Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Procès du putsch de 2015 : Le tribunal rejette trois demandes de mise en liberté provisoire et renvoie une autre

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • dimanche 1er avril 2018 à 23h59min
Procès du putsch de 2015 : Le tribunal rejette trois demandes de mise en liberté provisoire et renvoie une autre

Le président du tribunal militaire qui juge le putsch manqué a rejeté ce samedi 31 mars 2018, trois demandes de mise en liberté provisoire. Ce sont les demandes des accusés Minata Guelwaré, Koussoubé Roger, et Zerbo Lawoko Mohamed. Pour la demande de l’accusé Compaoré Abdou, le tribunal a renvoyé la délibération pour compléments d’informations.

Pas de liberté provisoire pour les accusés Zerbo Mohamed, Guelwaré Minata et Koussoubé Roger. Ainsi en a décidé Seidou Ouédraogo, le président du tribunal militaire , ce samedi 31 mars 2018. Le tribunal a jugé que leurs requêtes étaient recevables dans la forme mais au fond, ces demandes étaient mal fondées. Dans une salle d’audience presque vide, les accusés ont d’abord eu le temps de se présenter devant les juges pour apporter les arguments à leur demande.

Des arguments que le parquet militaire rejette en bloc

Le premier à se présenter devant les juges fut Zerbo Lawoko Mohamed. Il dit demander la liberté provisoire pour raison de famille. Il argue qu’il est l’ainé de sa famille. Or, son père est décédé et il doit être là pour faire certains rites coutumiers afin de permettre à sa mère de réintégrer la cour familiale. L’autre aspect soulevé est qu’il souhaiterait aussi constituer les documents nécessaires pour la pension de veuve pour sa mère. A cette demande, le procureur militaire a estimé qu’à cette étape du procès, il ne voit pas l’opportunité. Le parquet reconnait qu’il peut y avoir des diligences pour les détenus. Il s’agit des permissions, mais cela ne pourrait dépasser une demi-journée.

Koussoubé Roger a, à son tour, invoqué des raisons de santé de son épouse. Cette dernière serait malade et aurait même subi une intervention chirurgicale. Il souhaitait être à ses côtés. Là aussi, le parquet a opposé un refus.

Guelwaré Minata, elle, avance son état de santé et l’éducation de son fils pour motiver sa demande. Elle dit vouloir se soigner car elle serait malade. En plus depuis son incarcération, l’école de son fils ne va plus bien. Elle souhaitait donc être aux côtés de son enfant. Le procureur s’est opposé à cela. Il estime qu’à cette étape du procès, cette liberté pourrait compromettre la procédure. Il explique que cette dernière est là à la suite d’un mandat d’arrêt lancé contre elle. Elle se cachait même sous une fausse identité à Ouagadougou, a ajouté le procureur. Dame Guelwaré, à son tour, a soutenu qu’elle ne souhaitait pas se soustraire à la justice. Elle demande l’indulgence de la Cour.

Cette demande d’indulgence n’a pas été entendue puisque les demandes ont été rejetées. Par contre, pour ce qui est de la demande de Compaoré Abdou, le tribunal l’a renvoyée pour compléments d’informations. L’accusé en question bénéficiait déjà d’une liberté provisoire. Il avait obligation de se présenter chaque vendredi à la justice militaire pour pointer. Mais entretemps, il s’est retrouvé au Mali en mission. Le parquet justifie sa présence en prison du fait qu’il a exécuté une ordonnance de prise de corps.
Le tribunal voudrait savoir si ses supérieurs savaient qu’il était en liberté provisoire. Affirmatif, a-t-il répondu. Le tribunal a différé la décision afin de prendre plus d’informations surtout avec son commandant d’unité, le lieutenant Sawadogo Donald. Il pourrait être situé le 6 avril prochain, jour de la reprise du procès avec l’interrogatoire des accusés.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er avril 2018 à 11:44, par SOME En réponse à : Procès du putsch de 2015 : Le tribunal rejette trois demandes de mise en liberté provisoire et renvoie une autre

    Ses superieurs savaient qu’il etait en liberte provisoire et l’ont envoyé en mission a l’étranger !!! Deja il ne devait meme plus...Quand on dit que toute la hierarchie est pourrie... On comprend que c’était un test pour voir le serieux et la vigilance de la justice militaire.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2018 à 10:50, par Touma En réponse à : Procès du putsch de 2015 : Le tribunal rejette trois demandes de mise en liberté provisoire et renvoie une autre

    Guelwaré Minata, elle, avance son état de santé et l’éducation de son fils pour motiver sa demande. Elle dit vouloir se soigner car elle serait malade. En plus depuis son incarcération, l’école de son fils ne va plus bien. Elle souhaitait donc être aux côtés de son enfant.
    Une femme ganguistaire doit toujours être en forme à jamais . Au lieu de chercher un foyer......
    Des arguments honteux. Quand à ton enfant, tu n’as pas pensé à lui et tu a choisi de nuire les autres. Quand ont est une femme et que on sait l’amour d’un fils pour sa mère, on sème pas les dégâts que tu as contribué à faire. Tu veux être aux côtés de ton enfant ? Sachent qu’il y a des enfants qui ne verront plus jamais leurs parents par votre faute. Toi tu vaut mieux que tu es en vie et ton enfant peut venir te rendre visite. Vous n’avez pas donné la même chance à beaucoup de camarades de ton enfant que tu chéri. Chasse que ceux qui sont morts par vos bêtises aimaient aussi leurs enfants. Il faut que quand tu vas sortir, tu vas t’éclipser de la vie politique et chercher un foyer comme une vraie femme africaine et un travail qui va te permettre l’assurance permanente aux côtés de ton enfant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam
Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé
Procès du putsch du CND : Une conversation entre le colonel Abdoul Karim Traoré et le président du MLNA
Procès du putsch : « Rien […] ne montre que c’est le mien », selon Gilbert Diendéré à propos d’un ordinateur
Procès du putsch du CND : Le parquet militaire communique plusieurs autres pièces à conviction
Procès du putsch : L’expert Younoussa Sanfo, le lieutenant Jacques Limon et les 146 millions
Procès du putsch du CND : "C’est impossible de tripoter des données et avoir des résultats fiables", dixit Younoussa Sanfo, ingénieur en informatique
Procès du putsch du CND : Des témoins déchargent le sergent Nobila Sawadogo et le sergent-chef Médard Boué
Procès du putsch du CND : Trois témoins déchargent le sergent Sawadogo Nobila
Procès du putsch du CND : Diendéré se prononce sur la controversée loi portant statut général des personnels des forces armées nationales
Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface
Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés