Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Passation de service au MENA : Jean Martin Coulibaly passe le témoin au Pr Stanislas Ouaro

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo (Stagiaire) • lundi 5 février 2018 à 23h12min
Passation de service au MENA : Jean Martin Coulibaly passe le témoin au Pr Stanislas Ouaro

Le nouveau ministre de l’Education, le professeur Stanislas Ouaro a pris fonction ce lundi 05 janvier 2018. La passation de service entre lui et Jean Martin Coulibaly, l’ancien ministre, a eu lieu dans la salle de réunion du ministère, en présence du secrétaire général du gouvernement Stéphane Sanou et de nombreux collaborateurs. Si Jean Martin Coulibaly part avec le sentiment d’avoir amélioré le système éducatif burkinabè, le nouvel entrant, lui, entend mettre en œuvre toutes les innovations déjà engagées par son prédécesseur.

« Monsieur Stanislas Ouaro, par décret 2018-035\PRES, vous avez été nommé ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation dans le gouvernement du Burkina Faso. C’est une grande confiance qui a été placée en vous certainement au regard de vos compétences et de votre expérience. Mais en même temps, c’est une grande responsabilité que vous allez désormais assumer. Celle de conduire avec succès la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière d’éducation au Burkina Faso ». Ce sont les premiers mots qu’a prononcés le secrétaire général du gouvernement à l’endroit du nouveau ministre. Il lui rappellera ensuite que le gouvernement est au service du peuple. Il l’invite impérativement alors à travailler afin de satisfaire les nombreuses attentes des populations. Il précise aussi que le ministre doit être un modèle de probité et constamment à l’écoute de son département ministériel sans faiblesse. A l’endroit de Jean Martin Coulibaly, il a au nom du président du Faso et du Premier ministre traduit la reconnaissance de la nation pour le travail abattu pendant les deux ans passés au gouvernement.

Une mission bien réussie malgré les difficultés, selon Jean Martin Coulibaly

L’ancien ministre dit partir avec le sentiment d’avoir accompli sa mission. Sous sa gouvernance, il égrène des acquis. Il s’agit de l’augmentation des classes au préscolaire, la normalisation de plus de 3000 classes sous paillotes, le recrutement de 16 000 enseignants pour pallier le manque de personnel éducatif. Il souligne aussi des actions en cours. La construction de laboratoires en Maths, physique-chimie, SVT au profit de 25 établissements, l’électrification de 140 écoles et 30 Collèges par l’énergie solaire, l’ouverture de deux lycées scientifiques à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso, la disponibilité des cantines scolaires. Plus loin, Jean Martin Coulibaly estime avoir géré la chose publique de manière rationnelle. Il a fait de la gouvernance vertueuse un sacerdoce. Il note entre autres la règlementation des missions et des ateliers, la tenue du 1er conseil de discipline de son département depuis 2009. Néanmoins, la mission n’a pas du tout été facile. Il se souvient de la crise que l’éducation burkinabè a connue. Aux élèves qui ont souffert de cette situation, l’ancien ministre dit regretter infiniment ce qui s’est passé. Il leur demande de se remettre au travail et de ne jamais perdre confiance en leur capacité de réussir.

Le professeur appelle à l’union pour continuer à mettre en œuvre toutes les innovations déjà engagées

Le professeur Ouaro a d’entrée de jeu dans sa prise de parole remercié le Président du Faso et le Premier ministre pour la confiance placée en lui. Tout en félicitant son prédécesseur pour ses acquis, il dit être disponible à travailler avec les partenaires sociaux pour la mise en œuvre du protocole d’accord. Le professeur prêche pour une éducation de qualité au Burkina Faso. D’ores et déjà, il annonce des chantiers à réaliser. Ce sont :la question récurrente de l’acquisition de matière d’œuvre pour les établissements d’enseignement technique et professionnel, le suivi de la mise en œuvre réussie du plan de passation des marchés afin de doter à temps les bénéficiaires d’infrastructures et d’équipements scolaires, le bon fonctionnement des cantines scolaires, la mise en œuvre du programme présidentiel et du PNDES, la finalisation du plan d’action 2018 du ministère. « A tout le personnel du ministère, je lance un appel à l’union et à travailler au rapprochement de tous les ordres d’enseignement au Burkina » conclut-il.

Dimitri Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net


Qui est le nouveau ministre de l’éducation ?

Nommé le 31 janvier 2018, le nouveau ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation n’est pas un inconnu du public burkinabè. Bien avant qu’il intègre le gouvernement, il était le président de l’université Ouaga II. Mais avant, c’est en 2002 qu’il prend des responsabilités au sein de l’université de Ouagadougou. Il sera le Coordonnateur de la section informatique de l’IBAM (Institut Burkinabé des Arts et Métiers), de 2002 à 2008. De 2006 à 2008, il est le Directeur adjoint de l’IBAM. De 2008 à 2012, il devient le Directeur de l’IBAM. C’est en 2012 qu’il devient professeur titulaire à L’UFR/SEA (Université de Ouagadougou). Dans la même année, il est nommé Président de l’Université Ouaga II.

Assistant à l’Université de Ouagadougou de septembre 2002 à Juillet 2004, il est Maître-assistant à l’Université de Ouagadougou de Juillet 2004 à Juillet 2008. Puis Maître de conférences toujours à l’Université de Ouagadougou de Juillet 2008 à Juillet 2012. Au niveau académique, Pr Ouaro est Docteur en Mathématiques et application obtenu en 2001 après avoir empoché son baccalauréat en 1992 série D. Il a été plusieurs fois gratifié au Burkina Faso et ailleurs. Il est Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques du Burkina Faso, Officier de l’Ordre des Palmes académiques togolaises, Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques du Burkina (2012), Officier de l’ordre des Palmes Académiques du Togo (2014). L’homme qui a la charge du département de l’Education au Burkina Faso est né le 19 janvier 1975 à Guiberoua en Côte d’Ivoire. Il est marié et père de 04 enfants.

Messages

  • Voici un intellectuel discret, respectable et respecté. Rien à voir avec des Basolma Bazie et Abdul Karim SANGO qui font du bruit comme des tauneaux vides. Tous les enseignants doivent suivre son exemple pour que les élèves et étudiants suivent aussi sa trajectoire élogieuse. Bonne chance au petit frère Ministre Pr Ouaro.

    • Arrete de medire sur les autres. Attends de voir ce que ce monsieur fera avant toute besogne. honte a toi.

    • De grâce, quand on veut vanter le mérite de quelqu’un, évitons ces comparaisons désagréables. Ouaro, Sango et Bassolma intervaient dans des registres différents. Les comparer de la sorte est incorrect. Chacun était dans son rôle. Du reste, "Le peuple n’applaudit que celui qui est au balcon" , disait Napoléon. Aujourd’hui c’est Ouaro qui est plébiscité, demain c’est quelqu’un d’autre, car la gestion du Ministère de l’Education nationale est un exercice plus que complexe ! je souhaite seulement qu’à l’heure du bilan de Mr Ouaro, vous soyez indulgent envers lui ! Bonne chance à Mr Ouaro et que Dieu guide ses pas vers le succès pour le bonheur de la société burkinabè !

  • Jean MARTIN Coulibaly aurait demandé pardon aux élèves pour les désagréments liés aux mouvements sociaux et aux perturbations ayant occasionné des retards. Il n’a certainement pas pardonner aux enseignants pour les grèves qui ont prévalu à son départ à la tête du ministère. Il aurait pu faire preuve de grandeur d’esprit en remerciant aussi les syndicats pour leur collaboration. Mais comme les petits d’esprit sont rancuniers, on ne doit pas s’attendre à ce qu’il le fasse.
    AVEC fair play, je dirai BYE BYE JEAN MARTEAU, comme guillotin, tu as été victime de ton MARTEAU

    • Jean MARTIN Coulibaly a remplacé quelqu’un à ce poste et assuré sa mission comme il se doit. Pr Ouaro lui a succédé et quelqu’un d’autre succèdera à Pr Ouaro.
      Pourquoi les syndicats n’auront pas aussi cette grandeur d’esprit et remercier le ministre sortant pour la collaboration ? Chers enseignants personne n’est votre ennemi encore moins le ministre sortant. Arrêtez d’injurier et de maudire toute personne qui n’a pas épousé votre manière de revendiquer de meilleures conditions de vie car c’est ça aussi la liberté d’expression.

    • Mobutu tu parles mal ! Moi j’aurais souhaité que le responsable du syndicat du MENA soit nommé pour remplacer Jean-Martin. Ainsi on allait voir s’il sera capable de faire ce que Jean-Martin a fait en si peu de temps et de régler tout ce qu’ils réclament. Et puis dans ce MENA il y a trop de pourris alors que Jean-Martin est un gars probe, honnête qui ne va pas accepter leurs petites combines. Je suis sûr que c’est une des raisons majeures de toute la pression qu’il a subit au MENA. Professeur Ouaro, faites gaffe à ces requins qui sont tapis dans le MENA. Il faut même tout chambouler et vider tous ces gens tapis à Ouagadougou à ne rien faire alors que les écoles des villages sont sans enseignants !

  • Hé ! les gens n’ont pas honte. Jean Martin dit avoir amélioré la qualité de l’éducation ! Non non non je n’en crois pas mes oreilles. Lui qui a tué l’alphabétisation, le bilinguisme, la formation continue et j’en passe.

  • Hé ! les gens n’ont pas honte. Jean Martin dit avoir amélioré la qualité de l’éducation ! Non non non je n’en crois pas mes oreilles. Lui qui a tué l’alphabétisation, le bilinguisme, la formation continue et j’en passe. Bonne arrivée au frère Pr OUARO ! Il faut nettoyer l’écurie du MENA en commençant par les DG, DAF, DMEF, DR ...

    • Il faut laisser jalousie là et te mettre au travail. Peut être qu’un jour tu sera aussi DG ou mème ministre ?

    • - OK Roosvelt, et toi tu as fait quoi ? Tu as entretenu la rumeur, les fausses informations, les commérages, etc. pour polluer l’atmosphère au MENA, n’est-ce pas ?

      Par Kôrô Yamyélé

  • félicitation au Pr OUARO pour sa nomination qui nous relève un modèle, une référence pour la jeunesse d’aujourd’hui. discret et très respectueux, grand bosseur et fin dans l’art d’analyser et sait transformer les difficultés en opportunité. il a un leadership sans reproche...
    que Dieu l’assiste.
    il a encore beaucoup leçons à enseigner à cette génération en manque de repère ; encore faut il qu’on crée l’environnement propice à ce talent qui ne cherche à éclore.
    une étoile vient de briller au dessus du MENA créons lui, ensemble(les parties prenantes du système éducatif) les conditions nécessaires et suffisantes pour qu’il crépite dans ce ciel à horizon assombri pour qu’enfin se lève le soleil radieux de l’avenir de nos enfants

  • Oh ! Politiciens. C’est quand une institution devient dure à gérer que vous pensez aux technocrates. Sinon si tout va bien vous vous partagez les postes comme du gateau entre amis politiques sans aucune connaissance du domaine où on doit gérer. Malheureusement les postes ministériels n’ont pas d’estime pour le grade ou l’intelligence du ministre. Si les choses ne se passent pas bien tu vas trouver quelqu’un de rien du tout qui va te "chier dessus" comme on le dit. C’est des postes à éviter pour quelqu’un qui veut preserver son honneur. Il y a bien d’autres postes où l’on peut être beaucoup plus utile à son peuple.

  • Sans les Basolma Bazié et au autre Sango, je crois que Martin Coulibaly serait toujours à son poste et le professeur Ouaro dans le sien aussi.

  • Bienvenue au Pr, nouveau MENA et surtout du courage car il aura à gérer les humeurs et antagonismes des différents corps de métier ou d’emploi de ce ministère, notamment ceux des encadreurs du secondaire et du primaire. Il devra aussi revaloriser l’éducation non formelle et précisément l’alphabétisation, seule voie pour atteindre un environnement lettré dans les campagnes et l’objectif mondial de l’éducation pour tous (EPT). Ce volet a été, par ignorance, délaissé par son prédécesseur qui ne s’intéressait qu’à l’enseignement technique.

  • Félicitation au Pr OUARO ! Si vous voulez réussir votre mission, commencez par vous débarrasser du SG qui a survecu à 2 ministres (les COULBALY). Séparez-vous de Yombo Paul DIABOUGA car il va mettre des bâtons dans vos roues.Il ne devrait même pas attendre que vous le releviez vu que la crise et sa gestion sont de leur fait (lui et son ministre Coulbaly). Pr, nommez sans attendre votre S.G ! quelqu’un que vous connaissez et qui est compétent.

  • Bon vent au Pr OUARO,
    j’ai beaucoup de respect pour ce monsieur et je ne doute pas un seul instant qu’il fera davantage bouger les lignes pour une éducation de base de qualité.

  • hv, sans vouloir le SG actuel, il faut savoir que le SG d’un ministère est un technocrate qui ne fait qu’appliquer les orientations et les décisions du ministre, même à son corps défendant. Laissez le nouveau MENA prendre le temps d’observer et de faire les réglages nécessaires pour réussir son action au sein de son département ministériel. Il ne faut pas que la précipitation provoque des tensions et des réticences de certains corps indispensables à la réussite de l’action du MENA.

  • jerkilo, ce n’est pas le seul technocrate ! les technocrates, il y en a à la pelle,je veux seulement qu’on donne la chance un autre de déployer aussi sa technocratie !

  • Arretez de tergiverser sur ce dossier.On a juste déshabiller paul pour habiller pierre.La gestion de ce departement gourmand et improductif n’est pas une question dhomme mais de réelle volonté politique.Tout compte fait,on attend ! Puisque le bon maçon s’évalue au pied du mur.

  • Hum ! Un homme sans doute laborieux et engagé. Un modèle à saluer, un exemple à suivre. Bon succès à vous.

  • Bonjour,
    toutes mes félicitations au Pr OUARO, Sans être devin je savais et j’avais predis que OUARO accedera à un poste encore plus élevé. Il m’a tenu en 2ième année, quand il était Dr en Math en 2003 - 2004 Simple, courtois, il a le sens de l’écoute. Que l’éternel t’assiste.

  • Toutes mes félicitations pour cette nomination et bon vent, Pr OUARO !
    Que le Tout-Puissant t’assiste dans la relève des défis tant nombreux associés à cette responsabilité !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
CDP section USA : Les militants mobilisés pour la reconquête du pouvoir
Commune de Tchériba (Mouhoun) : Des militants du MPP menacent de quitter le parti
Assemblée nationale : Une première conférence sur les grandes questions de la nation
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés