Cinéma : Frontière rouge a conquis les cinéphiles burkinabè mais…

LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo (Stagiaire) • mardi 6 février 2018 à 17h49min

Le film frontière rouge est un long métrage burkinabè réalisé dans la ville frontière de Cinkansé, entre le Burkina Faso, le Ghana et le Togo. C’est une œuvre cinématographique empreinte de la comédie et du drame. Le produit de Pizongo Soumaila, le réalisateur, traite de la drogue, la dépravation des mœurs et aussi de la probité de nos élus locaux. Des acteurs comme Halidou Sawadogo dit Pagnagdé ont participé au projet tout comme l’artiste musicien Ali veruthey. Mais le film ne fait pas seulement rire. Il irrite certains.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Cinéma : Frontière rouge a conquis les cinéphiles burkinabè mais…

« Je bois du sérum », parole de Ali petit danger, l’acteur principal du film « frontière rouge ». Tourné et réalisé à Cinkansé, la ville frontalière entre le Burkina Faso, le Ghana et le Togo, le film retrace les maux qui minent la société africaine, particulièrement burkinabè. Ces maux ne sont rien d’autre que l’alcool, la drogue, la dépravation des mœurs, la corruption et le grand banditisme. Et pour réussir ce rôle, des acteurs sont appelés pour jouer le jeu. On y voit Halidou Sawadogo, un père qui veut protéger sa fille sans succès. Il y a l’artiste Aly Veruthey dont Ali petit Danger est à l’origine du départ de la copine. C’est ce dernier d’ailleurs qui incarne le rôle principal du film. Agé à peine de 12 ans, Ali est un phénomène au sens propre du terme. Il est caractérisé par son incivisme notoire. Il manque en effet de respect à son propre père, mais aussi aux autres habitants de la cité.

Le manque de respect se traduit par ses réponses aux questions. Dans un des dialogues, il tient tête à Aly Veruthey. En s’adressant à lui sur un ton d’irrespect, l’interprète de « Soulard S’en fout » se demande s’il n’a pas bu de l’alcool. Il rétorque qu’il a bu du « sérum ». Dans une séquence, on l’aperçoit entrain d’inviter une femme à se baigner. Elle aussi s’interroge si l’adolescent ne prend pas la drogue. L’enfant répond : « ce n’est pas de la drogue je prends. Je fume du goudron ».

Le jeune homme ne s’arrête pas là. C’est un friand des stupéfiants, de l’alcool et surtout des femmes. Dans une autre séquence, on l’aperçoit dans une boîte de nuit en compagnie de plusieurs filles. Le Disc joker chante sa gloire. L’argent, fruit du hasard et l’eau-de-vie coulent à flop. La soirée du petit Ali se termine dans une chambre d’hôtel en compagnie d’une fille.

Une histoire vraie à l’écran

Les histoires racontées sont loin d’être imaginaires, foi du réalisateur. « Trois pays partagent la frontière à Cinkansé » rappelle-t-il. Et selon le producteur, les fléaux décrits dans le film reflètent ce qui s’y passe. A Cinkansé, révèle-t-il, c’est la drogue, l’alcool et le sexe. Le trafic de tous genres existe dans cette partie du pays du fait de l’absence de l’Etat. La situation est certes réelle, mais d’aucuns critiquent le jeu de l’acteur Ali petit danger de son vrai nom Sondé Issa. Certaines personnes pensent qu’ils véhiculent un mauvais message à la société. Déjà, des enfants de son âge l’imitent. Face à ces accusations, Haroune Dg ou encore Yana, nie tout en bloc. Au contraire, il soutient qu’il dénonce les tares de la vie dans cette partie du pays. Quant à son acteur principal, petit danger, il révèle qu’il se droguait. Mais « Aujourd’hui, grâce à moi, il ne fume presque plus » s’exclame-t-il fièrement.

Le Film à polémique est pourtant dans les salles. La salle du ciné Neerwaya a déjà programmé des séances. Le lancement officiel de la sortie du film a eu lieu ce lundi 05 février 2018. Cette projection ne se tient pas sans couac. Des demandes de non-diffusion ont été adressées aux responsables de la programmation, nous souffle un membre de l’administration. Néanmoins, le réalisateur demande aux parents d’inscrire leurs enfants à l’école et les suivre. Cela leur évitera, la vie de Ali, petit danger.

Dimitri Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 février à 08:41, par Will SANWIDI
    En réponse à : Cinéma : Frontière rouge a conquis les cinéphiles burkinabè mais…

    Bonjour j’aimerais dire merci au stagiaire pour cet article. Alors il serait bien pour les prochaines fois de dissocier les personnages des acteurs lorsque l’on parle du film : il ya la présence de X acteur burkinabé, ...et il est dans le role de Z qui perd sa copine.

    Plus conseiller aussi de faire une critique dissocié de la description du film. Ce n’est d’ailleurs pas très beau de decrire un film. Ce qu’il est courant de faire donner son resumé du film en un paragraphe, et continuer sur la réalisation, l’analyse technique (essai), la critique artistique...

    Merci et bonne suite, content d’avoir lu

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 14:01, par Gaffiot FC
    En réponse à : Cinéma : Frontière rouge a conquis les cinéphiles burkinabè mais…

    Je pense qu’il tout d’abord féliciter le réalisateur pour cette oeuvre, qui met à nu des pratiques contraires à nos valeurs tel que:la désinvolture, la drogue,la corruption, le sexe. Dans ce film c’est une interpellation à l’endroit de tous sur ces maux qui minent la frontière rouge et également tout le Burkina. Il faut féliciter aussi ces nouveaux acteurs qui ont du talent. Pour ma part de telles initiatives sont à encourager c’est de cette manière que nous pourrons atteindre le développement par nous même. Quand à ceux qui demandent la non diffusion du film devraient être honnêtes envers eux même et demander à la RTB et autres autres chaines de canal et autres... Qui diffusent des films à caractère très obscènes et des pratiques contraires à nos valeurs burkinabè.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés