Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux sociaux à la rigueur

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • Communiqué de presse • mercredi 7 mars 2018 à 23h57min
Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux sociaux à la rigueur

Le vendredi 02 mars 2018, deux attaques terroristes ont de nouveau endeuillé le peuple burkinabè. En cette douloureuse circonstance, le Vice-président du Conseil supérieur de la communication, au nom du Collège des conseillers, de l’ensemble du personnel administratif et en son nom propre, présente aux familles éplorées ses sincères condoléances et souhaite un prompt rétablissement aux blessés pris en charges dans les différents établissements sanitaires.

En ces moments de grands questionnements, le travail des médias est apprécié à sa juste valeur. Cependant, le Conseil supérieur de la communication constate, avec regret, que le traitement de ces sujets par certains médias et citoyens sur les réseaux sociaux se fait sans précaution aucune et très souvent au mépris des règles déontologiques. Il en découle la diffusion, la publication et/ou le relai d’informations mal présentées et parfois erronées contribuant ainsi à semer la psychose au sein des populations.

Le Conseil supérieur de la communication en appelle à la responsabilité sociale des journalistes et à la conscience des activistes sur les réseaux sociaux afin de ne pas offrir, par ignorance, un tremplin de visibilité aux assaillants tout en réduisant à néant les efforts de nos vaillantes Forces de défenses et de sécurité. Il est nécessaire de s’abstenir de publier, qu’importe le canal, les photographies des blessés, les dépouilles des assaillants et surtout les commentaires de nature apologique.

Pour leurs différentes productions, les médias sont invités à s’assurer de la qualité des personnes ressources.

Ouagadougou, le 05 mars 2018

La Direction de la Communication et des Relations publiques
Contact : 25 30 11 24, poste 152

Vos commentaires

  • Le 7 mars à 15:17, par Yiriba En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    Merci le CSC pour cette mise en garde déontologique, car cela est absolument important. Il faut également laisser sortir le méchant qui empoisonne un peuple devant l’inexplicable dont il est confronté. Les réseaux, c’est une sorte de soupape de libération dans ces circonstances et les autorités devraient prendre note de leur poids et des revendications objectives.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars à 15:33, par Kamême !!! En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    Le gouvernement gagnerait aussi améliorer sa communication de crise. Tout le monde apprend de ses erreures. A la première attaque du CAPPUCCINO, c’était la cacophonie. On pouvait comprendre parce que les gens n’avaient pas encore pris fonction.
    A la deuxième attaque au café Aziz Istanbul, la Communication gouvernementale était impeccable. Très bien méné d’une main de maître par le minister de la communication.
    Cette fois ci a la double attaque, la communication gouvernementale a été désordonnée et lamentable alors que nous sommes en plein journée. Pendant ce temps nos FDS gagnent en experience et en réactivité comparativement aux premières attaques.
    la cacophonie dans la communication gouvernementale a entrainé des chiffres contradictoire et erronées sur le nombre de victims.
    Que chacun fasse son travail. Que le Président n’attende pas 24h pour réagir.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars à 16:08, par belmoban En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    Mais vous pensez que quoi quand on sait que nos journalistes n’étaient pas à mesure de nous donner de vrais infos. J’espère bien que vous avez écrit à france24 aussi pour manifester votre mécontentement.merci

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars à 17:42, par Ka En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    La liberté de la presse et le respect de la déontologie journalistique vont de pair avec la bonne gouvernance. Dans un pays "développé", le journalisme d’investigation doit exister, mais en vertu de la déontologie, il ne faut pas confondre investigation et calomnie. Il n’y a pas de place pour les affabulations et les rumeurs. Mais est-il productif de laisser les journalistes écrire impunément n’importe quoi ? Il y a une déontologie, si elle n’est pas assortie de mesures réellement contraignantes et appliquées, où va-t-on ? Ce que je sais, une site comme Lefaso.net dont je fais partie des premiers internautes sur son forum, son responsable averti et son équipe rentre dans le jeu de respecter la déontologie journalistique, et je les donne mes fleurs sans réserve.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars à 04:32, par Badiel En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    Merci C’est aussi pouvoir lire les signes, les icons et autres representations...
    - L’Etat Major est dangereusement "pose au milieu de Ouaga, dailleurs comme plein d’autres "cibles dures" dans la meme zone — il faut y penser et remedier
    - L’ambassade de France doit etre delocalisee, de meme que le premier ministere
    - Ces institutions devraient avoir vu tout cela — bien avant tout ca.
    - L’ambassade de France apparait plus "dure", plus securisee que notre propre Etat Major...

    Enfin, je ne fais que pleurer et alors que !

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars à 10:30, par Ka En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    Djé : Merci de me lire : Je confirme que les jeunes journalistes dont tu viens de citer de Lefaso.net, sont dans des bonnes mains de l’homme a plume d’or qui est le Dr. C. Paré : Il a appris à ces jeunes journalistes en herbe qui veulent être des reporters de la trempe du valeureux Norbert Zongo, à faire des analyses bien pensé et bien écrit, avec des réflexions simples et limpides que je partage agréablement souvent.

    Si je me suis permis de citer Lefaso.net, c’est qu’a ailleurs comme les radios de la place, quand on écoute quelques journalistes des langues vernaculaires, et même dans dans la presse écrite, on remarque amèrement comment la désinformation et le sens de la simplification outrancière propre aux médias "parallèles" et non-professionnels finit par dénaturer une vraie information pour en faire un mensonge, voire une absurdité.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars à 11:35, par CI En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    en fait il faut sévir tout simplement, y’a des gens qui sont sur facebook et autre reseaux sociaux pour juste se faire voir, pour se jouer les intéressant et mettant en danger et en péril la nation toutes entière. n’importe qui se permet de distiller des informations erronés et dangereuses juste pour se jouer les intéressant et se fait appeler activiste. on a tous suivi des publications tendant a ridiculiser nos forces de défenses et de sécurités qui se battaient heroiquement comme ils pouvais face a ses fous de dieux. franchement il faut sévir c’est la seul manière de ramener les gens a la raison , sinon on aura beau interpeller, les plaisantins continueront de jouer avec la république. Autant les citoyens ont des droits, autant ils ont des devoirs, on ne joue pas avec la sécurité d’un pays. A trop vouloir caresser les gens dans le sens des poils, on finira tous par payer le prix. celui ou celle qui distillent des fausses informations, des analyses et commentaires qui portent atteintes a la sécurités de l’Etats doit tous simplement en répondre c’est aussi simple que cela, et c’est ainsi qu’on bâtit un Etat de droit par l’observations par les citoyens de leurs droits et aussi de leurs devoir.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars à 11:40, par Dark vador En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    Je suus d’accord avec le csc.quand nous voyons des journalistes comme ceux du reporter qui pensent qu’a force de calomnies et de sordides revelations ils peuvent inciter une autre insurrrection,c’est déplorable.quand je vois un certains loukman qui ne fait que critiquer,c’est deplorable.ce monsieur est content quand le pays est attaqué.s’aurait été au temps de l’autre il serait dejà poussière..bref.que des sanctions tombent si toute fois certains journaliste qui par leur plûme tentent de mettre le feu à la poudre.ensuite des journalistes politiciens,on en veut plus.je ne faisais que passer.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars à 21:28, par Cheikh En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux à la rigueur

    Gloire à nos braves FDS, paix aux âmes de nos héros disparus ! Mais, attention, vigilance tous les jours, à toute heure et toute minute ! Car tant que le "Blaiso" ne sera pas sûr de son sort en Côte d’Ivoire au sortir des élections Ivoiriennes, soyez sûrs que jusqu’à ces élections-là, il va continuer à nous attaquer avec acharnement, pour tenter de se faire une place ici. Et là-dessus, n’en déplaise à ses thuriféraires, et à tous ceux qui continuent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Que Dieu sauve le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 9 mars à 16:23, par Teo En réponse à : Attaques terroristes du 02 mars 2018 : Le CSC invite les journalistes et les activistes des réseaux sociaux à la rigueur

    Restons unis. Face à l’adversité, l’unité est la clé. Un peuple uni constitue une force indétronable. Face aux défis que notre nation rencontre sur tous les plans, nous nous devons de rester unis et proner l’unité dans nos communautés. Nous pouvons avoir des opinions divergentes et comprendre la nécéssité de ne pas laisser nos opinions nous diviser, surtout en ce moment crucial ou nous devons unir toutes nos forces.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sourou : Les populations dans la rue pour soutenir les Forces et défense et de sécurité
Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les chefs traditionnels et religieux se concertent
G5 Sahel : Placer les populations au centre des politiques de lutte contre le terrorisme
Gendarmes tués sur l’axe Ougarou-Boungou : Les quatre pandores reposent désormais à Fada N’Gourma
Est du Burkina : La gendarmerie déjoue une embuscade et abat 6 assaillants dont 2 étaient menottés dans le véhicule
Niger : L’état d’urgence décrété près de la frontière avec le Burkina Faso
Axe Ougarou-Boungou : Une attaque de deux véhicules d’escorte fait cinq morts
Situation sécuritaire au Burkina : Une préoccupation à la loupe de Free Afrik
Ouagadougou : Le ministère de la sécurité annonce une formation tactique à l’Ambassade Royale du Danemark et du Canada le mardi 27 novembre 2018
Kantchari : Une école incendiée, des instituteurs sommés d’enseigner en arabe
Attaques terroristes : Les syndicats de l’éducation dénoncent l’absence de mesures à même de permettre un fonctionnement serein et continu des écoles
Tongmael (Sahel) : Quelques policiers mettent en déroute une vingtaine d’assaillants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés