Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

mercredi 14 mars 2018 à 23h54min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 14 mars 2018, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 14 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE QUATRE (04) RAPPORTS.

I.1.1. Pour le compte du ministère des Affaires étrangères et de la coopération :
-  un projet de loi portant autorisation de ratification de la convention sur les privilèges et immunités du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, signée à Ouagadougou, le 17 octobre 2016.
Cette convention vise à générer des économies de ressources grâce aux exonérations fiscales qui pourront être réinvesties dans les programmes de lutte contre les trois maladies que sont le SIDA, la tuberculose et le paludisme.
Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.1.2. Pour le compte du ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique :
-  un projet de loi portant Code pénal.
Ce projet de loi vise à mettre à la disposition des praticiens du droit et des justiciables un code pénal actualisé et moderne pour une justice plus crédible, équitable, accessible et efficace dans l’application de la loi pénale.
Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.
I.1.3. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :
-  un rapport relatif à la situation de mobilisation des ressources en faveur de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020.
Ce rapport fait la situation d’étape de la mobilisation des ressources en faveur du financement du PNDES sur les deux premières années (2016-2017).
-  Au niveau des ressources internes, le bilan de la mobilisation fait ressortir un montant total de 2 629,6 milliards de FCFA à raison de 1 231,97 milliards de FCFA pour 2016 et 1 397,63 milliards de FCFA pour 2017. Il en ressort un taux de mobilisation de 86% par rapport aux prévisions du PNDES au titre des deux premières années.
-  Au niveau des ressources extérieures, le bilan de la mobilisation des ressources fait ressortir un niveau appréciable de 5 053,73 milliards de FCFA soit un taux de 90,7% par rapport aux prévisions du PNDES.
Le Conseil a instruit les ministres concernés de prendre les dispositions idoines en vue d’améliorer la mobilisation des ressources nécessaires au financement adéquat du PNDES.
I.1.4. Pour le compte du ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation :
-  un décret portant organisation du pèlerinage à la Mecque.
Ce décret apporte des innovations majeures en ce qui concerne l’organisation du pèlerinage à la Mecque. Il s’agit notamment :
-  du délai de validité des autorisations accordées aux agences de voyage qui est ramené de trois (03) ans à deux (02) ans ;
-  de la durée du mandat du comité national de suivi qui est ramenée de trois (03) ans à deux (02) ans ;
-  de l’effectif du comité national de suivi qui passe de quinze (15) à vingt (20) membres.
L’adoption de ce décret vise à assurer de meilleures conditions d’organisation du Hadj.

II. NOMINATIONS

II.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DU PREMIER MINISTERE

-  Monsieur Dominique Marie André NANA, Juriste, est nommé Conseiller spécial ;
-  Monsieur Amado KABORE, Mle 40 585 E, Conseiller d’intendance scolaire et universitaire, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Chargé d’études au Secrétariat général ;
-  Monsieur Augustin KABORE, Mle 47 795 A, Inspecteur principal des eaux et forêts, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Expert en environnement au Centre national d’alerte précoce ;
-  Monsieur Denis YELBEOGO, Mle 80 530 G, Médecin spécialiste, catégorie P, 9ème échelon, est nommé Expert en santé au centre national d’alerte précoce ;
-  Monsieur Ali YEYE, Mle 44 55, Maréchal des logis, est nommé Expert en crime et criminalité au Centre national d’alerte précoce ;
-  Monsieur Gérard TARBANGDO, Mle 111 484 K, Commissaire principal de police, catégorie I, 3ème échelon, 3ème grade, est nommé Expert en sécurité au Centre national d’alerte précoce ;
-  Monsieur Poussi SAWADOGO, Mle 49 033 Z, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Expert en gouvernance et droits de l’Homme au Centre national d’alerte précoce ;
-  Monsieur Bakolou Mathieu BENAO, Officier supérieur des forces armées, est nommé Directeur général du Service national pour le développement (SND) ;
-  Monsieur Abel Bayala KIENTIGA, Mle 104 813 M, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Agent administratif et comptable au Centre national d’alerte précoce.
B. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE
-  Monsieur Ahmed Tidjani BA, Mle 26 452, Maître de conférence, catégorie P, 1er échelon, est nommé Chargé de missions ;
-  Monsieur Barthelemy DABRE, Mle 44 066 W, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Conseiller technique ;
-  Monsieur Souleymane ZOROME, Mle 200 503 W Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Chef du département de l’organisation des concours à l’Agence générale de recrutement de l’Etat (AGRE) ;
-  Monsieur Mohamed KERE, Mle 96 941 T, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Chef du département des finances de l’Agence générale de recrutement de l’Etat (AGRE).
C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT
-  Madame Assiata OUATTARA/PORGO, Mle 212 655 U, Ingénieur du génie rural, 1ère classe, 4ème échelon, est nommée Chef de département Suivi-évaluation au Secrétariat permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau (SP/GIRE) ;
-  Monsieur Antoine N’DO, Mle 91 308 T, Conseiller d’agriculture, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chef de département Développement du partenariat et de la coopération au Secrétariat permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau (SP/GIRE) ;
-  Madame Ratoussian Aline KABORE/KOMI, Mle 208 109 B, Ingénieur du génie rural, 1ère classe, 5ème échelon, est nommée Chef de département Appui conseil au Secrétariat permanent pour la gestion intégrée des ressources en eau (SP/GIRE).
D. AU TITRE DU MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’ARTISANAT
-  Monsieur Wendpanga Thiéry ZAMPALIGRE, Mle 200 277 C, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur des affaires administratives et financières du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO).

E. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DE L’ECONOMIE NUMERIQUE ET DES POSTES

-  Monsieur Dié SANOU, Mle 65 12 058 A, Ingénieur de conception des télécommunications, CS3, 18. est nommé Directeur général de l’Agence nationale de promotion des technologies de l’information et de la communication (ANPTIC) ;
-  Monsieur Sidi Mohamed Galiam OUEDRAOGO, Mle 81 15 070 A, Ingénieur télécom, CS3, échelon 5, est nommé Directeur général des infrastructures de communications électroniques.

F. AU TITRE DU MINISTERE DE L’URBANISME ET DE L’HABITAT

-  Monsieur Moussa BANGUIAN, Mle 33 119 A, Conseiller d’éducation, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Chargé de missions ;
-  Monsieur Romains KYELEM, Mle 117 046 V, Administrateur civil, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Chargé de missions ;
-  Monsieur Jean-Paul KABORE, Mle 200 308 Z, Administrateur civil, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
-  Monsieur Kuilbi Jacob ZOMA, Mle 307 811 X, Administrateur civil, 1ère classe, 1er échelon, est Chargé d’études ;
-  Monsieur Gounwendkouni Jean Yves KIETTYETTA, Mle 512 121 B, Géographe urbaniste, est nommé Secrétaire permanent de la coordination du programme de développement urbain (SPC/PDU) ;
-  Monsieur Néhoun NIGNAN, Mle 150, Economiste, 1ère classe, 6ème échelon est nommé Responsable du programme « Pilotage et soutien » cumulativement avec ses fonctions de Directeur général des études et des statistiques sectorielles (DGESS) ;
-  Monsieur Yacouba DIE, Mle 119 828 C, Conseiller des affaires économiques, 1ère classe, 4ème échelon est nommé Responsable du programme « Accès au logement décent » cumulativement avec ses fonctions de Secrétaire permanent de la politique nationale du logement (SP/PNL) ;
-  Monsieur Gueswendé Marc OUEDRAOGO, Mle 207 366 V, Architecte-Urbaniste, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Responsable du programme « Planification et aménagement urbain » cumulativement avec ses fonctions de Directeur général de l’Urbanisme, de la viabilisation et de la topographie ;
-  Monsieur Pegdwendé Aimé Camille SOUBEIGA, Mle 214 905 N, Architecte-Urbaniste, 1ère classe, 2ème échelon est nommé Responsable du programme « Architecture et construction » cumulativement avec ses fonctions de Directeur général de l’Architecture, de l’habitat et de la construction (DGAHC) ;
-  Monsieur Tégawendé Hermann TAPSOBA, Mle 75 910 N, Ingénieur génie civil, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de la validation et des aménagements urbains ;
-  Monsieur Bafétigué COULIBALY, Mle 92 921 A, Ingénieur géomètre du cadastre et de la topographie, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur de la topographie et des travaux fonciers à la Direction générale de l’Urbanisme, de la viabilisation et de la topographie.

G. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les personnes dont les noms suivent sont nommées Directeurs provinciaux de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique :
-  Monsieur Aboudou OUEDRAOGO, Mle 42 864 Y, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 2ème échelon, province du Bam ;
-  Monsieur Nongoubzanga Bernard BINGO, Mle 42 875 T, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 3ème échelon, province des Balé ;
-  Monsieur Pogbi SAKANDE, Mle 42 858 U, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 3ème échelon, province des Banwa ;
-  Monsieur Sié Jean de Dieu DA, Mle 216 851 P, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 4ème échelon, province du Noumbiel ;
-  Monsieur Koudougou KABORE, Mle 46 089 D, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 2ème échelon, province du Passoré ;
-  Monsieur Aimé COMPAORE, Mle 94 489 L, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 1er échelon, province du Séno.

II.2. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à la nomination d’un d’Administrateur au Conseil d’administration de l’Agence de financement et de promotion des petites et moyennes entreprises (AFP-PME), au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat.

Cette nomination sera publiée dans le Journal Officiel du Faso.

Pour le Ministre de la Communication et des relations avec le Parlement
Porte-parole du gouvernement, en mission
Le Ministre de la Culture, des arts et du tourisme
assurant l’intérim

Abdoul Karim SANGO

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 mars à 21:56, par Abraham NIGNAN,
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Une justice en léthargie
    La majeure partie des Burkinabè pensaient que c’était Blaise Compaoré qui bloquait la plupart des dossiers judiciaires, notamment ceux concernant les crimes économiques et de sang. Mais, depuis l’avènement du régime Kaboré, la majeure partie des dossiers sont toujours dans les tiroirs de la justice. Parmi eux, les dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo, Salifou Nébié et celui de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Mais pourquoi est-ce seulement le dossier du putsch qui est brandi pour faire croire au peuple que la justice est en marche. Or, ce dossier les intéresse plus parce qu’il leur permet de tenir à distance tous ceux qui pourraient empêcher Roch d’avoir un second mandat en 2020. Ils oublient que tous les Burkinabè sont égaux et tous les orphelins et orphelines ont droit à la même justice.
    Pour nous, chaque Burkinabè a droit à une justice équitable. Nous voulons savoir qui a donné l’ordre de tirer les 30 et 31 octobre. Si ce régime veut montrer sa bonne foi, c’est par là qu’il faudra commencer. C’est pour cela que nous suivrons avec beaucoup d’intérêt le jugement de l’affaire du putsch. Mais, nous pensons que ce procès ne doit pas se faire sans la présence de Zida et Kafando qui font partie des principales victimes. A notre grand étonnement, nous n’avons vu ni l’un ni l’autre à l’ouverture du procès. Nous concernant, si tous ceux qui sont cités ne sont pas présents, cela ne sera pas bien pour la manifestation de la vérité. D’ailleurs, nul n’est au-dessus de la loi. Sinon comment peut-on juger et condamner des gens sans que les principaux concernés ne soient présents ? Pourtant, tout le monde sait où les deux concernés se trouvent !

    Une gestion catastrophique
    Il faut savoir que le RPF ne fait pas que des critiques, mais a aussi des conseils et des suggestions à faire au régime Kaboré. Roch Marc Kaboré doit savoir qu’on ne gère jamais le pouvoir de la même manière qu’on l’a conquis. L’on peut se bagarrer pour prendre le pouvoir, mais c’est autour d’une table que le pouvoir se gère. Pour sauver le Burkina Faso, pour le bien et l’avenir du Burkina Faso, il faut dès maintenant réfléchir à l’après Roch. C’est la seule solution. Il faut réfléchir dès maintenant à l’après Roch, car c’est sûr et certain que ce régime ne relèvera jamais le défi. Si tel n’était pas le cas, nous aurions senti venir les perspectives de changements. Il y , dans notre pays, des hommes et des femmes capables de relever le défi.

    C’est vraiment dommage d’avoir perdu deux ans inutilement. Pourtant après l’insurrection, le peuple burkinabè attendait un changement radical. Mais, la désillusion est aujourd’hui grande. Le gouvernement formé par Roch ne pourra jamais relever le défi, soyons sincères avec nous-mêmes. C’est pourquoi son gouvernement et lui ont trouvé comme stratégie de diviser le peuple et de dresser les Burkinabè les uns contre les autres pour faire oublier leur incompétence. Si l’on me demande de retenir des gens compétents parmi les ministres du gouvernement, je n’aurai besoin en tout et pour tout que de 5 personnes. Ce qui veut dire que dans ce gouvernement pléthorique, seuls 5 ministres et le président du Faso gèrent tous les problèmes du pays. Les autres sont des copains qui ont été nommés pour faire figuration et augmenter les charges de l’Etat.
    Ils sont en train de diviser les syndicats, la société civile et les hommes politiques. Cela n’est pas fait pour amener la sérénité dans notre pays. C’est pourquoi, nous le disons une fois de plus, il faut sérieusement penser à l’après Roch. C’est difficile, mais c’est la seule alternative pour remettre le Burkina Faso sur les rails. Car, même si nous donnons encore 20 ans à Roch, il va tirer le Burkina Faso vers le bas.

    Abraham NIGNAN, Président du Rassemblement Patriotique du Faso (RPF), Chef de file de l’opposition radicale au Burkina Faso

    • Le 15 mars à 08:32, par bod
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Mr Nignan, vous vous prononcez sur la gestion de notre Pays par Roch, ce qui est une attitude citoyenne responsable. Mais il me semble que vous vous trompez de tribune. Il s’agit ici de donner des avis sur le compte rendu du Conseil des Ministre du 14 mars. Vos conseils à l’endroit du Chef de l’Etat peuvent lui être directement adressés par lettre ou face à face par le biais d’une audience. En outre, les questions judiciaires ne relevant pas directement du Chef de l’Etat, il serait bon de prendre langue avec le Pouvoir Judiciaire pour voir qu’est ce qui constitue la difficulté principale à l’avancée des dossiers. Du reste, votre analyse semble occulter les véritables raisons qui font que notre pays bat de l’aile présentement : les attaques terroristes, les grèves et autres manifestations intempestives, la faiblesse pluviométrique enregistrée cette année. En tant qu’homme politique, vous auriez dû aussi manifester votre compassion à l’endroit des familles encore endeuillées avant toute chose. En définitive, il semble urgent qu’on change de paradigmes en lien avec le pouvoir d’Etat. Car en tant qu’analyste politique, je reste convaincu que si Roch ne réussit pas, celui qui le remplacera ne réussira pas non plus. Le contexte actuel est si complexe que, j’en suis sûr, beaucoup choisiront volontiers d’être plutôt à la table de la critique qu’à celle de l’action ! Merci. Juste une contribution !

    • Le 15 mars à 09:03, par Vraiment
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Je te souhaite un prompt rétablissement, Monsieur l’Opposant radical. Il faut chercher les informations car, tout ce que vous avez débité ne relève pas de la raison mais de la haine.
      Bonne journée

    • Le 15 mars à 09:36, par Rouge vert
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Parlez plus fort car on ne vous entend pas. Vous qui peintez tout en noir. Qui racontez que le marigot taris alors quil deborde deau. Qui pensez que personne dautre ne peux sauf vous seul. Si vous etes elu un jour vous aurez tout le loisir de le demontrer mais pour le moment taisez vous une seconde et laissez les travailler.nous nous sentons des efforts de leurs par. Vos medisances ne peuvent rien.

    • Le 15 mars à 10:18, par garkou
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Mr NIGNAN. Comme vous etes bon, dix fois mieux que ROCK fils de votre progeniture, presentez vous, moi je vais vous voter. Quand on est bon, maintenant avec vos bonnes idees, vous passerez au premier tour, j’en suis sur !

    • Le 15 mars à 11:41, par Sami
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Monsieur le RPF,

      En quoi le conseil des ministres à quelque chose à avoir avec votre long discours ci-dessus ?

  • Le 14 mars à 22:25, par Omer
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Conseil des ministres de validation et de la publication des nominations. Bnjour, madou mle 1234 a la place de chaka, Jérôme mle098 echelon 001 a la place de pogbi. Merci et a mercredi prochain.

  • Le 14 mars à 22:40, par Ouattara Arsene
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Bon vent à la nouvelle équipe. Toutefois il y’a lieu de reconnaître le mérite de l’equipe actuelle de l’ANPTIC qui a en si peu de temps abattu un énorme boulot. Dommage que cette équipe n’a pas eu plus de temps. Du courage pour la suite.

  • Le 14 mars à 22:50, par makifou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Du regret pour l numérique au burkina. C’est pas sérieux pour des nominations a la con au MDENP. Si il y’a kelkun à remplacer cest MDENP elle même aucune initiative

  • Le 14 mars à 23:13, par fifou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Grand merci à ce DG/ANPTIC qui a fait avancer l numérique au burkina. Tu a permis à cette structure de gagner 5 ans d’avance et voilà que tu pars sans achever ton oeuvre . Tu es l Tom sank du numérique au burkina. Vivement que tu met ton expérience à cette jeunesse qui est l travail l’honnêteté et l’humilité. Honneur à toi DG

  • Le 14 mars à 23:31, par MOUSSA THIOMBIANO
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Je proteste contre le changement du directeur général de l’agence nationale de promotion des TIC. Je souhaiterais pour ma part si possible connaître les raisons qui ont occasionné ce départ. On ne change pas pour changer ! Xè vraiment dommage pour nos dirigeants (ministre TIC) assoiffé de règlement de comptes. cette nomination n’est pas justifie. L’ANPTIC était très bien parti avec le DG sortant qui maîtrise en long et en large tous les grands projets TIC . Quand t’es ce que la politique va nous laisser avancer !

    • Le 15 mars à 05:26, par Timbila
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Ah, vous n’avez pas encore compris, dans ce pays, on garde pas longtemps ceux qui bossent bien. Vous pouvez le vérifier vous meme.
      Désolé

      • Le 16 mars à 10:45, par SIDNABA
        En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

        Internaute Timbila, ce n’est pas parce qu’on bosse bien que l’on doit rester 27 ans à son poste comme le Président déchu Blaise Compaoré. Rester longtemps à un poste de responsabilité est très souvent source d’inefficacité, de corruption et de dictature. Personne n’est indispensable dans son domaine et sur cette terre. A bon entendeur, salut.

    • Le 15 mars à 07:55, par awa
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      il faut les laisser. Le pays là c’est comme ça. Tu travailles sans voler on te veut pas. Elle même doit céder sa place au SG parce qu’il est plus compétent que elle. Je vous jure qu’elle n’a rien apporté comme innovation

    • Le 16 mars à 14:09, par dodo
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      MOUSSA la nomination est un pouvoir discretionnaire , si nous devrons etre consulte pour nomimer qui que se sois nous protesterons toujours

  • Le 14 mars à 23:54, par Yaamleogo
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Direction des affaires administratives et financières du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO)..

    Il va falloir que les autorités du MCIA commencent à regarder les ressources humaines internes. il est inadmissible que l’on laisse des ECOFI (Economistes et Financiers) internes du MCIA pour aller chercher ..... Il faut s’inspirer des bel exemples dans d’autres départements, notamment au MENA.

  • Le 15 mars à 04:55, par PuugPiinga
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Ne me dites pas que c’est vraiment un "Maréchal des logis," qui "est nommé Expert en crime et criminalité au Centre national d’alerte précoce ;"...
    Au minimum un officier ! Quand même... Après on va se plaindre d’absence de résultats.

    • Le 15 mars à 10:33, par Mosak
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Les nominations mouta mouta vont tuer le Burkina. On mets les compétents en tôles, et on propulse les subalternes, pour combattre un terrorisme qui les surpasse. Que Dieu protège le Burkina

    • Le 15 mars à 12:03, par Compétence
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Un Sous-Officier dans l’armée fait parti de la deuxième catégorie de l’armée et est souvent cadre de maîtrise et employé tel par l’armée...car le fonctionnement de l’armée diffère un peu de celui de la fonction publique alors il faut éviter souvent les comparaisons mécaniques.
      A ma connaissance, ce maréchal des logis a été nommé sur la base de ses compétences dans le domaine...êtes vous entrain de demander à ce que le gouvernement valorise les galons au lieu de la compétence...?
      Il serait sage pour vous de le tester sur ses compétences avant de revenir....Fraternellement !

      • Le 15 mars à 14:03, par PuugPiinga
        En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

        Je suis parfaitement d’accord avec vous sur les compétences et les diplômes... Mais reconnaissez avec moi que quand il est question de conception, de planification et de stratégie, les études, les diplômes, le niveau importent beaucoup.
        Regardez pour les autres postes ; ce sont des cadres supérieurs (commissaire principal, Professeur, Officier supérieur...).
        Quant a ceux qui sont en prison, laissons les y. Ils ne sont pas les seuls compétents de ce pays et personnellement je ne pense même pas qu’ils soient compétents !
        Bonne journée a vous.

  • Le 15 mars à 05:26, par Timbila
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Ah, vous n’avez pas encore compris, dans ce pays, on garde pas longtemps ceux qui bossent bien. Vous pouvez le vérifier vous meme.
    Désolé

    • Le 16 mars à 10:45, par SIDNABA
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Internaute Timbila, ce n’est pas parce qu’on bosse bien que l’on doit rester 27 ans à son poste comme le Président déchu Blaise Compaoré. Rester longtemps à un poste de responsabilité est très souvent source d’inefficacité, de corruption et de dictature. Personne n’est indispensable dans son domaine et sur cette terre. A bon entendeur, salut.

  • Le 15 mars à 05:34, par Verges
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Que se passe telle au ministère de la santé ??? Le ministre faut voire le cas cameg et ost la politique de copinage ne marchera plus sous cet ère post insurrections. Lancer des test de recrutement débarrassé de tout soupçons de corruption pour que la bonne gouvernance soit dans nos structures de santé et surtout monsieur le ministre débarrasser vous de l’ego qui pourrait mettre a mal vos très prochaines décision.

  • Le 15 mars à 05:43, par Mary
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Qu’elle est cette soif de vengeance Mme MDENP ? On ne change pas une équipe qui gagne. Merci au DG sortant pour tout le travail abattu.

    • Le 15 mars à 09:48, par Touabga
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Mme ou M. Mary, de quelle équipe qui gagne vous parler ? Une équipe affairiste et qui bloque les dossiers des prestataires qui ne crachent pas dans la bassine. En ce qui concerne M. TOE, on peut regretter son remplacement mais le FOLANE, je laisse les internautes qui ont eu à faire à l’ANPTIC de se prononcer. Sondez l’ensemble des agents du MDENP, la grande majorité vous dira que l’ANPTIC est leur mouton noir. Plusieurs personnes avaient espéré qu’après l’école Alfred, FOLANE révolutionnerait les pratiques mafieuses de l’ANPTIC. Hélas, mille fois hélas car FOLANE s’est révélé pire.

  • Le 15 mars à 07:49, par NEDA
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Ca sent le roussi à l’ANPTIC. Nous attendons les détails, c’est bizarre. Mais en tout cas quand j’ai jeté un coup d’oeil sur la manisfestation d’intérêt pour la mise en place du système intégré de gestion des EPE, je me suis dit que nous ne sommes pas sortis de l’ auberge. Vouloir développer un pays en allant chercher des compétences est une aberation. Pire surcharger le dossier en besoin de RH est un crime. Pourquoi commander un airbus 380 pour transporter les étalons pour fada ?
    Je propose que l’ANPTIC abandonne les vieilles pratiques et méthodes pour faire du simple. Pour l’acquisition d’un logiciel il suffit de donner les spécifications techniques et fonctionnelles et demander aux candidats de présenter des prototypes. Vous signez le contrat avec celui qui a le prototype le plus aboutit. C’est aussi simple. Mais efficace. Je connais des entreprises qui ont des logiciels de gestion des EPE au Burkina qui fonctionnent bien mais qui ne peuvent pas participer à vos manifestations d’intérêt à causes des conditions farfelues.
    Comment voulez vous financer votre économie si des entreprises étrangères, installées à l’étranger viennent récupérer les marchés pendant que vous avez des entreprises compétentes sur place ? Ne nous parlez pas des exigences des bailleurs de fonds. Il faut savoir ce que nous voulons. Changeons de façons de faire.

  • Le 15 mars à 07:54, par Abdoulaye
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Comment une structure (ANPTIC) aussi importante peut connaitre en 4 année d’existence 4 PCA et 3 DG ?? On est où là, quand on nomme des ministres sans vision c’est ce que ca donne comme résultat.

    Bon vent à la nouvelle équipe, elle aura fort à faire tant le DG sortant à mis la barre haute.

  • Le 15 mars à 07:55, par awa
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    il faut les laisser. Le pays là c’est comme ça. Tu travailles sans voler on te veut pas. Elle même doit céder sa place au SG parce qu’il est plus compétent que elle. Je vous jure qu’elle n’a rien apporté comme innovation

  • Le 15 mars à 08:32, par bod
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Mr Nignan, vous vous prononcez sur la gestion de notre Pays par Roch, ce qui est une attitude citoyenne responsable. Mais il me semble que vous vous trompez de tribune. Il s’agit ici de donner des avis sur le compte rendu du Conseil des Ministre du 14 mars. Vos conseils à l’endroit du Chef de l’Etat peuvent lui être directement adressés par lettre ou face à face par le biais d’une audience. En outre, les questions judiciaires ne relevant pas directement du Chef de l’Etat, il serait bon de prendre langue avec le Pouvoir Judiciaire pour voir qu’est ce qui constitue la difficulté principale à l’avancée des dossiers. Du reste, votre analyse semble occulter les véritables raisons qui font que notre pays bat de l’aile présentement : les attaques terroristes, les grèves et autres manifestations intempestives, la faiblesse pluviométrique enregistrée cette année. En tant qu’homme politique, vous auriez dû aussi manifester votre compassion à l’endroit des familles encore endeuillées avant toute chose. En définitive, il semble urgent qu’on change de paradigmes en lien avec le pouvoir d’Etat. Car en tant qu’analyste politique, je reste convaincu que si Roch ne réussit pas, celui qui le remplacera ne réussira pas non plus. Le contexte actuel est si complexe que, j’en suis sûr, beaucoup choisiront volontiers d’être plutôt à la table de la critique qu’à celle de l’action ! Merci. Juste une contribution !

  • Le 15 mars à 09:01, par mildo
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    bon vent au nouveau DG de L’ANPTIC l,experimenté des TIC

  • Le 15 mars à 09:03, par Vraiment
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Je te souhaite un prompt rétablissement, Monsieur l’Opposant radical. Il faut chercher les informations car, tout ce que vous avez débité ne relève pas de la raison mais de la haine.
    Bonne journée

  • Le 15 mars à 09:21, par Mama
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Monsieur THIOMBIANO. Le pouvoir n a pas besion de votre avis pour la responsabilisation des Burkinabe.Encore moins ton avis. Si tu mangeais avec lui........................

  • Le 15 mars à 09:36, par Rouge vert
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Parlez plus fort car on ne vous entend pas. Vous qui peintez tout en noir. Qui racontez que le marigot taris alors quil deborde deau. Qui pensez que personne dautre ne peux sauf vous seul. Si vous etes elu un jour vous aurez tout le loisir de le demontrer mais pour le moment taisez vous une seconde et laissez les travailler.nous nous sentons des efforts de leurs par. Vos medisances ne peuvent rien.

  • Le 15 mars à 09:48, par Touabga
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Mme ou M. Mary, de quelle équipe qui gagne vous parler ? Une équipe affairiste et qui bloque les dossiers des prestataires qui ne crachent pas dans la bassine. En ce qui concerne M. TOE, on peut regretter son remplacement mais le FOLANE, je laisse les internautes qui ont eu à faire à l’ANPTIC de se prononcer. Sondez l’ensemble des agents du MDENP, la grande majorité vous dira que l’ANPTIC est leur mouton noir. Plusieurs personnes avaient espéré qu’après l’école Alfred, FOLANE révolutionnerait les pratiques mafieuses de l’ANPTIC. Hélas, mille fois hélas car FOLANE s’est révélé pire.

  • Le 15 mars à 09:51, par Tangpooré
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Internaute 9, vous avez parfaitement raison. Le Ministère de la santé est dans une léthargie totale après le faux départ de son organigramme pléthorique contesté (qui prévoyait plus de directions qu’à l’heure actuelle), chose qui allait empirer la gouvernance dans ce secteur.Cette gouvernance aujourd’hui est caractérisée par la course effrénée aux perdiems des premiers responsables à travers leurs absences chroniques pour les missions, ateliers, et autres activités flous.
    Il ya des renouvellement dans certaines structures (DG, administrateurs) entre autres qui traînent, des recrutements..................................
    C’est une période à profit pour certaines personnes, et il faut ouvrir l’oeil et le bon. Dans tous les cas, les citoyens veillent aussi. A bon entendeur

  • Le 15 mars à 10:18, par garkou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Mr NIGNAN. Comme vous etes bon, dix fois mieux que ROCK fils de votre progeniture, presentez vous, moi je vais vous voter. Quand on est bon, maintenant avec vos bonnes idees, vous passerez au premier tour, j’en suis sur !

  • Le 15 mars à 10:33, par Mosak
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Les nominations mouta mouta vont tuer le Burkina. On mets les compétents en tôles, et on propulse les subalternes, pour combattre un terrorisme qui les surpasse. Que Dieu protège le Burkina

  • Le 15 mars à 11:08, par Liliou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    On dit " vous qui peignez " tout en noir ... enfin juste une contribution . Excellente journée

  • Le 15 mars à 11:41, par Sami
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Monsieur le RPF,

    En quoi le conseil des ministres à quelque chose à avoir avec votre long discours ci-dessus ?

  • Le 15 mars à 11:56, par Touabga
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Je constate que tous ceux qui sont des laudateurs du DG de l’ANPTIC sont, soit ses amis ou des ignorants des pratiques immorales de son action. Je mets à défi ces laudateurs de réaliser un sondage auprès des prestataires de l’ANPTIC, ils aviseront autrement.

  • Le 15 mars à 12:03, par Compétence
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Un Sous-Officier dans l’armée fait parti de la deuxième catégorie de l’armée et est souvent cadre de maîtrise et employé tel par l’armée...car le fonctionnement de l’armée diffère un peu de celui de la fonction publique alors il faut éviter souvent les comparaisons mécaniques.
    A ma connaissance, ce maréchal des logis a été nommé sur la base de ses compétences dans le domaine...êtes vous entrain de demander à ce que le gouvernement valorise les galons au lieu de la compétence...?
    Il serait sage pour vous de le tester sur ses compétences avant de revenir....Fraternellement !

    • Le 15 mars à 14:03, par PuugPiinga
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Je suis parfaitement d’accord avec vous sur les compétences et les diplômes... Mais reconnaissez avec moi que quand il est question de conception, de planification et de stratégie, les études, les diplômes, le niveau importent beaucoup.
      Regardez pour les autres postes ; ce sont des cadres supérieurs (commissaire principal, Professeur, Officier supérieur...).
      Quant a ceux qui sont en prison, laissons les y. Ils ne sont pas les seuls compétents de ce pays et personnellement je ne pense même pas qu’ils soient compétents !
      Bonne journée a vous.

  • Le 15 mars à 13:23, par Anonymous
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Je souhaiterais que l’ASCE-LC procède à une vérification sur le passé professionnel du juriste nommé conseiller spécial à la Primature. Le bien nommé aurait exercé comme juriste à la BCB et aurait été coupable d’une grave falsification de documents de garanties hypothécaires dans cette banque, ce qui a valu son licenciement. La gendarmerie connait son dossier.
    Le chien ne sachant pas changer sa façon de s’asseoir, alors attention. Espérons que c’est pas le même.
    Contribution citoyenne.

  • Le 15 mars à 14:03, par PuugPiinga
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Je suis parfaitement d’accord avec vous sur les compétences et les diplômes... Mais reconnaissez avec moi que quand il est question de conception, de planification et de stratégie, les études, les diplômes, le niveau importent beaucoup.
    Regardez pour les autres postes ; ce sont des cadres supérieurs (commissaire principal, Professeur, Officier supérieur...).
    Quant a ceux qui sont en prison, laissons les y. Ils ne sont pas les seuls compétents de ce pays et personnellement je ne pense même pas qu’ils soient compétents !
    Bonne journée a vous.

  • Le 15 mars à 15:19, par L’avenir
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Quand on parcourt vos lignes, rien n’est voilé en terme d’appartenance à l’équipe qui a été bouté hors. Il faut vraiment avoir un parti pris pour commenter de cette façon.
    Je vous rappelle, de prime abord, que l’administration est une continuité. De ce fait, l’équipe sortante est venue trouver des acquis conséquents qui lui ont permis de poursuivre et d’atteindre là où vous prétendez qu’ils sont parvenus.
    Secundo, les acquis engrangés avant même la création de l’agence, après que l’agence soit créée, et pendant les débuts de fonctionnement de celle-ci, sont assez importantes, si vous connaissiez vraiment ce qu’on appelle stratégie de démarrage, que l’équipe sortante, je pèse bien mes mots, n’aurait avancé d’un iota, surtout avec des incompétents, incapable de construire une bonne phrase digne d’un responsable ou d’un ingénieur, et qui se retrouve parachuté à la tête d’un département ou d’une direction.
    L’ANPTIC n’aurait bougé d’un pas, si les bases que ton soit disant équipe ont héritées n’étaient pas solides et stratégiquement excellentes.
    Quelle honte ! Non seulement, ils n’avaient pas l’ancienneté requise pour le poste, et qu’à cela ne tienne, ils n’ont pas le niveau, au vu des dossiers toujours rejetés par les structures, pour les mêmes motifs : l’impertinence, le manque de méthodologie, le manque de capacité d’analyses… Au moins, comme vous savez lire, même si vous avez parachuté, vous pouvez revoir certains critiques dans certains journaux ou bien même, allez-y dans les structures comme l’ARCOOP, l’ASCE et bien d’autres pour vous y inspirer. Où étiez-vous pendant que les médias et autres partenaires, les autres institutions mettaient à nu la gestion nulle des documents de l’agence ? C’est maintenant que vous vous réveillez ? Même si on vous a payer pour venir tenter vainement et nullement d’assainir vos mentors, ayez l’intelligence de vous renseigner au moins. Je vous signale, que beaucoup vous lisent et se disent que vous ne valez pas la peine d’avoir une réponse. M’bon, moi aussi je sacrifie juste un peu de temps pour vous faire réfléchir un tout petit peu. Un bon ministre compétent s’entoure d’un SG bien outillé, de conseillers techniques compétents…
    Vas parler de la compétence de cette équipe à l’UO, aux personnes ressources bien posées dans leur tête bien sûr, ils te répondront.
    Que chacun, là où il est positionné, grouille ne pas creuser un mal profond.
    Toi qui est supposer avoir un cerveau susceptible de raisonner, tu penses qu’un responsable qui laisse sortir de sa bouche ceci : « … nous allons positionner des gens que nous pouvons maitriser… », est quelqu’un qui se soucis de l’avenir d’une institution à plus forte raison un pays ?
    Mon cher Mary, c’est quelle équipe qui gagne ici là ? La machine à piller le peuple ? La machine affairiste qui bloque les dossiers des prestataires qui ne crachent pas dans la bassine ? Même quand on veut sauver l’image de ses mentors, il faut être intelligent.
    En effet, ils ont positionné les gens sans intelligences, sans aucun esprit d’analyse ni critique, des bénis oui oui qui ne posent jamais de questions… C’est ça ton évolution ? C’est ça se soucier du peuple ? C’est ça réussir ?
    Tous les projets ont été rédigé et acquis bien avant cette équipe, alors félicite donc l’équipe intelligente avant tes mentors, qui a abattu le gros œuvre.
    Et enfin, je partage l’avis de mon cher Touabga, qui dit ceci : « … Je constate que tous ceux qui sont des laudateurs du DG de l’ANPTIC sont, soit ses amis ou des ignorants des pratiques immorales de son action. Je mets à défi ces laudateurs de réaliser un sondage auprès des prestataires de l’ANPTIC, ils aviseront autrement… »

    • Le 15 mars à 17:19, par fifou
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Tu pense seulement aux marchés. il faudra voir plutôt les résultats et l’impact que ce changement va engendrer au vue des investisseurs dans les projets TIC. il faudra reprendre tout à zéro pendent ce temps on veux que le pays se développe. quelque politique si on laisse pas le temps de travailler. Il faut réfléchir un peu en comparent les resultas et non la politique qui demande les marchés pour s’enrichir.

      • Le 15 mars à 19:36, par L’avenir
        En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

        Toi tu es sûr d’avoir vraiment réfléchi avant de venir étaler ton ignorance ici ? Inutile de continuer avec des dealeurs de marchés de pylônes, de fausses applications sans avenir et d’autres encore.
        Des DP et DT sans compétences qu’on nomme tout simplement pour avoir une domination sur eux. Je te lance le défie de venir toi même faire un audit, et si cela ne te suffit pas, va voir les autorités compétentes pour un audit de l’ANPTIC et tu pourras aller te coucher trankilos. Quels gâchis de temps perdu. A quoi sert bon pour le pays, de continuer sur du faux et du n’importe quoi ? C’est plus intelligent de remettre tout à plat et de rebâtir sur de bons fondements.

  • Le 15 mars à 15:26, par sanou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Aiii, SANON ET SANOU , c’est même pipe même tabac. c’est comme blaise et Dienderé...ha ha ha.
    Mais bon, SANON est légèrement plus intelligent que SANOU.
    Bref, mes amis allez y promouvoir le dolo en pays bobo au lieu de vous comparer aux mossis.
    Moi je préfère l’avis des BOUSSANSÉS ....ha ha ha. Des vrais visionnaires.
    Je blaguais un peu.
    Chao.

  • Le 15 mars à 15:31, par SANOU
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Le premier trimestre est bientôt bouclé et le ministère de la santé végète.
    Le 31 mars 2018, le taux de réalisation sera zéro pour les activités classiques qui étaient exécutées au cours du 1er trimestre.
    Pas de dossier en conseil de ministre au titre du Ministère de la santé depuis belle lurette, la pléthore de directions prévue dans le nouvel organigramme peine à trouver des directeurs.
    La majorité des personnels des directions techniques et des districts sanitaires travaille dans l’illégalité.
    Si la nouvelle locomotive prévue pour filer à une vitesse supersonique peine à démarrer, il faut raccrocher l’ancienne et continuer d’avancer à pas de caméleon. Sinon cette stase sera mortelle pour la santé du système de santé. Merci

  • Le 15 mars à 16:08, par Mosak
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Dans ce cas ne doutons pas des compétences d’un Maréchal des Logis.

  • Le 15 mars à 16:54, par un citoyen
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Tout à fait d’accord avec vous m. Sanou. on se demande ce qui bloque le ministre de la santé. en tout cas le ministère est en stand by.

  • Le 15 mars à 16:56, par Justice
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Felicitation a madame le ministre. Il etait tant de remettre de l’ordre dans cette Agence cense etre un exemple d’evolution technologique pour notre chers Faso. Quand on s’accapare d’un poste administratif et qu’on le gere comme une propriete prive, alors ca ne peut que se terminer de la sorte. Je felicite le nouveau DG, et l’exorte a eradiquer le venin qui se rependait au sein de ces quelques agents audacieux et fiere d’eux car le papa etait a cote. ANPTIC, ANPTIC . HOOF BON VENT
    .

    • Le 15 mars à 20:33, par InsurgeDuNumeriq
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Merci Justice, que le balayage soit de taille. Ces morpions de chefs de départements et directeurs nuls, qu’on ne leur permette plus de ternir l’image de l’agence avec des productions nulles de tout genre

  • Le 15 mars à 17:01, par Barry
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Que se passe t-il au ministère de la santé ? Le ministre de la santé peine t-il à avoir les bonnes personnes ou un problème pour lui de s’imposer/convaincre pour faire passer en conseil les nominations ? depuis plusieurs mois pas de nomination et le nouvel organigramme adopté est comme inexistant. Je suis d’avis avec mon esclave Sanou que tous ceux qui travaillent avec l’ancien organigramme sont dans l’illégalité totale. Ma proposition : revenez en arrière si vous n’êtes pas en mesure de démarrer la nouvelle locomotive. Il y’a des secteurs (santé, éducation, sécurité) qui ne méritent pas de l’a peu près dans leur fonctionnement, surtout si nous voulons avoir un développement à la hauteur de nos ambitions.
    Mr le Président du Faso, vous êtes interpelé publiquement par les internautes car apparemment le ministre de la santé et son premier ministre ont des préoccupations ailleurs. Pratiquement tous les responsables ne travaillent plus depuis la révision de l’organigramme (je suis à Bobo et mon séjour à Ouaga pendant une semaine m’a laissé voir les même réalités comportementales de léthargie généralisée). Toute cette léthargie se récent un peu partout très probablement. Mr les conseillers du président, transmettez mon message au Président du Faso SVP ( j’ose espérer qu’une solution sera trouvé rapidement).

  • Le 15 mars à 17:19, par fifou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Tu pense seulement aux marchés. il faudra voir plutôt les résultats et l’impact que ce changement va engendrer au vue des investisseurs dans les projets TIC. il faudra reprendre tout à zéro pendent ce temps on veux que le pays se développe. quelque politique si on laisse pas le temps de travailler. Il faut réfléchir un peu en comparent les resultas et non la politique qui demande les marchés pour s’enrichir.

    • Le 15 mars à 19:36, par L’avenir
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

      Toi tu es sûr d’avoir vraiment réfléchi avant de venir étaler ton ignorance ici ? Inutile de continuer avec des dealeurs de marchés de pylônes, de fausses applications sans avenir et d’autres encore.
      Des DP et DT sans compétences qu’on nomme tout simplement pour avoir une domination sur eux. Je te lance le défie de venir toi même faire un audit, et si cela ne te suffit pas, va voir les autorités compétentes pour un audit de l’ANPTIC et tu pourras aller te coucher trankilos. Quels gâchis de temps perdu. A quoi sert bon pour le pays, de continuer sur du faux et du n’importe quoi ? C’est plus intelligent de remettre tout à plat et de rebâtir sur de bons fondements.

  • Le 15 mars à 17:27, par Moussa KABORE
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    on te parle technique tu vois les marchés c’est pour cela on avance pas dans ce pays la.

  • Le 15 mars à 18:58, par NIGNAN beli
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Bonsoir chers compatriotes. Juste répondre a l internaute bob au sujet d Abraham NIGNAN que je connais pas il est important de préciser cela. Sans être politicien,au moins NIGNAN Abraham lui au moins il dis ce qu’il pense a visage découvert pour le développement de notre pays il a même le recepisse de son parti.un jour il sera voté comme president .c est pour tout simplement dire qu on ira jamais au devellopement sans critiques sincères.
    bien pour le cas des nominations le président du Faso en vertu des pouvoirs, nomme ceux dont il veut pour la conduite du pays lisez la constitution.il il est temps que les burkinabés se ressaisissent. Merci cordialement.

  • Le 15 mars à 19:36, par L’avenir
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Toi tu es sûr d’avoir vraiment réfléchi avant de venir étaler ton ignorance ici ? Inutile de continuer avec des dealeurs de marchés de pylônes, de fausses applications sans avenir et d’autres encore.
    Des DP et DT sans compétences qu’on nomme tout simplement pour avoir une domination sur eux. Je te lance le défie de venir toi même faire un audit, et si cela ne te suffit pas, va voir les autorités compétentes pour un audit de l’ANPTIC et tu pourras aller te coucher trankilos. Quels gâchis de temps perdu. A quoi sert bon pour le pays, de continuer sur du faux et du n’importe quoi ? C’est plus intelligent de remettre tout à plat et de rebâtir sur de bons fondements.

  • Le 15 mars à 20:29, par InsurgeDuNumeriq
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Quand on parcourt vos lignes, rien n’est voilé en terme d’appartenance à l’équipe qui a été bouté hors. Il faut vraiment avoir un parti pris pour commenter de cette façon.
    Je vous rappelle, de prime abord, que l’administration est une continuité. De ce fait, l’équipe sortante est venue trouver des acquis conséquents qui lui ont permis de poursuivre et d’atteindre là où vous prétendez qu’ils sont parvenus.
    Secundo, les acquis engrangés avant même la création de l’agence, après que l’agence soit créée, et pendant les débuts de fonctionnement de celle-ci, sont assez importantes, si vous connaissiez vraiment ce qu’on appelle stratégie de démarrage, que l’équipe sortante, je pèse bien mes mots, n’aurait avancé d’un iota, surtout avec des incompétents, incapable de construire une bonne phrase digne d’un responsable ou d’un ingénieur, et qui se retrouve parachuté à la tête d’un département ou d’une direction.
    L’ANPTIC n’aurait bougé d’un pas, si les bases que ton soit disant équipe ont héritées n’étaient pas solides et stratégiquement excellentes.
    Quelle honte ! Non seulement, ils n’avaient pas l’ancienneté requise pour le poste, et qu’à cela ne tienne, ils n’ont pas le niveau, au vu des dossiers toujours rejetés par les structures, pour les mêmes motifs : l’impertinence, le manque de méthodologie, le manque de capacité d’analyses… Au moins, comme vous savez lire, même si vous avez parachuté, vous pouvez revoir certains critiques dans certains journaux ou bien même, allez-y dans les structures comme l’ARCOOP, l’ASCE et bien d’autres pour vous y inspirer. Où étiez-vous pendant que les médias et autres partenaires, les autres institutions mettaient à nu la gestion nulle des documents de l’agence ? C’est maintenant que vous vous réveillez ? Même si on vous a payer pour venir tenter vainement et nullement d’assainir vos mentors, ayez l’intelligence de vous renseigner au moins. Je vous signale, que beaucoup vous lisent et se disent que vous ne valez pas la peine d’avoir une réponse. M’bon, moi aussi je sacrifie juste un peu de temps pour vous faire réfléchir un tout petit peu. Un bon ministre compétent s’entoure d’un SG bien outillé, de conseillers techniques compétents…
    Vas parler de la compétence de cette équipe à l’UO, aux personnes ressources bien posées dans leur tête bien sûr, ils te répondront.
    Que chacun, là où il est positionné, grouille ne pas creuser un mal profond.
    Toi qui est supposer avoir un cerveau susceptible de raisonner, tu penses qu’un responsable qui laisse sortir de sa bouche ceci : « … nous allons positionner des gens que nous pouvons maitriser… », est quelqu’un qui se soucis de l’avenir d’une institution à plus forte raison un pays ?
    Mon cher Mary, c’est quelle équipe qui gagne ici là ? La machine à piller le peuple ? La machine affairiste qui bloque les dossiers des prestataires qui ne crachent pas dans la bassine ? Même quand on veut sauver l’image de ses mentors, il faut être intelligent.
    En effet, ils ont positionné les gens sans intelligences, sans aucun esprit d’analyse ni critique, des bénis oui oui qui ne posent jamais de questions… C’est ça ton évolution ? C’est ça se soucier du peuple ? C’est ça réussir ?
    Tous les projets ont été rédigé et acquis bien avant cette équipe, alors félicite donc l’équipe intelligente avant tes mentors, qui a abattu le gros œuvre.
    Et enfin, je partage l’avis de mon cher Touabga, qui dit ceci : « … Je constate que tous ceux qui sont des laudateurs du DG de l’ANPTIC sont, soit ses amis ou des ignorants des pratiques immorales de son action. Je mets à défi ces laudateurs de réaliser un sondage auprès des prestataires de l’ANPTIC, ils aviseront autrement… »

  • Le 15 mars à 20:33, par InsurgeDuNumeriq
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Merci Justice, que le balayage soit de taille. Ces morpions de chefs de départements et directeurs nuls, qu’on ne leur permette plus de ternir l’image de l’agence avec des productions nulles de tout genre

  • Le 16 mars à 10:41, par ciceron
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Mon cher Rouge vert. Il te faut fortement revisiter ton orthographe, ta table de conjugaison (des verbes) et tes règles grammaticales de la classe de CE si tu veux t’inviter au débat.
    Sans t’offusquer, CICERON

  • Le 16 mars à 10:45, par SIDNABA
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Internaute Timbila, ce n’est pas parce qu’on bosse bien que l’on doit rester 27 ans à son poste comme le Président déchu Blaise Compaoré. Rester longtemps à un poste de responsabilité est très souvent source d’inefficacité, de corruption et de dictature. Personne n’est indispensable dans son domaine et sur cette terre. A bon entendeur, salut.

  • Le 16 mars à 10:48, par climatiseur
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Internaute nommé compétence, tu veux nous dire que dans toute la gendarmerie nationale, il n’y a qu’un seul diplômé en crime et criminalité ??? ça c’est très très très graaave !!! ne sois pas égoïste, et ne défends pas l’indéfendable. Le maréchal des logis en question a un bras long qui l’a proposé, c’est tout !!! et c’est ce hasard, ou complaisance dans les nominations qui bloque la marche du pays vers un avenir radieux.

  • Le 16 mars à 14:09, par dodo
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    MOUSSA la nomination est un pouvoir discretionnaire , si nous devrons etre consulte pour nomimer qui que se sois nous protesterons toujours

  • Le 16 mars à 16:32, par Medécin
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 14 mars 2018

    Au ministère de la santé ,on a tout simplement remplacé la peste par le choléra . Mais comme le PF et son PM ne veulent pas prendre leurs responsabilités, tant pis pour la santé des populations burkinabè. Le ministre Meda peut tranquillement continuer ses affaires juteuses et son régionalisme outrancier .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés