Procès du putsch de 2015 : Toujours en fuite, neufs accusés ont jusqu’au 9 avril pour se présenter devant le tribunal

dimanche 1er avril 2018 à 23h58min

Les interrogatoires des accusés du putsch de septembre 2015 sont prévus pour se tenir le vendredi 6 avril prochain. Parmi les 84 accusés, 9 pourraient manquer à l’appel. Pour cause, ils sont toujours en fuite. Dans l’ordonnance N°004/2018, publié le 30 mars 2018, la Chambre de jugement de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou a donné un délai de dix jours à ses accusés pour se présenter devant elle. Qui sont-ils et quels sont les chefs d’accusation qui pèsent contre eux ?

Procès du putsch de 2015 : Toujours en fuite, neufs accusés ont jusqu’au 9 avril pour se présenter devant le tribunal

1. Diendéré Fatoumata née Diallo : Cette ex-députée et épouse du présumé auteur du coup d’Etat, Gilbert Diendéré (en détention depuis le 6 octobre 2015), est poursuivie pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires. Elle aurait trouvé réfugie au Togo voisin. Un mandat d’arrêt a été lancé contre elle le 19 mai 2016. Son avocat est Me Kéré Paul.

2. Deka Mahamady : Cinq chefs d’accusation pèsent contre ce Colonel en service à l’Etat-major particulier de la Présidence du Faso au moment des faits. Il est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, complicité de dégradation volontaire aggravée de biens, complicité de violence et voie de fait sur autrui, meurtre et coups et blessures volontaires. Il a bénéficié d’une liberté provisoire, le mardi 4 octobre 2016, au même moment que le colonel Boureima Kéré, et Hermann Yaméogo. Aujourd’hui, il a disparu des radars de la justice. Le Colonel Deka Mahamady est défendu par les SCPA Ouattara-Sory et Salambéré.

3. Traoré Abdoul Karim André : Consultant d’entreprise, il est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires. Il a pour conseil Me Kéré Paul.

4. Kagambèga Timpoko dite Marguerite : Employée de commerce, ayant demeuré en dernier lieu à Ouagadougou, elle est poursuivie pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire aggravée de biens. Un mandat d’arrêt a été lancé contre elle, le 24 mai 2017. Me Kiénou Bertin est son avocat.

5. Kinda Yacouba  : Commerçant, il est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’État, coups et blessures volontaires et dégradation volontaire aggravée de biens. Il a pour conseil Me Somé Olivier.

6. Kabore Émile René : Cet économiste, ancien ministre de la Jeunesse et des sports (1999-2002) et ex-député (2002-2007), est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’État, meurtre, coups et blessures volontaires. Le mandat d’arrêt a été lancé le 19 mai 2016. Kaboré Emile René est défendu par Me Boussim Antoinette.

7. Songotoua Zakaria : Militaire de l’ex-régiment de sécurité présidentielle, il est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires. Le mandat d’arrêt a été également lancé le 19 mai 2016. L’accusé a également pour avocate, Me Boussim Antoinette.

8. Bougouma Téné Alima née Kagoné : Directrice de société, elle est poursuivie pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, coups et blessures volontaires. Me Kiénou Bertin est son avocat.

9. Zougnoma Issoufou : Cet autre militaire de l’ex-régiment de sécurité présidentielle, est aussi poursuivi pour coups et blessures volontaires, dégradation volontaire aggravée de biens. Contrairement à Songotoua Zakaria, il n’est pas poursuivi pour meurtre. Un mandat d’arrêt a été lancé contre lui le 30 septembre 2016. Me Somé Olivier est son avocat.

En rappel, sur les 84 accusés, 54 ont bénéficié d’une liberté provisoire, 20 sont encore détenus et deux sont en résidence surveillée. Il s’agit du Général Djibrill Bassolet et du Sociologue malien, Sidi Lamine Oumar.

HFB
Lefaso.net

Messages

  • Chers compatriotes en "fuite",l’heure a sonné pour que vs regagnez votre pays la tete haute.Venez,la verité triomphera.

    • Salam tu preches dans le desert. ces laches ne s´approcheront meme pas de la frontiere du Faso . Ils sont prets a tuer mais quand vient le moment de s´expliquer ils jouent au poltron. Bandes de laches vous etes bannis du Faso pour l´eternite´ .

  • Ce sont les fuyards qui ont choisi leurs avocats ou sont-ils commis d’office ?

  • C’est vraiment dommage. Un mandat d’arrêt lancé depuis 2016 qui toujours produit d’effet c’est pas en 9 jours qu’on pourra vraiment constaté son effectivité. on vous croit ,on vous suit

  • C’est vraiment dommage. Un mandat d’arrêt lancé depuis 2016 qui n’a toujours pas produit d’effet c’est pas en 9 jours qu’on pourra vraiment constaté son effectivité. on vous croit ,on vous suit

  • Ce qui est sûr, ces individus là ne viendront pas. Ils savent ce qu’ils ont fait. Il faut les juger par contumace et les condamner comme tel. Dans tous les cas, leur conscience va les gronder jusqu’à leur dernier jour sur terre. Ils répondront de l’autre côté (là bas au moins on ne peut pas se cacher). Tous ces morts a cause de leur avidité et égoïsme. Ce qui est dommage, c’est la crédibilité de ce tribunal

    • Le CODER ne l’entend de cette oreille-là. Qu’on ne juge personne car ceux jugés aujourd’hui n’ont rien fait, y compris ceux à l’extérieur. Non plus, que personne ne parle du passé ; ce qui est passé (si jamais quelque chose s’est passé même) est bien passé ; réconcilions-nous, apaisons les esprits, et que tout le monde rentre au pays comme personne n’a rien fait, afin qu’on puisse vivre en paix. Voilà, en substance, l’argumentaire qui motive le CODER. Le problème qui se pose est que le pays a invité ces gens-là de rentrer mais ils résignent. Si le CODER souhaite la réconciliation nationale, n’est-ce l’heure de faire en sorte que ceux au nom de qui il demande la réconciliation, rentrent au pays comme condition première et après, on verra si toutes les conditions d’une réconciliation nationale sont réunies pour effectivement, parler de la réconciliation. N’oublions pas que la toute première condition de toute réconciliation digne de ce nom, est d’avoir un adversaire. Avec qui va t-on parler surtout que le CODER se base fermement sur l’innocence de ces partisans. S’ils se reprochaient de quelque chose, et rentraient tout de même au pays, ce serait le tout premier pas vers une réconciliation, mais dès lors qu’ils se blanchissent de tout délire commis contre le peuple et donc n’ont rien à se reprocher, comment peut-on avoir une réconciliation. Qui dit réconciliation, dit la cause de cette réconciliation. À titre personnel, le CODER doit se donner un devoir de faire rentrer les partisans avant toute chose.

  • Avec une justice aux ordres ne faites la l’erreur de rentrer rock va vois découper en rondelle.

    • Tu n’as meme p[as honte ? Si ca ne tenait qu’ a Rock, meme une mouche n’ allait pas mourir dans ce pays. D’ ailleurs meme, Prwezi, tu cours ata perte en etant trop debonnaire en politique. Ces bourklinabe qui sont des vrais lloups vont vous manger cru si vous ne cessez pas de jouer au doux agneau. C’est a cause de votre douceur que le petit francais orgueilleux-la vous a tapote comme un petit enfant.Sinon, il allait sortir ou pour tapoter la mine du Samogo-la, Saye Zerbo, le samogo qui avait la mine on dirait du lait caille de 15 jours jours. Meme samogo qui essaie de jouer au dur et vous vous jouez au debonnaire. Surtout que ceux qui vous veulent du mal ont deja bu l ;e sang humain et ne craignent plus rien. Les peureux tueurs qui ont foui-la, revenez au Faso. Ce president ne peut meme pas tuer une mouche. Si c’etait vous, les os des comploteursd etaient deja jaunes meme dans les tombes et certains squelettes dans des sous- sols de villas chatoyants.

  • Il y a aussi une certitude divine qui dit que l’on récolte toujours sur terre ce que l’on a semé, malgré la miséricorde de Dieu et la foi après le pardon de Dieu. Si tu as semé la mort, attends-toi à la ré-colter aussi.

    Que vous fuyez, si vous aviez fait du mal au peuple Burkinabé qui vous a tout donné, vous payerez vos actes. Ce qui est sûre ceux qui sont devant les juges militaires et assument leurs actes auront de l’indulgence, mais celles ou ceux qui ont fui la queue sous les jambes, si leurs responsabilités sont prouvés devant les hommes et devant Dieu, ce ne sont pas des avocats venus des planètes des ovnis avec des multiples ruses qui peuvent les sauvé : Ils seront condamnés à la hauteur de les actes sans indulgence à cause de leur fuite, et seront coffrés dès qu’ils mettent pied au Burkina. Déjà Gilbert Diendéré et d’autres payent leurs actes en restant tranquillement a la MACA, d’autres n’y échapperont pas, même avec des exilés dorés soit en Côte d’Ivoire ou au Togo avec le denier volé dans la caisse de l’état Burkinabé.

    • Il n’y a pas de ’si leurs responsabilités sont prouvés’ ils les ont prouvées d’eux-mêmes en choisissant, non pas l’honneur et la gloire, mais la disgrâce, en refusant de rentrer dans leur pays. Il y en a d’autres même qui se sont entourés d’une pléthore d’avocats pour, à juste titre, empêcher qu’on les fasse rentrer dans un pays, qui est pourtant le leur. Où a-t-on vu cela ? On a fui le pays de soi, les frères et sœurs qui n’ont pas fui, à commencer par moi, Nabiiga, supplient qu’on rentre chez soi pour continuer à aider à édifier le pays que vous édifiiez depuis la rectification et, en place et lieu de rentrer, au grand étonnement de nous tous, on se réfugie plutôt chez des cabinets d’avocats pour qu’ils empêchent qu’on rentre chez soi. Ce qui est curieux est qu’ils ont vécu ici avec nous, on a circulé les rues et ruelles de Ouaga et même, les rues des provinces et du coup, on ne veut plus rien savoir de ce pays qu’on aimait autant. Qu’est-ce qui s’est passé ? C’est parce qu’ils ont quelque chose à se reprocher c’est pourquoi j’ai mentionné en haut qu’il n’y a plus de ’si leurs responsabilités sont prouvés’ car ils les ont prouvées déjà en refusant de rentrer au bercail.

    • Nabiiga : Je suis totalement d’accords avec toi que toutes ou tous ces fuyards ont quelque chose à se reprocher. Toi tu le sais, moi je le sais, le peuple le sait. Si le mot ‘’’Si’’’ a été prononcé dans ma critique fondée, c’est qu’en 2018, le Burkina est en train de tourner la page a ses procès expéditifs et dignes des Etats d’exception. Ce n’est plus comme au temps de Blaise Compaoré ou les magistrats vendaient notre justice au plus offrant, ou bien on fusillait les présumés accusés à la sauvette comme ce fut le cas de Henri Zongo et de Jean Baptiste Lingani. Dans un état de droit comme le Burkina veut l’être après l’insurrection dont la jeunesse a dit que rien ne sera plus comme avant, les présumés accusés du coup d’état à part le cerveau Djibril Bassolé, et Gilbert Diendéré qui a dit publiquement qu’il assume, je dis toutes et tous les complices bénéficient a l’heure actuel selon les lois juridique, du moment qu’ils n’ont pas encore été jugé la présomption d’innocence. Voilà pourquoi j’ai prononcé le mot ‘’’Si.’’’

      A ce que j’ai appris de mes cours juridique, ‘’’’la présomption d’innocence doit prévaloir avant que l’enquête en cours ne soit achevée. La présomption d’innocence possède de nombreuses implications concrètes : il s’agit tout d’abord d’un principe qui vient limiter la liberté d’expression, et qui autorise toute personne non encore condamnée mais présentée comme coupable, à obtenir une rectification publique. Surtout, la présomption d’innocence vient garantir au prévenu qu’en l’absence de démonstration probante par l’état de sa culpabilité, le doute devra nécessairement lui profiter.’’’’

      Le respect de la présomption d’innocence connaît néanmoins certaines exceptions, qui concernent la caractérisation de quelques rares infractions. (Par exemple, dans le cadre d’une affaire de terrorisme ou d’atteinte à la surété de l’Etat aussi, ou les coups d’états comme celui de Dibril Bassolé et de Diendéré Gilbert qui reste un coup d’état la plus bête du monde et qui a causé des morts, et mérite des sanctions sévères a l’égard de ses initiateurs. Merci de me lire.

    • Chapi, plus rien a dire. Tu a tout dit. La justice au temps de Blaise se vendait au plus offrand et François, surtout lui, dirigeait ses propres procès si procès il y en avait, d’où les non-lieu à répétition. Merci

  • Je suis quand même abasourdi que Fatou ne soit pas encore rentrée au pays depuis le Togo et continue directement à la MACA pour y rejoindre son mari. Ils ont vécu ensemble pourquoi ne pas se trouver où se trouve son mari, d’autant plus qu’ils auraient commis le délit dont on les accuse ensemble. C’est le cas de François Compaoré. L’on est né au Burkina, moaga en plus et il faut une armada d’avocats pour s’assurer qu’on ne rentre au bayiri ? Où a-t-on vu cela ? S’il n’a rien à se reprocher, pourquoi ne pas rentrer directement au pays.

  • Oui ils ont fui car on leur a donné la possibilité. Il y en a qui sont en afrique à cote la bas et ces pays savent tres bien qu’ils sont recherchés : c’est quoi ces histoires de cooperation judiciaire entre etats de la CEDEAO ? Ou sont ces chefs d’etats qui defilaient pour donner des lecons de droit et de justice alors qu’ils hebergent des gens accusés et recherchés ? Ou sont -ils ceux qui defilaient a ouaga pour affirmer leur solidarité alors qu’ils hebergent ces memes commanditaires et tueurs chez eux au vu et au su de tout le monde ? Ou se trouve VOTRE justice ? Roch joue ce jeu ils auront ta peau !
    SOME

  • Mr. SOME, ne faites pas comme si vous n’avez pas compris. Vous avez un president faible. C’est tout.

  • Bizare que celui qui a beneficie de la liberte provisoire puisse diparaitre des radars. La justice doit etre complice dans cette affaire.

  • une justice qui n’est pas juste. Il y a aussi les accusés qui sont en fuite mais aussi les témoins comme Issac ZIDA et autres qui sont cités qu’on leur demande aussi de se présenter devant les tribunaux au plus tard le 09 avril 2018. Nous voulons la justice mais on refuse d’être juste.

  • POURQUOI TANT DE HAINE ENTRE LES ENFANTS D’UN MÊME PAYS ?

    • ...oui, je me suis toujours posé la même question depuis les événements qui ont marqué l’avenement de la rectification en passant par le CDP et toute la haine qui s’est manifestée pendant ces deux périodes. Tu te rappelles de Clément Oumarou non ? Sans oublier bien sûr Norbert, les Linganis, eux tous ne peuvent plus se compter parmi nous et c’était la haine que quelqu’un nourrisait è leur égard qui a causé leurs morts. Pourquoi donc tant de haine ? Je me joins à toi pour poser la même question

    • Bonjour.

      Je me pose aussi la question de cette haine.
      Je me demande s’il n y a pas des gens qui sont payés pour cela.
      Si c’est le cas c’est dommage.

  • Ah la la dame est en fuite pendant que son mari grossi en prison ?quel couple

  • Ah mon pays, quelqu’un qui bénéficie d’une liberté provisoire et qui disparait des radars. A qui la faute ? Lorsqu’on libère quelqu’un on doit s’entourer de toutes les garanties que la personne ne vas pas fuir. Mais dans mon pays, on libère des gens qui disparait des radars. Il en est été de même pour Lamoussa KABORE qui après avoir bénéficié d’une liberté provisoire a aussi disparu des radars.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés