Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

Accueil > Actualités > Opinions • • lundi 19 mars 2018 à 21h02min
Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

Dans la lettre ouverte ci-après adressée au Président du Faso, des populations de la région Ouest du Burkina Faso s’insurgent contre certaines décisions prises au sommet de l’Etat. De celles-là, la volonté d’installer les « Koglwéogo » à l’Ouest, l’installation d’une nouvelle usine de transformation de coton à Ouagadougou et la formation du gouvernement Paul Kaba Thièba III. Elles en appellent à l’unité nationale.

Excellence Monsieur le Président du Faso ;
Nous, ressortissants de l’Ouest du Burkina Faso, sommes extrêmement frustrés par une série d’évènements dont :

1) l’entêtement des « Koglweogo » à vouloir s’installer de force à l’Ouest du BURKINA FASO ;

2) L’implantation à Ouagadougou d’une nouvelle usine de transformation du coton ;

3) la formation du gouvernement Paul Kaba THIEBA III.

Notre lettre plaide pour une prise en compte de l’unité nationale, du respect de nos valeurs morales, traditionnelles et coutumières ;

Elle vise à relever la bonne réputation de la cohésion sociale, de l’hospitalité et du cosmopolitisme de la région Ouest du pays ;

Elle prône la valorisation des zones de production des matières premières du Burkina Faso source de développement économique rationnel ;
Elle insiste sur la géopolitique, l’élan de décentralisation et de valorisation des compétences des filles et fils du Burkina Faso sur toute l’étendue du pays.

De l’entêtement des « Koglweogo » à vouloir s’installer de force dans L’ouest Du BURKINA FASO

Nous ! Ressortissants de l’Ouest du Burkina Faso, exprimons notre indignation à propos de l’implantation forcée et forcenée des « Koglweogo » dans la région Ouest de notre pays.

En rappel, une première tentative en novembre 2016 avait été condamnée par le ministre en charge de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure.

Cette tentative avait été jugée inopportune du fait de la présence des « Dozos », structures similaires autochtones dans toute la région Ouest du Burkina Faso.
L’insistance et la persistance des « Koglweogo » à s’installer et à opérer sur cet espace ayant sa propre culture, ses propres structures et ses organisations d’auto-défense constituent une véritable insulte des populations de cette région et de ses structures d’auto-défense.

Notre vive désapprobation de cet acte d’endo-colonisation des « Koglweogo » ne doit nullement être considérée comme un repli régionaliste.

Nous affirmons pour dire que nous sommes résolument engagés pour l’unité et la solidarité nationale ; et que cette unité et cette solidarité nationale passent d’abord par le respect des différentes cultures.

C’est bien ce que le ministre en charge de l’Administration, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure disait en 2016, à savoir que « chaque région a ses spécificités et ce n’est pas à l’Etat de créer des Dozos ou des Koglweogo ».
Il est de notoriété publique que la région de l’Ouest du Burkina Faso jouit d’une bonne réputation d’hospitalité et de cosmopolitisme ;

Elle entend conserver et renforcer cette réputation ;
Elle la défendra bec et ongles contre les forces centrifuges et belliqueuses des « Koglweogo ».

Donc halte à cette entreprise néocolonialiste !

De L’implantation à Ouagadougou d’une nouvelle usine de transformation du coton
Le vendredi 02 février 2018, un communiqué gouvernemental annonçait la création d’une société ayant pour objet, l’implantation d’une usine de textile à Ouagadougou. Certainement conscient des protestations que soulèverait une telle initiative au sein des populations des régions déjà impliquées dans cette activité, notamment celles de Koudougou abritant Faso-Fani et de Bobo-Dioulasso abritant la SOFITEX et faisant partie des quatre régions les plus productrices de coton au Burkina Faso, le gouvernement bien que détenteur de 45% des actions dans cette Société, a rejeté le choix de la localité d’implantation de l’usine, c’est-à-dire Ouagadougou sur l’investisseur et sur le climat des affaires.

Nous ignorons les vrais motifs du choix de la capitale Ouagadougou par cet investisseur turc (AYKA Textile Investment), mais nous ne comprenons pas du tout les motifs de l’acceptation de ce choix par le gouvernement, une acceptation qui serait liée à un souci de délocalisation des investissements.

Aussi, nous invitons nos plus hautes autorités à revenir sur leur décision d’installer cette usine à Ouagadougou.

Des raisons véritablement objectives et stratégiques militent plus pour l’implantation de cette usine dans l’une des régions de l’Ouest. Il s’agit entre autres du fait que cette zone soit la plus grande productrice de la matière première qu’est le coton.
Cette nouvelle usine de transformation du coton, si elle était implantée à l’Ouest du pays, constituerait une véritable opportunité de soulager la souffrance de nos producteurs de coton, et redonnerait un nouveau souffle économique à tout l’Ouest du Burkina Faso.

Mais hélas ! Mille fois hélas ! Curieusement le gouvernement penche pour l’implantation de cette nouvelle usine à Ouagadougou, ville très loin de la source de la matière première qu’est le coton, également loin de la ressource en eau, outre tous les surcoûts.

La raison avancée par nos décideurs est que c’est l’investisseur qui a choisi Ouagadougou. Cet argument est bien faible de notre point de vu car, dans les faits, l’Etat burkinabè détenteur de 45% des actions doit être souverain dans le choix des investissements et leur localisation rationnelle selon un programme socioéconomique de bonne gouvernance.

Il y a aussi la prise en compte des pôles de croissance dont la logique est d’orienter les investissements en fonction des potentialités des zones choisies.
Vu que l’usine de délitage du coton est à l’Ouest d’une part, d’autre part vu que l’usine de filature du coton est également à l’Ouest, vu enfin que l’Ouest est la zone où 90% de la production de coton est réalisée, il nous parait dès lors évident, pour une cohérence des investissements et d’intégration des usines de même nature, que l’Ouest est la zone la mieux indiquée pour l’implantation de la nouvelle usine dont il est question.

Dans le cas contraire, si la nouvelle usine était implantée à Ouagadougou, les balles de coton de la SOFITEX en provenance de l’Ouest vont parcourir de longues distances avant d’atteindre l’usine de transformation.
Au vu de ces constats ;

Nous, Ressortissants de l’Ouest du pays affirmons que les usines de l’Ouest sont depuis fort longtemps délocalisées ou enterrées et recréés dans la région du centre.

C’est les cas de :

 la SAVANA avec son équivalent d’usine de tomate de Loumbila à environ 20 kilomètres de Ouagadougou ;

 la tentative de délocalisation de la Société DAFANI, productrice de jus de fruits, actuellement sous administration provisoire de l’Etat ;

 le Projet à Bobo-Dioulasso d’un hôpital de cardiologie, initié par le professeur André Ouezzin Coulibaly qui n’a tout simplement pas eu l’autorisation de l’Etat pour le réaliser à Bobo-Dioulasso mais, qui a refusé sous la pression du politique, sa réalisation à Ouagadougou ;

 le Projet d’aménagement de l’aéroport de Bobo-Dioulasso en une unité de maintenance des avions pour toute la région Ouest de l’Afrique, et qui jusqu’à présent a du mal à prendre forme du fait de la position ambigüe de nos plus hautes autorités ;

 Nous avons encore en mémoire le vif souvenir de l’entreprise Médicament du Faso (MEDIFA) qui était initialement prévue pour être installée à Bobo-Dioulasso et l’Etat a préféré l’installer à Ouagadougou. La nécessité de retraiter l’eau, matière première essentielle de l’entreprise a entrainé la disparition de cette unité. Son installation à Bobo-Dioulasso ne nécessitait pas ce retraitement de l’eau. Cette entreprise à donc disparu à cause des surcoûts.

D’où il résulte de tout ce qui précède, que toute l’économie de l’Ouest se rétrécit comme une peau de chagrin et conséquemment, la misère de son peuple ne peut que s’accroitre. Dès lors, tout l’Ouest ne peut que se mourir au vu et au su de nos gouvernants.

De la formation du gouvernement Paul Kaba THIEBA III

Nous, Ressortissants de l’Ouest du Burkina Faso constatons de plus en plus, l’écartement de nos cadres des grandes sphères de décisions.

Cet état de fait qui était déjà présent, s’est accentué ces derniers temps avec le gouvernement Paul Kaba THIEBA III et a engendré une grande frustration au sein des populations de l’Ouest. Dans le souci d’œuvrer au respect de l’équilibre entre les filles et les fils du Burkina Faso, il est grand temps que cette grande partie de l’Ouest sente la présence de ses cadres dans les cercles de décisions du Burkina Faso.

En effet, la géopolitique, élan de décentralisation et de valorisation des compétences des filles et fils du Burkina Faso, longtemps prônée, n’a jamais été aussi mise à rude épreuve si on en juge par la formation du gouvernement Paul Kaba THIEBA III.
Considérant tout ce qui précède,

Nous ! Ressortissants de l’Ouest, lançons un vibrant appel à vous Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, pour :

-  l’interdiction d’implantation forcée des « Koglweogo » dans l’Ouest du pays ;
-  l’implantation rationnelle et opportune de la nouvelle usine de transformation du coton dans une des régions de l’Ouest en tant que première région cotonnière du Burkina Faso ;

-  la prise en compte de la géopolitique dans le choix des cadres au niveau des sphères décisionnelles (Présidents d’institutions, Ministres, Secrétaires Généraux, Directeurs Généraux…).

Si rien n’est fait, tous les nuages qui s’amoncellent à l’Ouest sont des signes avant-coureurs des lendemains qui déchantent.
Vive l’union et l’équité entre les filles et fils du Burkina Faso !!!


Ouagadougou le 19 mars 2018
Pour les ressortissants de l’Ouest du Burkina Faso,
Mamadou SANOU
Chevalier de l’Ordre de Mérite

Vos commentaires

  • Le 19 mars à 15:16, par nabakiba En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    fais-pardon Mr SANOU si tu as un problème particulier avec ROCH il faut aller à kosyam le voir , sinon, ils y a des gents l’est à l’Ouest des gens, des gents du nord à l’Ouest ,des gent de sud à l’ouest des gents à l’ouest et cela pendant des siècles et de siècles sans problème
    et les politiciens véreux sont venus tout gâter juste pour leur ego

    Répondre à ce message

    • Le 20 mars à 07:33, par pigeon vert En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Le Grand ouest , c’est cette partie de l’empire manding( encore appelee :le Mande) qui se trouve en territoire du Burkina Faso.
      Au Burkina Faso, sur le plan culturel et cutumier ,le Grand ouest est autonome et n’a rien de commun avec les mossis , il est rattaché à ses frères du Mali et du nord de la Cote d’Ivoire. Cet espace qui va de Sikasso au Mali ,jusqu’à Bobo Dioulasso et qui s’étend sur tout le nord de la Cote d’Ivoire ,constitue le pays des DOZO . En fait , les kolgweogo sont interdits de sejour dans le pays des DOZO .Le mepris du mossi est palpable .la cohésion sociale est ebranlée . la moindre éteincelle peut provoquer l’incendie :le regionalisme des mossi en est la cause . Nous sommes donc à l’orée de la guerre proprement dite.
      Le monde des DOZO est donc divisé entre les 3 pays : Burkina Faso ,la Cote d’Ivoire et le Mali. Mais de nos jours, face aux tempetes poiliques et regionalistes des 3 pays ,le Grand ouest sera obligé de prendre son autonomie et de rester à l’abri de ses frères du Mali et de la Cote d’Ivoire. Qui se ressemble ,s’assemble .

      Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 15:23, par kafougné En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Qui les a voté, c’est vous les gens de l’ouest qui vouliez le changement, c’est le changement comme ça. Sous le CDP tout le monde était servi et Blaise avait fait beaucoup confiance aux gens de l’ouest. Assumez maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 15:53, par tilai En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    ça sent du "Blaise Compaoré" et ses éléments qui essaient sur d’autres fronts de déstabiliser le pays. Sinon ? Parlez-en d’abord à Paul Thiéba lui-même d’abord. c’est lui, même si ce n’est que officiel, qui constitue son gouvernement. Ensuite, posons nous la question : qu’est-ce que l’Ouest ? A partir d’où jusqu’à où ? Pourquoi vous ne raisonnez pas en terme de groupes ethniques représentés dans le gouvernement et vous parlez juste de l’Ouest d’une manière générale ? Le problème c’est que vous raissonnez souvent en terme de "beaucoup de Mossé en général". Y a combien de types de Mossé qui forment aussi des groupes ethniques à part entière ?

    Pour les Koglweogo, vous l’avez vous même reconnu que le gouvernement n’est pas d’accord qu’il s’installe dans d’autres zones. Alors pourquoi évoquer ce cas ici, comme si le gouvernement supportait l’implantation des kolgwéogo là-bas ? Nous constatons tous ces les dérapages des Kolgweogo, mais faut il pour autant accuser le gouvernement ?

    Sur ces 2 aspects, je vous dis : N’IMPORTE QUOI.

    Par contre, par rapport à l’implantation, je soutiens que l’Etat doit revoir sa décision. Comme vous l’avez dit : l’implantation des usines et autres activités, où l’Etat est impliqué (actionnaire), doit tenir compte du caractère propice du lieu (y a la matière remis à côté et cela évite les couts de transport, et bien d’autres critères). Ce qui est aussi important pour la non-implantation à Ouaga, c’est qu’il faut créer des attractions ailleurs pour amener les population migrer aussi vers ces endroits et réduire la croissance (en superficie et en population) de Ouaga. Comme cela on peut de plus en plus mieux gérer Ouaga. Autrement dit, l’implantation des usines doit participer à la décentralisation et déconcentration démographiques, afin d’avoir des populations balancés dans les #tes régions.

    Soyons judicieux dans nos revendication pour préserver la quiétude et l’intégrité de notre patrie commune.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 16:02, par Dosso En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Mr SANOU, merci pour cet écrit,voici les régions du grand Ouest que nous revendiquons [Boucle de Mouhoun, Cascades, Hauts Bassins, Sud Ouest et une grande partie du Centre Ouest ( Sanguié, Sissili, et Ziro)]. Ils ne nous aiment pas, mais ils courent vers nous quand ils ont des soucis. La journée de pardon, ils ont amené Mgr Anselme SANOU, problème de CAMEG, Pr MEDA à la rescousse. Il faudrait que nous apprenions à faire la politique autrement, et là c’est une adresse aux jeunes, ils doivent savoir s’imposer. C’est pourquoi, j’apprécie Ablassé OUEDRAOGO, lui au moins il est clair là dessus, il ne compte pas sur l’ouest pour être président, ce messieur ne peut plus venir s’arrêter à l’ouest pour faire campagne. Pour terminer, comme le pouvoir central ne veut pas le l’ouest, nous demandons notre autonomie.

    Répondre à ce message

    • Le 19 mars à 22:32, par N’importe quoi En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Vous racontez du n’importe quoi et en plus vous n’êtes même pas drôle du tout. Vous savez ce que veux dire autonomie ? Pensez vous qu’avec des têtes brulées comme Salia Sanou, Alfred Sanou et cie Bobo peut se développer ? Vous pensez que le simple fait de remplir le gouvernement des ressortissants de l’Ouest peut garantir la prospérité de la ville de Bobo ? Vous n’avez rien compris absolument rien

      Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 16:31, par SON En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Soutien total. Pour une cohésion social et économique, toutes les régions du pays doivent être traité sous le même pied d’égalité. Après c’est pour venir nous dire que nous sommes xénophobe. Est ce cela peut se faire en plateau mossi, c’est à dire former une gouvernement sans ces régions. Rock doit se ressaisir s’il ne veut pas être à l’origine des conflits sociaux dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 16:55, par pigeon vert En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Mr. SANOU, c’est bien ,mais c’est pas arrivé . Il faut des actes concrets :
    - L’ouest doit créer son propre parti politique et cesser de militer dans les partis de l’autre.
    - Tous les gouverneurs, Haut-commissaires ,les prefets etc— à l’ouest doivent etre des natifs.
    - declencher une guerre ouverte et totale contre les Kolgweogos dans toute la region ouest du Burkina Faso .
    Rien qu’à voir "L’étalon" comme emblème de l’état,on s’apercoit que le Burkina Faso de ROCk
    n’est rien d’autre qu’un royaume mossi. Cette myopie notoire du président, nous conduit inéluctablement à l’éclatement de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 17:05, par chantal En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Le chantage, ça veut dire quoi ? Continuer seulement, nous tous attendons ce jour J pour le vrai changement. A dire qu’on donne à de simple ignorants et au nom de la liberté d’expression de vouloir influencer l’opinion publique !!!

    Nos pays et nos dirigeants n"ont pas encore compris le type de message que l’on tente de passer. Qui est qui et qui fait quoi ? Demander à l’exiler et il vous dira ce qu’il aurait du faire en son temps.

    Celui qui creuse un trou finit par tomber la-dedans.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 17:06, par Déo gracias En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Ne rémuons pas le couteau ds la plaie encore, sinon c’est tout le pays qui perdra, actuellement c’est l’union ou rien !!

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 17:10, par Faati En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Voilà un individu qui n’a même pas le courage de décliner son statut si ce n’est qu’il est chevalier de l’ordre de mérite, qui se permet d’écrire au nom de toutes les populations d’une région du pays et vous trouvez des gens pour soutenir cela. Mr Sanou assumez votre point de vue et évitez de vous prendre pour le représentant de l’ouest !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 17:14, par Fidel En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Je vous vois venir ils ont changé de plan quand on les traque ici ils se révèlent ailleurs. Grèves, djihadistes, dozo merde à la fin. Tout ça pour empêcher les gens de travailler.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 17:27, par NIGNAN beli En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Bonsoir c est une belle analyse.mais le président du Faso aura du mal a vous croire sur le cas de l implantation de l usine de la sofitex.a bobo y a plus de terrains ce qui a même amener cimasso a occupé vos bafonds rapellez vous et vous n avez pas rien dis vous notables ont même applaudis pendant que la jeunesse et l union syndicale disait non.vos parents après avoir empoché des sommes colossales déversées dans l ombre par les responsables de cimfasso recto verso cimasso, on donner feu vert a cimasso.
    le président du Faso étant soucieux de la pollution que les usines engendront sur la sante des populations a donc choisi ouaga.c est pour vous dire simplement tant que vous les ressortissants de l ouest n adopter pas des comportements fermes vous serez toujours utiliser. Aucun régime ne vous prendra au sérieux et aucun régime ne vous déjà pris au sérieux relisez l histoire du pays. Merci

    Répondre à ce message

    • Le 19 mars à 21:32, par Un fils de Solenzo En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Votre exemple montre bien que notre Etat ne joue pas bien son rôle. C’est à l’Etat d’etudier toute demande d’implantation d’usines à travers ses services techniques ; ce n’est point du ressort des autochtones ou chefs coutumiers. Ces derniers peuvent donner leur avis mais la décision finale revient aux autorités compétentes etatiques

      Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 17:29, par TEBLOS En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Ok bien dit on attend la reponse de Roch la solution.........!

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 17:35, par Mninda En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Ce qui est sûr ,ça ne sent pas bon l,l’avenir du BURKINA FASO.Terrorisme par là,frustrations de certaines régions par ci, mécontentement au nord,etc. Ce matin ,le journal Bendre émet une réflexion à travers un article intitulé"Le BURKINA est-il à l,abri d,une rébellion ?"en développant les causes potentielles liées aux sentiments régionalistes qui se manifestent de plus en plus .Et voilà encore cette sortie de ce monsieur. Hélas notre président du Faso à malheureusement tendance à tout banaliser .Tout comme les terroristes exploitent la misère des populations ,les séparatistes profitent des insuffisances et des inégalités de la gouvernance des plus hautes autorités pour faire prospecter leurs idées. Déjà sans partager toutes les idées de ce Monsieur ,pour ce qui est des Kogloweogo, honnêtement, le gouvernement doit être très clair et ferme sur cette question .Les Kogloweogo ne peuvent pas aller s’imposer aux autres régions contre la volonté des populations. C’est l,État qui doit assurer la sécurité de toutes les populations burkinabé. Point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 18:01, par Agir En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    c’est le début du troisième acte du plan de destruction du Burkina. le premier étant le coup d’état maquillé du 30/10/14, le deuxième la destruction du système sécuritaire

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 18:24, par s En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Je crois que les gens doivent éviter des déclarations tendant à semer la division. Concernant la nomination des membres du gouvernement, c’est la compétence qui prime sur d’autres considérations. Ce sont aussi les investisseurs qui choisissent le lieu qu’ils souhaitent investir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 18:27, par NIGNAN beli En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    L internaute numéro 4 dosso a tout dis clairement.c est limpide c est pas du racisme mais une vérité. Les autres ( haut bassins,cascades, sissili, sanguine,boucle du mouhoun,sud ouest,l est,le sahel etc) suivent comme des moutons.ils faut qu ils prennent conscience. La jeune génération n emboitera jamais ce pas.quand ça chauffe vos courrier aller a bobo ou leo hôtel sissili. Quand c est pour manger vous partez a ouaga.merci dosso faites passer d avantage vos messages même au fond des villages.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 18:51, par LY En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Chers internautes soyons constructifs ! Quelqu’un pause à visage découvert un problème dont la portée est profonde et les conséquences dommageable pour l’unité de notre cher pays. Il y a lieu de lui répondre dans la sérénité arguments massifs à l’appui s’il est dans l’erreur. Il y a peut-être des aspects non connu du grand public qui motivent certaines prises de décisions qui peuvent être jugées impopulaires pour une frange donnée de notre population. Il faut aller à la source pour en comprendre les motivations réelles.
    Pour ma part il vaut mieux lancer des débats constructifs que de couver des rancœurs ou de ressentis aux lendemains incertains pour notre unité nationale. Ce que je déplore dans la démarche de M. SANOU, c’est de s’arroger le droit de parler au nom de ; "((les)) gens de l’Ouest", sans mandat de leur part. M. SANOU aurait dit signer "((des)) gens de l’ouest". Des tribunes existent pour ce genre de constat ou de rappel à la vigilance de nos dirigeants. Ce sont les conseils Régionaux, c’est le CES, et c’est aussi nos braves députés qui sont payés pour être nos porte-paroles dans les milieux de décisions. Ces canaux sont officiels et tout problème qui y est posé doit mériter attention surtout en cette période où nous avons besoin d’une cohésion nationale plus forte.Une tribune comme celle-ci où nous parlons vous et moi internautes à visage couvert n’est pas très indiquée pour parler des sujets aussi sensibles. M. SANOU sans critiquer aux fonds votre écrit, je souhaiterai que vous utilisiez des canaux mieux appropriés. Bonne suite dans nos échanges dépassionnés.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 19:51, par Cenestpaslemoment. En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    je trouve la revendication fondée pour ce qui est de la composition du gouvernement et le choix des décideurs. L’impression qui se dégage est que les paramètres géopolitiques ne sont pas suffisamment pris en compte. La monté du communautarisme s’est accrue avec le pouvoir MPP. Mes amis Bissas vous le diront. Se sentir mieux à l’étranger que dans son propre pays est dangereux pour un pays qui aspire à de meilleurs lendemains. Aussi se les coutumiers se mêlent de plus en plus aux politiques depuis un certain temps. Vivement une rectification au plus.
    Pour la question de l’ouest, tant que leurs ressortissants se contenteront du second rôle, SVP ne venaient plus pleurer sur les médias. Le monde appartient à ceux qui s’engagent et vous devez le comprendre./ Votre débat sur les Koglweogo est malsain.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 20:48, par Noogo En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Demain les gens du Nord, après demain ceux de l’Est, du Centre Est et le Burkina sera foutu. Je pense que les médias doivent faire attention à ne pas diffuser des propos regionalistes et ethnocentristes qui ne disent pas leurs noms. Il y a quelle usine à Dori, Kaya, Kongoussi, Ouahigouya, Djibo, Fada, Tenkodogo, etc.? Si vous voulez parler de la concentration des usines à Ouaga, c’est bien fondé mais de là à prétendre créer une region appelée grand-ouest qui serait victime, c’est semer les graines de la division.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 22:07, par lewang En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Quand les gens sont manipulés c’est grave. Ils sont prêts à tout pour se faire entendre. Est ce que c’esg RMCK qui installe les kogleweogos ? Y’a quel decret qui les installe

    chez vous ! Ne provoquez pas les gens

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 22:09, par A BE FOo En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Mr SANOU a tout dit comme nous meme on faire rien pour nous meme si non on pas besoin d derange ROCH.on cree parti de LOUEST

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 23:02, par la vérité En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    A quand l’indépendance du grand OUEST ???
    la géo politisation finira par faire de ma patrie un enfer !
    vive l’indépendance. << Certains mangent d’autres regardent, ainsi naissent les révolutions>>

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 23:38, par TRAORE En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Revendications politiques et n’importe quoi. Monsieur Sanou, je vous conseille de peser vos mots. Tout être humain qui se dit responsable doit savoir comment s’adresser à son supérieur, et non pas de cette manière de dicter vos lois. Je suis de l’Ouest et serai très fière de voir si possible un jour, l’implantation de l’usine à Bobo, mais agir comme vous, Mamadou Sanou, c’est être irresponsable et régionaliste. Monsieur Sanou, à propos des Koglweogo, vous dites que : le ministre en charge de l’Administration, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure disait en 2016, à savoir que « chaque région a ses spécificités et ce n’est pas à l’Etat de créer des Dozos ou des Koglweogo ».Alors pourquoi revenir sur ce sujet encore comme si le gouvernement a autorisé l’installation desdits Koglweogo à l’Ouest ? Parlant de l’écartement des cadres de l’Ouest, de l’implantation de l’usine à Bobo, n’ayez pas un esprit régionaliste. Que l’usine soit installée à Bobo ou dans l’une des autres Régions, tant mieux, c’est le Burkina Faso. Ne contaminez pas les ressortissants de l’Ouest avec des propos démesurés. Vous êtes le porte-parole de vous-même et non des ressortissants. Les fils et filles du Burkina Faso sont toujours unis pour la même cause : "développement du pays". Le régionalisme est un virus qu’il faut éliminer pendant qu’il est temps. Vive le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 07:32, par léré yo En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Qu’on le veuille ou pas, y a une part de vérité dans son analyse. kououououowiiiiiiiiiiiiiiiiii ka ma soma wo.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 08:19, par Cenestpaslemoment. En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    je trouve la revendication fondée pour ce qui est de la composition du gouvernement et le choix des décideurs. L’impression qui se dégage est que les paramètres géopolitiques ne sont pas suffisamment pris en compte. La monté du communautarisme s’est accrue avec le pouvoir MPP. Mes amis Bissas vous le diront. Se sentir mieux à l’étranger que dans son propre pays est dangereux pour un pays qui aspire à de meilleurs lendemains. Aussi les coutumiers se mêlent de plus en plus aux politiques depuis un certain temps. Vivement une rectification au plus.
    Pour la question de l’ouest, tant que leurs ressortissants se contenteront du second rôle, SVP ne venaient plus pleurer sur les médias. Le monde appartient à ceux qui s’engagent et vous devez le comprendre./ Votre débat sur les Koglweogo est malsain.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 09:48, par Goulgoulé En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Merci internaute 29 "Pigeon vert" pour ce bref descriptif historique, que la plupart des troll refusent de voir. Faudra même plus répondre à tous ces troll qui s’en prenne à Mr Sanou au sujet de l’implication du gouvernement dans la prolifération des Koglwéogo. Les faits parlent plus que ces indignations sélectives et partisanes.

    De toute façon, l’incapacité des dirigeants à rétablir la vérité et la justice pour amorcer la reconstruction de la nation, poussera forcement les populations du grand ouest vers un referendum pour prendre en charge sa propres destinée, conformement à la charte des Dosso, précurseur de la charte universelle des droits de l’homme.

    Pourquoi dois je confier mon destin et celle de mes descendants entre les mains d’un groupuscule de personne incapable de rétablir la justice, pendant que l’assassin de mon enfant ou de mon frère continue à déambuler tranquillement sous mon nez.
    A une loi, une justice, ou un gouvernement injuste, nul n’est tenu d’obéir.
    C’est justement ce sentiment qui se renforce, chaque fois que les populations de l’ouest se retrouvent face à des dérives.

    En espérant que ce message ne soit pas censuré, je ne fais que dépeindre une réalité que la plupart des contradicteurs refusent de voir, dans cette politique de l’autruche.

    Répondre à ce message

    • Le 20 mars à 13:59, par Un sambiiga de Lafiabougou En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Je suis mort de rire ! Que tu le veuilles ou non, toi et tes descendants seront toujours burkinabé. Réveille toi, mon frere mossiphobe ! Tu sembles ignorer la configuration sociologique et ethnographique actuelle de l’Ouest. Regarde bien la configuration de la population et tu comprendras que ce que tu souhaites est impossible.Du reste, profite bien du forum pour
      te défouler et donner lieu à la manifestation de tes pulsions que tu n’oses pas avouer au grand jour, si ce n’est dans un forum qui garantit l’anonymat. Un jour, je me suis marré en lisant un de tes postes où tu pretendais qu’un mossi avait volé à Bobo Dioulasso une parcelle appartenant à ta vaillante mère, alors j’avais tout compris.
      Un conseil d’ami, apaises-toi un peu et departis toi d’une haine pour des gens avec lesquels, toi et ta descendance sont condamnés de vivre toute l’ éternité. C’est juste un conseil, sinon tu peux peux encore detester davantage ces gens mais hélas pour toi, tu souffriras toujours de les voir de plus en plus nombreux autour de toi et même dans ton village.
      A toutes celles et ceux qui s’ inquiètent en entendant de tels propos divisionnistes, soyez rassurés, le Burkina est indivisible. Ce qu’on entend aujourd’hui, on n’en a entendu plus, hier.
      Pour finir, je dirais que le seul point de l’intervention de Sanou qui me convainc est l’implantation de l’usine de textile a Ouagadougou, personnellement je n’y comprends rien.
      A M Sanou, la prochaine fois, declinez davantage votre identité : tel que vous vous l’avez fait, c’est tout comme de l’anonymat.

      Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 09:49, par Pat En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Une seule question M. SANOU : Quelle instance ou laquelle de vos qualités vous donnent mandat de parler au nom des "ressortissants de l’Ouest" ?
    Quand vous aurez répondu à cette question, je pourrai vous revenir avec mon commentaire.
    Merci et bonne journée !

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 10:18, par Al Amine En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Merci à monsieur SANOU de dire haut ce que les gens pensent bas. Les faits sont visibles, c’est aux pouvoirs de corriger dès à présent si non tôt ou tard ces problèmes vont surgir.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 10:21, par le choco En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Ce Mr M SANOU doit être mis aux arrêt . Le Problème de l’Ouest du Burkina est plus profonds que ça.Cette zone n’a jamais constitué un vrai ensemble ethnique. c’est juste un lieu ou des populations se sont installées et ne se sont jamais intégrées comme il le fallait. Si bien qu’il vous suffit de parcourir 5 km pour voir deux types de population qui semblent cohabiter mais qui se regardent en chien de faillance ( exple Senoufo et Bolon) ne parle même pas les même langues en dehors du Dioula ( goin, turka, toussians , Samogo etc ) des cas de ce genre il y en a une flopée dans cette zone et plus qu’ailleurs. Les population de l’ouest n’ont jamais été capable de construire un ensemble vrai ou les uns et les autres s’y reconnaitraient (exple Bobo et Bwaba si proche mais bien différent, Dioulas et Bobo cohabitent mais ne seront jamais frère ). je ne vous parle même pas de ce hiatus entre les populations du sud ouest et celles des Cascades, des hauts bassins ou de la boucle du mouhoun. Contrairement aux populations de l’Ouest, celle des autres ont su se hissé à l’étape de véritable groupe, ou le syncrétisme socio-culturel et linguistique est en marche depuis plusieurs générations. Il faudrait reconnaitre qu’en matière de cohésion sociale la zone de l’ouest est à la traine par rapport aux autres et ne semble pas trouver ses repères. Il faut d’abord construire une vrai cohésion entre les fils de l’ouest et les problèmes seront résolus. Entre nous dites moi pourquoi les bobolais ont mis le feu à la mairie centrale. Cette initiative visait quelle objectif constructif ? Une tentative de reponse à cette question vous permettra de comprendre pourquoi votre région peut inquiéter un investisseur étranger.

    Répondre à ce message

    • Le 20 mars à 13:17, par SUIS DECU En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Décidément,c’est dans quel pays les populations d’une zone donnée doivent forcement parler la mème langue pour pourvoir une mème vision quant au développement de leur zone ? Et quand,l’assemblé nationale est brulée,les lieux stratégiques partis en fumé à ouaga et ses environnants,cela n’inquiète t-il pas les investisseurs ?
      Ce investisseur pour l’usine de coton est vraiment à saluer ! Dans ce climat d’insécurité hostile de plus en plus aux affaires,il vaut mieux jouer bal à terre et orienter le peu de ressource qui nous reste vers des zones de calme apparent.

      Répondre à ce message

    • Le 20 mars à 13:29, par Mogo En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Il faut venir le mettre aux arrêts. Tu as déjà mis quelqu’un aux arrêts ? Tcchhhhuuuurrrr. Il a au moins le mérite et le courage de dire tout haut ce que tout le monde voit et se tait. Tout le monde sait aujourd’hui que l’Etat existe de nom. Fait un accident à Ouaga en vehicule et arrêtes toi voir... Il y a trop de signes qui ne trompent pas. Voilez vous la face et le réveil sera douloureux. C’est quelle gouvernance à vue comme ça ? Et vous, les petits intellos vous accompagnez cela. Après c’est pour dire que ça devrait arriver. Au lieu d’attendre ce jour il faut tirer maintenant sur la sonnette d’alarme, comme l’a fait M. Sanou

      Répondre à ce message

    • Le 20 mars à 19:42, par Amin dada En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Salut. Dans votre analyse vous parlez de la mairie qui a été incendiée. Mais vous avez oublié l’assemblée nationale et la TNB à ouagadougou. C’était juste un complément pour vous demander d’être objectif si vous voulez argumenter. Amicalement

      Répondre à ce message

      • Le 21 mars à 15:37, par le choco En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

        L’assemblé nationale a brulé parce que des gens mal intentionnés voulait y faire voter une loi impopulaire qui visait le maintien d’un homme au pouvoir pour de longue années encore. En y mettant le feu, ce projet par la même occasion ne pouvait plus se faire à l’improvise, puisqu’il faut que la vote soit fait à l’assemblée et non ailleurs. La RTB à pendant longtemps été la télé à la solde du gouvernement et non au service réel des Burkinabés il était question d’empêché le président COMPAORE de poursuivre sa propagande justifiant sont choix de se maintenir aux pouvoir. A plusieurs reprises et grâce à cette télé il a su calmer des crises en sa faveur. Le choix d’y mettre le feu était donc parfaitement justifié, mieux il était réfléchi et ne semblait pas du tous relever de l’improvisation d’une foule déchainée mais pourrait émaner du même plan qui à suscité et conduit l’insurrection du peuple. Du reste la RTB n’a pas été totalement détruite. Néanmoins je reste sur ma soif pourquoi on a mis le feu à la mairie à Bobo ? Quel était l’objectif recherché ? Était ce réellement réfléchi ?

        Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 10:24, par Some En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Quand on parle de l’Ouest du Burkina on fait allusion aux region de la boucle de Mouhoun, des cascades, du Sud-Ouest et des Hauts-Bassins. Si tel est le cas, qui a mandaté Monsieur SANOU à parler au nom de toute cette entité ? L’Ouest du Burkina se limite à Bobo Dioulasso ? Évitons de prendre notre frustrations personnelles pour celles de toute une communauté.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 10:48, par pataamleukré En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Selon moi :
    Les représentants légitimes des populations des régions du Burkina sont à l’Assemblée Nationale.
    Koglewéogo étant une association devrait pouvoir s’installer sur le territoire nationale ,là où il y a au moins deux adhérents et c’est pareil Dozo et autres.
    L’appartenance régionale n’est pas un critère pour la nomination d’une personne au sein d’un gouvernement,"léquilibre régionale" a été inventé par le colonisateur juste pour l’afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 11:03, par Vro yaga-yaga En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Ceux qui tirent à boulet rouge sur M.SANOU ne connaissent pas les réalités de l’Ouest,une contrée longtemps dans les oubliettes,une partie du pays abandonnée à laquelle on ne se rappelle qu’a la veille des élections,seules quelques ONG tentent tant bien que mal d’accompagner les population à combattre la misère qui les les hante.L’État est aux abonnés absents.Toutes les usines sont fermées,les privés faute d’activités ont rejoint la capitale,ainsi les jeunes contraints au chômage sont taxés de "buveurs de thé"
    Des chefs lieux de provinces comme Batié et Solenzo sont sans électricité ni route.Des villes comme Diébougou passe souvent deux semaines sans qu’on ne recueille une goutte d’eau des robinets de l’ONEA pourtant la localité est traversé par l’un des plus important fleuve du pays (Bougouriba).
    Dans le Houet,le Sourou,le Kénédougou ... les productions des paysans (tomates,oignons,mangues,oranges ...) pourissent faute d’initiatives véritables de la part de l’Etat pour faciliter soit leur écoulement ou leur conservation.
    Les services déconcentrés de l’Etat de Banfora,Orodara,Nouna,Solenzo,Bobo,Dédougou,Toma,Tougan,Houndé,Diébougou,Gaoua,Batié,Boromo ... fonctionnent au ralenti faute de moyens matériels et financiers,la majorité des véhicules sont en panne,le WIFI est indisponible,le matériel informatique est presqu’inexistants,les consommable (papier,bics...) sont insuffisants. Alors que les fonds rouges de Ouaga quittent chaque jours pour des missions en province soient pour 5 jours,10 jours,14 jours ... au bons soins du contribuable.
    Bref le Chapitre est long,les frustrations sont énormes et à tous les niveaux,je crois qu’indépendance c’est vraiment trop dire mais il faut que l’État repense sa gestion de sa partie Ouest du Burkina tous les Burkinabè doivent bénéficier des retombées du développement car ils sont tous égaux comme le stipule la Constitution.

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 16:11, par le choco En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Ce que vous citer comme problème vous penser qu’il n’y a que dans l’Ouest que ça existe .Il en existe aussi ailleurs,puisqu’on est à l’heur des "grands" rassemblement allez aussi dans le "Grand" Nord, le "Grand" Est ou le "Grand" Sud et même le "grand" centre, vous verrez les même réalités vécues dans votre soit disant "Grand" far west. Vous pensez que quoi je vous le rappel vous êtes des citoyens flemmards, pourris et pleurnichard d’un pays démuni aux ressources financières limitées qui peinent à boucler ses fins de mois et qui malgré tout avance, même à pas de tortues, mais il avance.. Vous voulez tout, tout de suite et maintenant. Voila votre problème. Ce Mr sanou aurait été bien inspiré de prendre son bâton de pèlerin, de se bouger le cul et d’aller chercher d’autres investisseurs pour venir les mettre ou il le veut et non passer le temps à nous pomper l’air avec ses discours qui cache mal son esprit régionaliste et son désir malsain. Lui qui aime l’ouest qui prétends parler au nom de ces peuples qu’a t il fait pour cette région, combien d’emploi à t il déjà crée. Lui qui en sait trop, sait il au moins les raisons de cet investisseur par rapport à son choix..ce Mr s’il avait été animé d’une bonne intention se serait rapproché des autorités pour en comprendre les tenants et les aboutissants et en profité pour leurs faire part de sa contribution, si tant est qu’il se voulait honnête.Il ne me semble pas qu’une telle démarche ait été mener. Au lieu de cela on s’aventure dans des sorties médiatique hasardeuses sur des sujets aussi sensibles et mal maitrisé par lui. je dis qu’il faut l’arrêter parce qu’il faut qu’il nous dise qui sont ces population qu’il dit représenter. Ensuite c’est quoi le grand Ouest. ça va d’où à où et quel est l’initiateur d’un tel découpage du territoire. Vous avez vos raison de le soutenir et moi j’ai les miennes de dire qu’il faut l’arrêter et vite.

      Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 11:32, par Andre ZONGO En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Lorsque vous commencez à voir des comportement de ce genre dans un pays, le mieux est de réfléchir profondément pour les décisions à venir. Lui, il a eu le courage de dire ce qu’il pense. Sûrement d’autres pensent pareil mais n’ont pas le courage de le dire. Ne jetons pas l’huile sur le feu, réfléchissons et agissons avec sagesse. Faisons seulement attention à tout ce que nous faisons.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 11:34, par Tatiana En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    A cette allure, les populations de Ouahigouya, Gourgy, Titao, Yako, Kaya, Kongoussi, Boulsa, Dori, Gorm-Gorm, Djibo, Sebba, etc vont aussi créer le "grand Nord" et commencer à revendiquer parce qu’il y a des provinces parmi elles qui n’ont pratiquement pas d’infrastructures.
    Monsieur Sanou, ce que vous dites est peut-être vrai. Mais la situation actuelle du pays fait qu’on a tendance à croire que vous êtes en train de développer l’esprit de rébelion chez les populations que vous faites semblant de défendre. Croyez vous que cette sortie que vous avez faite va effectivement résoudre le problème ? Je crois que non. N’y a t-il pas de voies plus indiquées pour des questions aussi sensibles ?
    Bref, il y a un adage qui dit que’’ quand la pluie vous bat, il faut éviter de vous battre encore’’.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 11:54, par Some En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Quand on parle de l’Ouest du Burkina on fait allusion aux region de la boucle de Mouhoun, des cascades, du Sud-Ouest et des Hauts-Bassins. Si tel est le cas, qui a mandaté Monsieur SANOU à parler au nom de toute cette entité ? L’Ouest du Burkina se limite à Bobo Dioulasso ? Évitons de prendre notre frustrations personnelles pour celles de toute une communauté.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 11:59, par un citoyen indigné En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Justement un adage du grand ouest du Burkina dit ceci : "ce n’est pas des maux de ventre, mais des maux d’yeux", donc visibles à celui qui veut voir ! L’honnêteté intellectuelle veut que quand un fait est observable par tous, que certains n’essaient pas d’endormir les autres. Voyez vous, c’est une insulte à des peuples de vouloir organiser leurs terroirs à leurs places (cas des koglwéogos). Comment ont-ils pu vivre depuis la création de ces villages de l’ouest Burkina sans ces koglwéogos ? A mon avis la composition du gouvernement Kaba III est purement électoraliste. Il appartient alors aux populations du grand ouest de montrer à ce gouvernement Kaba III, à travers les urnes, qu’elles comptent, en votant pour d’autres partis (sauf peut être le CDP) en dehors de cette majorité au pouvoir !
    Depuis qu’on a découvert du pétrole dans les Cascades, ce même gouvernement s’excite pour sortir des textes règlementaires. La réfection de certaines voies goudronnées de Bobo-Dioulasso datant parfois d’avant les indépendances va dans le sens de flatter ces populations de l’Ouest. Ce pétrole ne peut être déplacé ni à Ouagadougou, ni à Ouahigouya. L’agitation des kogléwéogo n’est pas de mon avis tombée du ciel, c’est organiser pour contrôler le terrain avant toute mise en exploitation de ces gisements de pétrole. Des affrontements entre allogènes et autochtones ne sont pas à exclure, surtout dans les Cascades où, les populations refusent de brader leurs terres aux mossis même à prix d’or ! Pas oiseau de mauvaise augure ! Qui vivra, verra !

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 12:39, par Juste En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Le grand ouest qui regroupe la Boucle de Mouhoun, les Cascades, les Hauts Bassins, le Sud Ouest et une grande partie du Centre Ouest compte 10 ministres sur 33 dans le Gouvernement actuel. Faites un peu le calcul, si les autres régions doivent faire le mêmes revendications, est ce qu’on pourra s’en sortir ? J’ai un profond respect pour la région de l’ouest qui m’a vu naître et grandir mais je pense que certains intellectuels de cette région jouent un double jeu qui va être très dangereux pour le pays tout entier. Quand ça les arrange, ils sont silencieux et quand leurs intérêts sont en jeu ils repartent pour tenter de monter les pauvres parents qui n’aspirent qu’à la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 12:51, par Bantchandi En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Je peux comprendre la frustration des populations de l’ouest. Vous savez lorsque la gouvernance s’apparente au régionalisme et à l’ethnicisme, le vivre ensemble est fortement ébranlé. Je m’en vais vous donner des cas concrets, à vous de juger.
    La région de l’est compte cinq provinces (La Kompienga, la Tapoa, la Komandjari, la Gnagna et le Gourma), l’autorité a décidé d’implanter les sapeurs pompiers à Koupéla situer à 80 km de Fada, à 205 km du poste frontalier de Nadiagou -Tindangou, à 350 km de Diapaga qui toutes ont des usines d’égrenage de la socoma. C’est quelle incendie qui attend que les sapeurs pompiers quittent Koupéla pour venir l’éteindre ?
    La Chambre de commerce a été implanté à Koupéla, obligeant les entreprises à s’y installer. Comment concevez-vous que la direction régional de l’est desdites entreprises se trouvent à Koupéla (région du centre-est), alors que la région de l’est existe ? Pour exemple l’opérateur mobile Orange, la lonab. malgré l’existence de la chambre de commerce antenne régionale de l’est maintenant.
    la construction d’une usine de fabrique de fertilisants à Koupéla pendant que la matière première se trouvent à Kochtiari dans la Tapoa à près de 400km, il faut traverser Fada pour atteindre, aucune des cinq provinces du Gulmu ne s’est trouvée digne de recevoir l’usine.
    L’hôpital de Tenkodogo devait être construit à Fada, mais il a fallu l’ingéniosité de Alain Bedouna Yoda pour le détourner pour sa province alors ministre de la santé. Alain Bedouna et Salif Kaboré sont les artisans de la mise à mort de la région de l’est. Bien sûr avec le silence coupable des fils de l’est, qui du sable imbibé de dolo.
    Fada a été toujours et pendant longtemps le centre de composition du baccalauréat pour les élève de Tenkodogo de Koupéla de la Gnagna de la Kompienga et de la Tapoa.
    Sur les pancartes routières la tendance était d’effacer Fada, on indique Koupéla et puis le Niger, ça veut ce que ça veut dire.

    Répondre à ce message

    • Le 20 mars à 18:50, par guiawab En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Mon frère, ne confond pas les choses,ne soit pas aussi aigri, tu sais que nous ne pouvons pas nous comparer à koupela, pouytenga, tenko..., en matière de commerce sinon des affaires. Tu sais que ce n’est pas l’état qui envoie l’argent la bas ; C’est leur fils qui se battent. Tu as constaté que toutes les banques privées sont installée prioritairement à Koupela depuis la nuit des temps ; Pourquoi tu veux que CCI.BF aille se loger à Tammarbougou ou le boutiquier te dit que si tu ne veux pas payer il faut partir. Regarde bien le commerce à l’est c’est détenu très souvent par les mêmes personnes de koupela/Pouytenga.Tout ne peut pas venir de l’état. Battons nous d’abord et le développement s’invitera seule comme nos esclave de Ouahigouya qui se battent malgré les difficultés liés à la nature.C’est parce qu’on cultive le coton que SOCOMA est à l’est ! Pour les sapeurs pompiers, je sais qu’il te suffit d’un petit d’effort pour comprendre pourquoi à Koupela ou Boromo. Vivement des entreprises ou boutiques " Sanou et frères" ,"Tombiano et fils" etc...Pour le cas de Bobo je m’interdit de débattre parce que je ne sais ou commence le petit Ouest et ou se termine les grand Ouest. Tantôt les gourounsis ,les samo,les dagaras sont des mandings et souvent c’est les Bobo même qui sont rejeté par ceux qu’on appelle Dioula. Le débat aurait été intéressant si ce n’était pas sous l’angle de l’ethnicisme.

      Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 13:23, par Balladin En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Dans cette histoire de l’implantation d’une usine textile au Burkina, les atouts de Bobo sont indéniables : proximité de la matière première (zone cotonnière) ; existence d’usines d’égrenage du coton et de filature ; infrastructures de transport correctes : aéroport, voie ferrée, routes ; proximité du port d’Abidjan pour évacuer les produits de l’usine ; potentiel économique énorme avec le futur barrage hydroélectrique de Samandeni ; main d’œuvre abondante ; contributions à la politique d’aménagement du territoire (Bobo peut devenir la métropole d’équilibre) . S’il s’agissait d’une brasserie, Ouagadougou serait un choix judicieux : populations nombreuses et adorant fêter. Pour le reste, évitons de fracturer un peu plus notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 14:12, par kana En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Totalement d’accord avec Mr Traoré je pense qu’on doit être uni. Que tu soit dans la région de l’Ouest ou pas nous sommes tous burkinabè et je pense que l’intérêt commun devrait être le développement du Burkina et non le développement de ma région.Unissons nos forces pour bâtir notre cher pays et non pas le diviser.Que l’amour de Dieu domine sur nous tous pour que nous puissions bâtir ensemble notre pays dans la fraternité.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 15:25, par Burkinabè En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Vous voulez alors que tout le gouvernement soit de l’Ouest
    Sinon que voici :
    Bobo Dioulassa :
    1°) Nestor Bassiere ministre de l’Environnement
    2°) Rémy Fulgence ministre de la communication
    3°) Hadja Fatimata Sanou/Ouattara ministre de l’Economie numérique
    4°) Stéphane Sanou Sg du Gouvernement rang de ministre

    Boucle du Mouhoun :
    1°) Stanilas Ouaro ministre de MENA
    2°) Paul kaba Thieba Premier ministre
    3°) Soumano Koutou ministre de l’Elevage
    4°) Dieudonné Bonanet de l’Habitat
    Je me limite de ces deux régions pour l’instant.

    C’est quoi votre projet oubien vous voulez que tout le gouvernement soit de chez vous.

    Que tout vienne de chez vous ? Cher ami, ne soyez pas si regionaliste

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 15:53, par Le Faso d’abord En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Oh ! Nooon. Surtout pas ça dans mon Faso. Faisons attention aux politiciens. Ce sont des opportunistes qui saisissent toute occasion pour atteindre leurs objectifs parfois mal saints. Ces suspicions ont toujours existé mais nous vivons dans la cohésion sociale. Seule la problématique sur l’installation de l’usine à Ouaga semble fondée. Concernant les Koglweogo, ils ne font non plus pas l’unanimité dans les zones où ils sont implantés. Et vous connaissez également la position du gouvernement sur leur installation à l’ouest. Alors, pourquoi ré évoquer le sujet. Quant à la composition du gouvernement, votre point de vue est très maladroit. Tout les quatre points cardinaux du Burkina Faso sont représentés dans ce gouvernement. Si vous pensez aux proportions base région : cela n’est pas fondé, base ethnie : votre analyse est limitée. Dans tous les cas, cela n’est pas important dans un pays qui aspire au développement. M. Sanou vos propos sont incendiaires et suscite la haine contre les ressortissants du centre. Votre approche n’est pas du tout bonne.D’ailleurs, vous parlez au nom de quelle population de l’ouest et avec quel mandat ? Je m’en démarque totalement. Vous parlez à votre propre nom pour vos intentions inavoués et ça n’engage que vous.VIVE LE BURKINA FASO QUI PROSPÈRE DANS L’HARMONIE ET LA COHÉSION SOCIALE.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 16:38, par ouedraogo cyprien En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Monsieur SANOU, mon avis est que pour l’implantation de l’usine, vos arguments sont valables mais pour les deux autres points, il faut revoir votre copie.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 16:49, par Medécin En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Disons nous la vérité ,sous le régime de Blaise Compaoré ,il y avait certes des pratiques et des comportements à relents régionalistes ,sinon tribalistes ,mais les choses se faisaient avec beaucoup de subtilité. Effectivement le ministre de la santé qui s’est beaucoup illustré par ces pratiques régionalistes et tribalistes était bien ALAIN B YODA à travers les nominations des directeurs généraux des hôpitaux et autres responsables du ministère ,la distribution des ambulances, les projets de réalisation des infrastructures de santé. Malheureusement ,sous le régime de ROCK KABORE, alors que l’on croyait que certaines mauvaises pratiques d’antan allaient disparaître ,c’est bien le contraire qui est constaté .En effet , les deux ministres de la santé qui se sont succédé à savoir Smaila et Meda se sont ostentatoirement illustrés avec les mêmes pratiques et comportements de favoritisme, et de népotisme sur fond de régionalisme et de parentalisme .Toutes choses qui plombent aujourd’hui le bon fonctionnement du ministère de la santé . Certainement qu’il existe les mêmes pratiques dans tous les ministères ,mais bon, chacun ne parle que de ce qu’il connaît .

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 17:02, par Faso sinignasigi ! En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    ... Oui, mais il faut sérieusement qu’on évite de se laisser instrumentaliser par les hommes politiques ! Tout ce que les uns et les autres disent peut être vrai, mais je pense franchement et sincèrement que la période n’est pas indiquée pour poser certains problèmes, étaler certaines frustrations sur la place publique ! Cela contribue à nous fragiliser davantage au moment où nous faisons face à la furie des terroristes sur notre pays tout entier (du nord au sud, de l’est à l’ouest). Soyons solidaires ; lorsque nous aurons ’fini’ avec nos ennemis communs, nous aurons l’opportunité de trouver des solutions à nos problèmes communs. Le Burkina Faso n’appartient à aucune entité à elle seule, mais à tous les Burkinabè ! Travaillons à assumer notre devoir patriotique, comme ont su le faire vaillamment nos prédécesseurs : œuvrer pour un Burkina encore plus uni, plus solidaire, plus paisible ! Paix et amour pour le Burkina !
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 17:30, par revolté En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    regardez moi ce pyromane. tu devrais signer

    Ouagadougou le 19 mars 2018
    Pour les ressortissants de l’Ouest du Burkina Faso,
    Mamadou SANOU
    Chevalier du Mérite du désordre

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars à 19:13, par Kamissogo Ladji En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Sanou vous a choqué non. Allez vous faire cuire un œuf.Vous avez peur qu’on vous laisse dans la faim. Reconnaissez. Le mil il n’ y a pas assez.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 02:16, par sogotele En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Bravo Mr. Sanou ! Rien qu’à lire les commentaires, on voit que le sujet est d’intérêt. Les analyses, les commentaires, les appréciations je m’en passe pour dire que j’ai l’impression que les Burkinabè ne suivent pas trop l’actualité du pays. Le "Réel" du Burkinabè échappe à beaucoup. Je suis partisan de l’unité, de la cohésion. Mais tout cela devrait se faire dans la discipline, dans le respect de l’autre, dans la tolérance. Travailons tous à cultiver cela.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 12:25, par nomon En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Merci infiniment M.SANOU vous avez touché du fond l’injustice que nos dirigeants actuels font subir au grand ouest. Il est temps que nous, ressortissants du grand-ouest qu’on prenne notre destin en main. Il faut que nous mêmes arrêtons de militer chaque fois dans des partis politiques des autres puisqu’après leur élection ils s’enfichent de nous. Nous devons nous-mêmes créer nos propres partis politiques et mains dans la mains nous pourrons faire émerger ce grand-ouest.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 16:25, par le choco En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Ce Mr Sanou dit tout haut la betisse qui gangrene bon nombre d’état Africain et qui y crée le désordres. C’est à croire que les nègres sont incapable de s’unir et se hisser au stade d’état nation. Le discour récurent est celui de "je veux pour moi et les miens". Avec ça on ose parler des États unis d’Afrique. Vous coyer que ceux que nous regardons avec envie se sont construits dans la désunion. Ce que vous citer comme problème vous penser qu’il n’y a que dans l’Ouest que ça existe .Il en existe aussi ailleurs,puisqu’on est à l’heur des "grands" rassemblement allez aussi dans le "Grand" Nord, le "Grand" Est ou le "Grand" Sud et même le "grand" centre, vous verrez les mêmes réalités vécues dans votre soit disant "Grand" far west. Vous pensez que quoi je vous le rappel vous êtes des citoyens flemmards, pourris et pleurnichard d’un pays démuni, aux ressources financières limitées qui peinent à boucler ses fins de mois et qui malgré tout avance, même à pas de tortues, mais il avance.. Vous voulez tout, tout de suite et maintenant. Voila votre problème. Ce Mr sanou aurait été bien inspiré de prendre son bâton de pèlerin, de se bouger le cul et d’aller chercher d’autres investisseurs pour venir les mettre ou il le veut et non passer le temps à nous pomper l’air avec ses discours qui cache mal son esprit régionaliste et son désir malsain. Lui qui aime l’ouest qui prétends parler au nom de ces peuples qu’a t il fait pour cette région, combien d’emploi à t il déjà crée. Lui qui en sait trop, sait il au moins les raisons de cet investisseur par rapport à son choix..ce Mr s’il avait été animé d’une bonne intention se serait rapproché des autorités pour en comprendre les tenants et les aboutissants et en profité pour leurs faire part de sa contribution, si tant est qu’il se voulait honnête.Il ne me semble pas qu’une telle démarche ait été mener. Au lieu de cela on s’aventure dans des sorties médiatique hasardeuses sur des sujets aussi sensibles et mal maitrisé par lui. je dis qu’il faut l’arrêter parce qu’il faut qu’il nous dise qui sont ces populations du grand far ouest qu’il dit représenter et qui l’on mandater. Il faut qu’il nous présente ce mandat d’une frange représentative de la population du far ouest. Ensuite c’est quoi le grand Ouest. ça va d’où à où et quel est l’initiateur d’un tel découpage du territoire. Vous avez vos raison de le soutenir et moi j’ai les miennes de dire qu’il faut l’arrêter et vite. J’interpelle le ministre de la securité et celui de l’administration de prendre leur responsabilité dès à présent.CE TYPE DOIT ÊTRE ARRÊTÉ ET TRAITER POUR L’EXEMPLE.

    Répondre à ce message

    • Le 23 mars à 11:52, par leprecheur En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

      Soyez un peu courtois. Vous savez M.SANOU a donné son point de vue face à un problème et c’est un devoir pour nous tous pour qu’il y est changement positif parce que le BF nous appartient à tous. Pour que cette patrie qui nous est chère puisse se développer, il faut l’union de nous tous filles et fils.nous devons également critiquer les défaillances, les erreurs qui pourraient être commis par nos dirigeants actuels pour qu’ils mettent l’accent sur toutes les régions du pays et non concentrer les investissements à un seul niveau.

      Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 16:14, par le choco En réponse à : Gouvernance au Faso : Des populations de l’Ouest pas satisfaites de leur sort

    Énonce du Sujet : Parlant des nominations au poste de ministre, démontrez chiffre à l’appui que Monsieur M SANOU est moins intelligent qu’un élève du primaire.
    A moins de nous dire qui est ressortissants de l’Ouest du Burkina Faso, nous pouvons aisément penser que ceux ci-dessous cités le sont :
    SEM M. Paul Kaba THIEBA
    Mme Hadizatou Rosine Coulibaly née SORY
    M. NICOLAS MÉDA
    Mme Yvette DEMBELE
    M. BATIO BASSIERE
    M. Remis Fulgance Dandjinou
    Mme HADJA Fatoumata Ouattara née Sanon
    Maurice M. Dieudonné BONANET
    M. Sommanogo KOUTOU
    Si je ne me trompe, ils sont neufs (9) sur trente-trois (33) ministres. Soit 27% des ministres du gouvernement. A titre de comparaison il faut aussi voir ailleurs
    Pour la région du sahel et toute la zone du NORD, on peut avoir à peu près deux (2)
    M. ALPHA BARRY
    M. ALKASSOUM MAÏGA soit 0.06% des ministres du gouvernement
    La même comparaison avec la région de l’Est on ne retrouve que
    M. Oumarou IDANI seul. Soit 0,03%. je vous laisse lire le reste :
    CENTRE EST
    M. ABDOUL KARIM SANGO
    Mme Pauline ZOURE
    M. Alfred GOUBA
    CENTRE OUEST
    M. Bessolé RENE BAGORO
    CENTRE SUD
    M. STANISLAS OUARO
    M. Daouda AZOUPIOU
    Ensuite là, je regroupe tous les mossis du gouvernement sans distinction de région d’origine bien sûr :
    M. SIMON COMPAORÉ
    M. CLEMENT P SAWADOGO
    M. JEAN CLAUDE BOUDA
    M. SIMÉON SAWADOGO
    M. Seyni Ouédraogo
    M. PAUL ROBERT TIENDREBEOGO
    M. Jacob Ouédraogo
    M. Niougou Ambroise Ouédraogo
    M. ERIC BOUGOUMA
    M. BECHIR ISMAEL OUÉDRAOGO
    M. VINCENT DABILGOU
    M. HAROUNA KABORÉ
    M. SMAILA OUÉDRAOGO
    Ils sont treize (13) au total soit 39 % des ministres du gouvernement.
    S’il y a une région qui, épousant la pensée malsaine de M Sanou aurait pu bien se plaindre c’est le "grand Nord ». Le « grand Sud » et même le "grand Est" à y voir même de très près sont aussi mal lotis. Si nous raisonnons sur la base purement de la région, aucune région du Burkina en dehors du "grand centre" ne peut se targuer d’avoir le même nombre de ressortissant au gouvernement. A moins que votre raisonnement ne se base que sur l’ethnie. Sous cet angle également, tout esprit de régionalisme écarté vous avez 39% de ministre Mossi, comparer ces chiffres aux proportions ethniques. Je vous prends le seul cas de l’ethnie Mossi soit plus de 40% de la population. M. SANOU et consort, n’y voyez-vous PAS une certaine proximité (39 et 40) ? Il y a bien un certain équilibre. A moins que votre myopie intellectuelle, certainement dû à votre cognition bancale, vous en empêche la bonne lecture. Le pire, c’est de vouloir ériger le régionalisme et l’ethnocentrisme en politique de gouvernance dans notre pays au détriment de la compétence. Pendant qu’on y est, pourquoi n’exigerait-il pas le régionalisme et le recrutement sur la base ethnique dans notre fonction publique et dans l’armée. Je le répète, il faut arrêter ce type et vite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkinabè de tous les bords, vous êtes des anges
Burkina : Le PNDES selon l’homme d’affaires Salomon MBUTCHO
Renaissance de l’institut des peuples noirs : Aux origines du projet
Hausse du prix du carburant : Le Burkina s’enfonce inexorablement dans la crise, selon Ablassé Ouédraogo
L’humeur de Sayouba Traoré : « Pauvre Afrique ! »
Nos internautes ont du talent : Polémique sur la paternité de l’échangeur du nord
Tribune de Moussa ZERBO sur le besoin de grue dans la commune de Bobo-Dioulasso
La noblesse du combat des éléments de la GSP et la « débâcle » de notre ministre de la Justice (Paul Kéré)
« Mesdames et Messieurs, en vos titres et grades, tout protocole respecté », une aberration protocolaire selon l’Ambassadeur Mélégué Traoré
Situation Nationale au Burkina Faso : La Chefferie coutumière s’adresse au peuple
Francophones d’Afrique : « Speak english as well… and honi soit qui mal y pense ! »
Livre-témoignage de Yacouba Isaac ZIDA : « Une boîte d’allumettes mouillées » selon Lengha Fils
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés