Attaques terroristes du 02 mars 2018 : La CEDEAO et le G5-Sahel au chevet du Burkina

LEFASO.NET | Moussa DIALLO • mardi 6 mars 2018 à 09h50min

La CEDEAO et le G5-sahel solidaires du Burkina. Trois jours après la double attaque terroriste perpétrée à Ouagadougou, les présidents en exercice de ces deux institutions étaient au Burkina pour apporter soutien et réconfort au peuple burkinabè. En effet, ce 05 mars 2018, Faure Gnassignbé (Président du Togo et de la CEDEAO) et Mahamadou Issoufou (Président du Niger et du G5-Sahel) sont venus présenter leurs condoléances au Président du Faso et partant, l’ensemble des Burkinabè. Ils ont, tous deux, condamné ces actes barbares et assuré leurs soutiens au pays des Hommes intègres dans le combat contre ces ‘’fous de Dieu’’.

Attaques terroristes du 02 mars 2018 : La CEDEAO et le G5-Sahel au chevet du Burkina

Premier à fouler le tarmac de l’aéroport international de Ouagadougou à 10h, le président nigérien Mahamadou Issoufou a été accueilli à sa descente d’avion par le Président du Faso, Roch Kaboré. Puis, les deux hommes se dirigent vers le salon d’honneur. A peine le temps de terminer les salamalecs, le Président du Faso revient accueillir son homologue togolais, Faure Gnassingbé dont l’avion s’est posé 20 mn après celui du Niger. Après quelques minutes au salon d’honneur pour des formalités protocolaires, les trois chefs d’Etat prennent la direction de Kossyam, avant de revenir sur les lieux des attaques du 02 mars, d’abord à l’Etat-major général des armées du Burkina, puis à l’ambassade de France au Burkina. C’est sur le premier site cité que les combats ont été plus acharnés avec le plus de victimes et de dégâts matériels. Faut-il le rappeler, ces attaques ont coûté la vie à huit militaires burkinabè. Huit terroristes ont également été abattus. La visite des lieux de crime s’est faite sans les médias, l’accès leur ayant été refusé.

C’est finalement à l’aéroport, avant leur départ que les chefs d’Etat ont fait chacun, une déclaration. Le président en exerce de la CEDEAO, Faure Gnassingbé était le premier à livrer sa déclaration. « Nous sommes venus comme un voisin accourt quand il sent que le malheur a frappé quelqu’un qui est proche de lui. Nous avons appris avec effroi ce qui s’est passé ici le 02 mars quand il y a eu une double attaque à Ouaga, attaque à caractère terroriste. Nous sommes venus pour présenter, au nom de l’ensemble des peuples de la CEDEAO, nos condoléances les plus attristées aux familles des victimes innocentes, et aussi prier pour que les blessés puissent se rétablir rapidement », a-t-il précisé d’entrée. Avant d’ajouter : « Nous sommes venus aussi dire au peuple du Burkina Faso que, selon le principe sacré de la solidarité, dans notre espace qu’est la CEDEAO, Ouagadougou étant frappée, nous nous sentons tous agressés ». Faure Gnassingbé n’a pas manqué de féliciter les forces de défense et de sécurité du Burkina « pour leur rapide riposte, efficace qui a certainement permis de limiter les dégâts ».

« Renforcer la coopération »

Enfin, le Président en exercice de la CEDEAO a, au nom de ses pairs, condamné de façon vigoureuse ces actes terroristes qui, depuis quelques années, sévissent dans la sous-région Ouest-africaine. « Monsieur le Président, si vous êtes dans le malheur, nous le sommes aussi. Le terrorisme est un phénomène international qui frappe n’importe où, n’importe quand. Aujourd’hui, c’est Ouaga, demain ça pourrait être une autre ville. Nous devons tout faire pour renforcer la coopération car, c’est ensemble que nous pouvons défaire définitivement ces malfaiteurs », a-t-il conclu.

A la suite du Président togolais, c’est le Président nigérien, Mahamadou Issoufou, par ailleurs président en exercice du G5-Sahel qui a livré sa déclaration au nom de ses pairs. Il a d’abord évoqué le choc ressenti à l’annonce de cette double attaque à Ouagadougou. « Quand nous avons appris la nouvelle au Niger, nous avons été très fortement choqués. Quand j’ai contacté mes collègues des autres pays du G5-Sahel, ils m’ont fait part de leur émotion. Le Burkina est membre du G5-Sahel. La France dont l’ambassade a été attaquée est un pays allié. Il est donc tout à fait naturel que nous fassions le déplacement de Ouaga pour présenter nos condoléances au Président Roch Kaboré, au peuple et au gouvernement du Burkina, aux familles des personnes décédées et en même temps exprimer notre souhait de rétablissement aux personnes qui ont été blessées », a-t-il précisé. Puis, il a réaffirmé la volonté commune de continuer sans répit le combat contre le terrorisme et le crime organisé. Car, selon lui, « le terrorisme n’a pas d’avenir dans notre région, sa défaite est inscrite dans la nature obsolète, anachronique des valeurs qu’il prétend défendre ».

Alliance avec la France : Ne pas tomber dans le piège des terroristes

Mahamadou Issoufou a également demandé de ne pas tomber dans le piège des terroristes et leurs complices qui cherchent à défaire le G5 de ses alliés dont la France. « On les entend souvent dire de nos alliés qu’ils sont des forces étrangères. Pour nous, c’est des forces alliées qui combattent pour la même cause que nous. Donc, nous ne tomberons pas dans le piège de ces terroristes et de leurs complices qui présentent la contribution apportée par nos alliés comme une présence étrangère dans nos pays. Nous renforcerons donc nos capacités opérationnelles et de renseignements avec nos alliés et je suis sûr qu’avec cette mutualisation, nous allons non seulement vaincre le terrorisme sur le plan militaire, mais aussi nous allons créer les conditions de développement économique et social de l’ensemble des pays du Sahel », a confié Mahamadou Issoufou.

Tout en remerciant ses hôtes venues apporter soutien et réconfort au peuple burkinabè, le Président du Faso Roch Kaboré a rappelé que la lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine et aucun sacrifice ne sera de trop pour la défense de notre patrie. « C’est vrai, les évènements récents ont certainement ébranlé le peuple burkinabè, mais je dois pouvoir vous rassurer que le peuple burkinabè restera debout et que nous arriverons à bout du terrorisme quels que soient les sacrifices que nous devons consentir parce que c’est un devoir sacré pour nous de défendre la patrie et la République », a-t-il lancé.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Messages

  • Où sont les TERRORISTES du 30 et 31 Octobre 2014 avec leur très civilisé KAFANDO, ruellement élu qui s’en foutait de l’importance de la CEDEAO ?

    • Reveille toi desquil est temps sinon ... Kafando a ete et restera un des presidents les plus respecté du Burkina Faso !

    • Ah bon ! c’était donc votre plan ! et bien nous refoulerons encore et encore cette CEDEAO si elle ne montre pas son impartialité dans le reglement de nos crises. vraiment Whisky

    • Votre pseudo seul permet de cartographier votre personnalité. No comment. Que vaut la CEDEAO. Une institution qui est l’ombre d’elle même. Incapable de trouver des solution et dire la vérité et de sanctionner ceux qui veulent nous destabiliser.

    • C’est la preuve que le peuple sait ce qu’il veut, ce qu’il cherche. Le peuple n’est pas contre la CEDEAO, le peuple est contre des actes (certains mal placés dans l’espace et le temps) de la CEDEAO. Le peuple burkinabé est un peuple qui réfléchit.

  • C’est réconfortant la visite de ces deux chefs d’État voisins. Mais autant j’abaisse ma garde devant le nigérien autant cette garde est haute devant Faure. Lui il est le" bon petit" de notre fugitif. Comme les amis de mes amis sont mes amis, alors méfiance légitime.

  • Qui a vu ?
    Je dis bien vu le corps des 8 jihadists morts. On nous ment tout le temps et nous gobons tout. qui a vus ? (medecin, infrimier etc...) Des preuces,
    Que ceux qui comprenenent comprenenet le sens de cette question.

  • Je pense qu’il est temps pour nous de nous mettre au sérieux pour vider les tiroirs de la justice tous les dossiers qui doivent être jugés car tant que cela n’est pas fait, tous ces gens mal intentionnés croiront qu’ils peuvent sévir en toute impunité. Il faut taper du poing sur la table et dire que personne n’est au dessus de la loi : mater s’il le faut ! Et tant que la leçon n’est pas donnée, ce sera toujours ainsi. Depuis 1987, le burkinabè a perdu l’intégrité, le sens de l’honneur... et comme on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs, alors acceptons de faire une purge rapide et efficace sans complaisance. Si c’est pour continuer dans le mouta-mouta, alors il faut s’attendre toujours à des lendemains tristes et sans issu.

  • Comme signifiait FELA KUTI, vous passez votre temps à parler pendant que des gens meurent.
    Ces gens là, ne sont pas des humains ou ils sont des humains à la solde de satans. Alors, dites moi combien de personnes sont mortes lors des grandes guerres ?
    Le G5 sans la France peut entourer ces imbéciles, et finir avec eux et IL N’Y A RIEN !
    Si la France dit qu’elle est amie aux terroristes, c’est son choix. Nous on sera amis avec le Général POUTINE d’ici demain.
    Il y EN A MARRE de ces français qui créent les problèmes partout et reviennent nous proposer des solutions. Rien que pour nous soumettre.
    C’est eux qui ont cassé la Libye et les conséquences sont là à nous bouffer. Qui a osé dire aux français de corriger le problème ? Ils ont eu un contrat pétrolier. C’était ça leur guerre. Si le G5 ne regarde pas droit devant, se départir des solutions francaises et abattre ces terroristes, un jour, les Africains eux même deviendrons terroristes seulement pour se venger de la France.

  • Les USA ont été victimes du 11 septembre, la France a eu son lot d’attentats terroristes mais on a pas vue une horde de chefs d’état ou d’institutions internationales les envahir pour des condoléances . On me dira qu’en Afrique ont le sens des relations l’humaine que l’émotion est nègre.....etc. Je pense que nous n’avons pas encore assimilé que le phénomène du terrorisme est un nouvel acteur sur la terre avec lequel on va cohabiter. Alors arrêtons notre émotivité infantile le monde a changé et il faut qu’on change de comportement. C’est la 3 ème fois que ce rituel de défilé se fait et je me demande si dans l’avenir nous devons être encore frappé ces fonctionnaires chercheurs d’indemnité et de perdieme de mission vont t-ils continuer à dilapider les maigres ressources des africains pour venir essuyer les larmes d’un pays qui a perdu la mémoire et le bon sens

  • Respect pour nos jeunes FDS qui meurent au front pendant que les haut gradé meurent d’embonpoint. Pardon, d’obésité !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés