Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Remaniement ministériel : « Et maintenant au boulot ! », réclame Sayouba Traoré

Accueil > Actualités > Politique • Point de vue • vendredi 2 février 2018 à 01h21min
Remaniement ministériel : « Et maintenant au boulot ! », réclame Sayouba Traoré

Jeudi 01 février. Le remaniement tant attendu est acté. Halte maintenant aux supputations et aux procès d’intention. Une seule chose est certaine, et il ne me semble pas inutile de le rappeler : même élu démocratiquement, même animé des meilleures intentions du monde, le président KABORE n’a pas le pouvoir de nommer tous les 18 millions de Burkinabè ministres.

Donc un grand MERCI aux sortants pour service rendu à la nation. Et COURAGE aux nouveaux promus pour affronter les tâches qui les attendent. Et maintenant AU BOULOT !

Du courage, car trop souvent, on invoque l’héritage des 27 années de Blaise Compaoré, lequel héritage qui agirait aujourd’hui comme une boue collante dans laquelle l’action politique serait engluée. L’argument est de moins en moins crédible. On s’est battu pour le changement et on s’est arrêté en chemin. Voilà la cruelle vérité. Il faut la regarder en face. On a eu le temps d’essayer autre chose depuis le départ de Blaise. L’a-t-on tenté ?

Certains parmi les grands d’aujourd’hui étaient aux affaires durant ces 27 années que l’on dénonce. Vrai ou faux ? La plupart de ceux qui dénoncent aujourd’hui ont gardé un silence prudent pendant ces 27 longues années. Mieux, ou pire, certains ont même joint leur voix pour critiquer ceux qui osaient la moindre objection. Je l’ai personnellement expérimenté chaque fois que je risquais une publication dans la presse nationale et dans la presse en ligne. Et je n’ignore pas que d’autres compatriotes peuvent en dire autant.

On peut même aller plus loin. Contentons-nous seulement de cela. Ce que je puis dire, c’est que si on veut réellement se défaire de l’héritage, il n’est jamais trop tard pour changer. Surtout que la mutation est incontournable. L’important, c’est de le faire avec le peuple. Tous ensemble ! Vraiment ! Pas en faisant semblant.
Pardonnez-moi de ne pas savoir me taire !

Sayouba Traoré

Messages

  • Juste pour dire aux papas, aux mamans, aux frères et sœurs qu’ils sont très bien habillés. Nous voulons des mamans et des sœurs qui s’habillent de la sorte. Le papa Samo a bien retroussé ses mâches et cela témoigne de l’engagement. La sagesse africaine dit , un homme c’est pas deux, c’est pas quatre, un homme c’est trois donc c’est maintenant ou à jamais. Que les actes que vous allez désormais posés soient aussi beaux et louables.

    • Ceux qui n’ont pas porté les faso danfanis, il faut les virer.

    • Merci mon frère !
      Il suffit de regarder les chaussures pour voir les incohérences, sinon les fautes de goût.
      Je recommande au nouveau Ministre de la Culture d’inviter le gouvernement à un défilé de mode de Faso Danfani.
      Ils et elles verront des chaussures tradimoderne pour ce type d’habit et de climat !
      Mais l’essentiel est ailleurs ! Il faut des résultats positifs pour le Burkina Faso !
      Je le souhaite avec peu d’espoir !
      UDP

  • Bonjour respectable grand frère, tu as été comme les vrais yadega ( pardonnez si c’est mal dit)
    qui savent dire non, même quand leurs têtes est en jeu. Et je me suis retrouvé un peu dans vos positions.
    Cependant, je suis moins confiant que toi. Notre histoire se résume à une succession mal gérée de BC au sein de l’ex parti au pouvoir. C’est toujours la même bande de copains qui nous dirigent avec les mêmes méthodes. Sauf que Gorba étant parti, on va chercher à éjecter de la mangeoire ses protégés qui n’auront pas l’intelligence de changer de bord. Ça va juste être plus stable au sommet, car il y aura essentiellement deux clans, les absents ont toujours tort.... Tout ça c’est normal parce que c’est politique.
    S’ils se mettent au boulot tant mieux pour le pays... Wait and see.

    • Quand le président français a nommé le premier responsable du principal syndicat paysan au poste de ministre de l’agriculture, les producteurs syndiqués ont lancé ce mot d’ordre : "Tous derrière le ministre ! Pour l’empêcher de reculer". On pourrait adopter ce mot d’ordre, non ?

    • Mais allez-y Sayouba si vraiment c’est ce qu’il faut.

  • j’ignore si mes constats sont justes mais j’ai rarement vu les ministres (Alpha BARRY,BAGORO ) s’habiller en faso dani.Si c’est le cas,je les invite à suivre les pas du premier ministre KABA

    • Bonjour Yeux rouges, tu sembles oublié le ministre de la communication !!!

    • Le ministre qui ne s’est jamais habillé en FDF est Bagoro. Jamais ! ça frise le complexe. Le défi. Autrement Barry et Rémi de temps a autre porte des créations africaines. Mais Bagoro, jamais. Qu’est ce qu’il veut prouver au Burkinabé ?

  • Bonne analyse mon frère, j’ai toujours bien apprécié vos écrits, succinct claire et limpide. Vous êtes allé à l’essentiel contrairement à certains qui aiment écrire trop de pages, de nos jours, il est triste de constater que le texte long n’attire pas bcp d’internautes
    Bon wk à tous les internautes et à l’auteur de l’écrit

    • Bien dit mon frère. Il faut voir les pleurnichements du DG de la Sofitex dans ce même journal...trop long donc donne pas envie de perdre son temps !

  • Bravo à vous Sayouba TRAORE pour cet article. Je suis tout à fait de votre avis qu’on ne peut pas nommer 18 millions de burkinabè ministres ! Aussi chacun peut être ministre là où il est pour apporter sa pierre à la construction de notre chère nation. Ceux qui sont nommés doivent retrousser les manches pour le travail avec le concours de monsieur tout le monde ! Il faut que nous nous mettions tous au boulot. Bon courage à tous !

  • ABDOUL KARIM SANGO QUITTE LE PAREN :

    PAR UNE LETTRE DATEE DU 5 JANVIER 2016 ET ADRESSEE AU PRESIDENT DU PARTI DE LA RENAISSANCE NATIONALE (PAREN), TAHIROU BARRY, ABDOUL KARIM SANGO, JURISTE, SPECIALISTE DU DROIT A L’INFORMATION, EGALEMENT MEMBRE DE LA COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE (CENI) AU COMPTE DU PARTI, A RENDU SA DEMISSION.
    « PAR ENVOI D’UN SMS EN DATE DU LUNDI 28 DECEMBRE 2015 ET REÇU A 13 H16 MN, MONSIEUR TOE CARLOS A BIEN VOULU M’INFORMER DE LA DECISION DU BPN QUI FAIT DU PAREN UN PARTI DE LA MOUVANCE PRESIDENTIELLE A TRAVERS LE GROUPE PARLEMENTAIRE BURKINDLIM », ECRIT-IL DANS SA LETTRE DE DEMISSION.
    C’EST CETTE DECISION AFFICHEE DU PARTI DIRIGE PAR TAHIROU BARRY DE REJOINDRE LA MOUVANCE QUI A AMENE ABDOUL KARIM SANGO A QUITTER LE PAREN.
    POUR LUI, « LES JUSTIFICATIONS DONNEES POUR EXPLIQUER CE CHOIX DE POSITIONNEMENT DU PARTI VONT A L’ENCONTRE DE L’ESPRIT ET DE LA REALITE » DE SON ENGAGEMENT POLITIQUE.
    QUANT A SON AVENIR POLITIQUE, IL A DONNE RENDEZ-VOUS DANS « LES PROCHAINS JOURS ».
    BURKINA24.

    • En dioula on dit : ’’ Ka segui i tchiè kôro man maliya taara’’ C’est à dire qu’il y a aucune honte pour une femme à réintégrer son ancien foyer. Sango est un homme libre et indépendant. S’il estime qu’il doit réintégrer son ancien parti, libre à lui. Cela prouve au moins que les points de discorde n’étaient aussi profonds que cela. Voyons surtout ce qu’il peut apporter à ce gouvernement au lieu de s’attarder comme c’est bien souvent le cas sur le pourquoi de sa démission puis retour au Paren. En politique il ne faut jamais dire jamais. Et puis, si son retour peut aider le Paren à maintenir sa 3ème place en 2020, pourquoi pas ?

  • « La plupart de ceux qui dénoncent aujourd’hui ont gardé un silence prudent pendant ces 27 longues années". Et pour causes :
    1. que l’on se rappelle que la révolution est arrivée avec 6 éléments : 4 militaires et 2 organisations civiles. Ainsi il y avait des composantes (militaire- civil) et Blaise était de la composante militaire. Sauf erreur, deux ans après la rectification soit 6 ans après la révolution, Blaise était seul de la composante militaire aux commandes.
    2. Le pouvoir toujours doublé, le coté militaire se réjouissait de réduire au silence quiconque était de la critique interne sous prétexte de distraire. Etienne TRAORE en sait quelque chose-
    3. Pour se faire il fallait donc du tact pour la critique sinon on celle ton sort comme ce fut le cas d’OUMAROU CLEMENT et Norbert ZONGO au principe de tuer un pour faire à 1000. Ainsi pouvait lire de notre constitution que nos droits étaient formellement recourus mais l’exclusion était réelle. En même de la thèse doctorale de Salif DIALLO sur les constitutions africaines dont la notre a fournit plus d’éléments d’imputs
    4. Cette observation rappelle du successeur de LENINE, rapportée par HISTORIA. Il est dit que lors d’une réunion, le successeur a fait une critique acerbe de LENINE. Soudain, une voie s’éleva dans l’assistance pour demander :OU ETIEZ VOUS ? au successeur de répliquer : QUI A DIT CA ? et lève les yeux pour voir un doit se pointer mais silence de cimetière. Alors au Successeur de conclure : C’est cette même peur qui OBLIGEAIT.
    5. Alors que ZONGO sache que ce qui OBLIGE dans une société organisée, c’est la discipline qui oblige que le linge sale se lave d’abord en famille jusqu’au moment que l’on refuge que le linge ne soit lavé. Dans nos sociétés de base , nous avons l’obligation de respect des ordres de nos pères et mères sauf celui de commettre un crime. Pour OUEDRAOGO KOUKA DENIS, Ceux à qui porte votre observation, ont compris à un certain moment qu’à vouloir plaire à Blaise, ils commettraient un crime. Alors ils ont rompus les rangs pour être avec le peuple. après s’être confesser, le peuple croyant leurs a confiés son destin jusqu’en 2020 en coalition avec la coalition de GAUCHE.
    6. Ne pas applaudir son adversaire est un droit limité puisqu’vous êtes contrains par la légalité et la légitimé. Il faut donc avoir raison garder dans votre propagande pour ne pas insulter le peuple qui a portant une pratique de polygame.

  • DU COURAGE A LA NOUVELLE EQUIPE CAR LA TACHE EST ENORME. ET POUR Y ARRIVER IL FAUT LA CONFIANCE EN SOIT ET DE LA DETERMINATION ; CHOSE TRES RARE CHEZ LES BURKINABES.

  • Hobrebagui, le gouvernement des mosse foutous ! C’est risible que chacun s’echine désormais à porter les mosse foutou, parce que Roch les porte. Un signe de servilité et d’asservissement, qui n’a jamais fait du bien aux africains. Le chef éternue et tout le monde dit amen, yes sir !

    Qu’on aille surtout pas dire que c’est pour valoriser la cotonnade burkinabe, car elle ont toujours existé et on l a valorisé pas, mùeme du temps où Roch était à l’AN. Il a fallu qu’il soit à la Présidence du Faso, pour que subitement il y ait obligation de la valoriser. Pathétique !

  • Pour mon frère Sayouba TRAORE et Espoir, Il est vrai qu’on ne peut pas nommer 18 millions de Burkinabè, mais quand on constate des décisions non objectives, il faut avoir le courage de donner un avis contraire. C’est ce qu’on appel de l’honnêteté intellectuelle. il faut éviter d’être un oui-oui béni et faire travailler son cerveau pour comprendre que critiquer n’est pas toujours négatif. Quand on critique, ce n’est pas forcement qu’on est contre l’autre. Mais c’est pour attirer surtout son attention pour prochainement ou c’est pour qu’il corrige si cela est encore possible.
    Malheureusement, le Burkinabè du temps de l’ODPMT à aujourd’hui, semble avoir une autre compréhension du fait de critiquer. Pour ces nouveaux burkinabè, les critiquer, c’est déclarer qu’on est pas avec eux. Et si on est pas avec eux c’est qu’on est contre eux. et c’est bien dommage comme conception. Le pire c’est que cela se dépeint sur la jeunesse.

    C’est triste comme constat n’est-ce pas ?

  • Internaute Pascal, êtes-vous burkinabe ? Burkinabe, c´est intégrité et humilité en même temps. Si le Président Rock valorise le faso danfani, en quoi cela est-il à critiquer. Voulez-vous qu´il encourage le port de la friperie (habits France au revoir) ? J´espère que vous avez toujours porté cette même cotonnade burkinabe. On ne souhaite pas la mort de ses ennemis. Si non la terre sera bientôt vide. Il n´y a pas d´hommes sans ennemis. Chacun est ami et ennemi de quelqu´un.

  • Premier Ministre, il faudra exiger à tous les membres de votre gouvernement le port du FDF pour la photo officielle, je vois sur la photo 3 membres du gouvernement habillés en costume cravate, je pense que les costumes ne sont pas coupés en FDF, qu’ils se conforment à cette règle.

  • Tout d’abord, bonjour grand-frère et content de te lire.
    Tout en reconnaissant des vérités dans ton propos, je dirai que je suis pessimiste et je souhaite de tout cœur avoir tort.
    Une voix intérieure me murmure qu’il faut leur accorder la présomption de bonne compétence. Mais même ! Et encore une fois, je me livre à un raisonnement presque par l’absurde, méthode utilisée par les matheux.

    Et d’un, si l’équipe a changé, c’est parce que la satisfaction n’était pas au rendez-vous..
    Or, cette équipe a travaillé sous la supervision et l’encadrement de leurs patrons.

    Et de deux, parmi les nouveaux de la nouvelle équipe, il y a peut-être des gens compétents mais il y a certainement des gens incompétents (force est de reconnaître que l’exceptionnel est rare sous nos tropiques et l’ordinaire est foisonnant et c’est bien pour ça que nous sommes sous-développés).

    C’est dire que pour ces probables incompétents, il faudra un excellent rôle supervision et d’encadrement de ces mêmes patrons.

    Conclusion, pour que le résultat soit qualitativement meilleur au précédent, grand-frère, ce sont les patrons qui doivent changer. Si ce préalable n’est pas fait, même dans dix ans, nous serons au même constat.
    Bon week-end

  • MR. Sayouba Traorè tout dont je vous demande, c’est pourquoi vous n’aviez pas postulé auprès de notre opposition pour être le premier conseiller de Mr. Zépherin Diabré ? Notre opposition ne sait quoi s’opposé et vos écrits aujourd’hui devait venir de l’opposition. En fait l’opposition Burkinabé avec le groupe du CODER et les anciens dignitaires du CDP et de la NAFA qui veulent le pouvoir a tout prix même par les armes, dans leur esprit s’opposer, c’est oublié la justice, c’est mener des actions violentes et illégales. Rien de constructif. Une opposition comme ça, ça ne sert à rien, il vaut mieux qu’elle reste "amorphe" dans son coin plutôt que de mener des actions qui nuisent systématiquement à son pays. Si Zepheri Diabré avait une personne comme vous en tant que conseiller sans être enchainé par ces margouillats de la CODER et de la NAFA, le peuple Burkinabé aura une opposition forte comme avocat pour rectifier les imparfaits de nos décideurs du jour.

    Pour vous dire Mr. Sayouba Traoré que j’ai souvent partagé vos analyses, et cette fois-ci encore je cautionne : J’ai toujours été du côté de la vérité d’où qu’elle vienne ‘’’que ça soit de la majorité ou de l’opposition’’’ et dénoncer comme les choses qui ne vont pas comme vous le faites, n’est ni une offense ni une atteinte à la sécurité nationale. Bien au contraire, c’est une aide vers la perfection (qui, quoi qu’il en soit, n’est pas de ce monde...) et vers l’émergence. Tant qu’on conservera la continuité comme l’ancienne république bananière de l’ère Compaoré et non dans un état de droit, où les initiatives individuelles et totalement désintéressées dans le seul but de profiter à la collectivité, les résultats de vos conseils et de vos recommandations seront "récupérées" par des margouillats ou instrumentalisées à des fonds politiques partisanes, et le pays ne pourra pas avancer.

    Certaines personnes qui ont soutenus l’ancien régime n’expriment leur opposition que pour se faire remarquer. Ils préfèrent critiquer les qualités des autres, plutôt que d’observer le silence et la discrétion, parce qu’ils ne supportent pas de passer inaperçus, mais aujourd’hui avec ces recommandations au gouvernement Kaba, vous sortez du lot.

    Concernant la sécurité aucun pouvoir ne peut dire dans ce monde qu’il peut protéger a 100% son peuple contre les diables de Dieu qui frappent partout en invisibilité : Alors Mr. Traoré on ne peut pas jeter la suspicion sur tout le monde et quadriller le moindre mètre carré de terrain avec des forces de l’ordre en armes. ‘’’’Le propre du terrorisme c’est de frapper n’importe où n’importe quoi n’importe comment, en particulier là où personne ne s’y attend.’’’’ Celui qui connait bien une région comme le Nord ne me dira pas le contraire. La seule solution, c’est la bonne foi du peuple d’être vigilent et aider nos forces de sécurité comme vous l’aviez vu sur votre deuxième analyse.

  • l’important pour nous aujourd’hui est que les caisses de l’État soient remplies et bien géré. Même si c’est un" bouanga" qui est nommé s’il peut nous apporte bonheur pas de souci. C’est pas pour rien y’a toujours bilan.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés