe.
    Il y a également un manque criard de leadership et de compétences à tous les niveaux. On est amené à se demander si notre pays est dépourvu de personnes capables d’apporter un nouvel élan, une vision, des compétences. Elles se noient dans certains partis peut être ou restent dans l’anonymat. Mais les radars restent muets pour le moment et le peuple est obligé de faire avec ce qu’il a et c’est bien dommage. Tout n’est pas noir bien sûr, mais nous n’avons pas les moyens de nous contenter de peu pour notre avenir et celui de nos enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 12:46, par la vérité En réponse à : CDP/Ziniaré : « Nous avons entamé la marche de la victoire ; elle sera difficile, mais nous y parviendrons », (Eddie Komboïgo )

    Je vois que Blaise a bien semer autour de lui. Sa fortune actuelle est estimée autour de 260 millions de dollars us. De 2015 a 2017 ses investissements lui ont rapporté autour de 50 millions de dollars de quoi entretenir son partie et les multiples greves qui sévissent au Burkina. En comparaison la fortune de Mugabé est de 15 millions us. Je connais des gens qui recoivent de l’argent de la famille compaoré pour semer le doute au sein de la population. C’est ce que on appelle la désinformation sur le plan politique. Au Burkina plus de 50% des grand hommes d’affaires sont des hommes de paille de la famille Compaoré. Tant que cette personne vivra et ainsi que son frere notre pays n’aura jamais la paix quel a tant besoin. Nous sommes devenus tous avide de l’argent facilement gagné et cela est le vrai probleme de notre administration et de notre société.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés