Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

mardi 23 janvier 2018 à 00h07min

La réception technique et provisoire des équipements entrant dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers entre le Burkina Faso et le Togo, a eu lieu, le mardi 16 janvier 2018, à Ouagadougou, à la Direction Générale des Douanes. C’était en présence de Monsieur Adama SAWADOGO, Directeur Général des Douanes, de Monsieur Shingo NAITO, Représentant Résident Adjoint de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), de Monsieur Cheik GANSORE de la JICA , de Monsieur Antoine ZOUNGRANA, Expert douanier et Coordonnateur dudit projet, de Monsieur Alain Séraphin PYKBOUGOUM, Directeur de l’Union Douanière et de la Libre Circulationà la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Afrique (UEMOA) et de Monsieur Aboubacar Sidiki CISSE, Chargé du Marché Régional au Département du Marché Régional et de la Coopération.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

Permettre la mise en œuvre, de bout en bout, des opérations de transit sur les territoires douaniers nationaux pour les marchandises destinées au Burkina Faso, au Togo, au Mali et au Niger ,réduire le temps de passage aux frontières notamment aux Postes de contrôle Juxtaposés de Cinkansé, actuellement de 2-3 jours, à 1-2 heures, favoriser la rotation des véhicules de transport de marchandises le long des corridors Lomé-Cinkansé-Ouaga-Makalondi-Niamey et Lomé-Cinkansé-Ouaga-Hérémakoro-Bamako, et contribuer à la fluidité des trafics, tels sont, entre autres, les objectifs du projet d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers entre le Burkina Faso et le Togo. Sa mise en œuvre exige de disposer d’équipements modernes et adéquats afin de faciliter le travail des deux Administrations douanières, d’où cet appui en équipements informatiques et de communication pour répondre aux besoins exprimés par les Administrations douanières des deux Etats.

JPEG - 56.5 ko
Antoine ZOUNGRANA, Expert douanier et Coordonnateur du projet d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers

C’est dans ce cadrequ’il a été procédé à la Direction Générale des Douanes du Burkina Faso, le 16 janvier 2018, à la réception technique et provisoire des équipements composés de 80 ordinateurs de bureau, 80 imprimantes, 6 ordinateurs portables, 80 onduleurs de 1500 VA, 2 onduleurs de 10 KVA, 3 serveurs et 10 équipements réseaux. « Il s’agit bien sûr d’équiper les deux Administrations douanières dans le cadre de l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers du Burkina Faso et du Togo », a déclaré Antoine ZOUNGRANA, Expert douanier et Coordonnateur du projet à l’UEMOA.

JPEG - 66.2 ko
Alain Séraphin PYKBOUGOUM est serein quant au démarrage effectif du projet à la date prévue

Le Directeur de l’Union Douanière et de la Libre Circulation, Alain Séraphin PYKBOUGOUM, fonde l’espoir que ces équipements seront utilisés à bon escient et permettront d’atteindre les objectifs du projet.

Très ému, le patron des Douanes burkinabè, Adama SAWADOGO a affirmé que ces équipements vont permettre à son administration de répondre aux besoins des usagers. L’administration des douanes, a poursuivi son premier responsable, s’est résolument engagée dans un processus de modernisation à travers l’adoption d’un Plan stratégique dont l’objectif est de contribuer à la collecte optimale et équitable des recettes, à la protection de la société et à la facilitation des échanges. L’apport de ces équipements est donc considérable parce qu’ils vont occasionner l’accroissement du trafic de transit et des échanges, la réduction des coûts généralisés du transport, l’amélioration de la sécurité routière et la lutte plus efficace contre la fraude et les frais illicites. De quoi réjouir donc Adama SAWADOGO qui vient de recevoir des équipements pour davantage professionnaliser son administration en vue de réaliser de nobles ambitions.

JPEG - 64.6 ko
Le Directeur Général des Douanes, Adama SAWADOGO et Shingo NAITO, Représentant Résident Adjoint de la JICA, après la réception technique et provisoire des équipements

Pour équiper les administrations douanières, l’UEMOA a mobilisé, grâce à l’appui financier de la JICA, environ la somme de 400 millions de F CFA à raison de 200 millions de F CFA pour chacun des deux pays.

Dans les jours à venir, la Commission de l’UEMOA va procéder du côté du Togo, à la remise officielle, à l’installation et au test des équipements en vue de leur opérationnalité. C’est peu de dire que le projet d’interconnexion des systèmes informatiques douaniers entre le Burkina Faso et le Togo sera très bientôt une réalité.

Lentement mais sûrement, ce projet, comme l’avait souhaité Alain Séraphin PYKBOUGOUM le 7 décembre dernier à Tenkodogo au cours de la rencontre d’échanges entre les acteurs de sa mise en œuvre, démarrera d’ici la fin du mois de mars. Ce, au grand bonheur des usagers de cet axe par lequel transite environ 39% des marchandises importées au Burkina Faso.

Toua Traoré (Correspondance particulière)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 janvier à 18:38, par Petit Minitaire
    En réponse à : Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

    Patron de douane lui est content devant équipement de Japon. Moi, je pense pas que petit douanier sur terrain ne peut pas être content de tout ça. Car voilà, marchandises arrivent Lomé et net, c’est déjà parti pour Ouagadougou. Ordinateur a déjà tout trié et calculé. Nana Benz ou Ladji Almamy ne vont plus perdre plus de temps pour parler avec 5 douaniers d’abord. Quand on dit que ordinateur va tout changer dans le monde là, c’est exemple de ça comme ça ici. Mais attention, ça veut pas dire que voler l’argent de gouvernement c’est fini ou que ça va diminuer. Seulement, au lieu que ce soient petits douaniers avec leurs patrons, ça va être programmeurs informaticiens qui va prendre place avec d’autres ou même patrons encore. Lui, petit informaticien connaît programme pour faire calcul avec des retenus par-ci par-là, envoyer les retenus dans compte spécial, avant de montrer combien gouvernement va gagner dans tout ça. Petits informaticiens et leurs patrons peuvent devenir encore plus gourmands que anciens équipes de douaniers, Nana Benz et Ladji. Ça fait que, avant de faire fête rapidement devant nouveaux équipements, il faut attendre voir d’abord comment ça va travailler bien pour citoyen Burkinabè. Et en vérité, je suis d’accord, il faut suivre changement de technologie nouveau quand même, pasque tout le monde est obligé maintenant, même si travail de douanier va diminuer chaque jour avec ça.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 19:57, par Substance Grise
    En réponse à : Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

    Belle iniative. Si vous pouviez aussi faire cette interconnexion avec le Ghana aussi ; on aurait professionnalisé les sevices entre la douane du Burkina et les différents ports de passage de la cargaison brkinabè.
    Le pays engrangerait beaucoup de recettes á travers les recettes douanières ; surtout quand les sociétés de déclaration en douane dans les ports aprés les opérations de transit vous per mettent grâce á l’inteface d’avoir la déclaration douanière et la mise en route pour la douane duBurkna.
    Benin Togo CI Ghana et le Burkina doivent mettre en pratique cette connexion:un exemple d’intègration sous régionale .

    Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 08:34, par suis d’accord
      En réponse à : Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

      Belle analyse. Vous semblez être un professionnel de la chose deh. Le problème avec le Ghana est qu’il n’utilise pas pour l’instant le même système informatique que le Burkina. c’est ce que j’ai lu dans un journal de la place. Mais avant tout, c’est l’homme qui est au cœur de tout. Si les hommes décident de contourner le système, ça se fera sans problème. Tant qu’il n’Ya pas de dématérialisation, le risque existera toujours

      Répondre à ce message

      • Le 23 janvier à 13:26, par Substance Grise
        En réponse à : Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

        Nous savons ce qu’il faut pour amorcer le décollage économique du pays. Malheureusement beaucoup d’agents sont tapis dans l’ombre pour developper l’informel par lequel ils se remplissent les poches . D’où toutes les instrumentalisations du milieu du transport que vous observez depuis.
        C’est á la douane du Burkina de s’installer fortement dans les ports et developper toutes les strategies necessaires pour le maximum de recettes et limiter la fraude.
        Dés que que vous aurez la volonté ,on vous donnera plein de pistes.
        La corruption est un cancer pour le developpement de l’Afrique,en particulier le Burkina
        L’idiot qui s’enrichit illicitement ne sait pas qu’un jour viendra où ses propres enfants vont payer pour ça.
        C’est un faux calcul de penser que mes enfants sont á l’abrit quand Je peux tout leur donner aujourd’hui, les envoyer étudier á l’exterieur.

        Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 12:10, par Mafoi
      En réponse à : Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

      Pardon il faut aller molo molo sinon nos gabelous vont commencer à maigrir sans oublier qu’incidemment,ce sont les tenanciers des maquis,des chambres de passe,des kiosques à PMU qui pâtisseront de leur régime sec et brutal.Plus sérieusement,ils trouveront toujours les moyens pour racketter et les commerçants et l’Etat burkinabè.Leur future destination c’est l’enfer

      Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 22:42, par Employé
    En réponse à : Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

    On devrais supprimer la cotecna alors. Je ne connais pas son rôle exact quand je me rend compte que l’Etat, leur paye des milliards comme facture. Cela veut - il dire que la douane n’est pas efficace ? L’Etat doit revoir ces multiples sociétés privées installées ici.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 13:26, par Badini
    En réponse à : Interconnexion des douanes burkinabè et togolaise : Des équipements de pointe pour réaliser de nobles ambitions

    Vu faite d abord l interconnexion douane dgttm ccva oni police gendarmerie au burkina pour minimiser la fraude avant de faire dans la sous region.A l l intérieur du pays vs n arrvez même pas effacer la fraude comme ça l’est dans les autres pays et vs envigeagez a l étranger pour juste chercher le nom. La sécurisation des titre qui est la on refuse de faire l interconnexion et on veut donner de l argent au gent cadeau travaillons chez nous d abord avant de sortir merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés