Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 26 janvier 2018 à 12h57min
Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

Sous l’égide du Mogho Naaba, l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina a échangé avec les syndicats de l’éducation autour des autorités coutumières et religieuses afin de trouver des solutions définitives à la crise scolaire. La rencontre s’est tenue dans la soirée de jeudi, 25 janvier 2018 à la Primature en présence du chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba.

A la sortie du tête-à-tête, le président de la faîtière, Hector Raphaël Ouédraogo, s’est montré optimiste… « Nous avons discuté, et je crois que nous sommes tombés sur de très grandes avancées. Les discussions ont été engagées en ce début d’après-midi (jeudi, 25 janvier) et devraient, en principe, se poursuivre demain. Et je crois qu’avec la grâce de Dieu, nous parvenir à un protocole d’accord. Nous avons souhaité que les choses aillent très rapidement, au regard de ce que nous avons vécu comme situation ; quatre mois, c’est beaucoup et nous avons souhaité que demain (vendredi, 26 janvier), en début d’après-midi, un protocole (d’accord) puisse être signé pour le bien de notre chère patrie », a indiqué M. Ouédraogo à la situation du huis-clos.

Aux élèves, le président, Hector Raphaël Ouédraogo, a lancé l’appel à la retenue et a, par la même occasion, rassuré les parents que dans les tout prochains jours, la reprise des cours sera effective (se fondant sur les discussions qui ont eu lieu et des avancées enregistrées dans ce cadre).

Depuis le début de la rentrée, une crise secoue le monde scolaire avec les mouvements d’humeur des enseignants, rejoints ces derniers temps par les élèves qui, dans plusieurs localités du pays, usent de tous les moyens, y compris violents, pour manifester leurs mécontentements face à la situation et apporter soutien aux revendications de leurs éducateurs.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 janvier à 05:09, par mobutu En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Espérons qu’une solution qui satisfasse tout le monde soit trouvée, comme ça chacun aura l’honneur sauve. De toute façon, n’eut été le dialogue de sourd qui a caractérisé le début des revendications, on n’en serait pas là. Néanmoins, il faut apaiser les esprits en prenant en compte lors de la signature du protocole la non retenues de salaires pour fait de grève, car certains petits chefs de service s’excitent déjà à dire qu’ils ont transmis les noms des grévistes. Les enseignants n’étant pas dupes, ils savent qu’aucune retenue sur salaire n’a été faite lors des grèves précédentes. Evitons de tuer l’accord avant qu’il ne signé.

    Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 13:49, par SAA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      internaute mobutu, voyez-vous, on ne peut pas vouloir une chose et son contraire. Aller en grève, c’est renoncer à quelque chose pour espérer mieux. Les responsables syndicaux devraient véhiculer ce message. Un vrais syndiqué qui ne constaterait pas de retenue devait le revendiquer car quelqu’un n’a pas fait son travail. L’histoire nous enseigne que des gens ont fait le sacrifice ultime (la mort) pour que les travailleurs bénéficient des huit heures de travail par jour. C’est cela aussi faire preuve de justice et d’équité tant réclamé par les syndicats.

      Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 06:31, par Ancien En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Si cette crise passe, Roch a intérêt à changer de Ministre de l’éducation nationale. L’actuel n’a pas la personnalité qui stabilise mais qui trouble. Ce n’est pas de sa faute.Il y a des traits physiques qui ne trompent pas. Si le président s’obstine à le garder, il ne tardera pas à faire face à une autre situation dans le système. Que ceux qui peuvent le lui faire savoir le fasse. Jean Martin Coulibaly est bon au poste d’ambassadeur. Pas de ministre.

    Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 11:25, par SIDNABA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      Mon frère internaute ANCIEN, il faut plutôt dire que tu l’aime pas peut être parce qu’il n’est pas mossi que tu dit cela. Sinon, il a la carrure et les diplômes requis pour ce poste car certains ont occupé ce poste avec des références en diplômes et comportement plus faibles que Mr Coulibaly. Ton écrit est purement du régionalisme déguisé à bannir au Burkina Faso.

      Répondre à ce message

      • Le 26 janvier à 13:06, par Le Faso En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

        Internaute sidnaba, sur quoi te fondes tu pour dire qu’qu’ Ancien est régionaliste ? Tu connais son ethnie ? Il est libre d’aimer ou de détester qui il veut, y compris sa propre personne. C’est toi ziridnaba qui est un vrai régionaliste. Quand on est ethniciste comme toi, on a la fâcheuse tendance à toujours soupçonner les autres de l’être. Va te soigner mon pauvre !. Toutefois je tiens à préciser que j’ai un profond respect pour le ministre Coulibaly qui est un homme pondéré et sage.

        Répondre à ce message

      • Le 26 janvier à 13:25, par YODA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

        Y a pas regionalisme ici. c toi qui invente. la figure de jean bertin presente une non personalité. rien d serieu dedans

        Répondre à ce message

      • Le 26 janvier à 14:50, par Ancien En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

        Frère SIDNABA, ce n’est pas une question d’ethnie. Et sachez que je suis plus proche de ce ministre que de l’ethnie à laquelle vous m’affectez. J’ai beaucoup observé ce ministre aussi bien physiquement que dans sa gouvernance du MENA. Et, croyez-moi, il n’est pas à son poste. Vous savez, il ne faut pas réduire l’école burkinabè à la construction d’infrastructures. Le système qui ne valait pas grand chose est aujourd’hui en lambeaux. Et la crise actuelle est arrivée au stade actuel par la personnalité du ministre Coulibaly. Il est de bonne foi dans ce qu’il fait mais il n’est pas à son poste. S’il reste à son poste, je vous donne tout au plus 12 mois pour constater autre chose de pas bien pour le système.

        Répondre à ce message

    • Le 27 janvier à 14:13, par MAXWELL En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      Monsieur l’ancien, comme c’est un espace de débat d’idée, permettez qu’on vous dise que ce n’est que votre point de vue qui n’engage que vous. Ce Monsieur est parmi les meilleurs responsable du Mena que notre pays ait connu et il est en train de faire un travail efficace au niveau des réformes de l’Education Nationale. Ce n’est pas parce que le PM a accepté de négocier directement avec les enseignants que cela veut dire que ce Monsieur n’est pas performant. Il faut d’ailleurs qu’à l’avenir on évite ce genre de situation tendant à frustrer certains ministres. Désormais il faut qu’on fasse en sorte que chaque syndicat ait comme interlocuteur son ministre de tutelle. C’est parce qu’on permet cela que tout le monde ne veut discuter qu’avec le PM et souvent le PF.

      Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 06:46, par calmos En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Bonne initiative, mais je doute fort que cet accord soit en faveur des enseignants. Ces autorités religieuses et coutumières sont venues en pompier à mon avis pour faire plier la coordination des enseignants. Mais la coordination doit avoir aussi à l’esprit de disposer de choses concrètes pour les enseignants car la veille seulement en conseil des ministres du 24 janvier 2017, les douaniers qui sont déjà nantis à eu une revalorisation indemnitaire. Sans bruit, ils ont été satisfaits, donc le cas par cas a de bons jours de lieu.
    QUE DIEU NOUS SAUVE ET NOUS ECLAIRE

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 08:03, par skal En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    C’est déjà ça ! Personne,même pas les enseignants, n’a intérêt à ce que l’année soit blanchie.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 08:22, par clerakis En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    hopo, on aura tout vu dans ce pays là. j’espère que le Mogho Naaba a assez d’argent pour répondre à certaines exigences

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 08:28, par sa brul En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    si cette rencontre est de bonne foi le Burkina aura un avancé positif. Seulement je craint fort que les politiciens ne se cache dernière la bonne foi de nos sages. Que Dieu sauve le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 08:29, par Raogo En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Vous étiez où ? Ca fait 4 mois que dure la crise. Si vous aviez tant le soucis de la bonne tenue de la vie scolaire et la réussite scolaire des enfants, vous vous y seriez pris tôt. Du côté des parents délèves comme du còté des enseignants, je doute fort qu il y est des gens qui penseny vraiment à l avenir des enfants. Ces parents que nous voyons ici (repus et luisants) sont des gens qui ont probablement leurs enfants dans le privé ou ailleurs. Quant aux enseignants, ils utilisent les enfants comme chair à canon. C est tout simplement machiavélique et inhumain.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 08:53, par Wennonga Tounsba En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Parfaitement d’accord avec Raogo. Je l’ai dit depuis que les débats s’éternisent entre la CNSE et le Gouvernement, malheur au camp qui voudrait remporter seul cette bataille qui a commencé il y a des décennies. Les problèmes de l’éducation sont tellement nombreux et divers qu’ils ne peuvent se résoudre dans un bras de fer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 08:58, par Thom’s En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Vivement qu’un Protocole d’Accord soit signé ce soir à la satisfaction de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 09:01, par s En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    si malgré tout les enseignants persistent sur leur position, c’est la population maintenant qui ira leur demander pardon.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 09:04, par asseta En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Il faut que les gens apprennent à se respecter dans ce pays. Depuis quand on vous associe dans des débats entre gouvernant et syndicat ? chers enseignants, envoyez un signal fort à vos syndicalistes sinon ils vont se laisser manipuler. Je ne suis pas de ce corps mais ça fait mal. ensemble, œuvrons pour des luttes nobles.

    Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 11:57, par Biola En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      Continuer seulement à prôner le pire pour le pays.Votre douleur sera éternelle car une solution sera trouvé aux revendications des enseignants qui ne souhaitent pas éterniser cette crise.

      Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 14:48, par Nina Poukame En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      « " Je ne suis pas de ce corps mais ça fait mal. ensemble, œuvrons pour des luttes nobles." »
      Ma chere Asseta, tu n’es pas du corps des neseignants mais tu t’engages a mener avec les syndicats des enseignants des lutes nobles. Quelle sont les finalitees des lute nobles que vous appelez les syndicats a mener avec vous ? Je doute fort que les vraies finalites de vos "luttes nobles" soient partagees par la majorite des enseignants.

      Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 20:09, par COTI En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      Vous avez avez de raison . ILS ONT DES FAMILLES À NOURRIT

      Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 09:19, par Mr Jumeau En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Es-ce que les enseignants continu de prendre toujours leurs salaire durant les 4 mois de grève ? Si OUI pourquoi ?
    Car les élèves n’ont rien reçu comment éducation ni formation venant d’eux.
    Et pourquoi il y a pas de démission durant les 4 mois si les condition ne son pas favorable.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 09:40, par Jeune Premier En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Il faut arreter de politiser, minimiser, infantiliser l’affaire des enseignants. Les magistrats, les douaniers, les agents des impots, le syndicat des telecomunications n’ont pas recourru derriere le mogho naba pour avoir satisfaction. Il faut supprimer cette royaute polotisee qui ne fait qu’enfoncer le creux entre l’opprime et l’oppresseur.Les enseignants ne doivent pas se laisser berner au risque de devenir des idiots, des moins que rien de la societe. Si jamais ! Si jamais les enseignants viennent a banaliser cette affaire, ils nous trouveront sur leur chemin

    Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 11:46, par Biola En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      Il ne faut même pas perdre une minute. Va vite supprimer cette royauté comme tu le dis et n’oublie pas de proscrire ces types de rencontres avec le syndicat des enseignants afin que la situation s’enlise pour que le pire arrive pour ton pays comme tu le souhaites.

      Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 14:09, par SAA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      Jeune Premier, que les ancêtres du Burkina apaise ta haine, ta colère et ta jalousie. Quiconque peut aider à trouver une solution est la bienvenue. Tu ne pense qu’à ta panse seule. "Les magistrats, les douaniers, les agents des impôts, le syndicat des télécommunications n’ont pas recouru derrière le mogho naba pour avoir satisfaction." Cette liste que tu viens de donner, souffre que demain, d’autres ajoutent les enseignants dans ta liste ; voyez-vous, le pécher mortel de l’Homme, c’est d’être envieux de l’autre. Je finirai en disant que c’est solidairement que nous assumerons cette "sortie de crise" car aucun Burkinabè ne viendrait dire que le gouvernement de ROCH a mieux traité les enseignants et pas d’autres. A quand le prochain syndicat ? Utiliser les enfants comme bouclier n’est pas signe de bravoure. Suis désolé.

      Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 15:06, par Nina Poukame En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      « Si jamais les enseignants viennent a banaliser cette affaire, ils nous trouveront sur leur chemin ».
      Jeune premier, en vous lisant, on sent que vous n’etes pas un enseigants, puisque vous les (les enseignants) menacez de represailles si toute fois, ils " venaient a banaliser cette affaire". Je ne connais pas votre profils professionnel. Par contre je sais parfaitement a quell groupe vous appartenez, malgre qu’il soit officiellement "cladestin".

      Répondre à ce message

    • Le 26 janvier à 20:56, par kems En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      en toute chose,il ya des limites a ne pas franchir ; juste pour que tu te ressaisisse.......

      Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 09:49, par Niank En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Je pense que les autorités sont conscientes et soucieuses du problème des enseignants et de l’avenir de nos enfants raison pour laquelle elles ont demandé de la retenue car le problème est plus complexe qu’ on l’imagine. Il ya trop d’analyses et si dans l’empressement on venait à prendre des engagements regrettable parce que entre ceux du primaire, du secondaire et tous les corps rattachés, votre soi-disant solution peut être segreganiste. Je passais...

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 10:12, par YASS OUEDRA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    VRAIMENT NOUS ATTENDIONS AVEC BEAUCOUP D’INPATIENCE SES SOLUTIONS !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 10:17, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Nous souhaitons ardemment un dénouement final à la crise scolaire. Les charges scolaires sont très énormes pour nous les parents d’élèves pour que nous en arrivons malheureusement à une année blanche. C’est grâce à l’école nous sommes ce que nous sommes. L’enseignement est très important dans la vie d’une nation. Nous devons capitaliser nos forces pour sauver l’année scolaire.

    Nous demandons au gouvernement de faire beaucoup de concessions pour les enseignants car depuis 28 ans, l’enseignement est resté aux oubliettes, marginalisé par le régime passé. Revaloriser le secteur éducatif c’est préparer l’émergence du BURKINA.

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS en 2018. AMEN

    ACHILLE DE TAPSOBA LE BOBOLAIS

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 10:17, par YASS OUEDRA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    vraiment nous attendions avec d’impatience ses solutions !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 10:24, par MOREBALLA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Les grands ensembles sont exactement à l’image de l’être pris dans sa complexité de quête de l’équité : "on peut lui faire ceci, mais jamais ceci". La gouvernance ROCK a semé dès ses premiers jours le germe de ses échecs de gouvernance du monde de la fonction publique à travers la ratification des accords sectoriels de traitement des magistrats. Nous osons croire que l’exécutif sait précisément que 1% de la population ne peut pas jouir des richesses de la nation à hauteur de 60%. Si aujourd’hui l’ensemble du personnel de la fonction publique et du personnel de l’armée donnent un effectif autour de cent cinquante mille personnes sur une population estimée à dix huit millions d’individus, le risque est grand et même très grand quand une minorité externe s’accapare les ressources de la majorité. La pratique de tous les gouvernements à l’exception de celui du CNR, chacune des gouvernances à toujours saigné la population non du salariat public au bénéfice de la minorité. La quête de l’équité par tous les syndicats se doivent d’appréhender le risque extrême l’exploitation effrénée de la population dite non instruite ; car, mieux que hier cette couche de la population dite non salariale est suffisamment instruite que celle salariale. Toutes les vraies révolutions naissent d’une minorité éclairée au sein d’une grande masse non instruite et marginalisée.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 10:30, par SAINT LASS En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Si le droit de grève est reconnu par la constitution, le droit de retenu sur salaire est aussi prévu par des textes. Donc pas d’inquiétude a cela. Pourvu que ça se passe dans les règles de l’art.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 10:34, par Nansamda En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    C’est dommage que les parties politiques n’ont pas fait un sursaut patriotique pour trouver une solution à ce problème national.
    Nous avons vu que d’où vient le système démocratique, quand il y’a des situations pareilles tout le monde fait montre de patriotisme.
    Au Burkina le politicien c’est son ventre !!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 11:18, par RABI En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    J’aimerais qu’a la sorti de cette crise scolaire, que nos enseignants, nos parents d’elève apprennent surtout les valeurs morales et le civisme à nos chère frères et sœurs, car ce qu’on a vécu à Koudougou est déplorable. J’aimerais également que le gouvernent prenne ces précautions pour qu’une telle crise ne se répète pas, et traine ainsi, car l avenir de ce pays en dépend. je suis sure que la lutte va aboutir. Chère enseignant ne baissé donc pas vos gardes. je vous remercie.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 11:39, par Oban Dubois En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Pour une résolution effective et durable de ce problème de l’éducation, repartez à la source et réglez le problème. C’est-à-dire, réexaminez tous les salaires des fonctionnaires de l’État en commençant par annuler les augmentations des salaires des magistrats. Sinon, vous réglerez le problème de façon superficielle et conjoncturelle et non s’attaquer à la source. Qu’en serait-il du problème demain ou dans 3 ans ? Le même manège se répètera. J’espère que Roch au moins a eu l’humilité de reconnaître son erreur et sa culpabilité dans cette affaire !

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 12:06, par LE FEU En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    LES autorités coutumières et religieuses on quoi avoir dans sa si PM peut pas prend sa responsabilité qu’il démissionne

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 12:44, par patarbtalé En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    héee mobutu faut te calmer .rectificatif pour les retenue de greve il ya bel et bien coupure ,faut demander aux agents du Trésor.vivement qu’une solution soit trouve, pour le bonheur de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 13:39, par kirga01 En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Ok pour une sortie de crise. Mais la coordination doit être vigilante et émettre des conditions (écrites dans l’accord) par rapport aux points qui ne viendraient pas pas à être examinés. Car après l’accord, les politiciens œuvreront pour diviser la coordination.A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 13:44, par un citoyen En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    si la CNSE est dominé par des mossi, ça sent pas bon. la naaba va les faire plier.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 14:36, par Jerkilo En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Wait and see. Il faut attendre les résultats du protocole d’accord pour être sûr qu’il n’y aura pas de soubresauts ultérieurs. Car si un camp se sent floué dans cet accord et a dû céder pour faire plaisir aux autorités coutumières, il y aura, par syndicat ou groupe de syndicats, des reprises de revendications sectorielles dans un avenir proche.
    L’année scolaire ne peut être sauvée que s’il y a une révision du calendrier scolaire pour réduire le temps des congés scolaires du 2e trimestre et renvoyer tous les examens en juillet, sinon si le examens du primaire et du secondaire se passent en juin comme d’habitude, c’est l’échec en masse programmé dans l’enseignement public (il ne reste que 4 mois=février, mars, avril, mai). Le rattrapage de l’année scolaire n’est pas possible en 4 mois. Donc pour la majorité des élèves, c’est pire que l’année blanche, car de nombreux élèves seront renvoyés sans possibilité de redoublement. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 14:38, par Jerkilo En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Wait and see. Il faut attendre les résultats du protocole d’accord pour être sûr qu’il n’y aura pas de soubresauts ultérieurs. Car si un camp se sent floué dans cet accord et a dû céder pour faire plaisir aux autorités coutumières, il y aura, par syndicat ou groupe de syndicats, des reprises de revendications sectorielles dans un avenir proche.
    L’année scolaire ne peut être sauvée que s’il y a une révision du calendrier scolaire pour réduire le temps des congés scolaires du 2e trimestre et renvoyer tous les examens en juillet, sinon si le examens du primaire et du secondaire se passent en juin comme d’habitude, c’est l’échec en masse programmé dans l’enseignement public (il ne reste que 4 mois=février, mars, avril, mai). Le rattrapage de l’année scolaire n’est pas possible en 4 mois. Donc pour la majorité des élèves, c’est pire que l’année blanche, car de nombreux élèves seront renvoyés sans possibilité de redoublement. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 15:59, par Harouna En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Je suis ravi que cette crise prenne fin. Mais que des religieux et des coutumiers ’en mêlent
    me choque. si le chef du gouvernement et les ministres conservés ne peuvent pas resoudre cette crise, qu’ ils démissionnent. Nous sommes dans une Republique et non dans une monarchie traditionnelle. Ces religieux et coutumiers étaient où au debut de la crise ? Ils ne sont même pas dans leur rôle qui est de travailler à nous èviter les insurrections deguisées en coup d’ Etat comme en 2014 .Les syndicats sont des organisations modernes qui ont toujours fait bouger le monde du travail. C’ est donc une lutte normale qu’ ils mènent actuellement. Nous ne voulons donc pas d’ amalgame.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 16:49, par RATASIDA En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Encore le Mogho Naba ! Je souhaiterais que les coutumiers laissent l’administration régler leurs problèmes. C’est frustrant.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 19:30, par warbita En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Les religieux et les coutumiers n’ ont rien demandes mais c’est votre gouvernement qui sollicite leur implication pour aider a resoudre ce probleme qui s ’est corse pour devenir une crise nationale comme d’ailleurs les crises de 2015 ou certains fuyaient come des rats pour se refugier chez le moogho naaba.En periode tranquile certains incapables s’en prennent injustement aux pauvres et honnetes coutumiers

    Répondre à ce message

    • Le 27 janvier à 19:20, par Africa En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

      Mr Warbita, votre mise au point est fort pertinente et opportune. Si les mots ont encore un sens, lorsqu’on dit que cette réunion est placée sous l’égide d’un chef coutumier, cela voudrait dire : sous la tutelle de, le patronage de, la protection de ou sous les auspices de. Le Mogho Naaba a-t-il un pouvoir constitutionnel de prendre l’initiative d’une réunion sous son égide, soit-elle pour une bonne cause, dans l’enceinte d’un palais national (la primature), réunion présidée par le premier ministre, tout cela sans avoir été sollicité par une autorité représentative de l’Etat du Burkina Faso ? Si la réponse est affirmative, cela voudrait dire qu’implicitement l’Etat du Burkina tient sur deux béquilles : une coutumière et l’autre religieuse. L’idée d’une monarchie constitutionnelle a été rejetée en 1958 ; la République a été proclamée le 11 décembre de la même année. Les Pères fondateurs se sont-ils trompés ? Ou bien sommes- nous incapables d’assumer ce choix ?
      Les tenants du pouvoir d’Etat doivent s’affirmer et éviter ce genre de louvoiement quand bien même la communauté nationale reconnaît le rôle d’amortisseurs et de régulateurs de chocs sociaux des coutumiers et religieux. Il eût été plus simple de dire que le Gouvernement a sollicité une intermédiation des coutumiers et religieux afin de résoudre la grave crise qui frappe le secteur de l’éducation nationale. Cela aurait le mérite de réaffirmer aux yeux des citoyens la primauté de l’Etat dans la gestion de la chose publique, notamment cette crise.

      Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 20:52, par Ka En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    On va que ça recommence avec les interventions au sommet comme du déjà vu : Sous la IIIème république les Burkinabé ont assisté à des faits inimaginables : Car tous les matins, c’était des grèves, ou des préavis des grèves. Surtout avec des interminables négociations au sommet comme maintenant.

    Malgré tout, nous n’avons pas pu stopper la grève de 1975 qui a fait beaucoup de dégâts pour notre pays. A ce que j’ai remarqué depuis 4 mois, c’est qu’on ‘’’’arrive au bout du tunnel avec un ministre dans sa bulle avec des gants de boxe face aux syndicats inflexibles. Le peuple opprimé vous regarde.

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 21:03, par Amadoum En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    Dans ce bras de fer qui dure depuis des decenies comme l’a si bien dit quelqu’un avant moi, personne ne peut le resoudre, meme pas "Dieu", tant que la verite, aussi bien en paroles qu’en actions, ne sera pas dite au grand jour.
    Et cette verite est que le Burkina Faso n’a pas les moyens ; les coffres sont vides.
    Mais a regarder le train de vie de nos dirigeants et leurs familles et de la maniere dont ils gerent nos resources limitees, on aurait de la peine a y croire. Leurs salaires ne sont pas en equation avec nos realites. Pire, quand le president Kabore a decide d’ameliorer les conditions de vie des magistrats et autres, il a commis la plus grave erreur de son administration et tant que cette INJUSTICE n’est pas addressee, je ne vois pas ce le Mogho Naba peut dire aux parties en face pour desamorcer cette crise sociale pour une longue duree.
    Une lecon que nos dirigeants, surtout ceux qui etaient aux cotes du preisdent Sankara, doivent retenir. Quand le president Sankara nous "rendait la vie dure" lors de la revolution (j’ai achete le haricot vert, j’ai contribue a la bataille du rail), c’est que la sienne aussi avait pris un coup ; il a accepte de prendre une reducton de salaire et l’a aussi imposee a ses ministres. Mieux, il a basarde les grosses cylindrees du parc automobile de l’etat et les remplacees avec des R5, non climatisees (je revois encore le commandant Lingani dans son treillis bien repasse sortir d’une !).

    C’etait dure, mais lentement mais surement nous voyions tous que les sacrifices avaient un but et etaient partages, pour ce faire supportables et acceptables.

    Comment pouvons-nous recapter cet esprit de sacrifice avec un but ? Si nous n’avons pas assez de richesse materielle pour couvrir tous les Burkinabe, nous avons au moins assez de pauvrete que nous pouvons partager equitablement.

    Portez-vous tous bien et passez une excellent fin de semaine !

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier à 17:07, par nako de ziniaré En réponse à : Crise scolaire : Vers le bout du tunnel ?

    A ce moment où tout le monde veut un apaisement,il faut prier Dieu pour que le dénouement puisse être trouvé.Tout doit être parti des fonctions publiques corporatives initiées par le Gouvernement. Et je suis sur que les parents pauvres dans cette affaire va être les techniciens de l’agriculture. Par ce que après la fonction publique de l’éducation,chaque corps de métier va passer et le gouvernement sera tenu. Sauf les pauvres agronomes qui n’ont pas de pression à faire. Ou bien aux prochains concours des fonctions publiques certains seront sans candidats. Et on verra comment nos enfants réussiront à l’école ventre creux
    Personnellement,j’ai soutenu l’affaire quand ça se faisait avec dialogue équipé d’amortisseur.
    Maintenant là,je suis coincé dans ma situation de retraité en train de penser sur ce qui peux être réserve à nos chers enfants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
Accès à l’eau potable : A Pô, l’eau coule difficilement…
Droits humains au Burkina : Le regard de la directrice Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international
58ème Anniversaire de l’Indépendance du Burkina : Le Faso Autrement invite les gouvernants à changer de fusil d’épaule
58ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : Le Chef de file de l’opposition salue l’œuvre des bâtisseurs de l’ombre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés