Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Crises dans l’espace CEDEAO : Le Centre d’alerte précoce et de réponse du Burkina est désormais opérationnel

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • vendredi 9 février 2018 à 23h55min
Crises dans l’espace CEDEAO : Le Centre d’alerte précoce et de réponse du Burkina est désormais opérationnel

Le Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse au Burkina Faso est opérationnel. Il a été officiellement ouvert le 08 février 2018, par le premier ministre Paul Kaba Thiéba, en présence du Président de la Commission de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Ce centre, 3e du genre dans la sous-région, vise à renforcer le dispositif de prévention et de prise en charge des menaces qui plombent les efforts de développement des différents Etats.

Lors de la 45e session ordinaire de la CEDEAO, le 14 juillet 2014, les dirigeants de l’espace ont adopté le cadre stratégique pour la mise en place des mécanismes nationaux d’alerte précoce et de réponse aux menaces sécuritaires afin de permettre une réaction diligente en cas d’urgence. Ce dispositif de prévention concerne essentiellement la sécurité humaine, et vise à fournir des rapports sur les tendances et les incidents relatifs à la paix et à la sécurité humaine, ainsi que des options d’interventions en temps réel à titre préventif aux décideurs politiques afin d’assurer la prévisibilité des conflits et de faciliter les interventions visant à retourner, aplanir ou désamorcer de façon créative les situations aigues de conflit, d’instabilité, de troubles ou de catastrophes.

coupure du ruban symbolique

Après le Mali et le Libéria, le Burkina est le 3e pays de l’espace CEDEAO à disposer d’un centre d’alerte précoce. Le nombre devrait rapidement passer à cinq pays dont les centres, puis à dix et enfin à quinze. « Dans un contexte national, régional et international marqué par la montée de l’insécurité et des menaces de diverses natures, la présente cérémonie nous rappelle le destin commun qui est le nôtre et la nécessité de conjuguer les efforts de tous les Etats de la sous-région pour venir à bout de ces différents fléaux. Il s’agit de menaces sécuritaires notamment l’insécurité liée aux effets des changements climatiques, aux attaques terroristes, aux crimes transnationaux, à l’avènement d’épidémies et de pandémies et à la piraterie maritime », a précisé le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba.D’ailleurs ce centre est sous la tutelle du Premier ministère.

Dans la salle de situation, le premier ministre a échangé en direct avec l’équipe d’Abuja

Aucune politique efficace de développement ne saurait être efficiente sans un environnement apaisée. C’est pourquoi, le Burkina souscrit aux engagements régionaux d’anticipation et de prévention des crises sécuritaires. De ce fait, réaffirme Paul Kaba Thiéba, le pays ne ménagera aucun effort pour appuyer les actions de lutte contre les menaces sécuritaires par des mécanismes, des institutions et des actions au niveau national et par la participation aux instances régionales. Mieux, assure-t-il, « le gouvernement burkinabè se réjouit de faire partie des pays pilotes d’opérationnalisation des centres nationaux d’alerte précoce et s’engage à œuvrer à la réussite des missions de son centre ». Il n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance au Président de la Commission de la CEDEAO qui, en plus d’honorer le Burkina par ce choix, était personnellement présent.

Marcel de Souza se réjouit de l’ouverture du Centre de Ouagadougou

« Lorsque des alertes sont données, il faut qu’on puisse très tôt analyser les données pour organiser la riposte. Il s’agit d’alerte précoce et de riposte rapide », a rappelé Marcel de Souza, le Président de la Commission de la CEDEAO, qui a qualifié cette cérémonie de fort simple, mais d’une importance capitale. Car, il s’agit de protéger la vie de 324 millions de personnes que constitue la CEDEAO. Les équipements ont couté plus de deux milliards de francs CFA. Ce, avec l’appui technique et financier des USA. « Les crises peuvent venir de partout et à tout moment. Les USA ont pour ambition que ce centre nous permette de mieux répondre à ces différentes crises et aux risques sécuritaires. Nous espérons que ce centre nous donnera les moyens de sauver des vies à travers une coordination étroite avec tous les acteurs clés », a confié David Young, le Premier conseiller de l’ambassade des USA au Burkina.

les membres du gouvernement fortement représentés à cette cérémonie

C’est le Commissaire divisionnaire de police Dieudonné Ouattara qui a lourde charge de diriger le Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte et de riposte au Burkina Faso, en tant que secrétaire permanent. Avec son équipe, il devra quotidiennement faire des alertes, faire des analyses et des propositions ou des recommandations au gouvernement. Le chef du gouvernement burkinabè a invité le secrétaire permanent du Centre et ses collaborateurs à faire preuve d’esprit d’initiative afin d’obtenir des résultats probants dans la mise en œuvre des activités et des objectifs assignés au centre.

Le Centre dispose actuellement de cinq experts : un expert en santé, un expert en crime et criminalité, un expert en sécurité, un expert en environnement et un expert en gouvernance et droits de l’Homme. Ainsi, le chef du gouvernement doit recevoir chaque matin la situation au niveau régional.« Nous avons des équipements de haute qualité qui nous ont été offerts par les USA, nous avons des locaux et les moyens de fonctionnement devraient suivre puisque les gouvernants ont signé des engagements », a confié le secrétaire permanent, Dieudonné Ouattara.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Messages

  • GRAND MERCI A TOUS CEUX QUI ONT CONTRIBUER A L’AVÈNEMENT DE CE CENTRE .QUE LA RIPOSTE CONTRE LES TERRORISTES SOIT DE CENTRE PLUS CONCLUANTE.

  • Incroyable ! Regardez comment est relié l’ampoule sur la photo et vous comprendrez comment au Burkina, on construit les infrastructures ! Du colmatage même au niveau d’un bâtiment financé par l’uemoa. Seul le Burkina peut realiser de telles prouesses en matière de finition des bâtiments.

    • Zemosse : Merci pour la remarque. A moi de te poser une question : ‘’’’Malgré que les Burkinabé sont réputés dans les pays voisins depuis la nuit des temps en Côte d’Ivoire et au Ghana comme les meilleurs tirailleurs, et qui ont développé dans la labeur ces pays, quel Burkinabé qui met dans son esprit que la qualité du travail est un atout pour l’avenir d’une entreprise ? Du dirigeant aux chefs d’entreprise, en passant par l’ouvrier, au Burkina on fait ce qu’on dit de faire sans penser a la qualité, comme ces raccordements électrique qui devaient être protégés. C’est le manque de qualité que tout est à refaire dans notre pays, comme les routes faites a la hâte et les immeubles bidon par les entreprises d’une belle-mère avaleuse d’argent.

      Un cadre Ivoirien me disait que s’il était un décideur Ivoirien, aucune entreprise Burkinabé ne construira une route en Côte d’Ivoire par manque de qualité. Des preuves ont été détectées. Oui Zemosse tu as bien vu, malgré que ce bâtiment a été financé par l’UEMOA a ce que je pense, l’entrepreneur qui a construit ce bâtiment a montrer que la qualité n’est pas son domaine.

    • Lol ; je suis morte de rire ! Mais tu as raison Zemosse ! Je valide

    • Ils disent que le centre a été construit et équippé avec l’appui technique et financier des USA. A voir le câblage électrique exposé à la facade du bâtiment sur la première photo, on pourrais douter des qualités et de la performance de ce centre, sans compter son exposition aux oreilles attentives !

    • Je valide grand-frère Ka. Tu as tout dit. Si en qualité de technicien de suivi, tu te montres trop méticuleux sur un chantier, tu risques de te faire planter une pioche dans le dos par mes frères burkinabè ouvriers. Et en réunion de chantier, même le DG qui est de passage, te demandera d’arrondir les angles. Quel pays !!!!!! Et pourtant, ce même DG est épaté lors de ses voyages en Europe aux frais du contribuable. Preuve qu’il ne se demande même pas comment on a obtenu cette qualité de finition ? Vraiment, quel pays !!!!!!

    • Je valide ce que vous dites, c’est la corruption qui ne dit pas son nom. Remarquer sur les deux voies qui mènent à l’hôpital Blaise compaoré, les lampadaires étaient censées s’alimenter en sous terrain, mais qu’est ce que l’ opérateur a fait ? faire pendre les fils électrique comme dans un campement privant l’avenue de sa belle image. Parait que les files qui pendent reviennent 10 fois moins chers que s’ils passaient en sous terre.
      Quelqu’un a bouffé dans ça également

    • Je valide
      regarder nos routes minuscules et les terre-pleins centraux. une pratique qui n’a d’intérêt que de réduire d’avantage nos routes

    • Moi aussi : Sauf des personnes qui ne savent pas que même en rénovant, on doit appliquer la qualité qui est un atout pour un développement durable. D’ailleurs c’est dans la rénovation qu’on applique d’avantage et corriger les imparfaits.
      D’après cette petite remarque de Zemosse suivi des arguments solides des internautes de bonne foi, les entrepreneurs Burkinabé doivent songer à rattraper leur retard en matière de qualité dans le travail demandé : ‘’’’Car l’émergence d’un pays c’est le travail bien fait dans la volonté.’’’’ On n’émerge pas un pays avec du travail mal fait. Regardez les monuments ou les bâtiments des pays émergents comme la France avec son centenaire de la Tour Effel, ou le capitole et l’statue de la liberté aux Etats Unis, les travaux bien fait ne disparaissent jamais. Même les fabrications Chinoise dites mauvaises dans le monde entier, sont 50 fois mieux que ce que font nos entreprises.

  • On comprend pourquoi un complot a été monté de toutes pièces contrre le Colonel Barry.
    Mais soyez en rassuré, le peuple africain dans sa grande majorité a pris conscience. Dans les troupes des forces de défense et de sécurité, il ya toujours des hommes intègres, prêts à sacrifier leur vie pour la cause du peuple. Nous continuerons à lutter pour la justice. Point d’institution au compte des dirrigeants. C’est pour dire que cette institution est vouée à l’échec.
    L’avenir nous dira le reste.

  • @L’équipe leFaso.net. Prière me dire comment vous faire parvenir un article pour publication. Merci et courage pour votre détermination.

  • Cherchez souvent les bonnes informations avant de critiquer. Le bâtiment a été tout juste rénové et non construit. De plus, l’ampoule dont vous parlez est au niveau de l’hangard devant servir de parking

    • Tu tentes de défendre l’indéfendable.Même si c’est un hangar et ça reste à démontrer,l’ampoule est bien sur une façade d’entrée officielle avec la mention "Burkina Faso,Unité-Progès-Justice,Premier Ministère etc...." et elle est reliée à des fils électriques en zig-zag.C’est un manque criard de professionnalisme.Ainsi va le Faso nouveau puisque cette médiocrité semble n’émouvoir personne et toi le premier avec aussi tous ces officiels qui se marrent devant ce "mur" de la honte

    • cela ne change rien aux remarques. Rénové pour se normaliser, n’est ce pas ????
      Souvent rénover coute plus cher que construire. Ne nier pas l’évidence
      Regarder nos ingénieurs de route, on dit que nos routes sont étroites, ils se permettent de laisser un terre-plein central ayant la dimension d’une voie, pour faire quoi ?

    • Quelle explication bidon ! Un bâtiment rénové doit l’être selon les règles de l’art. C’est des hommes comme vous , qui détruisez ce Pays en encourageant la médiocrité . Cette photo fera le tour du monde avec un premier Ministre tout fier d’inaugurer ce piètre et honteux batiment . Je remercie les internautes qui ont soutenu ma remarque. Je soufre pour mon Pays face à l’incurie de nos entrepreneurs en bâtiments et routes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion de crises : Une simulation d’attaque terroriste à Manga, en guise d’exercice
Région du Nord : Adoption du budget 2019, dans un contexte d’insécurité
Komandjoari / Est du Burkina : Un conseiller municipal arrêté et un engin explosif artisanal mis hors d’état de nuire
Attaque Namsiguia : L’administration réconforte les gendarmes
Lutte contre le terrorisme : Zorgho solidaire des FDS et du président Roch Kaboré
Contingent burkinabè de la MINUSMA : Une attaque fait deux morts et cinq blessés
Attaque de la brigade de gendarmerie de Barani (Kossi) : Un assaillant abattu, un décès et deux blesses côtê FDS
Terrorisme au Burkina : Une caravane musicale pour soutenir les forces de défense et de sécurité
Ouagadougou : Simulation d’une attaque terroriste le mardi 16 octobre 2018 dans la zone du Stade du 4 août
Situation sécuritaire : L’atelier de mise en œuvre des recommandations de l’Assemblée nationale s’achève sur des notes d’espoir
Insécurité à l’Est : L’appel de la députée Elise Ilboudo/Thiombiano aux fils et filles de la région
Situation sécuritaire : L’heure est à l’union sacrée pour la défense de la Patrie, rappelle le HCRUN
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés