Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis Kéré

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • lundi 12 février 2018 à 12h48min
Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis Kéré

Le 6 décembre 2017, Diébédo Francis Kéré était honoré au palais royal à Amsterdam au Pays-Bas. L’architecte burkinabè recevait avec d’autres lauréats, le Prix Prince Claus de la fondation du même nom. Une prestigieuse distinction reçue en présence de toute la famille royale. Dans la soirée du 11 février 2018, le prix a été présenté à Ouagadougou. C’était en présence de plusieurs personnalités culturelles, politiques, et diplomatiques.

Diébédo Francis Kéré, un nom qui compte dans l’architecture au Burkina Faso et beaucoup plus à l’international. Ses œuvres réalisées à travers le monde ont tapé dans l’œil de la Fondation Prince Claus pour la Culture et le Développement, créée en 1996.

Les prix Prince Claus récompensent des réalisations exceptionnelles dans le domaine de la culture et du développement. Ces prix sont attribués chaque année à des personnes individuelles, des groupes et des organismes dont les actions culturelles ont un effet positif sur le développement de leurs sociétés.

Dans le dossier de presse mis à notre disposition, on lit que le prix Prince Claus est décerné à Diébédo Francis Kéré pour la conception et la construction de bâtiments d’une grande beauté qui répondent aux besoins des habitants ; pour la mise en place d’une approche holistique des pratiques architecturales qui souligne l’importance de la participation de la population, et l’importance du respect de la culture locale et de l’utilisation des matériaux et des méthodes durables.

Le jury a également apprécié sa mise à l’honneur des traditions culturelles, sa façon de combiner de manière astucieuse les facteurs pertinents de deux systèmes de savoir différents afin d’élaborer des solutions pratiques de portée universelle et de créer des échanges d’idées entre l’Afrique et l’Europe.

Au cours de la cérémonie qui a eu lieu au palais royal à Amsterdam en présence de membres de la famille royale des Pays-Bas et d’un public international, les lauréats du monde entier, 7 au total, ont été honorés. 25000 euros (environ 16375000 F CFA) et le trophée, c’est entre autres la composition du prix.

En communion sur ses terres

Après la remise du prix aux Pays-Bas, la fondation a décidé de venir au Burkina Faso pour présenter le trophée en compagnie du lauréat. Selon Joumana Khoury El Zein, directrice de la fondation, "c’est plus important de remettre le prix dans le pays du lauréat, que dans un pays étranger ».

C’est à Gounghin, aux Récréatrales que le prix a été présenté. Ce en présence de l’ambassadeur du royaume des Pays-Bas au Burkina avec résidence à Bamako, Jolke Folkert Oppewal, du ministre de la culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango. Et de bien d’autres personnalités.

Le lauréat Francis Kéré s’est dit ému par la cérémonie. Lui qui a déjà été lauréat de plusieurs prix, a particulièrement été touché par ce dernier. C’est la première fois qu’il reçoit un prix dans son pays, en présence de sa mère, et de sa fille qui dit-il, lui reproche toujours de ne pas avoir du temps.

L’architecte a surtout lancé un appel à la jeunesse. Selon lui, il faut toujours se battre et ne pas se donner des limites. L’architecture est certes un domaine dont la formation est chère, c’est peut-être un domaine de prestige, « mais un burkinabè comme moi peut aussi réussir là », a-t-il dit.

Pour ce faire, il a invité les jeunes de son pays à se surpasser. « Il faut tout faire pour quitter cette boite qui nous enferme et vous serez vus par les gens, les gens vont vous pousser, le monde attend de découvrir vos talents. Ne dormez pas », a-t-il insisté.
Francis Kéré qui dit travailler actuellement sur des projets aux Etats Unis, en Chine, en Tunisie, en Angleterre, en Allemagne et dans son village repartira sur ses chantiers.

« Il faut croire en ce qu’on fait et le monde vous découvrira. Le travail, et l’engagement payent », martèle-t-il.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 février à 03:08, par Burkina En réponse à : Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis Kéré

    Félicitations Frère mais il faut penser à la formation de la relève dans le domaine et de préférence au pays:un vrai bon lycée technique, une vraie école d’architecture, de vraies bourses d’études... Il ne faut pas avoir la fâcheuse réputation de certains de nos grands : le seul en ceci ou en cela. Je vous encourage à poursuivre ce que vous avez commencé, notamment dans votre village. Pendant que le monde entier parle de vous, il faut en profiter. C’est le bon moment.

    Répondre à ce message

    • Le 13 février à 12:41, par Omer En réponse à : Prix Prince Claus : A Amsterdam et Ouagadougou, mêmes honneurs pour Francis Kéré

      Moi je pense plutôt que l’État doit lui offrir quelque chose a construire dans notre pays. J’ai vu le parc zoologique de Bamako qu’il a fait et c’est très beau. C’est au Burkina de profiter de son talent en lui offrant des possibilités. Il fait déjà de son mieux en construisant des écoles dans son village. Des écoles avec une architecture différente, innovante. Il aura pu dessiner les bâtiments de l’université Ouaga 2 ou autres mais au Burkina on s’en fiche de la beauté. Dommage.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tourisme au sein de l’espace UEMOA : Vers la communautarisation des textes
Biens culturels africains : « Nous ne pouvons pas écrire notre histoire sans ces objets » (Pr Jean-Baptiste Kiethéga)
Festival warba de Zorgho : 48 heures pour magnifier la danse warba
Restitution des biens culturels africains : Le Burkina trace sa feuille de route
Musique : Eva 1er, désormais dans votre bac à disques !
Le FESPACO lauréat du prix "Miriam Makeba de la créativité artistique"
Restitution du patrimoine culturel africain : En attendant le lancement du processus par le gouvernement burkinabè
4e édition du Festival écran à ciel ouvert (FECO) : La sélection officielle dévoilée
Rencontres internationales de la photographie de Ouagadougou : Mahamoudou Naon sacré meilleur photographe
Restitution d’œuvres d’art à l’Afrique : Le rapport qui crée la polémique
Exposition d’œuvres d’art : C’est parti pour la 2e édition de « BICIAB, Amie des arts »
Mode : JoSaBi Mariées, l’entreprise qui donne vie à vos rêves
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés