Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Sortie de crise l’éducation : La CNSE et l’implication des coutumiers et religieux

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • vendredi 2 février 2018 à 01h18min
Sortie de crise l’éducation : La CNSE et l’implication des coutumiers et religieux

Dans la résolution de la crise qui a secoué le monde éducatif burkinabè, les leaders religieux et coutumiers n’étaient pas loin. Si leur implication dans les négociations a été saluée par certains internautes, d’autres par contre se sont offusqués. La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), lors de sa conférence de presse, ce jeudi 1er février, a tenu à clarifier les choses.

La traversée du désert de l’Ecole burkinabè a été suivie à la loupe par le Gouvernement. Mais aussi par les autorités coutumières et religieuses, considérées à certaines occasions comme dernier rempart derrière lequel se réfugient les Burkinabè. Au dernier jour des négociations avec le Chef du Gouvernement pour la réhabilitation de l’Ecole burkinabè, bonnets rouges, soutanes et chapelets étaient à la même table que les stylos et calepins au Premier ministère. Quel a été l’apport des religieux et coutumiers dans cette sortie de crise ?

A en croire le porte-parole de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation, Windyam Zongo, la CNSE n’a en aucun cas demandé aux coutumiers et religieux d’intercéder auprès des autorités pour la satisfaction de leurs revendications. « C’est eux qui ont pris l’initiative de nous inviter pour mieux comprendre les préoccupations pour lesquelles nous nous battons. Ce jour-là, nous avons été clairs. Nous avons exposé nos problèmes sans langue de bois et ce jour Sa Majesté (Le Mogho Naaba Baongho) a dit qu’ils ne pouvaient pas s’ingérer dans cette affaire. Ils nous ont demandé d’aller poursuivre les négociations avec le Gouvernement jusqu’à ce qu’on trouve un consensus pour que les cours reprennent dans de meilleures conditions », a relaté Windyam Zongo. Et de poursuivre « Nous sommes repartis et le jour de la signature du protocole, ils sont venus assister et nous les avons pris comme témoins. Ils ne se sont pas impliqués en tant qu’intermédiaires. Pas à notre connaissance. En tant qu’autorité morale quand ils nous ont appelés, il était de notre devoir d’aller à leur rencontre ».

A la suite donc de la rencontre avec les leaders coutumiers et religieux, la CNSE a été également reçu le 15 janvier dernier par le Médiateur du Faso, et le lendemain par le Premier ministre. Dans la résolution de cet accord, Windyam Zongo estime que tous les Burkinabè ont mis la main à la pâte pour une sorte honorable de la crise qui n’a que trop duré.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 février 2018 à 08:34, par Innocent En réponse à : Sortie de crise l’éducation : La CNSE et l’implication des coutumiers et religieux

    Bonjour..sortie de crise profitable a tous Dieu merci. Mais je me pose quand même des questions ; toutes les revendications vont en partie a votre avantage, mais je ne vois rien qui dit ce que nous pouvons attendre de vous surtout en cas de manquement de votre part car il ne faut pas se le cacher, beaucoup de vos collègues y sont non par vocation mais juste par intérêt d’où des enseignants commerçants, toujours absents de leur poste, et tenant même des classes qui font 0% aux examens. Que faisons nous si ces choses continuent ; vous ne vous engager en rien dans ce sens la. Bonne journee.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2018 à 08:36, par Fils En réponse à : Sortie de crise l’éducation : La CNSE et l’implication des coutumiers et religieux

    Bien de preciser le contexte claire des negociations.
    Felicitation et courage à tous les acteurs.
    Q

    Répondre à ce message

  • Le 2 février 2018 à 09:07, par Le BOSS En réponse à : Sortie de crise l’éducation : La CNSE et l’implication des coutumiers et religieux

    Je remercie tous les acteurs du système éducatif d’avoir contribué à redorer le blason au niveau des enseignants quoiqu’ils sont parvenus à des accords.Mais je voudrais attirer l’attention du gouvernement qu’il ne devra plus faire du cadeau aux enseignants absentéistes chroniques ,les enseignants paresseux c’est à dire ceux présents en classe 30jrs/30 mais ne font rien,les enseignantes et enseignants commerçants.Je voudrais aussi demander aux syndicats de former et d’informer les enseignantes et enseignants sur ces questions.Je pense que lorsqu’on demande une amélioration des conditions de vie et travail et qu’on ait gain de cause ,il faut aussi se montrer intègre , juste et patriote.MENA,encadreurs,parents d’élèves,APE, syndicats tous à vos marques,AU BOULOT.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés