Afrique du Sud : Winnie Mandela a tiré sa révérence à 81 ans

mardi 3 avril 2018 à 13h30min

Winnie Mandela, ex-épouse de Nelson Mandela et figure emblématique de la lutte anti-apartheid a tiré sa révérence ce lundi 02 avril 2018 à l’âge de 81 ans des suites d’une longue maladie. Cette combattante de la liberté au parcours controversé a partagé la vie du premier président noir de l’Afrique du Sud pendant 38 ans.

Afrique du Sud : Winnie Mandela a tiré sa révérence à 81 ans

De son vrai nom, Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela, Winnie Mandela est née le 26 septembre 1936 dans la province du Cap oriental. Poussée par son père, elle fait des études et décroche un diplôme universitaire de travailleur social et devient ainsi la toute première assistante sociale noire de l’Afrique du Sud de l’apartheid.

En 1958, elle épouse Nelson Mandela, alors qu’elle n’a que 21 ans et ce dernier 40 ans. Quelques années après leur mariage, Nelson Mandela rentre en clandestinité, puis sera finalement arrêté en 1963. Son mariage avec ce héros de la lutte contre l’apartheid va la propulser dans l’activisme politique où elle connaîtra la prison à plusieurs reprises, l’isolement, la torture, le harcèlement, le bannissement. Ces difficultés n’arrêtent pas cette femme au fort caractère. Elle continue la lutte et devient l’une des figures emblématiques de l’ANC et une icône de la lutte contre l’apartheid.

Dans une interview accordée à Jeune Afrique en septembre 2017, elle tient ces propos : « Je n’ai jamais cherché à devenir ce que vous appelez une icône. C’est l’histoire qui m’a faite ainsi. Je suis le produit du peuple de ce pays, le produit de sa lutte. Mon peuple et moi avons combattu côte à côte face à la violence de l’apartheid, face aux balles, face à la haine. J’honore chaque jour nos martyrs et je suis extrêmement reconnaissante envers les masses africaines d’Afrique du Sud. Ce sont elles qui ont fait Winnie Mandela, et non l’inverse. »

En 1990, elle est au côté de Nelson Mandela, lorsqu’il est libéré après 27 ans d’incarcération. En 1994, elle est nommée vice-ministre de la culture après les premières élections multiraciales du pays. Elle est limogée un an plus tard pour indiscipline après s’être rendue à l’étranger sans l’autorisation du président. A cette même époque, elle entretient une liaison amoureuse avec un jeune avocat. Leurs correspondances fuitent dans la presse. Nelson Mandela, pressé par ses amis et son parti, divorce d’elle en 1996 pour infidélité.

Une femme controversée

Bien que reconnue comme une icône de la lutte anti-apartheid, Winnie Mandela déclenche aussi des controverses. Partisane de l’aile dure de la lutte, elle est notamment accusée d’encourager les tortures et les meurtres perpétrés par le Mandela United Football Club" (MUFC) qu’elle a mis sur pied.

En 1998, Winnie Mandela sera d’ailleurs reconnue « coupable politiquement et moralement des énormes violations des droits de l’Homme » commises par le MUFC, par la Commission vérité et réconciliation (TRC) chargée de juger les crimes politiques de l’apartheid.

Écartée de la direction de l’ANC au début des années 2000 et condamnée en 2003 pour fraude, elle revient en force en 2007, pour intégrer le Comité exécutif du parti.
Elle se mue en farouche critique de son ex-mari qui ne lui lègue rien à son décès en 2013. Elle lui reproche notamment l’accord passé avec les Blancs pour mettre fin à la ségrégation. Pour elle, la nation Arc-en-Ciel était un « mythe ».

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Source : RFI, France 24, Jeune Afrique

Messages

  • C’est pitoyable qu’un journaliste aille pomper le contenu d’un site comme RFI pour parler d’une grande dame comme Winnie MANDELA.Le point de RFI sur cette dame, est-il le même que le vôtre ? Intellectuellement, c’est de la malhonnêteté même si vous citez la source. Parce que, je ne veux lire RFI, moi, je veux lire ce que le journal lefaso écrit, analyse, pense. C’est de la paresse intellectuelle. C’est de bonnes guerres que RFI peint Winnie MANDELA de "femme controversée", mais pas nous les africains quand même. Les Africains sont le seul peuple sur terre qui lutte contre ses propres intérêts. Un lecteur indigné !

    • Oui mon frere tu as vraiment raison ! il faut que nos journalistes apprennent a decoloniser leur esprit : comment peut il aller reprendre des lieux communs sur une dame comme il n’y en a pas eu en afrique ? c’est cette paresse intellectuelle dont tu parles qui est la source de tous nos malheurs en afrique. Regarde nos dirigeants : au lieu de vivre les choses selon les realites de notre peuple, se contente d’imiter ce l’europe et la france font.
      Merci en tout cas. Je suis totalement en accord avec toi : quand nous nous deciderons a vivre en africains, c’est alors que nous vivrons libres et dignes et respectés. Commencons par penser par nous memes et pour nous memes !
      SOME

    • Chapeau bas, AMKOULEL ! Visiblement, je ne suis pas le seul lecteur à être indigné lorsque je vois du presque copier-coller de certains sites où les journalistes sont plus politiques que journalistes !

  • En denonçant l’accord historique passé avec les blancs de l’apartheid, Madikizela, n’avait point tord ;
    En critiquant vertement l’accord historique passé par son illustre mari avec les Blancs pour mettre fin à la ségrégation. « Mandela nous a abandonnés », assène-t-elle, « l’accord qu’il a conclu est mauvais pour les Noirs ». »
    Pour preuve, de nos jours, même le Zimbabwe, ce pays de la ligne de front pendant les chaudes périodes de la lutte anti-apartheid, ce pays du vaillant Bob (Robert Mugabe) est tombé dans l’escarcelle de ces ignobles blancs racistes qui n’ont jamais rien lâché aux noirs ; leurs plus grandes richesses que sont leurs terres sont toujours aux mains de ces sales blancs plus racistes que jamais ;
    Ne vous en trompez pas sur le sujet. Nous pouvons dire que 27 années de prison pour la cause qu’il a incarné et s’est battu pour (non pas justement seul, mais avec toujours à ses côtés cette illustre femme) ; tout est clair pour les blancs qui choisissent le moment qu’ils veulent pour mettre en ICONE qui ils veulent à travers leur sale propagande.
    C’set ainsi qu’ils sont parvenus à salir, à ternir (pour ceux qui leur ont cru en tombant dans leurs pieges) la WINNIE. Pour nous africains conscients de ce qu’elle represente, elle est rerstée intacte, sans tâches dans nos coeurs.
    Elle a été séparée même dans cette lutte de son marie par leur sale propagande, mais qu’à cela ne tienne.
    Femme vaillante tu demeures dans nos coeurs l’héroïne qui a su gravé ses marques dans nos vies.
    Nous restons ensemble avec toi pour poursuivre, sous une autre forme avec d’autres armes la lutte que tu as menée totue ta vie.
    Il est grand temps pour l’africain, de ne plus avaler, accepter, admettre ce que le jugement du blanc dit, donne, denonce et le prendre pour argent comptant.
    Ce sont nos jugements africains qui valent et c’est à ce titre que WINNIE AVAIT BEL ET BIEN RAISON SUR SON HEROS DE MARI POUR AVOIR TOUT PARTAGE AVEC LUI DES BONS MOMENTS COMME DES MAUVAIS MOMENTS

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés