Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

2000 EcoVillages à l’horizon 2020 : La stratégie nationale validée !

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • jeudi 29 mars 2018 à 15h07min
2000 EcoVillages à l’horizon 2020 : La stratégie nationale validée !

A l’horizon 2020, il est prévu la création de 2000 villages qui allient écologie et économie pour le bien-être des populations rurales. Ce jeudi 29 mars, le ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique a procédé, au cours d’un atelier, à la validation de l’étude sur la stratégie nationale de création de ces EcoVillages.

L’objectif de l’atelier était la validation des versions provisoires de la stratégie nationale de création des EcoVillages et du plan d’action triennal 2018-2020. C’est une des composantes du Plan national de développement économique et social (PNDES) ; la création de 2000 EcoVillages à l’horizon 2020. Selon le ministre en charge de l’environnement, ces villages à mettre en place traduisent un modèle de développement durable et de démocratie à la base et constituent un exercice d’opérationnalisation et d’expérimentation du développement durable à l’échelle locale.

En rappel, le processus d’opérationnalisation de cette initiative débuté en 2016 a privilégié l’option d’une phase-pilote qui a permis d’identifier un village pilote par région administrative.

« C’est en vue de doter notre pays d’un cadre général d’intervention pour l’ensemble des acteurs de l’initiative que l’élaboration d’une stratégie nationale à l’horizon 2017 assortie d’un plan d’action triennal 2018-2025 », que l’atelier national s’est avéré nécessaire, a poursuivi Nestor Bassière, ministre de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique.

« Les EcoVillages représentent une opportunité pour une gestion harmonieuse de notre environnement écologique, économique et social, dans le respect des modes de vie et des cultures locales », a expliqué pour sa part Metsi Makhetha coordonnatrice résidente du système des Nations Unies et représentante résidente du PNUD.

A l’en croire, le processus de transition des villages traditionnels en EcoVillages devrait :

-  faciliter l’accès aux services énergétiques d’une manière durable et la maitrise de l’eau au profit des populations des zones rurales,

-  mieux rentabiliser l’exploitation des terres tout en préservant l’environnement,
-  promouvoir une agriculture durable et améliorer la sécurité alimentaire,
-  créer les conditions favorables aux activités génératrices de revenus.

La représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) s’est réjouie de ce que le Burkina se dote d’un modèle de développement sociétal mutuellement bénéfique pour l’homme, les communautés et l’environnement. Foi de Metsi Makhetha, ce sont 4 millions de Burkinabè qui verront leur bien-être amélioré à travers ces EcoVillages.

Encore faut-il quitter la théorie après la validation de la stratégie nationale, pour après, développer un cadre qui suscite un engagement fort des populations et qui favorise la mobilisation des ressources financières et techniques. En tout cas, elle a rassuré de la disponibilité du Système des nations Unies à accompagner l’initiative.

Du côté du gouvernement également, l’on a réaffirmé l’engagement à tout mettre en œuvre pour garantir le démarrage et l’intensification des investissements dans les villages qui seraient identifiés, afin que ce projet structurant du PNDES procure aux populations rurales le bien-être dont elles ont légitimement droit.

Déjà le ministre Nestor Batière rassure que pour ce qui est de la composante « énergies renouvelables et préservation de l’environnement », les études de faisabilité dans les 13 régions pilotes sont déjà bouclées et l’installation de mini-centrales solaires est annoncée pour le second trimestre de cette année.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+
Migrations et environnement : L’OIM lance un nouveau programme dans deux communes du Burkina
Préservation de l’environnement : Des parlementaires à l’école de la REDD+
Gestion des ressources en eau : Faso Koom II pour renforcer les capacités opérationnelles de l’Agence de l’eau du Nakanbé
Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national
Programme national pour la Gestion intégrée des ressources en eau : Le comité de revue examine les réalisations de l’année 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés