Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

mercredi 14 février 2018 à 23h55min

Suite à l’audience que lui a accordée le président du Faso le 13 février dernier, la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) a été reçue à nouveau par le président Roch Kaboré. Les visiteurs ont remis au premier des burkinabè un « Mémorandum pour la réconciliation nationale au Burkina Faso ». Le compte rendu de la CODER.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

La Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation Nationale (CODER) conduite par son Président, Monsieur Amadou DABO, a été reçue en audience à sa demande ce jour mardi 13 février 2018 de 15 heures à 16 heures 30 minutes par SEM Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Chef de l’État.

Au cours de cette audience, la délégation de la CODER de quatorze personnes dont les Chefs des Partis et les responsables des OSC membres, a remis en mains propres au Président du Faso le « Mémorandum pour la Réconciliation Nationale au Burkina Faso », comme suite aux échanges qu’ils avaient eus le 31 mars 2017 à Kossyam. Rappelons qu’au cours de l’audience du 31 mars 2017, le Président du Faso avait manifesté son grand intérêt à l’idéal de la réconciliation nationale portée par la CODER et l’avait encouragée à produire le document qui lui a été remis ce jour.

Après avoir écouté la synthèse du document à lui présenté, le Président du Faso a remercié et félicité la CODER pour le travail accompli et pour son engagement à la réalisation de la réconciliation entre les Burkinabè et au Burkina Faso. La réconciliation est acceptée par tous et elle est devenue une urgence et une impérieuse nécessité.
Le Président du Faso a exhorté la CODER à poursuivre ses efforts dans la recherche du consensus autour de la réconciliation nationale tout en gardant présent à l’esprit que celle-ci, tant voulue par la Nation Burkinabè toute entière, n’est pas incompatible avec la notion de justice. Il a promis d’étudier avec toute l’attention requise le contenu du mémorandum qui lui a été soumis et de communiquer à la CODER ses observations dès que possible.

JUSTICE-RECONCILIATION-PAIX

Fait à Ouagadougou, le 13 février 2018

Le Président de la CODER

Amadou DABO

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 février à 21:20, par Mafoi
    En réponse à : Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

    La devise de ce machin CODER est bien "JUSTICE-RECONCILIATION-PAIX" mais pourtant leurs dirigeants voyous nous servent systématiquement et du coq à l’âne leur fichue réconciliation.Personnellement,je ne suis ni en guerre,ni en conflit avec personne,je demande tout simplement JUSTICE car "oublier un crime est un crime".A bon entendeur,salut !

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 05:08, par RASTAMAN
    En réponse à : Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

    nouvelle génération de mendiants, le vraie problème de réconciliation au BF c’est le manque de justice.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 07:45, par Ka
    En réponse à : Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

    Oui son excellence Mr. le président du Faso, sans justice le peuple ne se réconciliera pas : C’est pourquoi le grand pourcentage de ce peuple se demande si ce machin de CODER ne s’agit pas d’une simple coquille vide créée uniquement dans le but de se couvrir et s’échapper a la justice voulu par le peuple souverain !

    L’orsqu’on fait ce que ces gens ont fait à ce pays sur la base de mensonges et paradigmes foncièrement imaginaires pour des intérêts particuliers avant le 31 Octobre 2014, la seule conclusion qui s’impose est que tout ce qui arrive maintenant n’est que la récolte naturelle des semences de ces personnes qui ont créer cette CODER pour tromper le peuple.

    Remettre un rapport au premier Burkinabé par des personnes dont tout le monde sait que toutes les manipulations de diviser pour régner égoïstement survenues dans notre pays depuis les 30 dernières années viennent de Hermann Yaméogo et de son ami Gilbert Ouédraogo, Achille Tapsoba, on s’abstient de les recevoir à bras ouvert pour une affaire de réconciliation sans justice.

    La réconciliation monsieur le président du Faso, est l’œuvre de tous, elle n’est pas l’apanage ni l’exclusivité du microcosme politique, qu’il soit ou non représentatif. S’il y a une volonté ferme et clairement revendiquée du peuple à se réconcilier, la réconciliation s’imposera d’emblée aux décideurs et il leur suffira d’en prendre acte, et non la manipulation des individus comme ceux de cette CODER qui refusent l’alternance politique et veulent se présenter comme des anges, pourtant ce sont des pyromanes d’hier.
    Leur affaire de "réconciliation démagogique instrumentale" c’est de la foutaise. La réconciliation ne se décrète pas, c’est une affaire qui est dans le cœur de chacun : Et cette réconciliation qui se trouve dans le cœur de chaque Burkinabé, viendra naturellement si tous les criminels dont la CODER veut protéger sont jugés pour soulager les familles des victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 11:03, par Didon
    En réponse à : Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

    CODER ! déposez d’abord pour la justice nationale. Ne travaillez pas en l’envers.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 11:24, par SAA
    En réponse à : Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

    "Le Président du Faso a exhorté la CODER à poursuivre ses efforts dans la recherche du consensus autour de la réconciliation nationale tout en gardant présent à l’esprit que celle-ci, tant voulue par la Nation Burkinabè toute entière, n’est pas incompatible avec la notion de justice". j’espère du fond du cœur que les géniteurs du machin CODER comprennent bien français pour soutirer toute la substance de cette déclaration ?
    Réconciliation nationale d’accord, mais JUSTICE d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 16:46, par sylas
    En réponse à : Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

    Certains ne sont-ils pas justiciables parmi vous ? Regret, repentance, humilité et le tour sera joué au quart.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février à 11:11, par KONE
    En réponse à : Politique : La CODER a proposé son « Mémorandum pour la réconciliation nationale » au président du Faso

    Depuis ces quelques cinq dernières années notre pays le Burkina Faso traverse une ou des crises sans précédents mais par la grâce du dieu vivant nous nous en sommes en sortis sans dégâts important que la communauté nationale régionale et internationale l’avait presagé
    Que toute la gloire revienne a notre dieu et seigneur tout puissant qui nous a protège par sa main puissante sa miséricorde son amour infini et sa bonté de tous les jours envers nous lent a la colere et riche en bonté Nous voulons saluer ici les efforts et prières de tous les burkinabés en particulier les dirigeants des communautés religieuses coutumières politique militaire et paramilitaire de la société civiles des femmes des jeunes des association et surtout des syndicats de tous bord recherchant un seul objectif pour notre pays la paix la cohésion sociale et la démocratie la justice sociale pour tous , avec la grâce de dieu et non nos forces nous y sommes parvenu surprenant les attentes des différentes communauté qui pensaient que le Burkina allait être fragiliser diviser et meurtri a jamais avec des femmes et des enfants qui allaient fuir le pays a destination des zones frontalières du Ghana de la cote d’ivoire du mali du bénin et du Togo
    Mais nous sommes reconnaissant a dieu l’éternel des armés plein d’amour et de miséricorde qui nous a fait grâce de cette paix que nous vivons certes il ya eu des mort des martyrs qui ont sacrifier leur vie pour que nous ayons cette pays et des blesses nous leur rendons un vibrant hommage a eu et a leur famille que nous souhaitons une prise en charge totale de leur familles et enfants par les plus hautes autorités du pays
    Mais nous ne pouvons construire le pays dans la division dans la haine et la multiplications des divisions et des clans partisans qui se font la guerre a tout bout de champs cela fragilise notre pays face a des nombreux défis qui sont les nôtres dans une économie plus mondialisée plus concurrentielle regorgeant des défis importants pour nos pays africains en terme d’employabilité des hommes et femmes et jeunes en serme d’amélioration des service sociaux de base en terme d’accès a au moins deux repas par jours pour tous les burkinabés en terme d’accès a l’éducation qui reste la clé de voute de la l’employabilité dans le monde en terme d’accès a l’eau potable pour a l électricité a l’industrialisation de nos économie a la modernisation du secteur agricole occupant 80 pour cent de nos population bref a améliorer les conditions de vie des burkinabés en terme de progrès social et économique nécessaire dans un monde plus globalisé plus complexe avec de nombreux défis a relever
    Ces défis nécessitent une inclusion des burkinabés de l’intérieur et de l’extérieur plus particulièrement la diaspora africaine c’est pourquoi nous devons pardonner et oublier ce qui s’est passé mais expliquer et se pardonner pour donner un nouveau elant d’inclusion des burkinabés des fils et des filles du vaillants peuple béni de dieu qui aime les hommes integres mais qui les aime plus lorsqu’ils se pardonne se réconcilient et cultive l’amour en lieu et place de la haine cultive l’intégration des jeunes des femmes des adultes de tous les partis politique vers un seul objectif la cohésion sociale la justice sociale la tolérance et lacceptayion du prochain pour construire la nation notre patrie où beaucoup ont payer le prix par leur vie tells que Thomas SANKARA et beaucoup plus de jeunes martyrs
    Mais aujourd’hui malheureusement a DJIBO a Fada au cappucino et a l hôtel splendide beaucoup de nos populations continuent toujours de payer de leur vie leur sang le prix de l’incohésion de la non solidarité et la non tolérance la non intégration de tous les fils et flislle du Burkina . Cette situation est déplorable et traine notre économie en arriere tous les touristes fuient le pays et l’attractivité du pays se reduit quoique déjà enclavé ne possedant aucun débouché maritime la vie devient plus chere les investisseurs direct a l étrangers freinent l’élan de venir investir dans notre pays au de voir leur biens a la merci des terroristes et de menacer leur propre vie partent ailleurs
    C’est pourquoi cher s compatriotes nous n’avons pas d’autres choix que de nous unir de nous pardonner d’inclure tous les exclus dans le processus de développement du pays mettre les hommes et les femmes compétentes a la place qu’il faut sans considération partisane mais la compétence et l’expérience pour relever les défis majeurs
    La démocratie est simple et donne le droit a tous la liberté d’association et la liberté d’expression la formation des partis politiques pour aller aux élections seuls le peuple souverains devra exprimé par son non vote pour tel ou tel parti politique son excusion des élection ce n’est pas le rôle d’une assemblée qui du reste n’avait pas été voté par le peuple qui devrait décider de l’exclusion des membre du CDP dans les élections dont je salue les apports inestimables en terme de progrès apportée par son ancien leader le président Blaise Compaore quoique des points sombres ont malheureusement entrainés le ras de bol du peuple en 2014 qui suscita la fin de son regne.
    la justice l’équité la sécurité et le progrès social pour les burkinabés un peuple hospitalier tolérant intègre digne de respect avec plus d’une soixantaine de langue mais vivant en parfait harmonie dans le rakiré parenté a plaisanté issue de nos ancêtres nos arrières grand parents qui ont observé cet esprit de pardon de tolérance d’amour de la fraternité qui fait la force de ce pays des hommes intègres beni dieu vivant a cause de ces valeurs que nous avons hérité de nos grands-parents

    C’est pourquoi le dénouement heureux de tous ces évènements au moments ou les gens la communauté internationale pensait que le Burkina était en voie d’etre froissé meurtri comme en cote d’ivoire en Centrafrique en guinées au Darfour dieu le dieu vivant a étendu sa main de grâce de pardon d’amour et de miséricorde ainsi que la tolérance en disant aimé vous les uns et les autres perpétuer la paix le rakiré la cohésion sociale dans la justice l’équité en restant toujours hospitalier conciliant pour la recherche sans cesse de paix et de la sanctification avec tous sans laquelle nul n’obtiendra le royaume des cieux certes il ya eu de nombreux blés et onze morts lors du push il est plus facile de consoler les parents des victimes par des prises en charges au niveau de l’état que de nous enfoncer dans la division dans l incohésion dans le non pardon dans la désunion avec laquelle nous suscitons la colère de dieu qui par sa grâce nous a épargner des dérives et non par notre intelligence ni par nos moyens très limités
    A tous les jeunes les vieux les femmes les enfants les commerçants les cultivateurs les travailleurs nous demandons de veiller a un esprit de pardon et de tolérance mais au jugement pour situer les responsabilités et apaiser les cœurs mais pardonner ne pas aller a la sanction suprême car nous ne voulons pas de sang qui coule encore au Burkina Faso patrie des homme intègre digne de respect
    a tous les chefs coutumiers religieux autorités exécutifs militaires et paramilitaire autorité investies par dieu le dieu vivant nous invitons a cet esprit de tolérance juger mais pardon et réconcilier les fils et filles du pays des hommes intègres et non les diviser
    comme la femme adultaire que l’on devrait lapider jusqu’a ce mort s’en suive quand les vieillards les jeunes la populations avaient des pierre des caillou pour la lapider et jésus christ intervenants en disant que celui n a jamais péchés qui ne se reproche rien dans le pays commence a lancer la première pierre et aussitôt personne n eu le courage de lancer la première pierre car tous nous sommes coupables responsables et victimes collatéral de ce qui se passe donc pardonnons nous les uns et les autres afin que nous relevons ensemble les défis importants qui sont les nôtres aujourd’hui l’emploi de nos enfants la sécurité l’éducation la santé l’accès a l’eau potable a un meilleur habitat a des infrastructures routière au progrès social et a la liberté la joie de vivre au Burkina Faso dans la paix et dans la justice merci a tous et a toutes dieu bénisse le Burkina fas

    alors évitons la haine dans notre pays réunissons les forces vives du pays les filles et les fils libérons les des prisons sans exception sans aucune autre considération pardonnons et construisons notre pays plutôt que de la détruire nos père fondateurs ont tout bâti sur la justice l’équité mais après tout le pardon la tolérance et l’inclusion

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés