Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

Point de vue • vendredi 23 février 2018 à 00h18min

Dans son message de fin d’année 2017, le président du Faso, Roch Kaboré, a proposé la « mise à plat » des salaires de la Fonction publique. Dans cette analyse, un citoyen fait des propositions concrètes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

Il peut être opportun de savoir comment les travailleurs de la fonction publique d’autres pays sont traités sur le plan salarial. L’exemple de la France peut servir pour plusieurs raisons : le Burkina Faso garde avec cette nation des liens historique, économique, monétaire, une langue officielle etc.

La France reste également un modèle de démocratie dans le monde. C’est à ce titre par exemple que facilement, nous pouvons avoir accès aux informations sur les revenus de leurs administrés et de leurs hommes politiques à partir de l’internet.

Les deux tableaux qui accompagnent cet écrit, traitent des revenus des fonctionnaires mais aussi des élus français. Les sources des informations ont été précisées.

Quand on fait une analyse globale, les emplois mentionnés dans le 1er tableau (qui ne sont pas exhaustifs mais qui sont assez représentatifs des emplois du public) nous remarquons que les 3 revenus les plus élevés sont par ordre d’importance ceux des médecins hospitaliers, des professeurs d’université et des magistrats.
Les écarts qui existent entre tous les revenus restent justifiables de notre point de vue.

Comme 1er exemple : les médecins hospitaliers (administrés qui ont le plus important revenu en France) touchent environ 2 fois et demi plus que les enseignants du primaire (administrés qui ont un revenu moyen et généralement les plus nombreux). 5 698 € / 2 305 €

Comme 2e exemple : Le Président de la République (Élu ayant le revenu le plus élevé de l’État touche environ 2 fois et demi plus que l’administré ayant le revenu le plus grand, à savoir le médecin hospitalier en France). 14 910 € / 5 698 €

En ce qui concerne les niveaux de qualification, on remarque que le niveau élevé exigé pour le recrutement dans l’emploi ne donne pas droit forcement et systématiquement à une forte rémunération.

Pour revenir à notre contexte, les tensions sociales que l’on constate dans la fonction publique, tiennent du fait de l’existence de grandes et profondes disparités dans les traitements des salaires. Notre affirmation pourrait être étayée si nous avions accès assez facilement aux informations sur les revenus moyens par corps de métiers dans la fonction publique au Burkina Faso.

De notre avis, si les discussions sur la remise à plat venaient à voir le jour, il faudrait faire en sorte que les variations de revenus d’un travailleur à un autre soient justifiables, mais aussi qu’en terme de proportion, les écarts soient raisonnables. Pour rester dans la même logique que les deux précédents exemples, si au Burkina le Président du Faso touche 2,5 fois plus que le médecin hospitalier qui à son tour a un revenu 2,5 fois plus grand que l’enseignant du primaire (cela veut dire que le Président a 5 fois le revenu moyen de l’enseignant). Dans ce cas de figure nous disons que cela est raisonnable.

Un des aspects serait de ramener tous les revenus (du 1er citoyen le Président du Faso au fonctionnaire de revenu le plus modeste) à un seuil acceptable pour qu’une partie importante des recettes serve aux investissements (respect du seuil de l’UEMOA : ≤35% pour les salaires).

Un autre aspect est de créer des conditions de vie qui soient propices à l’épanouissement de l’ensemble de la population : le logement, la santé, l’alimentation, la scolarisation etc.

Ainsi notre proposition consiste à s’inspirer de cette classification française des revenus de la fonction publique.
Ce cadre de « négociation » pour la mise à plat des revenus est un passage obligé si nous voulons laisser à la postérité un pays « en bon état ». Pour y arriver, il faut :
-  Toute la transparence (de la part des gouvernants)
-  Beaucoup de concessions (de la part des gouvernants, des travailleurs)
-  Beaucoup de sagesse (gouvernants et travailleurs).

Vivement qu’on y arrive !

GMSH
Un fidèle lecteur de Faso.net.

P.-S.


Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 février à 17:06, par verité no1
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Je suis parfaitement d’accord avec vous !
    Il ya un grand écart entre les salaires au Burkina et ce n’est pas normal !
    Un député qui gagne 40 fois plus qu’un gardien alors que le gardien travaille 40 fois plus que le député !
    Un autre exemple, ceux qui reçoivent le fonds commun, est-ce qu’ils travaillent plusqu’un enseignant du primaire qui a souvent 100 élèves dans sa classe ?
    Je ne crois pas !!!!
    Un autre exemple qui va fâcher, est-ce qu’un magistrat travaille plusqu’un planton ?
    Je ne crois pas, alors qu’il touche 20 fois plusqu’un planton, sans compter les deals sous la table !
    Nous devons revoir notre système de rémunération !
    Aux USA, le salaire d’un sénateur ne dépasse pas 7 fois le salaire d’un gardien qu’on appelle security officer. Là ou sénateur mange, le gardien peut manger là-bas mais au Burkina, là ou député mange, si un gardien s’amuse, sa femme n’aura pas de Nansongo ce mois !!!!!!!!!!!
    Plus rien ne doit plus être comme avant !

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 17:21, par KOI
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Au fait ma petite expérience que j’ai ,c’est que le burkinabè c est quelqu’un qui veut toujours être supérieur à l autre .C’est ta dire voir l’autre souffrir sinon il n’est pas ¨content d’où un véritable problème de cette remise à plat car on risque de se boxer même s’il le faut.Car il y a certains qui se croient super fonctionnaires.ou sont les tableaux dont tu fais cas ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 17:23, par Substance Grise
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Pour y arriver il faut de l’honeteté de la part des gouvernants et des gouvernés.
    Regardez un peu le niveau de vie des uns et des autres et vous comprendrez que C’est un pillage organisé des ressources du pays dont le socle est la corruption. Pire ce sont les mêmes qui font les affaires sous couvert.
    Alors bonjour á la course pour s’enrichir de manière illicite et á l’abus des autres.
    Si les gouvernés de la fonction publique sont si exigeants C’est parceque les gouvernants n’ont pas toujours donné le bon exemple.
    Nous parlons démocratie sans vouloir parler bonne gouvernance.
    On n’a pas besoin de 100 ans pour appliquer la bonne gouvernance ni l’apprendre
    .L’avènement d’une monaie commune ECOWAS atteindra son objectif si une lutte forte contre la corruption est engagée dans tous les pays membres.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 18:56, par oscar
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    C’est exacte, M. KOI a raison. Le problème des Burkinabè , c’est de la méchanceté et de la malhonnêteté en réalité. Je mérite mieux que les autres, je suis supérieur qu’eux. Par conséquent, qu’ils crèvent ça c’est c’est leur problème pourvu que je vit mon luxe et sur quoi, les deniers publics. Si seulement ces gens avaient simplement le culot d’aller ouvrir leur boite ou travailler dans des organismes internationaux, non.Et pourquoi ?, ils sont incompétents, des méchants et des sorciers. Chacun veut qu’on le vénère comme demiurge, aucune humilité. Observez dans certains services, ça fait pitié ces pitoyables gens qui nous sucent impunément nos deniers publiques. Quand on a un gouvernement poltron, ça marche toujours ainsi !

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 19:02, par courage
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    A diplôme égal, salaire égal ou du moins pas de telles disparités dans le traitement des agents de la fonction publique. Pendant que d’autres ont eu gain de cause et sont payés grassement, on dit aux autres d’attendre qu’une remise à plat vienne régler pour eux. Dieu vous voit !

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 19:07, par Sidnoma
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Notre handicap au développement, ce sont nos gouvernants !
    On ne peut pas laver proprement un enfant pendant qu’on a les mains sales.
    Dieu bénisse le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 22:16, par lebon
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Bonjour

    avant tout propos je me permets de corrigé cette phrase de l’article "Pour rester dans la même logique que les deux précédents exemples, si au Burkina le Président du Faso touche 2,5 fois plus que le médecin hospitalier qui à son tour a un revenu 2,5 fois plus grand que l’enseignant du primaire (cela veut dire que le Président a 5 fois le revenu moyen de l’enseignant). Dans ce cas de figure nous disons que cela est raisonnable." l’affirmation que le président touche 5 fois (2,5+2,5) le revenu moyen de l’enseignent n’est pas très juste. en effet dans l’hypothèse établie le président toucherait 6,25 fois le revenu moyen de l’enseignent.

    l’autre élément qui m’a touché dans cet écrit c’est le revenu d’un soldat. contrairement au Burkina le solde touche mieux qu’un cadre supérieur.

    pour finir cette études comparative peut être faite avec les éléments du Burkina car les informations sont disponibles. l’ensemble des textes qui traite de la rémunération des fonctions (décrets et arrêtés) sont disponibles dans le journal officiel. seulement c’est un journal qui n’intéresse pas le public

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 22:26, par Elie
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    "(...) si au Burkina le Président du Faso touche 2,5 fois plus que le médecin hospitalier qui à son tour a un revenu 2,5 fois plus grand que l’enseignant du primaire (cela veut dire que le Président a 5 fois le revenu moyen de l’enseignant)."

    2,5 fois 2,5 ne donnent pas 5 mais plutôt 6,25. Donc, "cela veut dire que le Président a" 6,25 "fois le revenu moyen de l’enseignant".

    "respect du seuil de l’UEMOA : ≤35% pour les salaires"
    Je ne crois pas que le non-respect de cette clause soit la fin du monde !

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 10:12, par Sylvanus
      En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

      D’accord ! Mais j’attends le jour où il y aura arriérés de salaire au Burkina pour voir ce qui se passera. Nous devons arrêter de penser à notre ventre uniquement, et aborder sagement le problème pour en trouver une solution sage et acceptable pour le pays TOUT ENTIER.
      Moi je ne trouve pas que les salaires sont bas, c’est plutôt les conditions de vie qui sont difficiles. Or, plus on contraint le gouvernement à gonfler nos salaires, plus il aura du mal à déployer une véritable politique de développement qui aurait pu être profitable à TOUS. Parce que les augmentations de salaire ne profitent qu’aux SEULS fonctionnaires, qui ne savent même plus utiliser sainement leur argent (bonjour la débauche, le népotisme, la médiocrité, le désordre social, ...) : dans le temps, quand un fils du village devenait FONCTIONNAIRE, c’est tout le village qui était soulagé (solidarité authentique oblige !) ; de nos jours c’est à peine si on s’occupe bien de ses propres enfants.
      Quand je parle de conditions sociales difficiles, il suffit qu’après augmentation de salaire (aussi importante qu’elle puisse être) il y ait inflation des prix des produits de première nécessité et vous comprendrez qu’on n’est pas sorti de l’auberge.
      Donc le bénéfice d’une augmentation des salaires au delà des seuils acceptables (UEMOA ou que sais-je encore) est loin d’être évident, tandis qu’un tel dépassement des seuils établis met en danger l’économie nationale.
      Donc ce qu’il faut, c’est :
      - Se donner les moyens véritables de contrôler tout le monde afin qu’il n’y ait pas d’abus (c’est-à-dire que personne ne puisse manger sur le dos de personne, que chacun mérite son salaire et ne bénéficie d’aucun avantage qui ne soit légal ou servi aux autres, ...)
      - Fixer clairement les objectifs à atteindre par la fonction publique et mettre en place un mécanisme d’évaluation qui fournit des résultats objectifs et compréhensibles de tous. Notamment, que ceux qui ne sont pas dans la fonction publique sachent en quoi ceux qui y sont méritent d’être ainsi rémunérés par l’argent du contribuable, et que le fonctionnaire puisse justifier son salaire comme la juste compensation de sa véritable contribution au développement du pays.
      - Répartir équitablement et objectivement les fruits de la croissance : aucun secteur d’activité ne doit être oublié, chacun selon son degré de contribution.
      - Mettre tout en œuvre pour assainir les secteurs industriel et commercial : toute personne peut exercer librement dans l’industrie ou le commerce, mais il y a des contreparties à payer (taxes, impôts, ...) et il doit y avoir tolérance zéro pour ceux qui ne veulent pas s’y conformer. Ailleurs c’est le citoyen qui fait sa propre déclaration d’impôts et il n’y a pas moyen d’y échapper. Au Burkina c’est quand tu as affaire à l’administration que tu peux être contraint de t’acquitter d’un certain montant (qui ne reflète même pas la réalité de ce que tu dois) ; la police municipale a les mille problèmes avec les commerçants en ville (on se débrouille...) ; sur les routes, les importateurs préfèrent encourager la corruption des agents que de se mettre en règle vis-à-vis des textes, mais quand le rackette tend à se généraliser c’est à la même administration qu’on trompait qu’on s’en prend ; pareil dans les marchés publics ; etc...
      - Il y a dans l’histoire, des pays où la population a manifesté pour réclamer l’augmentation du niveau des impôts et taxes, mais seulement parce qu’elle sait où l’argent rentre, qu’elle sait que personne, pas même un gouvernant n’en profite, et qu’elle sait enfin que ce qu’elle cotise ne suffit pas à réaliser ce qu’elle veut comme niveau de vie et de confort. Donc un effort dans ce sens de la part de nos gouvernants.
      - La politique aussi doit changer ; faire de la politique pour la politique, c’est être inutile pour le peuple. Une centaine de partis politiques, ce n’est pas sérieux ; c’est les électeurs qui doivent montrer aux farfelus qu’ils doivent disparaitre en tant que partis et rejoindre en tant qu’individus les partis de ceux qui ont un véritable projet de société.

      Ces mesurent ne sont pas exhaustives, mais il faut que les réformes voulues abondent dans ce sens, en prenant en compte tous ces aspects et au delà. Sinon on est conscient qu’aucune mesure ne pourra emporter l’adhésion de tous, et pourtant il faut qu’on fasse quelque chose, et en urgence

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 00:16, par Sans rancune
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Il faut aller au delà des barèmes de salaires. Si le médecin hospitalier semble être en tête, il faut préciser qu’il travaille très bien et qu’à la moindre erreur il peut être radié, incarcéré, ...

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 03:45, par Par aigri
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Toi verite ici on parle de salaire. On ne parle pas de FC ni de deale des magistrats. Ne melange pas les choses. Il faut comprendre et donner des bon exemples

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 19:19, par verité no1
      En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

      Sous d’autres cieux, l’argent d’un deal doit être déclaré au trésor, c’est le cas aux USA !
      Et l’objectif est de faire payer les "dealers", un certain pourcentage afin de lutter contre l’inflation, même si dans la pratique, les gens évitent de faire des déclarations à moins qu’on les ait surpris !
      Tu vois que techniquement, il n’ya pas de différence entre un deal et un salaire, tout devrait être "taxable" par le trésor !
      Deals et salaires sont tous considérés comme des rémunérations et donc des revenus !!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 04:20, par LE PAUVRE
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    À toute proposition de reformes de salaires, il faudrait aussi revoir le mode de calcul de L’IUTS , cet impôt qui est aux désavantages du travailleur burkinabè qui croule sous le poids des taxes et impôts. Que les indemnités et primes ne fassent plus parti et les travailleurs s’en sortiront mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 07:05, par Toujours copier !
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Si on veux copier encore une fois la France comme on le fait toujours, souvent mal d’ailleurs il faudra aussi copier le fait que tous les salariés y compris vos fameux gardiens ou hommes de tenue aillent à l’école et aient une formation digne de ce nom.... c’est ça aussi le développement !!

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 07:24, par Ramdam
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Merci pour cette contribution fort pertinente.
    Affirmatif, il faut une refondation des salaires et une grande transparence sur le système des remunerations. je propose à la commission qui sera mise en place de trouver, comme vous avez dit, les différents coefficients affectés a chaque emploi en France et de les hiérarchiser exactement de la meme manière au Burkina. La valeur du point indiciaire doit absolument être la meme pour tous, depuis le Président du Faso jusqu’au plus bas salaire dans le secteur publique.
    Cet apport est rafraîchissant. Merci encore. Les débats au Burkina sont devenus tellement théoriques et politiciens ces temps-ci !
    Vivement que l’intelligence et le technique ou même le pragmatique trouve sa place dans la nouvelle donne d’expression au Faso.

    Vive le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 07:46, par la pensée
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    A mon humble avis pour une question de justice sociale ,je souhaite que pour le cas de la mise à plat des salaires que nous repartions sur la base des diplômes ayant servis aux recrutements des agents de la fonction publique toutes catégories confondues pour octroyer le même salaire de base exception faite des corps militaires uniquement et laisser Est-ce la même base de recrutement des agents au BF ? ne regardons donc pas le nom des emplois mais le critère du niveau d’étude et cela me paraitra plus logique en terme de comparaison. Merci les indemnités en fonction des spécificités de chaque corps dans la mesure du raisonnable en ne créant pas assez de disparités. Juste une contribution pour accompagner les preneurs de décision.
    Quant au tableau ci-dessous publié, juste une question à l’auteur de l’écrit . observons la colonne avec un œil critique sans trop de passion

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 08:01, par hum
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Hopp !!! Donc les gens ont peur d’autres choses que la mort au BF. Preservons , courons vers ces choses aux détriments de notre santé, de l’éducation. Les générations futures donneront leur verdict.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 08:42, par swat
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    moi je pense que c’est faisable si chacun y met un peu de bonne volonté.Même si je me demande ou est ce qu’on va bien pouvoir trouvé des enseignants du primaire avec un niveau BAC+5.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 09:20, par le citoyen libre
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    la remise à plat doit passer par une négociation entre gouvernement et syndicat des travailleurs des agents publics.
    cette opération devrait s’inscrire dans une démarche globale, transparente et inclusive afin de rassurer les uns et les autres.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 09:27, par la paix
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    C’est une bonne proposition mais qui a aussi des limites. Ce qui est décrié par l’ensemble des fonctionnaires c’est le fait qu’une injustice criarde, justifiée par des intérêts égoïstes détériorent le climat de travail des fonctionnaires. Des indemnités et des avantages sont accordés sans fondement les justifiant. C’est là le problème de notre administration. Les indemnités doivent être légitimes et les fonds communs de complaisance supprimés ou étendus à tous.Votre raisonnement est limité parce qu’il ne nous donne pas les références des indemnités comparatifs et les fonds communs. Si on remet tous les burkinabé sur un même pied devant la loi et la morale nationale, on ne peut pas atteindre les 40%. Mais malheureusement même les ministres violent la loi pour percevoir ce qu’ils veulent n’ en parlons pas de ceux qui tiennent le cordon de la bourse. Et de surcroît , on demande aux autres de serrer la ceinture. Vivement que le Président prennent ses responsabilités en éradiquant ces maux qui minent notre fonction publique et tout ira mieux. SANKARA, l’avait dit les uns s’empiffrent sur nos deniers publics et les autres regards c’est normale et même naturel que les autres revendiquent leur part.Merci d’avoir levé le lièvre.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:08, par Jerkilo
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    De toutes façons la remise à plat ne peut se faire que par le haut, à savoir rapprocher les salaires et avantages les plus faibles à ceux les plus élevés, car je ne vois pas au Burkina un corps de métiers ou d’emplois qui va accepter la diminution de ses rémunérations et avantages acquis. Sinon, bonjour les grèves et autres manifestations, donc la situation ne sera qu’aggravée.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:21, par @@gog
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    C’est hypocrite de vouloir nous faire accepter cette grille dite française.Votre suggestion est spécieuse et dangereuse pour les salariés qui ont longtemps souffert des injustices.Pourquoi le Commissaire de police Bac +5 toucherait 2946 € ,et le Professeur des écoles Bac +5 2305 € ? Vous nous présentez une grille qui n’est pas exemplaire.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:24, par @@gog
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    C’est hypocrite de vouloir nous faire accepter cette grille dite française.Votre suggestion est spécieuse et dangereuse pour les salariés qui ont longtemps souffert des injustices.Pourquoi le Commissaire de police Bac +5 toucherait 2946 € ,et le Professeur des écoles Bac +5 2305 € ? Vous nous présentez une grille qui n’est pas exemplaire.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:46, par MI
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    La logique consiste à ce que les traitements salariaux correspondent au diplôme pour lequel on a été recruté. Ça semble être le seul logique. Sinon, on peut pas vouloir dire qu’il y a des corps qui travaillent plus que d’autres. Il n’ y a pas de logique à cela car vous connaissez votre corps et non ceux des autres

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 11:07, par calmos
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Je suis tout à fait d’accord avec l’internaute OSCAR. Au burkina, on est mechant jaloux envieux, tous les maux se concentrent chez nous.On ne veut pas aider son prochain, on veut qu’il souffre et on fait tout et tout même des sacrifices bizares pour être riche , pour se montrer. A quoi sert une richesse dévoué d’humanisme ? TRISTE TRISTE TRISTE

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 11:24, par Sidbala
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Bonjour, juste vous informer que ce qu’on appelle médecin hospitalier en France ce n’est pas le médecin speciialiste mais le Professeur hospitalo-universitaire. le médecin spécialisé est loin derrière

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 15:33, par verite
      En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

      Le médecin hospitalo universitaire en France perçoit juste des indemnités supplémentaires au salaire sus indiqué qui correspond au salaire moyen du médecin hospitalier. En France un médecin hospitalier (BAC +11) a un salaire supérieur au professeur d’université (BAC + 8) en général. Cette réalité est vérifiable dans tous les documents officiels disponibles. Comparez sur internet les salaires d’un maître de conférence universitaire et celui du praticien hospitalier. C’est du simple au double. Il s’agit bien d’une question d’équité.

      Répondre à ce message

    • Le 23 février à 16:02, par Sidsoba
      En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

      Désolé cher sidbala, apparemment vous ne savez pas de quoi vous parler parce que vous êtes dans le décor. En français facile, sachez que le médecin hospitalier est tout simplement le médecin qui travail dans un hôpital parce qu’il peut travailler aussi ailleurs tandis que médecin hospitalo-universitaire en plus de travailler dans un hôpital, enseigne aussi à l’université même s’il n’a pas le titre de professeur.Renseignez vous avant d’intervenir la prochaine fois

      Répondre à ce message

    • Le 24 février à 10:11, par Le Roi
      En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

      Humm ! Sidbala doit etre un pauvre petit jaloux qui tente dr s introduire dans un debat qu il ne maitrise pas. Il me fait pitie.

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 11:27, par Un travailleur de la Fonction Publique
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Il faut absolument remettre à plat les salaires et trouver une solution raisonnable. Tant que les écarts resteront toujours élevés, aucun président n’aura la paix dans ce pays. Ceux qui ont accès à la SIGASPE, connaissent les salaires par corps. En dehors même des magistrats, si vous prenez deux agents publics X et Y admis à deux concours différents avec le même diplôme BAC +4. Si X a un statut qui lui donne droit à un indice salarial qui n’a rien avoir avec les indices ordinaires, et des indemnités liées à son emploi, tandis que Y ne bénéficie d’aucun traitement particulier, X aura au minimum 1 500 000 FCFA de plus que Y par an. Ce qui signifie que si X sait économiser, il peut s’acheter une parcelle au bout de cinq ans, et mieux, s’octroyer un prêt considérable auprès de sa banque pour la mise en valeur de ladite parcelle. pendant ce temps, Y ne parvient même pas à joindre les deux mensuellement. Quand même !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 12:55, par YEUX ROUGES
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    les salaires les plus élevés en France sont perçus par les fonctionnaires de Bercy ;certains ont des salaires qui dépassent celui du président de la république.Il faut y ajouter aussi des primes de diverses natures....

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 13:34, par Samuel
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Dans notre pays le système de rémunération et de gouvernance en général est à l’image de certaines conceptions, tarées et rétrogrades dans notre culture : il s’agit de cette conception selon laquelle la vie dans la société est régie par les rapports de force et non par la vertu, où c’est Tout pour le plus fort ou le Chef, et presque rien pour le faible ; le faible n’a pas de dignité et doit vénérer le plus fort, le chef pour survivre. Aussi, le plus fort se plait à jouir de cette domination indécente aux dépens du plus faible quotidiennement humilié, soumis. En conclusion, chacun cherche à utiliser sa position, à exploiter les rapports de forces en sa faveur pour devenir ou demeurer le plus fort. On est en réalité dans une culture très mesquine, très égoïste. Mais la révolution avait trouvé un remède à cela en sévissant contre l’injustice, la corruption, le népotisme et la gabégie rampantes. Preuve qu’on peut y arriver avec l’amour pour son peuple, beaucoup de volonté, de la vision, et un peu d’audace !

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 18:27, par verité no1
      En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

      Vous avez tout dit !
      Usurpation de fonctions, trafics d’influence et abus de pouvoir, tels sont les maux qui minent notre administration !
      Il faut une révolution violente pour secouer le cocotier afin que les réactionnaires traversent les frontières !
      Sur quelle base une secrétaire se permet-elle d’envoyer un planton faire ses achats personels ?
      Maîtresse, boss etc.... vont tous detaler un jour en plein midi !!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 23 février à 14:09, par A qui la faute ?
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Excellent article ! Et encore la France n’est pas le meilleur exemple mais ça serait déjà bien de s’y rapprocher en terme de répartition des richesses. L’injustice est la source de tous nos problèmes.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 14:23, par TK
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Il serait bien de faire le meme calcul pour le BF. Le PF gagne combien de fois le salaire d’un magistrat ? d’un hospitalo/universitaire, d’1 prof d’universite ? ou d’un enseignant du primaire. Bravo a toute personne qui aurait les informations et publieraient son analyse. Comme cela nous aurons du concret pour commenter au lieu de speculer

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 14:55, par Marcello
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Cet article est une belle contribution à la proposition du PF"mettre à plat les salaires des agents de la fonction publique" pour plus de justice et d’équité. Je voudrais ajouter à la réflexion le cas d’agents de niveau BTS recrutés comme agent de liaison et qui se retrouvent hiérarchiquement sous la supervision d’agents n’ayant que le BEP.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 15:06, par Zangoté
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Le fidèle lecteur n’est pas allé jusqu’au bout de sa logique. La France doit cesser d’être un modèle pour les pays sous développés comme le nôtre. C’est justement à cause d’elle que nous en sommes là ! Quand je lis l’exemple de grille salariale jointe, j’ai pitié de nous. En même temps ça nous permet de gesticuler moins : on ne se lève pas avec un BEPC en France pour aller transmettre le savoir aux élèves du primaire.
    Je suis parfaitement d’accord pour la mise à plat des salaires et même s’il faut une loi référendaire pour ça il faut y aller. On ne devra plus permettre les grèves sauvages et les prises en otages arbitraires du service public. Si donc un syndicat provoque une grève - ce qui est son droit le plus absolu - que l’État fasse des retenus sur salaire non pas seulement pour le temps de grève mais également pour solder les conséquences financières de cette grève. Exemple : le syndicat des inspecteurs des impôts du fait de ses grèves régulières ou intempestives a fait perdre à l’État 200 milliards ; alors que l’État prélève les 200 milliards sur les salaires des grévistes jusqu’à extinction du manque à gagner et ce ne sera que justice.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 16:44, par PKK
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Tous des aigris ! personne ne parle du developpement du pays.Les moutons se suivent mais n’ont jamais le meme prix prions pour la reduction des écarts, mais fustiger certains corps n’est pas la solution car s’ils ne meritaient pas ils allaient pas percevoir ce qu’on leur donne.Chacun parle de son ventre et non des risques que chacun en court dans l’exercice de sa fonction.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:29, par asbarka
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Dans certaines fonctions, le travail des supérieurs hiérarchiques repose uniquement sur des signatures et leur salaire vaut 10 fois plus que les subalternes qui font le travail toute la journée, moi personnellement quand on lance les concours je suis obligé de quitter souvent mon bureau vers 21h a cause du volume du travail pendant que certains s’ennuient dans leur bureau par manque de travail et je pense que les écarts des salaires par rapport au diplôme ne doivent pas être très distants et par ailleurs j’ai remarqué que sur le tableau de la grille salariale francaise le président a même salaire que le premier Ministre soit 6.5fois qu’un enseignant

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:41, par le paysavance
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    “mon cher monsieur vous ne connaissez pas quel niveau il faut avoir pour être enseignant-chercheur ! pourquoi vous laissez cette case sans précision de diplôme. il faudra donc vous renseigner”.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 19:25, par Zine’fils
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Comme si l’enseignent du primaire est le dernier des renumerés de la fonction publique donc une reference appropriée . où mettez vous les preposés des autres corps recrutés avec le cep ?une sorte de denigrement

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 04:09, par Jonassan
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Comme qui dirait l’autre le problème n’est pas tant la restructuration de la répartition salariale qui est la solution miracle ; IL FAUT OBLIGATOIREMENT appliquer en MEME TEMPS les mesures d’accompagnement :
    - corruption : tolérance zéro.
    - sanctions jusqu’à la radiation et la prison pour les manquements de service public.
    - transparence et suivi des projets financés par l’Etat.
    - transparence et compétence comme critère d’entrée et de progression dans l’administration.
    CONCLUSION :
    Ce peuple, le peuple burkinabé, est plus sensible à la justice qu’à la misère. Comme le problème des politiciens est d’être élu ou d’être ré-élu, ils n’ont qu’à tenir compte de mon observation.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 16:29, par Zk
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    Sous d’autres cieux, il n’y avait pas de super salaire. Comment nous expliquer les fonds communs ? Que des fonctionnaires aient souvent en plus de leur salaire normal de la grille, 2 à 3 fois cette même masse salariale sous forme de fonds communs ? Si ces fonds ont été constitués pour éviter la corruption, c’est raté.Il faut tout simplement la supprimer. Pour les magistrats, c’est raté aussi la corruption demeure rampante aussi. Vous ne pouvez pas payer plus d’un million à un député qui ne fait absolument rien et des broutilles à un médecin. La fonction de député doit être bénévole .

    Répondre à ce message

  • Le 25 février à 11:38, par eric
    En réponse à : Fonction publique : Une proposition de « mise à plat » des salaires

    que chacun se contente de ce quil gagne, la mise a plat est une poudre aux yeux et on ne poura jamais s’en sortir c’est ca la verite

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés