Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Caravane « Libres ensemble » : Conter pour contrer la radicalisation

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 7 février 2018 à 13h59min
Caravane « Libres ensemble » : Conter pour contrer la radicalisation

C’est une caravane qui vient agrémenter le programme du festival « Rendez-vous chez Nous » qui bat son plein actuellement à Ouagadougou. « Libres ensemble », porté par des anciens lauréats des jeux de la francophonie du Burkina Faso et du Congo Brazzaville se met en scène à partir de 7 février 2017, à Ouagadougou avant d’aller à la rencontre d’autres publics hors de la capitale. Ateliers de formation et contes sont au programme de la caravane dont le thème se rapporte à la radicalisation. Dans la soirée du 5 février, les caravaniers étaient en plein exercice de création.

« Libres ensemble » est un concept de l’Organisation internationale de la francophonie a ses ambassadeurs. Deux anciens lauréats des jeux organisés par cette organisation ont décidé d’ajouter de la terre à la terre pour faire vivre et voyager davantage le concept. Il s’agit de Kaly Dorient du Congo Brazzaville et de Kientéga Pingdwendé Gerard connu sous le nom d’artiste ‘’KPG’’ du Burkina Faso.

La première étape était celle de la réflexion à Rio de Janeiro en 2015 où il a fallu définir les grands axes de la caravane. A la deuxième étape en France en 2016, le groupe était déjà en résidence pour réfléchir et donner un contenu exact au projet. En 2017, pour la troisième étape au Marrakech du rire au Maroc, des ateliers ont été donnés au profit d’enfants et de jeunes.

Cette fois, c’est à Ouaga que les caravaniers se retrouvent dans le cadre du festival « Rendez-vous chez Nous ». Ce sont essentiellement des conteurs et des musiciens qui se retrouvent pour donner des ateliers et faire des scènes, en faveur des jeunes et des enfants. « Nous ne venons pas avec des ateliers pré fabriqués », précise Kaly Dorient pour qui, il s’agit de laisser travailler l’imaginaire des jeunes et les enfants en fonction des thèmes qui leur sont proposés.

« A travers le conte et la culture, il s’agit pour nous d’essayer de nous réapproprier l’éducation de nos enfants pour les ramener dans les valeurs justes. Nous voyons comment le monde est en train de partir, la radicalisation des jeunes, les attentats (…) à travers la culture, nous proposons des ateliers, des activités, des contes avec les élèves pour parler de la citoyenneté, du « libres ensembles », explique l’ancien lauréat des jeux de la francophonie Kaly Dorient.

KPG note qu’à chaque étape, des artistes du pays visité sont intégrés dans le projet, pour lui donner une touche locale et faciliter les échanges et les partages.
Pour la conteuse Christine Bolduc, il y a un lien étroit entre le thème du festival « Rendez-vous chez Nous », ensemble contre la radicalisation, et la caravane. « La caravane est dans cette dynamique » dira-t-elle. Cela parce que les artistes de différents pays, d’horizons divers se réunissent pour créer des ouvertures, amener des enfants à vivre des moments de joie, de découvertes.

C’est donc une occasion de connaitre l’autre et de l’accepter dans sa différence pour un enrichissement mutuel.

Les spectacles de contes et musique débuteront le 7 février sur la place de la Femme à Gounghin à partir de 15h 30, à l’école primaire Kienfangué ainsi qu’à l’ABPAM le 8 février et enfin le 9 février au CEFISE, pour partager des moments de convivialité avec les malentendants et les malvoyants.

Les conteurs seront à ces occasions, accompagnés sur scène par Patrick Kabré à la guitare et au chant. Et KPG de préciser que ce dernier est déjà dans un projet similaire au sahel, avec les enfants et les réfugiés. Ousmane Ouédraogo, lui sera à la percussion.

Après l’étape de Ouagadougou, les caravaniers mettront le cap sur le Congo Brazzaville, avant de continuer au Canada, puis en Suisse d’où ils vont rallier Haïti. Toujours avec le même objectif, bâtir des ponts culturels pour se comprendre afin d’être « Libres ensemble ».

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Messages

  • Votre action est louable. Malheureusement le problème du monde ne vient pas des jeunes radicalisés, encore moins des religieux. Ceux qui sur la base des mensonges ont attaqué l’Iraq, la Libye et créer des conflits partout dans le monde ( marchands d’armes et pillards des ressources) qui doivent être sensibilisés. Merci de tenir compte.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Industries culturelles : Des journées portes ouvertes pour renforcer la visibilité du secteur
Cinéma numérique : La 4e édition du « Festival écran à ciel ouvert » aura lieu du 5 au 9 décembre 2018
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
15e édition du SIAO : « Entreprendre au féminin » valorise les produits locaux
SIAO 2018 : Les réfugiés maliens font de bonnes affaires
Un trophée d’honneur à Naaba Saaga 1er
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés