Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Dépistage de l’hépatite : La campagne a connu de l’engouement

Accueil > Actualités > Société • • dimanche 28 janvier 2018 à 09h00min
Dépistage de l’hépatite : La campagne a connu de l’engouement

Pour réduire les menaces pour la santé causée par l’hépatite B, Coris Bank International a organisé le samedi 27 janvier 2018, à la maison du peuple, une campagne de sensibilisation et de dépistage, à destination du grand public ouagalais. Cette activité menée en collaboration avec les associations Action santé préventive et Ebénezer santé pour tous, s’inscrit dans le cadre de la célébration des 10 ans d’existence de l’institution entamée depuis le 7 janvier dernier.

À l’heure actuelle, le virus de l’hépatite B, à lui seul, est responsable de 600 000 décès par an, représentant ainsi la deuxième cause de décès par cancer après le tabac. Malgré les ravages, elle est en grande partie méconnue et n’est souvent pas diagnostiquée ni traitée.

C’est ainsi que Coris Bank International en collaboration avec les associations Action santé préventive et Ebénezer santé pour tous ont initié une campagne de dépistage de la maladie associée à une vaccination et à une sensibilisation, le samedi 27 janvier 2018.

C’est une Maison du peuple bondée de monde que nous avons vue à notre arrivé dans la matinée. Hommes, femmes, jeunes, vieux et enfants, tous, ont répondu présent à leur appel. Au total, 750 personnes ont été choisies parmi les plus intéressées qui sont arrivées depuis 6h du matin pour le dépistage. Le vaccin de l’hépatite B a été administré aux 250 premières personnes ayant le statut « négatif ».

« Nous avons eu plus de 2000 personnes, malheureusement, nous n’avons pas pu prendre tout le monde. (…) Nous avons déjà réalisé d’autres campagnes de dépistage, avec l’engouement que nous avons constaté pour cette campagne, nous allons réfléchir à d’autres campagnes dans l’avenir », a promis le directeur général de Coris Bank International Burkina Faso, Diakarya Ouattara, affirmant par ailleurs que l’institution a forgé son développement grâce à la confiance de l’ensemble de la population du Burkina Faso. « Nous sommes aujourd’hui une banque leader sur le marché », se réjouit-il.

Toutefois, au-delà de sa mission traditionnelle d’intermédiation financière, à travers la collecte et le financement de l’économie, Coris Bank International comme les premières autorités l’ont signifié d’ailleurs doit assumer sa responsabilité sociétale à travers la réalisation d’œuvres caritatives en faveur de personnes défavorisées.
« Nous devrons aussi réaliser plusieurs activités de préservation de l’environnement mais également soutenir des organisations qui œuvrent dans l’hygiène et la salubrité », a renchéri M. Ouattara, qui soutient que le choix d’intégrer la santé dans les activités de la célébration des dix ans de l’institution n’est pas anodin. « La santé est l’un des facteurs majeurs pour l’émergence économique, la réussite professionnelle et également scolaire. Nous avons également sur le conseil visé du personnel de la santé, décidé de faire le don de campagne de l’hépatite B car c’est une maladie qui fait beaucoup de victimes dans notre pays et dans le monde entier », a-t-il justifié en substance.

L’hépatite B, une maladie sexuellement transmissible

Le président de l’association Ebénezer santé, Dr Abdoul-Aziz Ouédraogo, pour sa part, a défini l’hépatite B comme une maladie virale qui s’attaque au foie. Il a par ailleurs annoncé qu’il existe plusieurs types d’hépatite mais la présente campagne concerne l’hépatite B, qui cause un problème de santé publique. L’infection par le virus de l’hépatite B (VHB) se produit par des rapports sexuels non protégés avec une personne malade, de la mère à l’enfant pendant l’accouchement, les objets souillés de sang et par la transfusion sanguine. Le vaccin contre l’hépatite B est la clé de voute de la prévention de cette maladie, qui se fait en trois phases. « Lorsque vous recevez le vaccin aujourd’hui, dans un mois vous aurez la deuxième dose et dans six mois la dernière. Après cela, vous êtes protégé au minimum dix à quinze ans », a dit le président de l’association Ebénezer santé. Parmi les complications des infections à VHB sur le long terme, il a notamment cité le cancer du foie et la cirrhose responsables d’une charge de morbidité importante. Avant de conclure, il a révélé que sur 100 personnes susceptibles d’avoir l’hépatite, 90 d’entre-deux peuvent guérir spontanément et acquérir une immunité contre la maladie.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Les vendeurs de pièces détachées demandent la suppression de la Brigade mobile du commerce
Agence Générale de Recrutement de l’Etat : Des nouveaux directeurs officiellement installés dans leurs fonctions
Energie : La SONABEL tient ses 1ères journées portes ouvertes
Message de Mme le Ministre de la Santé à l’occasion, de la journée Mondiale de Lutte contre la Tuberculose (JMT) 2019
Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question
CASEM du ministère de l’Enseignement supérieur : Les participants militent pour la sécurisation des temples du savoir
Commune de Ouagadougou : Du matériel pour accroître l’offre de services en planification familiale
Logements sociaux : Des attributaires de Bassinko recoivent les clés de leurs maisons
Ganzourgou : Des infrastructures inaugurées au profit des producteurs de Salogo
Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO
Recette de la semaine : Poulet au rabilé
Développement local : Le projet Tuuma pour booster l’employabilité des jeunes et des femmes dans cinq régions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés