Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

mercredi 21 mars 2018 à 23h53min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 21 mars 2018, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 12 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE QUATRE (04) RAPPORTS.

I.1.1. Pour le compte du ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique :

– un décret relatif à la nomination de Greffiers en chef.L’adoption de ce décret permet la nomination de trois (03) Greffiers en chef.

I.1.2. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

– un décret portant création du Centre hospitalier régional (CHR) de Ziniaré.

L’adoption de ce décret permet la création du CHR de Ziniaré avec une capacité d’accueil de 350 lits et le renforcement de l’offre sanitaire en soins spécialisés afin de réduire les évacuations vers les hôpitaux nationaux.

I.1.3. Pour le compte du ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation :

– un projet de loi portant modification de la loi N° 055-2004/AN du 21 décembre 2004 portant Code général des collectivités territoriales au Burkina Faso, ensemble ses modificatifs.

Cette modification vise la relecture des dispositions relatives à la dissolution des conseils de collectivités territoriales et l’installation d’une délégation spéciale.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.1.4. Pour le compte du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale :

– un décret portant approbation des statuts particuliers de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU).

L’adoption de ce décret permet d’opérationnaliser la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU) et de se conformer à l’article N°6 du décret N°2014-679/PRES/PM/MEF/MFPTSS du 1er août 2014 portant statut général des établissements publics de prévoyance sociale.

I.2. AU TITRE DU DEVELOPPEMENT DU CAPITAL HUMAIN, LE CONSEIL A ADOPTE DEUX (02) RAPPORTS.

Pour le compte du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation :

– un rapport relatif à deux décrets portant respectivement création d’emplois et nomination d’enseignants à l’Université Norbert ZONGO.

L’adoption de ces décrets permet la création et la nomination de deux (02) emplois de Professeur titulaire, de quatre (04) emplois de Maître de conférences et de neuf (09) emplois de Maître-assistant à l’Université Norbert ZONGO.

– un rapport relatif à deux (02) décrets portant respectivement création d’emplois et nomination de chercheurs au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) dans les emplois de Directeurs de recherche et Maîtres de recherche.

L’adoption de ces décrets permet la création et la nomination de trois (03) Directeurs de recherche, de quinze (15) Maîtres de recherche et de vingt-six (26) Chargés de recherche du Centre national de la recherche scientifique et technologique.

I.3. AU TITRE DE LA DYNAMISATION DES SECTEURS PORTEURS POUR L’ECONOMIE ET L’EMPLOI, LE CONSEIL A ADOPTE UN RAPPORT.

Pour le compte du ministère de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques :

– un rapport relatif à l’approbation des résultats de l’appel d’offres N°2017_043T/MAAH/SG/DMP du 06 novembre 2017 pour la reconstruction /réalisation de quatre (04) barrages et l’aménagement de quatre (04) périmètres en aval desdits barrages dans les régions du Plateau-Central, du Centre et de la Boucle du Mouhoun dans la zone d’intervention du projet 1 du Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS).

Le Conseil a marqué son accord pour l’attribution des marchés aux entreprises suivantes :

Lot 1 : Groupement « Entreprise de l’Avenir/SAT International » pour les travaux de reconstruction et de réalisation de deux (02) barrages et l’aménagement de périmètres irrigués en aval desdits barrages à Goghin-Poedogo dans la commune de Koubri (province du Kadiogo), région du Centre et Karuka dans la commune de Dédougou (province du Mouhoun), région de la Boucle du Mouhoun, pour un montant de deux milliards cent-trente-un millions trois cent soixante-un mille huit cent huit (2 131 361 808) FCFA TTC avec un délai d’exécution de cinq (05) mois ;

Lot 2 : Groupement « ECR-BTP/ATP SA » pour les travaux de réalisation de deux (02) barrages et l’aménagement de périmètres irrigués en aval desdits barrages à Dawanégomdé dans la commune de Tanghin Dassouri (province du Kadiogo), région du Centre et à Torodo dans la commune de Zorgho (province du Ganzourgou), région du Plateau-Central, pour un montant de un milliard quatre cent quatre-vingt-quatorze millions six cent vingt-sept mille huit cent quarante-deux (1 494 627 842) FCFA TTC avec un délai d’exécution de cinq (05) mois.

Le montant total des marchés s’élève à trois milliards six cent vingt-cinq millions neuf cent quatre-vingt-neuf mille six cent cinquante (3 625 989 650) FCFA TTC.

Le financement est assuré par le Fonds africain de développement (FAD) suivant Accord de prêt N°2100 1500 32 046 du 9 janvier 2015.

II. COMMUNICATION ORALE

Le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants a fait au Conseil une communication relative au soutien de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) aux victimes de la double attaque terroriste du 02 mars 2018 à Ouagadougou. D’une valeur de trois cent millions (300 000 000) de FCFA, cette contribution de l’Union a été remise le 20 mars 2018 par son président de la Commission, monsieur Abdallah Bouréima, au ministère en charge de la Défense.
Le gouvernement témoigne, en son nom et en celui des victimes, sa reconnaissance à l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour cette contribution.

III. NOMINATIONS

III. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DU PREMIER MINISTERE

– Monsieur Théodore Naba PALE, Colonel major, est nommé Secrétaire général de la Défense nationale.

B. AU TITRE DE L’AUTORITE SUPERIEUR DE CONTROLE D’ETAT ET DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION (ASCE-LC)

– Monsieur Ousmane Jean Pierre SIRIBIE, Mle 16 762 R, Contrôleur d’Etat, catégorie P5, 4ème grade, 4ème échelon, est nommé Contrôleur général d’Etat adjoint ;

– Monsieur Adama SAWADOGO, Mle 97 433 G, Administrateur civil, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Secrétaire général ;

– Monsieur Aimé Kassoum KOENOU, Mle 208 053 C, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances ;

– Monsieur Edouard BAYALA, Mle 59 929 C, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Personne responsable de la commande publique ;

– Monsieur Urbain MILLOGO, Mle 52 395 K, Contrôleur d’Etat, classe terminale, 2ème échelon, est nommé Chef du département d’audit et de contrôle ;

– Monsieur Antoine ILYINGA, Mle 54 640 E, Contrôleur d’Etat, catégorie P5, 2ème classe, 1er échelon, est nommé Chef du département d’enquête et d’investigation ;

– Madame Adama Adeline BARRY/OUEDRAOGO, Mle 18 173 K, Contrôleur d’Etat, catégorie P5, 4ème grade, 4ème échelon, est nommée Chef du département des déclarations d’intérêts et de patrimoine ;

– Monsieur Mamoudou DRABO, Mle 34 830 H, Contrôleur d’Etat, catégorie P5, 3ème classe, 1er échelon, est nommé Chef du département de la stratégie nationale de la prévention ;

– Madame Aguiaratou OUANGRAOUA, Mle 52 396 W, catégorie P5, 2ème grade, 1er échelon, est nommée Chef du département du suivi des recommandations et des actions en justice.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES ANCIENS COMBATTANTS

– Monsieur Gilbert OUEDRAOGO, Colonel major, est nommé Chef d’Etat-major général adjoint des armées.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

– Monsieur Sakma Christophe SIMPORE, Mle 212 394 C, Greffier en chef est nommé Greffier en chef, Chef de greffe de la Cour d’appel de Fada N’Gourma ;

– Monsieur Aboudramane OUATTARA, Mle 246 710 X, Greffier en chef est nommé Greffier en chef, Chef de greffe du Tribunal du travail de Koudougou ;

– Monsieur Souleymane OUATTARA, Mle 58 547 A, Greffier en chef est nommé à la Direction du développement institutionnel et de l’innovation.

E. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

– Monsieur Jean-Claude BATIONO, Mle 54 473 X, Maître de conférences en Didactique de la littérature allemande, est nommé Professeur titulaire en Allemand à l’Ecole normale supérieure de l’Université Norbert ZONGO, pour compter du 21 juillet 2017 ;

– Monsieur Tindaogo VALLEAN, Mle 36 342 M, Maître de conférences en sciences de l’Education, est nommé Professeur titulaire en Sciences de l’éducation à l’Ecole normale supérieure de l’Université Norbert ZONGO, pour compter du 21 juillet 2017 ;

– Monsieur Oumar MALO, Mle 118 944 L, Maître-assistant en linguistique, est nommé Maître de conférences en linguistique descriptive à l’Unité de formation et de recherche en lettres et sciences humaines à l’Université Norbert ZONGO, pour compter du 21 juillet 2017 ;

– Monsieur François SAWADOGO, Mle 40 930 D, Maître-assistant en Psychologie cognitive, est nommé Maître de conférences en psychologie cognitive, parapsychologie à l’Unité de formation et de recherche en lettres et sciences humaines à l’Université Norbert ZONGO, pour compter du 21 juillet 2017 ;

– Monsieur Yélézouomin Stéphane Corentin SOME, Mle 241 745 K, Maître-assistant en Géographie/géomantique, est nommé Maître de conférences en Géographie physique et environnementale à l’Unité de formation et de recherche en lettres et sciences humaines à l’Université Norbert ZONGO, pour compter du 21 juillet 2017 ;

– Monsieur Moussa BOUGOUMA, Mle 213 935 C, Maître-assistant en Chimie physique, est nommé Maître de conférences en Chimie : chimie physique (Electrochimie) à l’Unité de formation et de recherche en sciences et technologies à l’Université Norbert ZONGO, pour compter du 21 juillet 2017 ;

– Monsieur P. Serge DIABOUGA, Mle 41 639, Maître de recherche en microbiologie, est nommé Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSS), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Souleymane NACRO, Mle 22 623, Maître de recherche en acarologie-entomologie, est nommé Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur S. Léonard OUEDRAOGO, Mle 16 435, Maître de recherche en phytopatologie, est nommé Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur W. Serge IGO, Mle 102 767, Chargé de recherche en physique (physique des matériaux et énergétique), est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSAT), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Issaka OUEDRAOGO, Mle 216 572, Chargé de recherche en physique (physique des matériaux et énergétique), est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSAT), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Gouyahali SON, Mle 11 367, Chargé de recherche en mécanique appliquée, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSAT), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Donatien KABORE, Mle 110 947, Chargé de recherche en biochimie-microbiologie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSAT), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Madame T. Laurencia OUATTARA/SONGRE, Mle 49 489, Chargée de recherche en nutrition-sciences des aliments, est nommée Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSAT), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur B. Emile DIALLA, Mle 17 568, Chargé de recherche en Sociologie rurale, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INSS), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Noufou OUEDRAOGO, Mle 110 932, Chargé de recherche en pharmacologie-biochimie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSS), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Dramane ZONGO, Mle 110 940, Chargé de recherche en biologie animale/parasitologie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/IRSS), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Madame Madjélia Cangré Ebou SOME/DAO, Mle 47 626, Chargée de recherche en biologie et écologie végétales est nommée Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Ibrahima OUEDRAOGO, Mle 16 797, Chargé de recherche en phytopathologie est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Drissa SEREME, Mle 216 324, Chargé de recherche en phytopathologie-microbiologie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Mamoudou TRAORE, Mle 40 938, Chargé de recherche en sciences du sol, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Pato Daniel KABORE, Mle 29 302, Chargé de recherche en agro-économie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Jean Baptiste de la Salle TIGNEGRE, Mle 271 621, Chargé de recherche en génétique et amélioration des plantes, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Issoufou OUEDRAOGO, Mle 271 616, Chargé de recherche en entomologie, est nommé Maître de recherche au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST/INERA), pour compter du 20 juillet 2017 ;

– Monsieur Louis SAWADOGO, Mle 0218 607 S, Directeur de recherche, catégorie P, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur général de l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations ;

– Monsieur Demba TALL, Mle 38 431 P, Conseiller d’administration scolaire et universitaire, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Chef du département Accès à l’enseignement supérieur au Secrétariat permanent du Plan national d’action de développement de l’enseignement supérieur ;

– Monsieur Younoussa MILLOGO, Mle 110 974 V, Enseignant chercheur, Maître de conférences, catégorie P2, 2ème échelon, est nommé Vice-président chargé de la Professionnalisation et des relations universités-entreprises de l’Université Nazi BONI ;

– Monsieur Idrissa KABORE, Mle 102 930 W, Maître de conférences, catégorie P2, 2ème échelon, est nommé Directeur de la Coopération scientifique et technique ;

– Madame Karidia SANON, Mle 005 962 K, Maître assistant, catégorie P3, 2ème échelon, est nommée Directrice de la Coordination et du contrôle de la recherche scientifique et de l’innovation.

F. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE

– Monsieur Emmanuel Marie ILBOUDO, Mle 24 675 V, Nutritionniste médical, 2ème classe, 11ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;

– Monsieur Pargui Emile PARE, Mle 25 116 W, Médecin, catégorie P, 1er grade, 17ème échelon, est nommé Directeur général de l’Ecole nationale de santé publique (ENSP) ;

– Monsieur Seydou NOMBRE, Mle 58 196 X, Administrateur des hôpitaux et des services de santé, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur du secteur privé de santé ;

– Monsieur Seydou BARRO, Mle 88 227 V, Médecin de santé publique, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé directeur des formations sanitaires publiques ;

– Monsieur Moussa OUEDRAOGO, Mle 32 141 T, Médecin urgentiste, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Directeur de la logistique et des urgences médicales ;

– Madame Wendin-manegdé Félicité NANA, Mle 215 993 B, Médecin de santé publique, 1ère classe, 2ème échelon, est nommée Directrice de la qualité des soins et de la sécurité des patients ;

– Madame Nadine TAMBOURA/BAMOGO, Mle 54 630 U, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée Secrétaire technique chargée de la coopération pour le développement ;

– Monsieur Pascal NADEMBEGA, Mle 49 206 T, Pharmacien, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la médecine traditionnelle et alternative ;

– Monsieur Issa OUEDRAOGO, Mle 104 180 A, Médecin de santé publique, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la prévention par les vaccinations ;

– Monsieur François DRABO, Mle 41 259 U, Médecin spécialiste en santé publique, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur de la Promotion et de l’éducation pour la santé ;

– Monsieur Brice Wilfried BICABA, Mle 105 003 V, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la Protection de la santé de la population ;

– Madame Estelle Edith DEMBELE/DABIRE, Mle 80 502 N, Médecin de santé publique, 1ère classe, 7ème échelon est nommée Directrice de la prévention et du contrôle des maladies non transmissibles ;

– Madame Isabelle BICABA, Mle 51 248 W, Médecin de santé publique, 1ère classe, 7ème échelon, est nommée Directrice de la production des ressources humaines ;

– Monsieur Salif SANKARA, Mle 80 522 K, Médecin épidémiologiste, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Directeur de la formulation de la politique et des stratégies sectorielles ;

– Monsieur Dramane OUEDRAOGO, Mle 85 493 K, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur des infrastructures, des équipements et de la maintenance ;

– Monsieur Arzouma OUEDRAOGO, Mle 46 932 T, Médecin, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Directeur de la prospective et de la planification opérationnelle ;

– Monsieur Bassirou OUEDRAOGO, Mle 46 942 D, Médecin de santé publique, catégorie P6, 3ème échelon, est nommé Directeur de la coordination des projets et programmes ;

– Monsieur Lamoussa Lamine TRAORE, Mle 58 055 J Administrateur des services de santé, économiste de la santé, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur du partenariat pour le financement de la santé.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,

Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 21 mars à 20:37, par Bob le justifier En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Monsieur Pargui Emile PARE, Mle 25 116 W, Médecin, catégorie P, 1er grade, 17ème échelon, est nommé Directeur général de l’Ecole nationale de santé publique (ENSP) ; est-ce vraiment le chat noir du Nayala ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 20:40, par Tassouma En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Toutes mes félicitations au chat noir du Nayala. Vivement que vous appliquez vous idées révolutionnaires des plateaux télé. Bon vent.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 21:20, par LADJI En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Ainsi donc le ministre de la santé est sorti de sa léthargie ; monsieur le ministre je viens demander votre éclairage et celui du ministre de la fonction publique comment se font les recrutements dans vos structures décentraliser ? J’ai postuler à deux fois de au recrutement à office de santé mais ma déception est grande de voir comment sa se passe. Les jours à venir nous allons saisir les plus hautes autorité car nous aussi avons droit au travail ;

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 21:43, par AHURI En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Il y a des choses qui se passent à l’ASCE que que n’arrive pas à comprendre. Comment cette institution qui est dirigée par un grand et émérite prof de droit (IBRIGA) et qui est sensée faire respecter les textes peut-elle bafouer elle-même ainsi ses propres textes ? C’est lamentable et hideux pour un insurgé de 2014.
    Je me rappelle qu’en 2015, j’ai pris part aux travaux de relecture des textes de l’ASCE et je me rappelle qu’une loi devait être votée pour transformer l’ASCE en ASCE-LC (Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption) et l’ériger en institution incrite dans la constitu et consacrer la composition, les attributions, l’organisation et le fonctionnement de cette ASCE-LC. Cette loi devait être assortie d’un décret d’application relatif à la composition, aux attributions, à l’organisation et au fonctionnement de cette ASCE-LC.

    Question alors : pourquoi ce décret n’est pas encore pris et on nomme un contrôleur général d’Etat adjoint et des chefs de département ? Quelle légalité peut-on donner à ces nominations ? Est-ce des fuites en avant de monsieur IBRIGA pour remercier certains agents pour "bons services rendus" avant de quitter l’ASCE ? En tout cas ce n’est pas clair tout ça. Quelqu’un peut-il m’éclairer ?

    Cette façon de faire prouve que si l’Assemblée Nationale ou la cour des comptes fait un tour à l’ASCE-LC pour un petit contrôle, elles pourraient tomber à la renverse pour les pratiques qui s’y passent.

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 04:23, par Djo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Bon maintenant on sait que ton estime de soi passe par le fait de faire savoir que tu as participé aux travaux de légitimation de la structure. Mais ce qui nous importe c’est son aspect opérationnel... garde tout ce que tu dis pour toi, on s’en fou

      Répondre à ce message

      • Le 22 mars à 23:21, par Oh la la En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

        Cher internaute, que c’est triste de lire votre écrit. Quand on critique, il faut plutôt voir le côté constructif de la chose. Est-ce que ce que dis l’internaute est faux ? Si c’est vrai ce qu’il dit, les gens intègres doivent se levé comme un seule homme pour dénoncer avec lui. Vous, vous devez être de l’ancien système de Blaise où les gens du pouvoir font ce que ils veulent et y a rien. Plus rien ne serra comme avant. Il faut que l’impunité cesse. L’aspect opérationnel ne doit pas marché sur la clarté et la légalité. de toutes les façons, on suit les choses. Il faut que ça change dans notre pays. Il faut qu’on nous explique pourquoi on attend pas le décret d’application de la loi et on nomme. C’est simple comme bonjour.

        Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 09:57, par Mala En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Merci de ne pas abuser des termes que vous ne connaissez pas. Premièrement, Ibriga n’est pas prof au sens académique. Il est juste maître-asssistant c’est-à-dire le premier grade du CAMES après le doctorat. Deuxièmement, un prof émérite est un prof qui a une ancienneté et une notoriété dans le grande le plus élevé c’est à dire professeur titulaire ayant fait de nombreuses publications scientifiques confirmant sa maîtrise et son autorité scientifiques. On y arrive après les étapes suivantes : doctorat puis (assistant par nomination) ensuite maître assistant (Bado Laurent et Ibriga) puis maître de conférence comme (Prof Soma) et enfin Prof titulaire comme... C’est après cela qu’on accède à l’éméritat qui vient d’ailleurs d’être supprimé au Burkina Faso.
      Donc faites attention à ce que vous entendez dans la presse où tout le monde se fait appeler professeur.

      Répondre à ce message

      • Le 22 mars à 12:14, par SIDNABA En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

        Merci internaute "Mala" pour tes précisions pertinentes. Mr IBRIGA est tout simplement un juriste caporal dans la hiérarchie de l’enseignement supérieur propulsé par ses amis de la transition à la haute fonction de ASCE/LC sans connaissance en matière d’audit et expertise comptable qui nécessité des études spéciales techniques de niveau Bac+8. Un politicien nommé à un poste hautement technique qui envoie les gens en prison avec des rapports contestés. Pire il refuse une contre expertise pour que les spécialistes exposent leurs insuffisances en la matière. Le PF doit vite nommé une personne compétente en audit et expertise comptable à ce poste. A bon entendeur, salut !

        Répondre à ce message

        • Le 22 mars à 18:37, par Kouda En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

          Si je vous comprends bien, quand l’ASCE va auditer une structure publique, c’est Ibriga lui même qui fait le travail d’audit. L’ASCE n’a pas de travailleurs qualifiés (experts) à sa disposition, selon vous, pour conduire le travail technique.
          C’est affligeant votre conception et compréhension du boulot du contrôleur général de l’ASCE.
          Pour auditer les finances d’une structure publique, il faut, selon vous, recourir à un expert comptable ? On verra et lira tout dans ce pays.
          Souvent, je suis très découragé par la légèreté avec laquelle beaucoup de personnes s’engagent en connaisseur dans les débats.

          Répondre à ce message

        • Le 22 mars à 19:05, par Kouda En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

          Cher Sidnaba, sachez que le niveau de compétence d’une personne ne se mesure pas uniquement au grade atteint. Il y a des docteurs qui sont meilleurs que des professeurs d’université de plusieurs années. Il y a des étudiants en doctorat qui sont meilleurs que des docteurs, des maitres assistants, des maitres de conférences ou professeurs.
          D’ailleurs, dans les pays plus avertis, les professeurs d’université travaillent avec leurs jeunes collègues, ce qui est mutuellement bénéfique. Malheureusement, chez nous, on fait le culte du grade et on instaure des liens avilissants entre des enseignants et chercheurs qui sont censés être des collègues.
          Demandez à ceux ou celles qui savent. Quand vous participez à des conférences internationales où les articles à présenter sont sélectionnés par appel à communications compétitif, si un nobel y participe et vous (doctorant, docteur...) lui faites des remarques sur ce qu’il vient de présenter, ce nobel vous écoutera très attentivement. A la fin de la session, s’il n’a pas bien compris ce que vous avez dit, il viendra vers vous et vous dira qu’il n’a pas compris et vous demandera plus d’explications. Si ces personnes qui ont fait des contributions fort appréciables à leurs domaines respectifs peuvent être aussi humbles alors vous, qui ne les approchez même pas, mettez beaucoup dans votre vin. Le grade importe peu, c’est ce que la personne sait et peut faire qui compte.
          Ce culte du grade frise d’ailleurs le ridicule quand on voit vos professeurs s’exprimer sur des sujets qui ne sont pas de leurs spécialités, tout simplement, parce qu’il y a quelques petits sous à prendre. En écoutant certains de vos professeurs titulaires, on a honte des faussetés qu’il débitent.

          Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 21:45, par L’éclaireur UNB En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Je suis triste pour l’université Nazi Boni car je ne sais pas s’il y’a un chef au commande sinon plus généralement je me demande s’il y a un chef au MESRSI. En effet cette université n’arrête pas de faire la promotion des médiocres j’en veux pour preuves :
    1) la nomination du chargé de mission du centre universitaire polytechnique de Gaoua qui revient à un professeur qui n’a pas pu gérer l’IDR un institut d’environ 200 étudiants et qui pire à été rejeté sinon vomis par ces collègues à l’issu des élections de directeurs et directeurs adjoints des établissements de l’UNB en 2013.
    2) maintenant millogo younoussa vice president qui a échoué lamentablement avec une seule voix aux élections de 2013
    3) enfin la nomination de kaboré idrissa (coordonnateur scientifique et technique) qui a été battu à plat couture en 2017 aux élections de directeurs et directeurs adjoints des établissements de l’université Nazi
    Comment comprendre que le MESRSI face la promotion de tels enseignants et pire qu’ils dirigent les mêmes enseignants qui les ont rejeté dans les urnes !!! Est ce par amities pour le MESRSI ou est ce parce qu’ils ont le sésame MPP ???
    Pire le nouveau président fait à l’image du MESRSI la promotion en nivelant par le bas par exemple le PRM et le DEP tous deux catégories A sont remplacés dans la foulée par des agents de catégorie B en violation des textes en vigueur. Il paraît que le nouveau PRM un agent B serait un cousin du ministre aller comprendre. Pour parachever la direction et les administratifs de l’INSSA ont été affecté à la présidence comme si ...pour couronner le président de L’UNB cumule depuis sa nomination il y a 4 mois le poste de président et le poste de directeur de l’INSSA et on deux présidences de l’UNB et deux directions de l’INSSA.
    Gens de bonne intelligence au secours au secours l’université Nazi Boni se meurt ...

    Répondre à ce message

    • Le 24 mars à 15:12, par Yaméogo François En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Monsieur l’internaute 5 alias "L’éclaireur UNB". Je trouve la bassesse de votre intervention
      inquiétante. Si vous êtes universitaire, je m’inquiète pour vos étudiants. Vous intervenez par
      deux fois, pour faire une déclaration nulle. Tout d’abord, avant de chercher à discréditer
      d’honnêtes citoyens, merci d’avoir le courage de dévoiler votre identité mon "l’éclaireur UNB".
      Quand vous parlez de "noyer les nominations ...", quelle relation y a-t-il entre les nominations
      CAMES et celles des professeurs MILLOGO et KABORE respectivement au poste de vice-président et de
      directeur. Y a-t-il un texte qui interdit la parution des deux lors d’un même conseil de ministre ?
      Vous présentez des évènements qui ne montre en rien l’incapacité de ces enseignants à assumer les
      responsabilités qu’ont le leur a été attribuées. Ensuite, vous croyez qu’il n’y a que le grade qui
      compte dans les responsabilités ? On peut bien être très compétent en management sans être Professeur
      Titulaire monsieur "l’éclaireur UNB". Je ne sais pas si c’est de vous-même que vous intervenez ou si
      quelqu’un vous a donné des consignes, mais il faudra trouver des arguments plus solides pour vos
      deux interventions. Vos faites honte au corps universitaire. Quand, on ne peut pas arranger, merci
      d’arrêter ces méthodes qui cherchent à discréditer les autres. Je suis désolé de vous dire que votre
      niveau de raisonnement ne mérite pas que l’on vous réponde. La prochaine fois prenez un temps de
      réflexion avant d’intervenir sur un média public, même si vous vous cachez dernière votre pseudonyme.
      Même un enfant comprendrait bien que vous avez une rancune contre les personnes que vous citez dans
      vos deux interventions.

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 21:47, par L’éclaireur UNB En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Je suis triste pour l’université Nazi Boni car je ne sais pas s’il y’a un chef au commande sinon plus généralement je me demande s’il y a un chef au MESRSI. En effet cette université n’arrête pas de faire la promotion des médiocres j’en veux pour preuves :
    1) la nomination du chargé de mission du centre universitaire polytechnique de Gaoua qui revient à un professeur qui n’a pas pu gérer l’IDR un institut d’environ 200 étudiants et qui pire à été rejeté sinon vomis par ces collègues à l’issu des élections de directeurs et directeurs adjoints des établissements de l’UNB en 2013.
    2) maintenant millogo younoussa vice president qui a échoué lamentablement avec une seule voix aux élections de 2013
    3) enfin la nomination de kaboré idrissa (coordonnateur scientifique et technique) qui a été battu à plat couture en 2017 aux élections de directeurs et directeurs adjoints des établissements de l’université Nazi
    Comment comprendre que le MESRSI face la promotion de tels enseignants et pire qu’ils dirigent les mêmes enseignants qui les ont rejeté dans les urnes !!! Est ce par amities pour le MESRSI ou est ce parce qu’ils ont le sésame MPP ???
    Pire le nouveau président fait à l’image du MESRSI la promotion en nivelant par le bas par exemple le PRM et le DEP tous deux catégories A sont remplacés dans la foulée par des agents de catégorie B en violation des textes en vigueur. Il paraît que le nouveau PRM un agent B serait un cousin du ministre aller comprendre. Pour parachever la direction et les administratifs de l’INSSA ont été affecté à la présidence comme si ...pour couronner le président de L’UNB cumule depuis sa nomination il y a 4 mois le poste de président et le poste de directeur de l’INSSA et on deux présidences de l’UNB et deux directions de l’INSSA.
    Gens de bonne intelligence au secours au secours l’université Nazi Boni se meurt ...

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 21:52, par Tombé du ciel En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Il y a une nomination qui me surprend beaucoup. J’ai fait une mission conjointe d’audit dans une structure avec une certaine dame contrôleur d’Etat de l’ASCE (forte de corpulence) dont j’ai oublié le nom, qui a brillé par son incompétence et sa paresse et qui nous mettait mal à l’aise devant les audités. J’espère que ce n’est pas elle qui a été nommée. Si c’est elle, on doit se poser des questions. Est-ce une récompense ? N’y a-t-il pas d’autres personnes à même d’occuper ce poste ?

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 10:44, par le choco En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Donne son nom et laisse le reste. Dit aussi dans quel mission vous avez été ensemble. C’est trop facile ça. Moi aussi j’ai été en mission avec un calomniateur aigri qui vilipende les grosse dame sur le net. J’espère qu’il va la fermer et arrêter de mentir.

      Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 23:37, par Hummm En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      C’est vrai, c’est grave. On n’a pas besoin de connaître l’identité de cette dame. Ce ne serait pas bien. Mais quand même on sait par là que Ibriga aussi n’est pas aussi intègre que ça. Pourquoi nommer des incompétents alors que la maison est pleine de gens bien et bosseur ? Est-ce que les dessous de cette affaire ne sont pas sombres ?

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 22:01, par Azimmo15 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Emile Pargui Paré va pouvoir enfin se consoler avec son nouveau poste à défaut d’occuper une fonction régalienne. Allons seulement, Chacun veut son mangement, Ngaow ! Il a intérêt à bien gérer sa structure !

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 03:39, par X9 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      C’est le minimum pour Emile, sinon il merite mieux. Mais le connaissant pour son engagement, nous lui souhaitons beaucoup de reussite. Tenez, il est en fin de carriere, et c’est maintenant qu’il occupe un poste " politique ". Elu sous la banniere du PDP, il siegeait a l’assemblee tout en exercant a Yalgado. Avouons qu’ils ne sont pas nombreux a faire cela.

      Répondre à ce message

      • Le 22 mars à 10:01, par Désiré En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

        Cher X9, Mr PARE n’a jamais été élu , il a plutôt remplacé le Professeur KI ZERBO comme suppléant. On se souvient des misères qu’il avait faites à l’illustre Prof , pressé comme il l’était d’occuper le poste. BASTA ! Sinon après avoir quitté le PDP et créé son propre parti il n’a même pas pu être conseiller .

        Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 22:04, par Kankeletigui En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Mr le Ministre de la santé,
    Vous mettez les cadres infirmiers où ? Le ministère la santé n’appartient pas seulement aux médecins. Vous devez le savoir. c’est quelle merde ça ?

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 06:42, par SANOU En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Kangeletigui
      Plutôt que de perdre le temps à se plaindre des nominations dans les postes de direction de la fonction publique, proposez un projet de loi pour les critères de nomination : pourquoi pas sur concours, avec enquête de moralité.
      Autre solution : allez créer votre propre boite où vous serez président directeur général (PDG) c’est plus que DG, DR ou DT.
      Beaucoup de bac +10 avec PhD, masters +++ travaillent efficacement sous les ordres de beaucoup moins diplômés, tout est question de management.
      Faites bien ce qu’on vous demande de faire où vous êtes. Chaque maillon est important dans la chaîne.
      Si l’agent chargé du ménage qui est au bas de la hiérarchie, n’a pas nettoyé le bureau du DG celui-ci ne pourra pas s’asseoir pour traiter les dossiers à lui confiés par le Ministre.

      Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 13:30, par tororoso En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Hé mon ami, tu fais pas pardon.!!! c’est minable ce genre de réflexion.

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 22:08, par Vigilant En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    A l’ASCE, pourquoi cette nominations avant de prendre un decret d’application de la loi portant organisation et fonctionnement de l’ASCE ? Je suis du COTEVAL et je m’interroge. La loi 082/CNT portant organisation et fonctionnement de l’ASCE dit que le gouvernement doit conformer l’organisation et le fonctionnement de l’ASCE aux dispositions de la loi 082/CNT. (par un decret probablement et c’est ce qui n’est pas fait).
    C’est pas clair. Pourquoi ces fuites en avant ? Est-ce pour récompenser des gens pour leurs bons et loyaux services ? IBRIGA n’est plus clair. Le naam l’a transformé. Il s’entoure de ses gens pour mieux rester comme contrôleur général d’Etat ou quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 22:12, par Un agent du Sanmatenga En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Monsieur le Ministre des Ressources Animales et Halieutiques il est grand temps de relever ce malade mental à la tête de la Direction Régionale des Ressources Animales et Halieutiques de CENTRE-NORD de même que son ami du CENTRE -SUD. C’est un secret de polichinelle que c’est les deux directions les plus mal géré. Il y a dédougou aussi. Mè le cas du Centre-Nord est le plus pire. Le DR se comporte comme un commerçant :combien je gagne , c’est ça qui l’intéresse . Ce que les producteurs gagnent c’est pas son problème . En témoigne le blocage et mm la chasse de certain projet et du personnel.
    Monsieur, le MINISTRE KOUTOU il est temps d’arreter cette forfeture à la DRRAH-CN
    Si non ; nous agents , nous allons prendre nos responsabilité dans les jours à venir

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 00:06, par Jonas En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Internaute 3 : ce n’est pas parce qu’on a échoué deux fois au recrutement qu’il faut casser les tympans des gens. Je respecte vraiment cette structure qui lance toujours des recrutements. Il y a plus de 15 Établissements publics à la santé, tu as postulé où encore. L’Office de santé au moins lance toujours publiquement ces recrutements. Je te contredis parce que moi aussi j’ai postulé et c’est à ma troisième tentative j’ai été retenu et j’y suis actuellement. C’est comme ça vous faites pour décourager ceux qui font honnêtement leur travail.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 02:08, par GOMDA Francis En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Il va falloir discipliner vraiment les réseaux sociaux. Internaute 3, c’est le ministère de la promotion de l’emploi il faut saisir mais plutôt pour les structures qui recrutent sans lancer. Il faut avoir du courage, le marché de l’emploi n’est pas simple. Des gens ont postulés à des recrutements pendant des dizaines d’années et rien, mais toi je te connais et très bien et je sais que ça va aller. Heureusement que ton petit frère a eu un recrutement et il est affecté à la DRF comme agent de liaison. Toi aussi, il faut continuer à chercher. Moi particulièrement je loue les responsables de l’OST, voilà au moins une structure qui se bat et qui a des résultats, ce qui attire toutes les convoitises actuellement. Cette équipe dirigeante est à féliciter. ils ont franchi actuellement le seuil de 55% de taux d’autofinancement avec des ristournes qui montent à plus de 300mille. Les agents se sucrent làbas alors que nous on a même pas 50mille pour les A.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 05:54, par Gogo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    La nomination du chat noir du Nayala est une prime à la mauvaise gouvernance. Les détournements de fonds qui ont conduit son petit frère à la MACO , Les révélations de presse ou son nom a été cité comme co-gestionnaire d’une société crée en complicité avec son petit frère pour pomper plus de 300 millions....... La lumière aurait dû être faite avant toute action publique. Les journalistes avaient fait un travail exemplaires en faisant des recherches et en donnant des informations sur de grands détournements de fonds publiques.
    Si cela continue il sera difficile au MPP d’arrêter et enfermer un citoyen Burkinabé pour détournements de fonds publics. Nous prenons l’opinion Nationale et international à témoins quand êtes vous êtes du MPP on peut détourner sans enquête. La jeunesse veut qu’on tire au clair cette affaire de détournements de plus de 300 millions d’un fond au ministère de la jeunesse et de l’emploi. Combien d’emplois ce fond aurait pu créer pour la jeunesse ?? Cest cette mauvaise gestion qui a conduit Le régime Du clan Compaoré hors du Pays.
    Si plus rien ne sera comme avant , nous souhaitons que le MPP face La lumière sur cette affaire de détournements sur près d’un tier de milliard.
    Le Premier Ministre, Le Ministre des Finances, L’ASCE -LC et même Le Président sont tous interpellés. Cette histoire terniera à coup sûr l’image de nos dirigeants.
    Les responsables, fonctionnaires de l’Ecole Nationale de La Santé sont prévenus....’

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 09:37, par verra qui vivra En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Je ne vous contredit pas, mais le Blaiso a au fil des temps eu les dossiers de tous ces collaborateurs.
      Ce qui fait que certains étaient contraints de travailler avec lui,bon ou pas bon.

      Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 11:41, par Minute En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Gogo, tu ne mérite pas de place dans le forum. Et les négationnistes comme toi constituent un danger pour notre pays. Comment est-ce possible que quelqu’un puisse payer des fautes de son petit frère tant qu’il n’a pas été déclaré juridiquement co-responsable. Tu veux qu’on élucide les supposées dérives du frère cadet de Dr PARE avant de lui, le donner un poste de responsabilité ? C’est méchant de ta part. Il faut quitter dans ça. Pourquoi tu savais que PARE était trempé dans des affaires louches et que tu ne l’a pas dénoncé depuis ? C’est des esprits aussi mal intentionnés que le tien qui vont foutre la merde à notre pays. Tu le dit simplement parce que ce n’est pas toi. BANDE DE JALOUX ET DE SEMEUR DE TROUBLES. tchurrrrrrr ! N’importe quoi !!!!

      Répondre à ce message

      • Le 22 mars à 18:20, par Gogo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

        Tu n’as rien compris. Il faut bien relire ce que j’ai dit. En quoi je suis jaloux d’un Soulard ? En quoi je suis jaloux de quelqu’un qui se vante d’avoir brûlé la RTB ? Je suis très heureux La ou je suis. Tôt ou tard votre mari rendra des comptes. On vous montre la lune et vous regardez l’index

        Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 22:37, par Mossi En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      Gogo, je suis totalement d’accord avec toi. Le gouvernement doit nous prendre au sérieux ; comment quelqu’un qui a son nom citer dans une affaire aussi médiatisée à l’époque des faits et dont l’issue n’est pas encore connue peut être nommé à un poste de DG d’une école de formation ? M. le ministre de la santé, vous vous rappellez la nomination de votre 1er DAF, SVP aidez nous à vous faire confiance. Selon la presse, M. PARE Emile est le co-gérant de la société qui a reçu un virement de plus de 300 millions et cela est resté lettre morte et pour nous narguer on nomme M. PARE DG. Vous pensez que ça n’arrive qu’aux autres ce qui est arrivé au régime COMPAORE déchu ?

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 06:18, par SANOU En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    ENFIN, Mr le Ministre de la santé commence à sortir de sa léthargie, avec la nomination de quelques directeurs techniques, c’est un bon début ne baissez pas la pression ; il y a encore du boulot : la pyramide sanitaire a trois niveaux : central, intermédiaire et périphérique.
    La locomotive 2018 a accusé du retard.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 07:46, par hamidou En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Félicitation à mon Professeur M Urbain MILLOGO. Puisse Dieu vous accompagner dans l’exercice de votre fonction.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 07:50, par panga En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Enfin ! Le chat Noir récompensé. Tout çà pour çà. Bon vent et espérons que la théorie soit alliée à la pratique pour des résultats probants.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 07:57, par L’éclaireur UNB En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Nomination au MESRSI et à l’UNB et UO2. ..
    Regarder comment le MESRSI à noyé la nomination de millogo younoussa, kaboré idrissa avec la promotion de nos valeurreux enseignants promus au CAMES, M. Alkassoum Maiga de grace, il faut éviter de mélanger les torchons et les serviettes. Pire M le MESRSI vous nommez une maître assistante pour diriger coordonner et contrôler la recherche universitaire et du CNRST on est où là ? N’y a t il plus de professeur/chercheur de rang magistral dans nos universités et instituts de recherche. S’il vous plait monsieur le ministre arrêter la promotion des bénis oui oui !!!! Car cela nous conduit droit dans le mur. C’est le cas de Ouaga 2 ou vous avez nommez un biologiste (SVT) Tiombiano pour ne pas le nommé pour diriger des gens de sciences juridiques et politiques (SJP) et de sciences économiques et de gestion (SEG) ou on trouve egalement des enseignants de rang magistral. C’est vraiment dommage c’est a croire si le MESRSI comprend comment fonctionne l’université. J’attire l’attention des plus hautes autorités sur les frustrations qui s’accumulent dans nos universités cest une bombe dont le compte à rebour à déjà commencer il ne reste plus qu’elle explose !!! Wait and see....

    Répondre à ce message

    • Le 22 mars à 18:56, par Kouda En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

      C’est plutôt vous qui ne comprenez rien au management. La qualité de la recherche n’a rien à voir avoir le système archaïque et retrograde de grade et de promotion des enseignants dans votre CAMES. Si vous êtes un enseignant du supérieur, alors je vous plains.
      Où avez-vous appris que pour diriger une recherche, il faut être de rang magistral ? Du grand n’importe quoi.
      Sachez que dans le monde, beaucoup de chercheurs qui produisent des choses très très intéressantes sont contre vos systèmes bidons de catégorisation. Dans les pays européens et aux USA par exemple, des profs d’université (avec de nombreuses années passées à ce grade) n’hésitent pas à travailler avec leurs étudiants ou leurs collègues moins gradés sur un pied d’égalité. Oui, le professeur d’université bosse de la même manière ou même plus que son étudiant ou collègue de rang inférieur quand ils collaborent sur un projet de recherche et la rémunération est égalitaire. Mdrrrrrrrrrrr ! Un doctorant dans ces pays appellent son prof par son prénom ou tout simplement monsieur ou madame untel. Vous qui êtes très loin derrière, au lieu de travailler dur, vous perdez votre temps dans des grades.
      D’autre part, si vous pensez que le ministre a violé un texte ou une loi en nommant un enseignant de l’UO 1 comme président de l’UO2, portez plainte contre lui devant le tribunal administratif.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 08:39, par HUG En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Assurance maladie universelle c’est bien. On connait le Burkina Faso comme étant le champion est matière d’adoption de textes et lois. Mais ils (la plupart) dorment dans les tiroirs. Le plus souvent lorsqu’ils sont appliqués les résultats ne sont pas satisfaisants. Assurance maladie universelle c’est bien mais j’ai peur vous partez pour la récupération des produits et qu’on vous dise qu’il y a une rupture de stock ou que ce produit n’existe pas ici.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 08:43, par Bakary En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Félicitation au Docteur Pargui Emile PARE. Il était quand même temps que nos braves grands politiciens arrêtent de viser uniquement les postes ministériels , mais de travailler véritablement à mettre leurs compétences " techniques" au service de la nation. Bonne chance à vous dans votre nouvelle fonction.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 09:23, par un citoyen En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Le ministre de la santé sort de sa léthargie. Je m’adresse maintenant à ceux qui l’accusait de nominations régionalistes de prendre leur calculette et nous faire le point. Je pense qu’ils ont raison, des régions sont pratiquement oubliées alors que certains se taillent la part du lion.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 09:34, par Kibsa En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    GOGO
    Chacun est responsable des actes qu’il pose. Les actes "délictuels" posés par le petit frère de Emile PARE ne peuvent pas être portés par Emile Paré. Ne confondons pas les choses. Si vous avez en votre possession des éléments de preuve qui chargent le petit frère de Emile Paré allez les remettre aux autorités compétentes. C’est ça aussi être citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 09:38, par PREVENIR En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    C’est dangerer de nommer tous ces medecins à des postes adminitratifs alors que les malades s’entassent sans beneficier de consultation médicale dans nos hopitaux publiques. Quel gachis des ressources humaines au Ministère de la Santé ? Alors c’est l’argent du contribuable et de la nation entière qui a servi à former ces medecins durant 8 ans au moins.En quoi il faut nommer un medecin pour juste gerer,coordonner,administrer une direction ou un projet/programmes .C’est dommage j’en souffre de voir tous ces trainent sans soins sur les bancs d’attentes des hopitaux avec des rendez vous incertains.Souvent ils sont obligés d’aller en clinique privée ou chez les tradipraticiens et malheureusement certains décèdent par manque de soins.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 10:01, par Konz En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Félicitation au Dr Émile PARE Qui a tant aimé sa profession, bon vent à lui.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 10:38, par MI En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Malheureusement le gouvernement du MPP se soucie peu de la compétence des gens pour les nommer. internaute 18, cela la partie visible de l’icerberg.Dans beaucoup de ministère, les nominations sont faites en tenant compte du bord politique. C’est pourquoi on a des directions, des Secrétariat permanent (S/P) ou ce sont des professeurs certifiés qui sont les responsables. En plus, il y a dans ce Burkina Faso des individus qui sont la tête de structures importantes qui n’ont pas de numéro matricule, et bien d’autres anomalies et cela avec la bénédiction du syndicat flexible et mou. Le ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille ne dira pas le contraire. Donc Monsieur Emile PARE, médecin fait partie de ceux qui sont habilité à occuper ce poste (DG/ENSP) et nous espérons que ce MPP a découvert son erreur et que tous les anomalies en terme de nomination seront corrigés.. Mais je reste pessimiste.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 10:55, par Banfora Deen En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    "Monsieur Bassirou OUEDRAOGO, Mle 46 942 D, Médecin de santé publique, catégorie P6, 3ème échelon, est nommé Directeur de la coordination des projets et programmes". Comment le Président Roch Kaboré, le Premier Ministre PK Tiéba et Ministre Méda peuvent-il expliquer au peuple burkinabè la nomination à des hautes fonctions de ce genre des agents épinglés par l’ASCE-LC ? Prenez si je ne me trompe le rapport 2010 de cette autorité paru dans un numéro de Courrier Confidentiel, vous verrez qu’il avait été épinglé pour plus de 200 millions lorsqu’il gérait le district de Banfora dans la région des Cascades ! Après la RDC, où il était parti pour se faire oublier un peu sous la transition, le voilà de retour. A t-il remboursé ou bien la justice à qui avait été transmise le dossier l’a blanchi. Il faut que le ministre de la santé s’explique. Je pourrai vous communiquer le numéro du journal après. On a dit que plus rien ne sera comme avant, mais on remarque que c’est égal voire pire que avant !

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 11:29, par LAMIZANA Souleymane En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Je tiens à féliciter deux personnes pour leur nomination et surtout à leur dire courage et persévérance.

    Emile PARE, le grand frère pour qui j’ai de l’admiration et surtout sa constante disponibilité à écouter et échanger avec ses concitoyens (surtout les jeunes). C’est un homme de conviction et professionnel. Bravo koro.

    Jean Baptiste TIGNEGRE, le petit frère, courtois, très entreprenant. Je te souhaite encore plus de promotion, car tu as encore du potentiel à prouver et à donner.

    Merci à tous les autres promus, ayez surtout, à l’esprit que seul le travail, rien que le travail grandit l’homme.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 12:45, par LE PENSEUR En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    CHERS INTERNAUTES.AIDEZ MOI A COMPRENDRE LE JEU DE CHAISES DANS LE COMMANDEMENT MILITAIRE.MERCI DE ME PERMETTRE DE COMPRENDRE MIEUX.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 18:55, par OUEDRAOGO En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    félicitations au Docteur Salif Sankara pour sa nomination !

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 21:49, par Naba En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Le chat noir ne veut donc pas accepté sa retraite alors. Médecin généraliste admis a la retraite ce mois ci. On comprend donc pourquoi le Sida est gère par des retraités qui refusent le repos. Mr le ministre de la santé, vous risquer de ternir votre image ainsi.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars à 22:56, par Mossi En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    M. le Ministre de la santé, à la lecture des différents commentaires, je vous demande de bien vérifier le passé de ceux que vous nommez ; même ceux que vous nommez par arrêté. Ne ternissez pas votre image en cédant aux pressions politiques par des nominations de complaisance. Vous avez des conseillers, des inspecteurs techniques, etc ; envoyez-les vérifier certaines informations dans les derniers postes occupés de ceux que vous voulez nommer ; surtout ceux proposés par les politiciens. Le succès de votre mission au ministère de la santé en dépend ainsi que votre renommée.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 12:48, par jeanarnaud En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 21 mars 2018.

    Internaute 3, Ladji, vous savez raison, le ministère de la santé est certes sorti de sa léthargie, mais avec une pléthore de directions. On avance, on recule et on fait du surplace. Pour votre plainte sur les recrutements, il faut pousser les choses pour voir plus clair. Surtout que le DG de l’OST est enfin de mandat, il ne faut pas que des gens en profitent pour mettre des bizarreries à son successeur pour gérer. il faut combler le vide le plus vite pour ouvrir le bon œil. Les travailleurs ne doivent pas subir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés