Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • mercredi 21 février 2018 à 09h02min
Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

Le groupe Agakan, actionnaire majoritaire d’Air Burkina avait annoncé son retrait en Avril 2017. Ce qui a conduit de fait à la nationalisation de la société. Près d’un an après, l’Etat burkinabè qui a repris la gestion de la compagnie aérienne nationale travaille à la rendre plus performante et efficace en vue faire face à la concurrence. Un plan de restructuration est en cours d’élaboration. Dans ce cadre, les premiers responsables de la société et le ministre des transports et de la mobilité urbaine, Vincent Dabilgou ont eu une séance de travail, dans l’après-midi du 20 février 2018, au Premier ministère.

La compagnie nationale, Air Burkina doit faire face à la rude concurrence du marché unique de transport aérien. Symbole de souveraineté nationale, Air Burkina a, pendant 50 ans, volé et transporté le drapeau national du pays des Hommes intègres. Après le retrait du principal actionnaire, le groupe Agakan, la compagnie doit continuer à vivre et faire la fierté du Burkina. C’est pourquoi, le gouvernement burkinabè travaille à restructuration d’Air Burkina « pour lui permettre de pouvoir reprendre la force et faire face à cette concurrence qui se prépare au niveau des airs », a expliqué Vincent Dabilgou, le ministre en charge des transports, après une séance de travail de près de deux heures avec les premiers responsables de la compagnie.

Les deux parties ont d’abord échangé sur les mesures internes à prendre pour pouvoir redresser et pouvoir amener Air Burkina à une gestion stratégique, concurrentiel. Ensuite, elles ont évoqué la part de l’Etat dans la redynamisation de la compagnie. Et chaque Burkinabè est appelé à jouer sa partition. « Très prochainement, nous allons construire autour de notre société nationale une nouvelle vision. Nous sommes en train de nous préparer pour affronter le marché unique des airs avec un outil beaucoup plus performant. Nous sommes dans un secteur très concurrentiel et nous devons être patriotes. L’Air Burkina nouveau que nous voulons construire demande l’adhésion de l’ensemble des Burkinabè, il faut que nous aimions ce que nous avons créé », a confié Vincent Dabilgou.

« Nous prévoyons une économie de 350 à 400 millions cette année »

Sur la base d’une étude stratégique et d’un business-plan, le plan de restructuration de Air Burkina, a été proposé. Ce qui devrai permettre dans les mois et années à venir d’avoir une société performante et efficace. Mais, cela commence par une meilleure gouvernance de la société. « Nous avons trouvé une gestion gabégique et nous avons pris des mesures en interne pour essayer de rationnaliser ce que nous faisons, d’instaurer au niveau de la compagnie une meilleure gouvernance qui soit réellement basée sur l’équité et la performance », a souligné Blaise Sanou, le directeur général d’Air Burkina. Des mesures qui ont déjà permis d’enregistrer des résultats probants, notamment sur le plan économique.

« Au niveau des mesures que nous avons eu à prendre, au niveau du catering, nous avons réussi en huit mois à faire une économie de 32 millions. Sur toute l’année 2017, nous avons réussi à faire une économie d’à peu près 100 millions de francs CFA. Il y a des mesures qui avaient été prises mais qui n’auront leur effet qu’en 2018. Donc, nous prévoyons une économie de 350 à 400 millions cette année », a annoncé Blaise Sanou. C’est donc dire que les voyants sont au vert et Air Burkina devrait étendre davantage ses ailes sur le continent dans les années à venir. En tous les cas, le plan stratégique de la compagnie devrait être disponible d’ici au mois de mai 2018.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 février à 10:17, par BABEC En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Bonne initiative mais il faut aller vite. Plus on perd du temps plus les autres companies gagneront la confiance des clients. Ma proposition pour ce plan de relance consisterait á ouvrir le capital et surtout à lancer une levée de fonds par la mise en ventes des actions avec en sus, une augmentation du capital. Ceci permettrait à la compagnie d’augmenter le nombre d’avions afin de mieux désservir les capitales ouest-africaines et ailleurs. Il est extremément important d’avoir au moins 2 à 3 nouveaux avions et surtout fidéliser certaines lignes directes comme Ouaga-Dakar-Ouaga et aussi Ouaga-Abidjan malgré la forte concurrence.
    Bon courage et bonne chance à la nouvelle équipe dirigéante.
    Please move forward as time is running against us. Time is money !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 12:01, par Cequejenpense En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Après la liquidation de Sénégal Airlines les tarifs ont augmentés sur la ligne Ouaga-Dakar. Pas de concurrence puisque Asky et Air Burkina sont en partenariat pour "laisser les choses tel". C’est toujours avec fierté que je prend Air Burkina malgré le standing médiocre par rapport aux autres compagnies de la sous-région. Le patriotisme ne tiendra pas longtemps dans un contexte économique difficile pour les citoyens face à une concurrence qui propose un meilleur standing + une grande régularité + des tarifs bas.
    Nous avons intérêt à investir dans la flotte, la qualité du service à bord mais aussi dans les ressources humaines de qualité. Air Burkina doit être la compagnie qui démocratise les airs. Aller au delà des clients institutionnels et des chef d’entreprise pour accrocher même les commerçants moyens et les vacanciers, les gens ordinaires.
    En dehors des tarifs (je peux pas comprendre par exemple qu’ Abidjan-Dakar coûte moins cher avec air Côte d’Ivoire que Ouaga-Dakar avec air Burkina) il faut aussi rajeunir la communication marketing.
    Bonne chance.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 12:19, par TANGA En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Vous avez vu pourquoi et comment AIR AFRIQUE est morte ; alors ne remettez pas la gestion de notre compagnie à un étranger. Surtout pas à un français .

    Répondre à ce message

    • Le 21 février à 18:19, par lecorbeau En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

      Mon frère c’est parce que Air Afrique était gérée par des africains que la compagnie a fait faillite. Le favoritisme, le népotisme, la mauvaise gestion étaient entre autres les maux de Air Afrique. Si nous changeons pas de pratique Air Burkina une fois entre les mains des nationaux subira le meme sort. On sait comment ce se passe ici. Cercle fermé réservé aux parents amis et connaissances

      Répondre à ce message

      • Le 21 février à 21:57, par Le Debf En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

        Lecorbeau, tu as tout faux. Yves Roland Billecard est arrivé à la tête d’Air Afrique pour liquider la compagnie, avec la forte complicité de Félix Houphouet Boigny, président de la Côte-d’Ivoire. Après nous avoir fourgué des avions inadaptés et surfacturés qui profitaient à l’industrie française, il a mis en oeuvre une politique et une gestion qui ne pouvaient que conduire la compagnie à la faillite : avantages exhorbitants et facilités accordés au personnel (corruption), ventes à crédit inconsidérées aux états membres, politique inconséquente de recouvrement, etc.

        Répondre à ce message

  • Le 21 février à 13:27, par Maria de Ziniaré En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Blaise Compaoré qui a été mal conseillé avait fait l’erreur stratégique de vendre Air Burkina au Groupe Aga Khan qui s’essayait dans le transport aérien avec Air Ouganda, Air Mali. et une part minoritaire dans le capital de Air Côte-d’Ivoire. Mais l’adage qui dit que le transport aérien est une industrie (secteur exigent et peu rentable mais nécessaire pour l’économie) a rattrapé ce commerçant venu d’orient : Air Mali et Air Ouganda ont mis la clé sous le paillasson et le Sieur s’est retiré de l’actionnariat de Air Cote d’Ivoire et à remis Air Burkina à ses propriétaires pour 1 franc symbolique. Moralité de l’histoire il faut il continuer avec des libellules Air Burkina, Air Côte-d’Ivoire , Air Senegal ( qui va bientôt rédécoller ) éphémère ou se regrouper pour avoir une taille critique indispensable pour survivre ?
    Il faut une vision claire et économiquement viable. Le G5 Sahel auquel appartient le Faso a un projet de compagnie aérienne, récemment il y’a également une autre initiative de 22 ou 23 états africains en vue d’une compagnie aérienne à laquelle le Faso a adhéré, avec la restructuration de Air Burkina celà fait 3 stratégies différentes. Que veut véritablement le Burkina en matière de transport aérien ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 14:57, par Voisine En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    A lire c’est comme si tout allait bien au sein de la compagnie alors que les avions sont majoritairement en panne il faut deja change les avions revoir votre personnel eviter surtout le favoritisme qui nuit grave a la compagnie.il faut des personnes competantes il ne suffit pas de dsitribuer les postes en fonction des bras long

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 16:35, par Okapi En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Il faut vraiment est raisonnable et donner la gestion a qui de droit : national ou étranger car l plus important c est la compétence qui doit être au coeur de la décision. Une chose est sûre : vous devriez ouvrir le capital , acquérir 2 ou 3 avions neufs comme la si bien mentionner un internaute plus haut et intensifier le marketing sur la classe moyenne , commerçants, etc. pour terminer, vraiment améliorer le standing des avions actuelles, c est vraiment vraiment du médiocre. On n a même parfois honte en tant que Burkinabè d être sur air Burkina avec des mami hôtesses de l’ancien testament, du confort moyen, alors qu ailleurs on n a mieux pour moins chère.. Ça ne tiendra donc pas longtemps le patriotique a l’ aveuglette à cette allure.

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 18:00, par richard En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Avec ces prix que vous faites si quelqu’un vient dans votre secteur vous êtes cuit à point. Ouaga-Bamako-Ouaga a plus de 300.000 FCFA vous n’irai pas loin si quelqu’un de serieu se met contre vous. Un vols de 1h10mn à ce prix c’est de l’arnaque

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 00:55, par Adaama En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    C’est pas le patriotisme qui fait défaut au burkinabé, dans la sous-région je peux même dire que burkinabé es plus patriote. Ce qui fait défaut c’est le manque de vision de longue terme de nos autorités, si je prends par exemple un pays comme la Côte d’Ivoire ou il y’a plus de 3 millions des burkinabé dont la plus part refusent la nationalité ivoirienne par patriotisme, par amour de leur patrie, si air Burkina avais une bonne vision et une politique commerciale,au sens patriotique en vers ces ressortissants, il pouvais régner sur cette ligne rentable et sans partage ,mais dommage, comment pouvez vous comprendre que Abidjan -ouaga -Abidjan coûte plus chère que Abidjan - Paris. Le prix de la ligne a été explosé au temps de la crise au moment où les burkinabé voulaient rentré massivement et depuis c’est resté, je suis désolé mais si air Burkina veux faire face à la concurrence et récupérer les Burkinabé au nom du patriotisme il doit revoir son prix et être connaître ou se trouve ses clients c’est simple

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 07:47, par Indiga En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Il est totalement inconfortable de demander à sa clientèle un patriotisme tout en desservant un service médiocre ou piètre.

    Les responsables d’Air Burkina devraient de temps à autre voyager avec les autres Compagnies de la sous région afin d’avoir une vision beaucoup plus large du business du transport aérien.

    Le business du transport aérien est un business hautement stratégique qui ne se conçoit pas seulement sur le temps de prise et fin de service d’un responsable.

    Si nous voulons continuer à courir les petites filles à l’âge de la quarantaine, il est normal que nos responsables plongent dans la mal gouvernance et la médiocrité. Bref, mon récent voyage avec Air Burkina date de 2013 sur la ligne Abidjan-Ouaga. Il vous suffit de porter votre regard sur les hôtesses et vous vous rendrez compte de la haute négligence qu’ont les responsables de Air Burkina sur l’Outil Communication.

    Au delà de l’aspect marketing de la communication, Air Burkina va jusqu’à troubler sa clientèle avec ce défaut criard de communication à bord (absence totale de communication sécuritaire) durant le vol.

    La part de marché est relativement important, nous ne devons pas nous entêter dans la médiocrité. Si nous voulons que les choses changent, nous devons commencer par nous changer nous-mêmes d’abord.

    Meilleures salutations

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 11:12, par boulandji En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    AIR BURKINA a intérêt à revoir l’age des hôtesses. c’est un travail qui ne cadre pas avec un certain âge.En plus je ne vois pas trop la différence entre business class et eco dans AIR BURKINA. Il faudra revoir les aéronefs.personnelement je suis patriotique, quand je voyage en afrique de l’ouest j’emprunte AIR BURKINA mais quand il s’agit d’aller en Afrique Cenral ou l’europe j’emprunte d’autres compagnie.j’avoue que si AIR BURKINA continue avec ses aéronefs on fonce droit vers sa disparition.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 15:15, par aviateur integre En réponse à : Transport aérien : La restructuration d’Air Burkina se prépare

    Je vais vous dire un secret.

    Franchement, on a tout essayé avec air Burkina.
    Laissez asky et Ethiopian vont prendre les destinations internationales...
    Perso, concentrez vous sur le national, sur des destinations comme Ouaga bobo, ou ouahigouya, ou Fada vous pouvez faire 2 à 4 rotations par jours et baisser les prix. À 50.000. Pour la maintenance, faites alliance avec d’autres compagnies. Car tout seul vous n’avez pas lexpertise.les bons gars ont quitté air Burkina des qu’ils pouvaient. C’est dommage mais c’est comme ça...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Les députés examinent le projet de loi de finances exercice 2019
Direction générale des impôts : La conférence annuelle placée sous le signe de l’amélioration du service au contribuable
PADEL-B : Des promoteurs de micro-projets reçoivent du matériel et des chèques
Chambre consulaire : Un Conseil des sages pour prévenir les bisbilles entre gens d’affaires
Commercialisation du sésame au Burkina Faso : Producteurs et acheteurs se concertent à Bobo-Dioulasso
Taxe de résidence : Des dispositions pour corriger les erreurs de son application
Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé
Evaluation des politiques et institutions en Afrique : Au Burkina, le poids de la masse salariale évince les investissements publics
Fonds commun : Le Syndicat national des agents du ministère en charge de l’économie et des finances (SYNAMEF) dénonce une injustice dans la répartition
Ouagadougou : L’UEMOA rencontre ses partenaires techniques et financiers
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés