Burkina : Quatre conventions minières signées pour l’exploitation de l’or et du calcaire

vendredi 23 février 2018 à 00h19min

Le Ministre des mines et des carrières, Oumarou Idani, a procédé, ce jeudi 22 février 2018 à Ouagadougou, à la signature de conventions avec quatre sociétés minières dont trois sans l’exploitation de l’or et une dans le calcaire à ciment. Les recettes attendues pour le budget de l’Etat sont de plus de 64 milliards de francs CFA.

Burkina : Quatre conventions minières signées pour l’exploitation de l’or et du calcaire

La règlementation est claire. Tout permis d’exploitation industrielle de mines est assorti d’une convention minière entre l’Etat et l’investisseur. C’est donc pour sacrifier à ce rituel que le ministre des mines et des carrières, Idani Oumarou, et les représentants de quatre sociétés minières se sont réunis, ce jeudi soir, pour la signature desdites conventions. Il s’agit des sociétés Bouéré Dohoun SA, filiale du groupe Endeavour Mining, de Nordgold Yéou, filiale du groupe Nordgold, de Nétiana Mining, filiale du groupe Avesoro et de Sahelian Mining SA, créée par Diamond Cement Burkina SA.

10 tonnes d’or attendues

Vue d’ensembles des représentants des sociétés minières

Sur les quatre sociétés, trois exploiteront de l’or. Le cout d’investissement des celles-ci s’élèvent à plus de 47 milliards de francs CFA. La production totale attendue est de dix tonnes avec 6,3 tonnes pour Bouéré Dohoun dans la province du Tuy, 1,5 tonne pour Yéou dans la commune de Bouroum dans le Namentenga et 2,3 tonnes d’or pour Nétiama Mining dans la commune de Guiaro dans le Nahouri. Selon le ministre Idani, les recettes attendues pour le budget de l’Etat remontent à plus de 38 milliards de F CFA et celles attendues pour alimenter le Fonds minier de développement local sont de l’ordre de 800 millions de francs CFA. Les trois projets contribueront à créer au moins 2 000 emplois directs et indirects.

Le calcaire de Sahelian

Poignée de mains entre le ministre Oumarou Idani (à gauche) et Halidou Bocoum, diecteur régional de Nordgold

Au Burkina, il n’y a pas que l’or. Il y a aussi le calcaire que la société Sahelian Mining SA veut exploiter pour la fabrication du clinker nécessaire dans la production du ciment. Le coût d’investissement du projet s’élève à plus de quatre milliards de F CFA. Si la production attendue est de 20 millions de tonnes avec une production moyenne de 600 000 tonnes de clinker par an, le chiffre d’affaires total, selon le ministre, sera de plus de 83 milliards de francs CFA et les recettes attendues à ce niveau pour le budget de l’Etat sont de l’ordre de 26 milliards de francs CFA. Quant au Fonds minier de développement local, il recevra chaque année plus de 41 millions de francs CFA. Quid des emplois ? Selon Hippolyte Guinguéré, directeur commercial de Diamond cement Burkina Sa, l’exploitation du calcaire à ciment de Tin-Dioulof dans le Sahel va créer 400 emplois directs et plus de 1000 emplois indirects.

Le pays a le vent en poupe

Selon Hippolyte Guinguéré, directeur commercial de Diamond Cement Burkina Sa (au milieu), l’exploitation du calcaire va créer 400 emplois directs

« A tout point de vue, ces projets présentent des avantages extrêmement importants pour le Burkina Faso », a laissé entendre le ministre des mines et des carrières avant d’indiquer que la production de l’or est passée de 38,2 tonnes en 2016 à 45,6 tonnes en 2017. Une note de satisfaction pour Oumarou Idani et ses collaborateurs qui n’ont pas manqué de noter que le Burkina Faso est le 2e pays le plus dynamique en Afrique, après le Congo, vu sous l’angle des investissements dans la recherche. Ces investissements, à les en croire sont de l’ordre de 100 millions de dollars américains.

Signature de la convention avec la société Bouéré Dohoun SA, filiale du groupe Endeavour Mining

En rappel, le secteur minier a connu un boom ces dernières années au Burkina Faso, 5e pays producteur d’or en Afrique derrière l’Afrique du Sud, le Ghana, le Mali et la Tanzanie. D’une production de 5,6 tonnes d’or en 2008, le pays est passé à 36,5 tonnes d’or exportées en 2015.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net


Encadré : Brève présentation des sociétés minières

1. Société Bouéré-Dohoun SA : le permis d’exploitation couvre une superficie de 5,37 km2. La durée d’exploitation est de 5 ans. Le traitement du minerai se fera par Houndé Gold Opération SA, filiale du Groupe Endeavour Mining au Burkina. Le coût total du projet est estimé à 20 milliards de francs CFA ;

2. Société Nordgold Yéou : filiale du groupe Nordgold, propriétaire des mines d’or de Taparko et de Bissa. Le début de l’exploitation du gisement est prévu pour octobre 2018 et la durée de vie de la mine est de trois ans. Nordgold est le quinzième producteur d’or au monde et exploite neuf mines dont trois au Burkina Faso ;

3. Société Nétiana Mining : filiale du groupe Avesoro, propriétaire de la mine d’or de Youga. Elle exploitera les gisements aurifères de Balogo dont la réserve est estimée de 2,7 tonnes d’or avec une teneur de 8,85 grammes par tonnes. D’une durée de vie de 42 mois, elle va créer plus de 200 emplois directs et indirects. Elle va également augmenter la durée de vie de la mine de Youga de 14 mois afin de sauvegarder 500 emplois directs.

4. Société Sahelian Mining SA : créée par Diamond Cement Burkina SA, elle va permettre d’exploiter le calcaire à ciment de Tin-Dioulof dans les communes de Tin-Akoff et de Gorom-Gorom. Avec ce projet, le coût du ciment sera réduit de 10%.

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 février à 08:20, par Espoir_Burkina En réponse à : Burkina : Quatre conventions minières signées pour l’exploitation de l’or et du calcaire

    Bonjour chers tous,
    La production de l’or au Burkina est passé de 5,6 tonnes/an en 2008 à 36,5 tonnes/an en 2015 soit une augmentation de 30,9. Quel burkinabè a ressenti cela sur ses conditions de vie ? La bonne gouvernance reste un rêve pour les dirigeants africains. Que Dieu nous libère de ces types de gouvernants.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 11:34, par Je n’ai pas d’ami ici-bas En réponse à : Burkina : Quatre conventions minières signées pour l’exploitation de l’or et du calcaire

    Toutes ces conventions par ci par la sur l’exploitation de notre sous sol sont intéressantes.
    mais il est important que nos gouvernants aient à l’esprit qu’ils contribuent à dépouiller nos richesses de façon anarchique sans penser à la postérité. qu’ils aient à l’esprit que ces ressources ont été jalousement défendues de toute exploitation jadis, par nos pères devanciers qui avaient cette grandeur d’esprit et soucieux de nous qui naîtrions. il est donc de notre devoir aujourd’hui de garantir quelque chose aux générations à venir. si seulement si les retombées de toutes ces mines qui poussent partout comme des champignons pouvaient profiter au peuple burkinabé ! .....

    je reviens pour une suite

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:30, par Lepro En réponse à : Burkina : Quatre conventions minières signées pour l’exploitation de l’or et du calcaire

    64 milliards de francs CFA par an pour l’état.

    800 millions(Boéré-Dohoun)+41 millions (sahélian)+....pour le développement communautaire.

    C’est pas beaucoup dèh !!! Surtout la part du développement communautaire c’est scandaleusement insignifiant (moins d’un milliard par an !)
    La part du MPP ? La part du ministre ? La part des bonzes de la république.... ? Ca on parle pas dèh !!! Mais c’est du déjà vu, comme au temps des autres là....
    Pauvre peuple tu te fais gruger.
    La Patrie ou la Mort nous Vaincrons
    Lepro(toujours vigilant)

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 18:14, par Sid-nooma En réponse à : Burkina : Quatre conventions minières signées pour l’exploitation de l’or et du calcaire

    Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi le Burkina Faso n’est pas capable d’avoir ses propres sociétés, soit étatiques soit d’opérateurs économiques nationaux, pour l’extraction de nos ressources naturelles ?
    Il faut toujours attendre que les multinationales d’ailleurs viennent les exploiter et nous donner des miettes !!! C’est avec ça que nous voulons nous développer ???

    Répondre à ce message

    • Le 24 février à 10:25, par kwiliga En réponse à : Burkina : Quatre conventions minières signées pour l’exploitation de l’or et du calcaire

      Ha, moi je veux bien ébaucher une hypothèse.
      Tout dépend de la volonté de nos gouvernants.
      Soit on est soumis aux intérêts étrangers, aux grandes multinationales, alors, on hypothèque l’avenir du pays, mais on s’en met personnellement plein les poches.
      Soit on fini comme Sankara, assassiné par son frère, ce dernier ayant envie de s’en mettre plein les poches.
      Heu, bon, c’est sinistre !
      Je veux bien croire qu’on puisse entrevoir une alternative à ce déplaisant processus, qu’on puisse jeter un œil à ce qui se fait dans certains pays d’Amérique latine, encore faudrait-il que la mentalité générale change, pas seulement celle de nos dirigeants.
      Se satisfaire de sa condition, s’aplatir perpétuellement devant les "grandes personnes" et compenser cela en méprisant et en humiliant les "petits"... est-ce réellement notre idéal de relation sociale et de condition humaine ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés