Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Pompes solaires : Le Centre Sainte famille de Saaba, un partenaire de qualité et à moindre coût

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • • mercredi 7 mars 2018 à 23h38min
Pompes solaires : Le Centre Sainte famille de Saaba, un partenaire de qualité et à moindre coût

Le Centre Sainte famille (CSF) de Saaba organise sa journée de lancement de nouvelles technologies de pompage solaire, ce mercredi 7 mars 2018 à Ouagadougou, avec l’appui de Practicia Foundation, dans le cadre de la subvention octroyée par le projet USAID/REGIS-ER.

Le Centre Sainte famille (CSF) a consacré la date du mercredi 7 mars 2018, à la promotion de ses nouvelles technologies de pompes solaires, innovantes et accessibles, pour l’approvisionnement en eau à des fins agricoles.

« Grâce à la chute des prix des panneaux photovoltaïques, aujourd’hui, le pompage solaire est devenu une alternative intéressante et viable », a affirmé le responsable maison du CSF, frère Honoré Songré. Toutefois, le CSF de Saaba a constaté qu’il n’y avait pas encore sur le marché burkinabè de pompe solaire à usage individuel adaptée aux besoins des petits producteurs, car elles sont trop couteuses pour être utilisées pour une petite irrigation.

C’est ainsi que PRACTICIA Foundation avec le CSF et l’appui du projet Résilience et croissance économique au Sahel-Résilience renforcée (REGIS-ER), a introduit au Burkina une gamme de pompes solaires ayant des caractéristiques adaptées à la petite irrigation privée, afin que les petits exploitants puissent accéder à des solutions de pompage solaire via une filière de distribution et de commercialisation durable.

Les modèles des pompes solaires et leurs prix

La pompe solaire SF1 est une pompe d’aspiration d’un débit de 3m3 par heure, pouvant ainsi irriguer une surface comprise entre 2 000 et 2 500m². Cette pompe coûte 400 000 francs CFA avec un coût d’installation fixé à 10 000 francs CFA.
La pompe mini-volanta quant à elle, peut irriguer une surface aménageable de 1 500 à 2000 m² pour un débit de 1,5 m3 par heure. La mini-volta coûte 450 000 francs CFA pour un prix d’installation de 35 000 francs CFA.

La volanta ordinaire coûte 590 000 francs CFA pour un coût d’installation élevée à 80 000 francs CFA. Elle peut aménager une surface de 3000 à 4000 m3 et elle a un débit maximal de 2 m3 par heure.

La pompe volanta grand débit a un débit maximal de 7 m3 par heure et peut irriguer une surface allant de 1 à 1,5 hectares. Son prix de vente est fixé à 700 000 francs CFA pour un coût d’installation de 80 000 francs CFA.

L’Aqua delta T125 est une pompe solaire qui a une surface aménageable comprise de 3,5 à 4 hectares, avec un débit maximal de 30 m3 par heure. Cette pompe coûte 2 200 000 francs CFA pour un coût d’installation fixé à 50 000 francs CFA.
Les cinq types de pompes solaires ont deux systèmes d’application :
 Rainmaker : c’est un tuyau fixé grâce à un trépied qui arrose les plantes ;
 Système californien : cela consiste à canaliser les tuyaux sous terre. Ce système évite les pertes d’eaux et permet de drainer à une grande hauteur si possible.
A en croire Honoré Songré, la pompe volanta est la seule pompe manuelle au Burkina Faso qui peut remonter l’eau dans un château.

Avantages de l’utilisation de ces pompes solaires

Lors de la visite terrain pour constater les conditions d’utilisation de la pompe volanta, nous nous sommes rendus au jardin de Fulgence Ouédraogo, qui applique le système californien. Selon lui, depuis novembre 2017 où il a commencé à utiliser la volanta solaire, ses souffrances ont pris fin. « Avant, je pouvais dépenser entre 1200 et 1500 francs par jour pour le carburant de la motopompe, mais désormais, je ne dépense aucun rond. A mon arrivée, il suffit juste de disposer les matériels, démarrer la machine et le travaille commence », a-t-il confié. Même son de cloche chez Issouf Ouédraogo qui utilise le rainmaker. Comparativement au résultat qu’il réalise mensuellement, il a affirmé que la pompe solaire SF1 coûte moins cher. « Pour un cultivateur qui prend à crédit cette machine, en deux ans, il pourra s’acquitter de sa dette », a-t-il indiqué.

Centre Sainte famille, des produits de qualité au service social

Selon le directeur du CSF, frère Charles Sawadogo, c’est un projet de longue date qui suit son cours. Au départ, le centre se contentait de fabriquer les pompes manuelles. C’est suite aux échanges avec les maraichers que le CSF a pu déceler leurs attentes. Dès lors, les pompes aux moteurs électriques, thermiques et solaires sont mises sur le marché pour répondre aux besoins des clients.

Le Centre Sainte famille fabrique les pièces des pompes solaires sur place. En plus de la fabrication des pièces, le CSF dispose d’une imprimerie, d’une menuiserie et d’un atelier de transformation des matières plastiques. Cependant, frère Honoré Songré a précisé que les matières premières pour la fabrication des pièces des pompes viennent de l’Europe.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
Université de Ouagadougou : Vincent Zoma décroche son doctorat en géographie
Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo : Admis à la retraite, le Pr Prosper N. Zombré reçoit l’hommage de ses pairs
Les obstacles à la participation communautaire à la santé
Soutenance de mémoire : Hamadoum Tall analyse la consommation des réseaux sociaux par les lycéens
Recherche : Le quinoa, une plante pour s’adapter aux changements climatiques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés