Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Diplomatie : Idrissa Zorom déplore une faible mise en valeur de la diplomatie culturelle

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Soumana A. Loura (Stagiaire) • dimanche 28 janvier 2018 à 10h00min
Diplomatie :  Idrissa Zorom déplore une faible mise en valeur de la diplomatie culturelle

Convaincu que la culture est un levier important dans le rayonnement diplomatique du Burkina Faso, le Directeur de la coopération culturelle Idrissa Zorom, a animé une conférence le 27 janvier 2018 sur la faible valorisation des aspects culturels dans l’arsenal diplomatique burkinabé.

Le Burkina Faso est un pays d’une abondante culture. Si abondante qu’elle peut mieux que d’autres aspects, servir de relai à son rayonnement pourvu qu’elle ne soit pas négligée. C’est du moins ce dont est convaincu le Directeur de la coopération culturelle, Idrissa Zorom.

Pour le conférencier, la valorisation du patrimoine culturel passe notamment par la promotion des institutions culturelles comme l’Institut Supérieur de l’Image et du Son(ISIS), le festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO) le Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou(SIAO), la Semaine Nationale de la Culture(SNC), le Centre Régional des Arts Vivants en Afrique ainsi que les autres manifestations culturelles qui foisonnent au Burkina. « L’Etat doit réfléchir à une stratégie pertinente, coordonnée et chiffrée de l’utilisation de son patrimoine culturel pour assurer son rayonnement et sa respectabilité au niveau international ».

Le ministère des Affaires Etrangères -pour qui il plaide un renforcement de moyens- doit en synergie d’actions avec le Ministère de l’Economie porter ce projet. A l’instar d’autres pays, le Burkina doit aussi penser à créer ses centres culturels ne serait -ce que dans un nombre limité de pays. Pour lui, le pays a les moyens d’autant que cette mise en valeur ne pas cher si l’on considère les retombées possibles. S’il estime que certaines actions comme le fait pour certains diplomates de porter le faso dan fani lors de leurs accréditations et la dotation des ambassades en attachés culturels sont à saluer, il n’en reste pas moins que le patrimoine culturel est à son avis délaissé en témoigne sa non mise en valeur au cours de la visite du Président français. « Les organisateurs auraient pu emmener le Président Macron à visiter les ruines de Loropéni où tout autre site. L’exposition médiatique de ce site allait à coup sûr susciter un engouement touristique » opine-t-il.

La culture est reléguée au second plan au Burkina que certains pays travaillent à lui ravir ce statut de plaque tournante dans ce domaine. « Cette thématique est des plus importantes mais elle devrait surtout s’adresser à ceux qui ont charge ces questions dans les différents ministères pour porter la culture burkinabé. Aucun développement n’est possible sans la culture. » note quant à lui, le Président de la Commission Nationale des Arts, Thierry Millogo qui estime que le Président du Faso doit être le premier garant du patrimoine burkinabé

Soumana Loura (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Industries culturelles : Des journées portes ouvertes pour renforcer la visibilité du secteur
Cinéma numérique : La 4e édition du « Festival écran à ciel ouvert » aura lieu du 5 au 9 décembre 2018
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
15e édition du SIAO : « Entreprendre au féminin » valorise les produits locaux
SIAO 2018 : Les réfugiés maliens font de bonnes affaires
Un trophée d’honneur à Naaba Saaga 1er
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés