Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Ecole Supérieure de I’ Informatique : De nouvelles formations en Master d’Informatique

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET | Par Haoua Touré • lundi 12 mars 2018 à 14h36min
Ecole Supérieure de I’ Informatique : De nouvelles formations en Master d’Informatique

Le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Alkassoum Maïga, a procédé au lancement des Masters d’informatique de l’Ecole Supérieure de I ’Informatique (ESI) le 09 Mars 2018 à l’Université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso. Placée sous le parrainage de la ministre du développement de l’économie numérique et des postes Hadja Ouattara/ Sanou, la cérémonie a connu la participation de nombreuses personnalités, des partenaires, des chercheurs, des enseignants et des étudiants entre autres.

Le vendredi 09 Mars 2018 est un jour mémorable pour les enseignants, étudiants et personnel de l’Ecole Supérieure de I’ Informatique (ESI) avec l’ouverture de 2 masters d’informatique en systèmes d’information, spécialité système d’aides à la décision, et en réseaux et systèmes, spécialité conception et architecture de réseau. En effet, ces masters permettront de former des compétences de haut niveau dans le domaine des réseaux et des systèmes informatiques.

Premier établissement supérieur public en informatique au Burkina Faso, l’Ecole Supérieure de l’Informatique (ESI) a ouvert ses portes à Ouagadougou en 1990 suite au besoin exprimé par le premier plan directeur informatique ( 1991-1995) portant édification de compétences nationales par la formation de spécialistes (analystes et chercheurs). A sa création, elle fut rattachée à la délégation générale à l’informatique puis transférée à Bobo en 1995, avec un premier Cycle d’Ingénieurs de Travaux Informatiques (CITI) de niveau Bac + 3 puis un second Cycle d’Ingénieurs de Conception en Informatique (CICI) Bac + 5 et enfin un DEA dans les années 2003-2005.

Depuis la fermeture du DEA en 2010, les conditions d’études, de recherche pour les étudiants et enseignants s’étaient détériorées en matière d’études doctorales. Cette situation a aussi accentué le manque d’enseignants en informatique, leur formation ne préparant pas à la recherche. Mais grâce à la perspicacité du corps enseignant à travers la tenue de 3 ateliers (2014-2015-2017) et la sollicitation du ministère du développement de l’économie numérique, ces deux nouveaux masters d’informatique en systèmes d’information, spécialité système d’aides à la décision, et en réseaux et systèmes, spécialité conception et architecture de réseau voient enfin le jour pour relever ces défis.

En effet, la ministre Hadja Ouattara/ Sanou a fait un don de 10 millions via son département l’Agence nationale pour la promotion des TIC (ANPTIC), repartis en équipements informatiques, réfection de la salle CICI en salle de recherche, attribution de prix aux 3 meilleurs étudiants de chacune des six classes durant la nuit de l’excellence de l’ESI.

Pour résoudre le manque d’enseignants chercheurs en informatique, le ministre Alkassoum Maïga patron de la cérémonie qui est à sa 4e visite à l’Université Nazi Boni a lancé un appel à ceux qui ont le profil à se présenter pour le recrutement d’une centaine de professeurs prévu courant mars-avril 2018.

Par ailleurs, selon Alkassoum Maïga, « l’enjeu de ces masters répond à la responsabilité du Burkina de diversifier les offres de formation et de renforcer les capacités des étudiants Burkinabé dans les domaines les plus divers. Ces deux offres de formation non seulement permettent à l’enseignement supérieur de renforcer sa base et d’élargir son rayon d’action mais offre aussi des possibilités pour que l’économie nationale puisse se développer conformément au PNDS ».

Pour la marraine Hadja Ouattara/ Sanou ancienne étudiante de l’ESI et actuelle ministre du développement de l’économie numérique et des postes, il était important pour elle d’exprimer son soutien à ses filleuls futurs ingénieurs. Aussi, elle les a encouragés à ne pas hésiter à « mouiller le maillot » pour persévérer dans les études et les rejoindre dans le monde professionnel. Elle compte également établir une convention entre son administration et l’ESI pour envoyer les informaticiens de son administration à l’ESI afin de renforcer leurs capacités.

Les différents interlocuteurs ont rendu hommage aux premiers promoteurs de l’ESI dont Moussa Ouattara ancien recteur de l’Université de Bobo et ancien ministre des Enseignements Supérieur et Secondaire. Concernant la vie professionnelle, l’ESI a formé selon le Directeur de l’ESI le Professeur Mesmin Dandjinou, de nombreux diplômés qui occupent des postes importants au Burkina, en Afrique et un peu partout dans le monde.

A l’issue du lancement de ces masters en informatique par le ministre de l’Enseignement Supérieur Alkassoum Maïga, les autorités ont visité quelques locaux de l’ESI (administration, salle de classe, bibliothèque…) Il y a eu également une table ronde avec les partenaires de l’ESI pour l’adaptation des offres de formations de l’ESI à l’évolution du monde numérique. Au cours de cette session, les représentants de l’ESI ont partagé leur vision et exprimé leurs besoins aux partenaires qui à leur tour ont proposé des accompagnements en guise de soutien et formulé quelques attentes et suggestions.

Deux voies d’admissions à l’ESI sont possibles : le concours ou l’inscription sur titre et la rentrée prévue d’ici fin Mars 2018 selon le président de l’Université Macaire Ouédraogo.

Haoua Touré
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
Université de Ouagadougou : Vincent Zoma décroche son doctorat en géographie
Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo : Admis à la retraite, le Pr Prosper N. Zombré reçoit l’hommage de ses pairs
Les obstacles à la participation communautaire à la santé
Soutenance de mémoire : Hamadoum Tall analyse la consommation des réseaux sociaux par les lycéens
Recherche : Le quinoa, une plante pour s’adapter aux changements climatiques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés