Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Libre circulation des personnes et des biens : Les corps de contrôle de l’aéroport de Ouagadougou sensibilisés

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mercredi 24 janvier 2018 à 15h58min
Libre circulation des personnes et des biens : Les corps de contrôle de l’aéroport de Ouagadougou sensibilisés

Les corps de contrôle de l’aéroport international de Ouagadougou participent, ce mercredi 24 janvier 2018, à un atelier d’information et de sensibilisation sur la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO. La cérémonie d’ouverture dudit atelier a été présidée par Mme Noëlie Ouédraogo, conseiller technique du ministre délégué chargé de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur

Créée à Lagos, au Nigéria, le 28 mai 1975, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) vise à promouvoir la coopération et l’intégration entre les Etats membres. Qui dit intégration dit circulation des personnes et des biens, un principe régi par des règlements et protocoles qui doivent être bien connus des agents de contrôle de l’aéroport, notamment ceux de la police, de la gendarmerie et de la douane. Afin donc de mieux outiller ces acteurs de première ligne, le ministère des affaires étrangères de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur organise, ce mercredi 24 janvier, un atelier d’information et de sensibilisation sur la libre circulation au sein de l’espace communautaire.

Mme Noëlie Ouédraogo, conseiller technique du ministre délégué chargé de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur

Selon le conseiller technique du ministre délégué chargé de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Mme Noëlie Ouédraogo, cet atelier de sensibilisation est l’une des recommandations formulées à l’issue du 1er forum régional citoyen sur la libre circulation des personnes et des marchandises de Ouagadougou, organisée en juillet 2014. A l’en croire, le présent atelier permettra aux participants de se familiariser avec les règlements communautaires et d’avoir des échanges interactifs sur les difficultés rencontrées dans l’application desdits règlements et de formuler des recommandations. En un mot, « il s’agira de faire en sorte que la libre circulation des personnes et des biens tant prônée par les chefs d’Etat soit une réalité ».

Elle

Une vue des participants composés de gendarmes, policiers et douaniers

a également rappelé aux participants que le suivi du protocole sur la libre circulation des personnes et des biens, le droit de résidence et d’établissement ont été confiés au président du Faso, lors de la 43e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO qui s’est tenue à Abuja en 2013. L’article 2, alinéa 1, du protocole stipule que « Les citoyens de la Communauté ont le droit d’entrer de réaliser et de s’établir sur le territoire des Etats membres ».

Photo de famille des participants

Pour le directeur des douanes de la CEDEAO, Salifou Tiemtoré,cet atelier vient à propos car « la CEDEAO a été créée pour que les hommes et les femmes appartenant à la communauté puissent circuler en toute quiétude, traverser les frontières de manière à ce que l’activité économique soit vivante ». Et le Commissaire principal de police, Mahama Ouédraogo, espère qu’à l’issue de cette formation, toutes les difficultés, relatives à la méconnaissance des textes par les forces de sécurité et les passagers, seront aplanis.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 janvier 2018 à 08:16, par bonsens En réponse à : Libre circulation des personnes et des biens : Les corps de contrôle de l’aéroport de Ouagadougou sensibilisés

    Cette formation et sensibilisation était vraiment la bienvenue pour lever les obstacles (dus souvent à la méconnaissances des règles communautaires) à la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO. Il faut aussi continuer à renforcer la sensibilisation des agents officiant au niveau des frontières terrestres. Merci au Ministère chargé de la coopération régionale.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2018 à 08:39, par Africaniste En réponse à : Libre circulation des personnes et des biens : Les corps de contrôle de l’aéroport de Ouagadougou sensibilisés

    Très bonne initiative les forces qu’ils faut sensibiliser se trouvent au niveau des frontières terrestres. Ils arnaques les voyageur
    tous le temps 1000 francs par passager c’est honteux police et gendarmerie ils doivent revoir leur système

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2018 à 13:37, par jan jan En réponse à : Libre circulation des personnes et des biens : Les corps de contrôle de l’aéroport de Ouagadougou sensibilisés

    C’est pas aujourd’hui que ce genre de réunion est organisé pour les pays membres de la CEDEAO, on prend des bonnes résolutions, mais sur le terrain c’est autre chose qui est appliqué, normalement la carte d’identité suffit pour voyager à travers les pays membres, si celà est respecté par certains pays d’autres par contre s’en fichent éperdument celà au détriment des voyageurs. Je prend l’exemple d’une frontière que je connaîs bien, celle entre Bénin-Nigéria, Sèmè, cette frontière est un vrai calvaire du côté du Nigéria, si tu es détenteur d’un passeport en règle, tu vas payer fatigué, si tu as le malheur de voyager avec ta carte d’identité c’est le début de tes problèmes, ils t’enferment dans leurs containaires qui font offices de bureau/cellules et profèrent toutes sortent de menaces sur toi, ils se permettent de dire que les accords de la CEDEAO, ils s’en foutent, que celà marche seulement dans les pays francophones, pas au Nigéria, tu es alors obligé de payer le racket qu’ils t’imposent allant de 10000Naira à 20.000N, sinon tu vas moisir dans leurs géôles de fortune. Quand vous arrivez à passer la frontière pour rentrer Lagos, il y a au moins une quinzaine de barrières formelles et informelles que tu dois payer avant d’atteindre Badagri et Lagos. C’est un vrai calvaire et une honte pour un pays qui abrite le siège de la CEDEAO.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Les vendeurs de pièces détachées demandent la suppression de la Brigade mobile du commerce
Agence Générale de Recrutement de l’Etat : Des nouveaux directeurs officiellement installés dans leurs fonctions
Energie : La SONABEL tient ses 1ères journées portes ouvertes
Message de Mme le Ministre de la Santé à l’occasion, de la journée Mondiale de Lutte contre la Tuberculose (JMT) 2019
Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question
CASEM du ministère de l’Enseignement supérieur : Les participants militent pour la sécurisation des temples du savoir
Commune de Ouagadougou : Du matériel pour accroître l’offre de services en planification familiale
Logements sociaux : Des attributaires de Bassinko recoivent les clés de leurs maisons
Ganzourgou : Des infrastructures inaugurées au profit des producteurs de Salogo
Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO
Recette de la semaine : Poulet au rabilé
Développement local : Le projet Tuuma pour booster l’employabilité des jeunes et des femmes dans cinq régions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés