3ème Forum national de l’eau : « Il est temps de passer à l’action »

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • jeudi 1er février 2018 à 18h39min

Après deux éditions réussies, le Forum national de l’eau et de l’assainissement (FNEA), cadre de réflexions sur les problématiques nationales de l’eau, a été institutionnalisé au Burkina Faso. Placée sous le thème « Gestion partagée et inclusive pour l’atteinte de l’Objectif de développement durable (ODD) eau et assainissement au Burkina Faso », cette troisième édition se tient du 1er au 3 février 2018.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
3ème Forum national de l’eau : « Il est temps de passer à l’action »

Il s’agira au cours de la présente rencontre triennale, de débattre autour des grands enjeux du secteur de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso et de préparer la participation du pays au 8ème forum mondial de l’eau, prévu pour se tenir en mars prochain à Brasilia, au Brésil . ‘’Nous avons fait de l’accès à l’eau et l’assainissement, un droit constitutionnel, un droit humain. Le gouvernement Burkinabè a pris un certain nombre d’engagements vis-à-vis de sa population et de la communauté internationale et il faut qu’il y ait à un moment donné, une fédération de toutes les idées, de toutes les parties, pour recueillir les avis et connaître l’impact de la mise en œuvre des différentes politiques’’ a signifié le ministre de l’eau et de l’assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo.

L’eau c’est la vie, dit-on. Pourtant, des études révèlent de nos jours, qu’environ 80 % de la population mondiale vit dans les zones à forte menace liée à l’eau et dont les impacts sont multiples. le Burkina Faso pour sa part, veut être au rendez-vous de 2030 « Garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et assainissement gérés de façon durable » (Objectif 6 des ODD). Mais avant, le pays doit faire face à ses défis tels que la persistance des inégalités des ressources liées à l’eau et à l’assainissement, la pollution des eaux d’origines diverses. A ce sujet, souligne le ministre de l’eau et l’assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, les ressources en eaux sont soumises à une pression de plus en plus forte due entre autres, au changement climatique, à la croissance démographique et à l’urbanisation, affectant ainsi les différents secteurs du pays (agriculture, industrie, santé, production d’énergie et tourisme). « Au Burkina Faso, des dizaines de milliards de FCFA sont dépensés chaque année dans le domaine de la santé en lien avec l’insuffisance d’assainissement, ce qui équivaut à une part substantielle du PIB » a indiqué le ministre de l’eau, soulignant la nécessité d’agir. « Il est donc temps de passer à l’action » a-t-il dit.

Sans accès à l’eau et à l’assainissement, pas de développement économique

Se référant au thème de la présente rencontre, qui s’inscrit dans l’esprit du 8ème forum mondial de l’eau, le ministre Ambroise Ouédraogo, représentant le premier ministre, a signifié que les thématiques abordées visent à inclure l’ensemble des acteurs dans la gouvernance de l’eau. Aussi, a-t-il tenu à souligner que des actions multiformes ont été initiées à travers d’importants investissements. Il est notamment question de la mise en place de nombreux équipements et infrastructures au profit de toutes les couches sociales de la population telles que les barrages, les forages, les branchements d’adduction d’eau et des latrines. C’est dans cette dynamique que d’ici fin 2018, la commune de Ouagadougou va bénéficier de 52 000 branchements privés et 160 bornes fontaines, selon Moussa Bélem, 1er adjoint au maire de ladite commune. Il est également prévu la construction de 2 châteaux d’eau et de bâches, en vue de couvrir les quartiers non encore desservis par l’ONEA. Cette cérémonie a servi de cadre aux partenaires techniques et financiers du secteur de l’environnement, de l’eau et de l’assainissement, représentés par Thierry Barber, chef de la coopération de l’Union européenne, pour réaffirmer leur engagement à accompagner le département de l’eau et de l’assainissement dans la mise en œuvre concluante de ses projets.

Près de 500 acteurs du secteur de l’eau et de l’assainissement prennent part à ce rendez-vous au cours duquel, les leaders politiques et les autorités locales, la société civile, les opérateurs de service d’eau et d’assainissement, les partenaires techniques et financiers vont partager le bilan de la mise en œuvre des recommandations du 2ème forum. Il s’agira également de définir les positions stratégiques à défendre par les acteurs burkinabè au sein de la communauté internationale de l’eau et de l’assainissement, notamment le réseau international des organismes des bassins.

Au programme de cette 3ème édition du FNEA, des conférences-débats, un cross populaire et une foire d’exposition à la salle des conférences de Ouaga 2000.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés