Coton biologique burkinabè : Le Catholic relief services Burkina et ses partenaires échangent sur la question de sa transformation

LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • lundi 19 mars 2018 à 14h00min

Le pays des hommes intègres produit en moyenne 1500 tonnes de coton biologique par saison cotonnière. Ce qui le place au rang de deuxième pays producteur en Afrique. Une chose est de produire, une autre est de transformer la production. A travers son projet RECOLTE (Revenue through cotton livelihoods, trade and equity), le Catholic relief services Burkina (CRS) a organisé une table ronde des partenaires sur cette problématique de la transformation du coton biologique du Burkina Faso, ce vendredi 16 mars 2018 à Ouagadougou.

Coton biologique burkinabè : Le Catholic relief services Burkina et ses partenaires échangent sur la question de sa transformation

Echanger sur la problématique de la transformation du coton biologique et de l’accès au fil de coton biologique par les acteurs du textile au Burkina Faso, tel est l’objectif de l’organisation de cette table ronde au profit des partenaires du projet RECOLTE. Pour la chef de programme de CRS Burkina, Heather Robinson, cette problématique est assez sérieuse. Donc il était tout à fait normal de tenir cette table ronde pour échanger sur la transformation du coton biologique qui est l’avenir en réalité. Les chiffres montrent que le Burkina transforme moins de 5% de son coton biologique. Le reste est exporté alors qu’il y a un besoin en fil.

Transformer pour avoir plus

Avant de déclarer officiellement ouverte cette quatrième table ronde des partenaires, la Directrice générale de l’Agence pour la promotion des investissements du Burkina Faso (API-BF) Bintou Diallo, a félicité le CRS Burkina pour leurs actions au profit du développement du pays. Pour elle, parler de la problématique de la transformation du coton biologique est une illustration parfaite de leur engagement pour développer une véritable chaine de valeur autour du coton. « Cette fibre biologique de grande qualité est en grande partie exportée sans aucune transformation », a-t-elle regretté. Donc elle a exhorté les différents acteurs de la filière coton à œuvrer pour que cette donne change, ce qui serait bénéfique pour tous en terme de plus-value.

Au cours de cette table ronde, les participants ont pu apprécier les produits finis du coton biologique en l’occurrence des vêtements d’un styliste bien connu de la place. Depuis 10 ans maintenant, Francois 1er créateur de mode et fabriquant en semi-industriel, file le bon coton biologique made in Faso. D’ailleurs il a toute une ligne vestimentaire en coton biologique produite dans son unité de Ouagadougou. Et bientôt, la ville de Koudougou disposera de son unité production également. Pour lui le coton biologique « c’est de la qualité, c’est naturel et c’est souple ».

C’est tout simplement du coton qui a été cultivé sans produit chimique donc bon pour la santé. Selon lui, les produits chimiques ne sont pas bien pour la peau et cela détruit la nature. Alors que lui sa vision est de préserver la nature pour construire le futur.
En rappel, le projet RECOLTE, d’une durée de vie de cinq ans (septembre 2013 – septembre 2018), a pour but de moderniser la chaine de valeur du coton biologique, d’augmenter les revenus, d’améliorer les perspectives économiques et la sécurité alimentaire de plus de 10 000 petits producteurs dont au moins 30% de femmes.

Financé par le Département de l’agriculture des Etats Unis (USDA) à hauteur de 10,3 millions de US dollars, le projet est mis en œuvre par le CRS Burkina, en collaboration avec l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB) et l’assistance technique de l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ainsi que de l’Université de Texas A&M – AgriLifeResearch.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés