Canada : Des Burkinabè visés par une enquête sur les biens mal acquis

LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • vendredi 2 mars 2018 à 07h10min

Dans un tweet publié le mardi 1er mars 2018, l’Organisation non-gouvernementale (ONG) Sherpa, a annoncé avoir adressé une demande d’ouverture d’enquête au Canada au sujet des biens mal acquis. Cette enquête concerne les conditions ayant permis à des responsables africains et leurs proches de se constituer un patrimoine immobilier au Canada. Le Burkina Faso fait partie des pays dont les personnes visées sont originaires.

Canada : Des Burkinabè visés par une enquête sur les biens mal acquis

La question des biens mal acquis de certains dirigeants africains refait encore surface. Cette fois-ci, c’est au Canada. En effet, l’ONG Sherpa en collaboration avec la Coalition Biens mal acquis (BMA) du Canada, ont demandé une enquête sur les conditions ayant permis à des responsables africains et leurs proches de se constituer un patrimoine immobilier au Canada.

On peut lire dans le communiqué de Sherpa publié sur son compte Tweeter : « Biens mal acquis : nous avons adressé aujourd’hui une demande d’ouverture d’enquête au Canada avec la coalition BMA Canada ».

L’ONG Sherpa « précise que sa saisine de la gendarmerie royale est en étroite coordination avec la coalition BMA du Canada ».

Selon Le Journal de Montréal, « des dizaines de propriétés entre les mains de ministres, d’ex-ministres et autres personnalités proches de dictateurs et de dirigeants corrompus d’Afrique », ont été recensées. Ces biens immobiliers se situent à Montréal, à Ottawa et dans une cossue région montagneuse québécoise. Le quotidien évoque « plus de 30 millions de dollars canadiens (plus de douze milliards de francs CFA) investis au total ».

Les pays concernés et les poursuites

A en croire le journal Le Monde, les personnes visées sont originaires du Burkina Faso, du Tchad, du Congo-Brazzaville, du Gabon, du Sénégal, d’Algérie et de la République démocratique du Congo (RDC). Selon la Coalition, certaines d’entre elles possèdent le statut de résident permanent au Canada. Des poursuites seraient également entamées contre « les intermédiaires, les cabinets d’avocats et même les banques, qui ont collaboré avec ces gens-là ».

Il faut rappeler qu’en France, plusieurs procédures sont déjà en cours concernant les dossiers dits « biens mal acquis ». En 2017, le vice-président et par ailleurs fils du président de la Guinée Equatoriale, Teodorin Obiang, avait été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d’euro d’amende, également avec sursis, pour s’être bâti frauduleusement un patrimoine considérable en France.

Cryspin Masneang Laoundiki (Stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • TRES BONNE NOUVELLE
    FOUILLEZ ET VERIFIER LA SOURCE DE CES FONDS
    COURAGE POUR LA SUITE

  • La vérité se défend elle même et elle se manifestera à coup sûr. Vous croyez avoir floué le peuple. Dieu veillera à vous payer a la hauteur de vos forfaits.

  • Bonjour !
    C’est une très bonne initiative. Huit jours pou le voleur et un jour pour le propriétaire qui est le peuple.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés