Développement des organisations postales : La formation, une question stratégique

LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • vendredi 23 février 2018 à 21h38min

Ouverts le 22 février 2018, les rideaux de l’atelier pour la définition d’une politique régionale de formation se sont refermés dans l’après-midi du 23 avec à la clé, un document dit « Déclaration de Ouagadougou ». Aussi, au regard de la qualité du travail réalisé, les participants issus des 14 pays membres de la Conférence des postes des Etats de l’Afrique de l’Ouest ont reçu des attestations de participation.

Développement des organisations postales : La formation, une question stratégique

« Définition d’une politique régionale de formation harmonisée », est le thème qui était au centre des débats et préoccupations durant les 48 h de travaux de l’atelier régional de la Conférence des postes des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CPEAO). « Ce que nous avons constaté c’est que dans chacun de nos pays, il y a un centre de formation ou une école. Au moment où nous allons vers l’harmonisation des Etats de la CEDEAO, il était important de réunir tous ceux qui gèrent les écoles, pour d’abord se connaitre, ensuite travailler ensemble et voir quelle est l’allure du monde en matière postale afin que les enseignements dispensés dans leurs écoles soient adaptés aux exigences nouvelles », a expliqué le secrétaire exécutif (SE) de la CPEAO, Aka-Brou Louis-Blaise.
A l’issue de la rencontre, les participants ont adopté et publié la « Déclaration de Ouagadougou ».

Dans ce document, ils affirment l’urgente nécessité pour les Etats de l’Afrique de l’ouest d’adopter une politique régionale harmonisée de formation des personnels de leurs services postaux. Ils déclarent également que la politique régionale de formation de la CPEAO devrait viser les objectifs suivants : Garantir le développement des compétences des cadres et agents des postes afin d’optimiser l’offre des produits et services ; l’offre d’un service postal fiable et de haute qualité, accessible à tous. Assurer la formation continue des ressources humains, au niveau stratégique et opérationnel et promouvoir des formations ciblées et peu coûteuses, avec notamment l’aide des TIC etc.

Les participants à l’atelier ont en outre fait des recommandations. En effet, il a été demandé au conseil d’administration de la CPEAO d’adopter une politique régionale de formation, d’évaluer périodiquement la mise en œuvre de cette politique et veiller à ce que les résultats obtenus concourent au développement des services postaux dans la zone CEDEAO (…). Les Etats membres de la CPEAO, pour leur part, ont été invités à veiller à ce que les entités postales concernées appliquent la politique régionale de formation, en fonction de leurs conditions objectives sur le terrain.

Aussi, ont-ils fortement suggéré au SP/CPEAO de prendre toutes les mesures nécessaires pour l’évaluation de la politique régionale de formation ; de faire rapport au conseil d’administration des résultats obtenus et de lui proposer les mesures correctives nécessaires. De même, ils lui recommandent de prendre contact avec l’Union panafricaine des postes (UPAP) et l’Union postale universelle pour faire reconnaître l’Ecole multinationale des postes d’Abidjan comme institution de formation d’excellence dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest.

Cette déclaration s’applique, certes, à tous les pays membres de la CPEAO, cependant Aka-Brou Louis-Blaise s’interroge : « Est-ce que tout le monde va suivre ? ». « Mais, ce que nous souhaitons, c’est qu’à partir du moment où nous avons défini une ligne de conduite, que les postes s’alignent sur cette ligne de conduite », a-t-il rétorqué, après avoir adressé ses sincères remerciements à Mme le ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Fatima Ouattara et au gouvernement pour avoir autorisé la tenue de l’atelier sur le sol burkinabè. Par ailleurs, il a invité les pays membres de la CPEAO à respecter leur engagement vis-à-vis de leur cotisation. « Si tous les pays arrivent aux réunions c’est parce que nous arrivons à prendre en charge au moins un représentant par pays ; et ce, grâce aux contributions. Or, sur les 15 pays, il n’y a que quatre qui sont à jour de leurs cotisations », a-t-il déploré. Du reste, à l’unanimité, les participants ont choisi le Burkina Faso pour représenter l’Afrique de l’Ouest au sein du comité de l’UPAP.

Pour sa part, le conseiller technique du ministère du développement de l’économie numérique et des postes s’est félicité du succès des travaux de cet atelier et souhaité un bon retour aux participants dans leurs pays respectifs.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés