Protection de l’enfant au Burkina Faso : Seuls sept ministères ont des mandats spécifiques

LEFASO.NET | Jacques Theodore BALIMA • lundi 26 février 2018 à 23h28min

Le groupe de travail pour la protection de l’enfance au Burkina Faso a organisé vendredi 23 février 2018 à Ouagadougou un atelier de plaidoyer sur l’intégration de la protection de l’enfant dans les politiques et stratégies sectorielles.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Protection de l’enfant au Burkina Faso : Seuls sept ministères ont des mandats spécifiques

« Restituer l’étude sur l’intégration de la protection de l’enfant dans les politiques et stratégies sectorielles ». Telle est la raison qui a guidé à l’organisation par le groupe de travail pour la protection de l’enfance au Burkina Faso d’un atelier le vendredi 23 février dernier à Ouagadougou. L’étude qui s’est voulue « participative » a touché douze départements ministériels. Selon Ursule Bouda, consultante, le souci de cette organisation est d’améliorer la qualité de la prise en charge de la protection de l’enfant au Burkina Faso. « L’objectif de l’étude est de savoir le nombre de ministères impliqués dans la protection de l’enfant et aussi de se persuader qu’ils ont des mandats spécifiques par rapport à la protection de l’enfant », a-t-elle justifié.

Elle a informé que l’étude a été menée en 2017 plus précisément autour du mois de juillet-aout. « Mais après analyse des douze ministères clés concernés par l’étude, seulement sept de ces ministères ont des mandats spécifiques qui concerne l’enfant. Les autres interviennent mais il n’y a rien de précis écrit », a détaillé Mme Kaboré.

Pour Jérôme Yaméogo, directeur général de l’encadrement de l’enfant et de l’adolescent, la problématique de la protection de l’enfance est traversable et est prise en compte dans les mandats de plusieurs départements ministériels. Il a laissé entendre que de nombreux efforts aux plans législatif, politique et institutionnel ont été engagés, visant non seulement à améliorer les connaissances des populations et des acteurs et complice des violations des droits des enfants et à améliorer la prise en charge des victimes.

« Cependant, à cause de la faiblesse de la synergie d’actions sur le terrain, les cas de violation des droits des enfants persistent, se diversifient au détriment des efforts de leur protection et de leur bien-être. C’est pour renforcer la collaboration et solliciter de tous les départements ministériels ayant un mandat de protection de l’enfant à intégrer la question dans leurs politiques et stratégies sectorielles que la GTPE a voulu faire un plaidoyer à leur endroit, objet de l’étude qui a été restitué » a laissé entendre M. Yaméogo.

Il a informé que le GTPE dans le cadre de l’initiative nationale pour le renforcement du système de protection de l’enfance a franchi depuis sa mise en place en 2009, de nombreuses étapes pour mutualiser les expertises et les ressources des organisations de protection de l’enfant dans le but d’améliorer de manière significative la synergie d’action et la qualité des interventions en faveur des enfants en besoin de protection.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés