Projets du second compact du Burkina : Focus sur le domaine de l’électricité

lundi 12 mars 2018 à 23h47min

Le contenu des projets du second compact du Burkina Faso est connu. La phase 3, également lancée pour la définition et le choix desdits projets a ouvert la porte à un atelier technique d’élaboration des documents de proposition de projets. C’était ce lundi 12 mars 2018. L’objectif de cet atelier, disposer des versions préliminaires des documents de projets, au nombre de quatre.

Projets du second compact du Burkina : Focus sur le domaine de l’électricité

« Mettre le focus sur le domaine de l’électricité tout en prenant en compte les contraintes de qualification de la main-d’œuvre qui freinent l’efficacité et la pleine valorisation de ce secteur de production », c’est sur cela que vont porter les projets du second compact du Burkina Faso, qui est à sa phase 3.

En effet, les activités de cette troisième phase, déjà entamées par l’Unité de coordination de la formulation de ce second compact (UCF-Burkina) et l’équipe pays du Millenium challenge corporation (MCC), font maintenant place à un atelier technique d’élaboration des documents de proposition de projets. Cet atelier qui est prévu pour durer cinq jours soit du 12 au 16 mars 2018, vise à disposer des versions préliminaires des documents de projets, au nombre de quatre.

Des explications du coordonnateur national d’UCF-Burkina, Samuel Kaboré, il ressort que chaque document de projet devra être élaboré suivant le canevas du Millenium challenge corporation (MCC). Cela dit, pour qu’un document de projet puisse entrer dans le programme du MCC, obligation lui est faite de contribuer nécessairement à accroitre l’accès des entreprises et des populations à une électricité de qualité et à moindre coût. Et/ou améliorer la qualification de la main-d’œuvre en adéquation avec les besoins des secteurs à fortes potentialités et des principaux secteurs de soutien à l’économie du Burkina Faso. Il est donc attendu de cet atelier, selon le coordonnateur national, la production de documents préliminaires de projets contenant la définition de leurs composantes, l’estimation de leurs coûts totaux, l’indication des conditions et du calendrier de leurs mises en œuvre, etc. . Les projets retenus dans cette phase 3 feront alors l’objet d’approfondissement à travers des études de faisabilité, environnementales et sociales dans la quatrième et dernière phase du second compact.

Les participants présents à l’atelier

Les fonds alloués, quant à eux, ne pourront être dépensés qu’à partir de la fin de l’année 2020. La spécificité de ces projets du MCC, c’est que les fonds non dépensés pendant les cinq ans requis pour l’exécution du compact seront perdus par la partie burkinabè, donc récupérés par celle américaine.

Pour rappel, ce second compact qui est à sa phase 3 est composé de quatre phases. La première phase (d’avril à août 2017), a abouti à l’identification de deux contraintes majeures (l’insuffisance, la mauvaise qualité et le coût élevé de l’électricité ainsi que le déficit de la main-d’œuvre qualifiée. La phase 2 (de septembre à décembre 2017), elle, a permis d’analyser les causes profondes de ces deux contraintes ci-dessus mentionnées et d’élaborer ce faisant des notes conceptuelles qui proposent un cadre d’actions pour y faire face. Lancée depuis janvier 2018, la phase 3 du processus de formulation du second compact du Burkina vise à définir et choisir les types de projets qui vont permettre de mieux régler les problèmes identifiés au cours des deux premières phases.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 mars à 23:18, par Le chauvinisme En réponse à : Projets du second compact du Burkina : Focus sur le domaine de l’électricité

    Nous allons avancer.
    A bas, les ’’apatrides ’’ !
    A bas, les rénégats !
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 08:52, par elyse, En réponse à : Projets du second compact du Burkina : Focus sur le domaine de l’électricité

    Les bailleurs de fonds sont bel et bien là mais c’est les bons metteurs en oeuvre des projets qui restent à retrouver. A défaut, les fonds seront rapatriés.
    Dans le secteur de l’électricité, l’éclairage public est ignoré dans l’exécution des projets en milieu rural, même urbain. Puis après, on vient nous dire qu’on n’a pas pu épuiser tous les fonds consacrés.
    Or, avec l’insécurité aujourd’hui, dans les campagnes dites électrifiées, le malfrat vient vous attaquer et repartir allègrement dans la pénombre tout simplement parce que aidé par l’absence de lampadaires. L’éclairage n’enraye pas l’insécurité certes,mais c’est de la pénombre que la victime et ses mouvements sont repérées dans la lueur, on choisit le bon moment pour agir. impossible d’envisager où ils se sont dirigés avec leur butin.
    Il faut revoir cette forme d’électrification faite de simple raccordement sans qu’à la ronde il ne soit suivie de lampadaires conséquents. Or, nos populations méritent mieux. Il faut avoir de grandes ambitions pour elles et non de les contenter du strict minimum.C’est en réalité l’éclairage public qui change la physionomie des localités électrifiées. De toutes les façons, ce sont les usagers qui supportent les charges de l’éclairage public.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés