Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

mercredi 17 janvier 2018 à 17h38min

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 17 janvier 2018,
en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 12 H 00 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu une communication orale, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE QUATRE (04) RAPPORTS.

I.1.1. Pour le compte du ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique :
-  un rapport relatif à l’élaboration du rapport national pour le troisième passage du Burkina Faso à l’Examen périodique universel (EPU).

L’Examen périodique universel est un mécanisme qui permet au Conseil des droits de l’homme d’examiner la situation des droits de l’homme dans l’ensemble des Etats membres de l’Organisation des nations unies (ONU).

Dans le cadre du 3ème cycle de l’examen périodique universel, prévu à la 30ème session du Groupe de travail de l’EPU qui se déroulera en avril et mai 2018 à Genève, en Suisse, le Burkina Faso présentera un rapport sur la situation actuelle des droits de l’homme ainsi que les mesures prises pour la mise en œuvre des recommandations acceptées lors du deuxième passage en avril 2013 à l’EPU.

Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre les dispositions idoines pour permettre à notre pays de faire la situation des droits humains sur le plan national, et d’honorer ses engagements vis-à-vis de la communauté internationale.

-  un rapport relatif à l’élaboration du deuxième rapport périodique du Burkina Faso dû au titre de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Ce rapport qui couvre la période 2013-2017 a été élaboré conformément à l’article 19 de ladite Convention qui dispose que chaque Etat partie doit présenter au Comité contre la torture, des rapports sur les mesures prises pour donner effet à ses obligations vis-à-vis de la Convention.

L’adoption de ce rapport permet à notre pays d’honorer ses engagements vis-à-vis de la communauté internationale.

I.1.2. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement  :
-  un rapport relatif au Rapport statistique national (RSN) 2016 et au Programme statistique national (PSN) 2018.

Le Rapport statistique national et le Programme statistique national constituent des instruments de coordination des activités statistiques des structures publiques et contribuent au suivi des politiques nationales en matière de développement, notamment le suivi statistique du Plan national de développement économique et social (PNDES) et des Objectifs du développement durable (ODD).

Il ressort du RSN des progrès et des acquis réalisés pour l’année 2016, notamment la mise en place du Fonds de développement de la statistique, la tenue régulière des sessions du Conseil national de la statistique et de ses commissions spécialisées ainsi que l’intensification et la diversification de la production statistique.

Le Programme statistique national prévoit des enquêtes et des recensements à réaliser en 2018 dans divers domaines, au nombre desquels le 5ème recensement général de la population et de l’habitation, le 2ème recensement général de l’agriculture (RGA), l’enquête nutritionnelle et l’enquête nationale sur le cheptel.

Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre les dispositions idoines pour la mobilisation des ressources nécessaires en vue de l’exécution réussie du Programme statistique national 2018.

-  un décret portant Règlementation générale des projets et programmes de développement exécutés au Burkina Faso.

Ce décret vise entre autres à aligner l’organisation et la gestion des projets et programmes de développement à l’approche budget programme, à rationaliser leurs unités de gestion, à réduire significativement leurs charges de fonctionnement tout en augmentant la part accordée aux investissements et à assurer une plus grande transparence dans la gestion des ressources publiques.

L’adoption de ce décret permet une meilleure gouvernance des projets et programmes de développement dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) pour plus d’efficacité et d’efficience.

II. COMMUNICATION ORALE

II. Le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation a fait au Conseil une communication relative aux manifestations diverses à travers le pays avec pour corollaire la fermeture des classes et le blocage du trafic routier.

Le gouvernement déplore les cas de blessures constatées, notamment lors du blocage par des manifestants à Boussé (province du Kourweogo, région du Plateau-Central), du détachement militaire en partance pour Banh (province du Loroum, région du Nord) pour y relever nos vaillantes forces de défense engagées dans la lutte contre le terrorisme.

Le gouvernement souhaite un prompt rétablissement aux blessés déjà pris en charge par le ministère de la Santé et celui de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille.

Il rappelle que les actes d’incivisme, d’incitation à la violence, d’atteinte aux personnes et aux symboles de l’Etat ne sont pas tolérables dans un Etat de droit.
Le gouvernement appelle au strict respect des lois en vigueur dans notre pays.

III. NOMINATIONS

III.2. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

-  Monsieur G. Benoit KAMBOU, Mle 0017 958 V, Enseignant chercheur, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès de la République du Tchad ;
-  Monsieur Oumarou MAIGA, Mle 18 559 V, Ministre plénipotentiaire, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès de la République d’Afrique du Sud ;
-  Monsieur Brahima SERE, Mle 130 304 U, Magistrat, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès de la République de Turquie.

B. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DE LA DECENTRALISATION

-  Monsieur Abdallah Pathé SANGARE, Mle 229 854 J, Administrateur civil, est nommé Haut-commissaire de la province du Kénédougou, région des Hauts-Bassins ;
-  Monsieur Karim OUEDRAOGO, Mle 105 201 D, Administrateur civil, est nommé Secrétaire général de la province du Houet, région des Hauts-Bassins ;
-  Monsieur Idrissa GAMSONRE, Mle 118 961 R, Administrateur civil, est nommé Secrétaire général de la province du Kénédougou, région des Hauts-Bassins ;
-  Monsieur Abdoul Karim ZONGO, Mle 54 578 B, Administrateur civil, est nommé Secrétaire général de la province du Kourwéogo, région du Plateau-Central ;

-  Monsieur K. Roland GUINGUERE, Mle 118 962 X, Administrateur civil, est nommé Secrétaire général de la province du Namentenga, région du Centre-Nord ;
-  Monsieur Pascal BOUDA, Mle 116 974 B, Secrétaire administratif, est nommé Préfet du département de Siby, province des Balé, région de la Boucle du Mouhoun ;
-  Monsieur Ousmane BARRY, Mle 212 003 L, Secrétaire administratif, est nommé Préfet du département de Douna, province de la Léraba, région des Cascades ;
-  Madame Nizinga Assita PALM/NACRO, Mle 247 531 H, Administrateur civil, est nommée Préfet du département de Banfora, province de la Comoé, région des Cascades ;

-  Monsieur Daouda OUEDRAOGO, Mle 279 333 A, Administrateur civil, est nommé Préfet du département de Korsimoro, province du Sanmatenga, région du Centre-Nord ;
-  Monsieur Xavier BAKO, Mle 238 081 X, Secrétaire administratif, est nommé Préfet du département de Pensa, province du Sanmatenga, région du Centre-Nord ;
-  Monsieur Adama DIALLO, Mle 200 298 N, Administrateur civil, est nommé Préfet du département de Pô, province du Nahouri, région du Centre-Sud ;
-  Monsieur Téwendé Evence BALIMA, Mle 229 956 B, Administrateur civil, est nommé Préfet du département de Samba, province du Passoré, région du Nord ;
-  Monsieur Sanfiénalé SIRIMA, Mle 98 046 R, Administrateur civil, est nommé Préfet du département de Boussé, province du Kourwéogo, région du Plateau-Central ;
-  Monsieur Wapa DAKIO, Mle 30 60, Agent public, est nommé Préfet du département de Baraboulé, province du Soum, région du Sahel ;
-  Monsieur Barnabé SEGDA, Mle 24 647 W, est nommé Préfet du département de Koutougou, province du Soum, région du Sahel ;

-  Monsieur Soyuleymane DRABO, Mle 279 927 Y, Administrateur civil, est nommé Préfet du département de Diébougou, province de la Bougouriba, région du Sud-Ouest ;
-  Monsieur Valentin BADOLO, Mle 117 040 J, Administrateur civil, est nommé Préfet du département de Dissin, province du Ioba, région du Sud-Ouest.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

Les personnes dont les noms suivent sont nommées Membres du Haut conseil du dialogue social :

Au titre du Gouvernement, Présidence du Faso
-  Madame Adjaratou NANA, Comptable financier, Membre suppléant de Monsieur Edmond BERE ;
-  Monsieur Souleymane OUEDRAOGO, Gestionnaire des ressources humaines, Membre suppléant de Madame Maïmouna CISSE ;
-  Monsieur Yaya KARAMBIRI, Juriste, Membre suppléant de Monsieur Oumard NABALOUM.

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à la nomination d’un Administrateur au Conseil d’administration de la Caisse automne de retraite des fonctionnaires (CARFO) au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale. Cette nomination sera publiée dans le Journal Officiel du Faso.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 janvier à 18:16, par Maxi maxi
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    II.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

    Le Conseil a procédé à la nomination d’un Administrateur au Conseil d’administration de la Caisse automne de retraite des fonctionnaires (CARFO) au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale. Cette nomination sera publiée dans le Journal Officiel du Faso.
    Pourquoi vous ne donnez pas de nom ?
    Le burkinabé n’ont-ils pas droit à l’information ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 18:17, par Megd’
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Décidément, ce gouvernement persiste dans son amnésie. Il fait comme le régime de Blaise Compaoré à l’orée de sa décadence.

    J’ai comme l’impression que dans l’entourage du président, des personnes sont tapis dans l’ombre à tout faire pour le nuire.

    Pourquoi persister avec la mise en place de cette histoire de Haut Conseil ?????

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 18:46, par Ratavinnenm
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Le Gouvernement redoute l’ASCE ou quoi ?! Que se reproche-t-il ? On dit qu’on veut lutter contre la corruption mais on empêche la structure de lutte contre la corruption de travailler. Pourquoi le Gouvernement ne veut pas nommer les membres du conseil d’orientation de l’ASCE ? Les parties prenantes de ce conseil ont désigné leurs représentants mais le Gouvernement refuse de les nommer. Nous par exemple, notre représentant a été désigné depuis 2016 mais rien. Il est là et il wepse en attendant sa nomination pour siéger au conseil d’orientation. Pourquoi ? Cela ne cache-t-il pas quelque chose ? Est-ce que ce gouvernement veut vraiment lutter contre la corruption ? Il y a anguille sous roche. Est-ce que l’ASCE ne gêne pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 18:53, par VERITE
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Une justice a double vitesse, mr Ouedraogo lassané et sa suite a pu donner combien de francs au procureur et au président du tribunal de Kaya sur le dossier de koulponsgo/Tougouri ? ce qui est sur la somme est colossale selon les sources bien renseignés. Ou va la justice de notre pays, corruption sur corruption, mensonge sur mensonge, vanité sur vanité et puis dossier classé et la vie continue et on sans fou point barre...........Affaire a suivre

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 15:41, par Anti-Corruption
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

      Bonjour !
      VERITE, si tu as des éléments fiables sur le dossier de Koulponsgo/Tougouri que tu évoques, je te suggère de prendre attache avec le REN-LAC et tu verras que quelque chose sera faite et on en saura plus sur l’affaire dont tu parles.
      Numéro vert du REN-LAC : 80 00 11 22 (c’est gratuit).
      Ensemble, contribuons à faire reculer la corruption au Burkina Faso.
      Merci.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 20:09, par mousbil
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    agent public là c’est quoi encore ? es ce qu’un secrétaire administratif ou un administrateur civil n’est pas un agent public ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 03:02, par Bibeiga
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Le gouvernement n’a pas à regretter ce qui s’est passé à BOUSSE. Nous ne sommes pas dans un zoo ou chaque petit chimpanzé peut gambader de branche en branche ai mépris des règles d’un état de droit.

    Le pays est gouverné et même très gouverné ! Les militaires ont même été cléments en tirant seulement avec des kalachnikovs. Ils auraient dû mettre en batterie une 12,7 pour nettoyer cette vermine.

    Ensuite un passage d’un MI 17 pour terminer le travail et ratisser large pour qu’aucun rat n’en réchappe.

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 09:55, par le choco
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

      fo sid ya bibeiga tu veux faire un génocide ? Je suis d’accords que maintenant il faut que le gouvernement ait le courage de sortir la chicotte, car il à trop actionné la carotte ça ne résouts pas tous les problèmes. je pense que ce qui a été fait est déjà très bon... Chacun pense pouvoir arrêter un convoi militaire...De quel droit ? On pense qu’ils sont allé s"amuser la bas ou quoi ?

      Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 10:16, par Bi kouên’ga
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

      Bien parlé. Soutien total et inconditionnel. Je dirais même plus : "Le gouvernement n’a pas à regretter ce qui s’est passé à BOUSSE, à KOMBISSIRI et à KOUDOUGOU". Les gens se prennent pour des "bandits". C’est bête et irresponsable de la part de certains parents d’élèves qui encouragent leurs enfants à l’incivisme. Il faut que les FDS (militaires) commencent à mater les indisciplinés, les impolis et autres inciviques (enfants ou parents). Je dis bien les militaires parce que eux, ils savent faire proprement le travail de correction des indisciplinés et autres impolis. Les policiers et les gendarmes sont devenus trop hypocrites et peureux : on dit de faire régner l’ordre et eux ils cherchent à se faire acclamer et aduler par les populations et ils sont de surcroit très affairistes, corrompus et n’ont pas peur de la honte. D’ailleurs dans peu de temps, nous allons demander à ce que l’Etat diminue drastiquement leur nombre. Ils s’engraissent sur le dos de l’Etat pour rien.

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 08:12, par changeons
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Le gouvernement passe à côté des grands dossiers comme les crimes économiques, de sang et autres dont le peuple attend des résultats. Quelle suite aux dossiers de détournements transmis au président du Faso ? : l’unité de transformation de tomates de loumbila, détournement à l’ambassade du Burkina à Paris, détournement des parcelles consignés dans le rapport parlementaires.... pour ne citer que ces dossiers là. Le gouvernement mouta-mouta dort et le Burkina actuel retombe dans les pratiques du régime Compaoré. très triste et donne raison à ceux qui veulent le déstabiliser. Quant à la ville de Ouaga, elle est devenue un pâturage où les animaux sont rois dans la circulation. Sommes-nous devenus des indiens ? Les rares sorties médiatiques du maire sur la question ne portent aucun fruit : cochons, bœufs, moutons, chèvres sont à l’origine d’accidents mortels chaque jour. Monsieur le maire s’en moque et mange tranquillos sont riz gras. Tout cela conduit à l’exacerbation de l’incivisme.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 08:44, par Pially ou
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Pourquoi d’ingénieur à mettre une structure qui n’apportera rien au pays. De grâce, abandonné cette idée de Haut conseil pour le dialogue social.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 08:48, par citoyen optimiste2
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Mousbil, agent public que tu fais cas ici c,est quelqu,un selon le gouvernement qui peut réaliser normalement la mission à lui confier dans ce département dont tout connaisse les réalités du milieu. Maintenant si toi tu penses qu,il ne mérite pas le poste parce qu,il n,est pas de votre corps tu peux aller te plaindre là où tu veux, mais saches que, si par malheur on t,envoie laba à cause de ton hypocrisie personne ne viendra à ton secours. Le gouvernement mesure l,ampleur de la mission et il envoie quelqu,un de la situation et tu passes ton temps à vouloir polémiquer sur cela, meme tes collegues du corps savent l,importance de cette mission, mème si c,était un berger il faut tout simplement accepter.Il faut changer un jour mon frere car ça y va de l,intérêt de tous.Sans rancune !
    .

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 09:59, par bangré
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Question ? Le ministre Soumanogo koutou des ressources animales participe t’il au conseil des ministres ? pendant que ces agents sont à l’agonie sur le terrain lui n’a aucune vision !! pendant que des DR comme celui du Centre Nord, du Centre Sud et du Centre Ouest sont entrain de piller l’argent des partenaires avec des ordres de missions fait au bureau, des crédits délégués utilisés pour payer les ordres de missions faits pour rentrer les weekend à ouagadougou. Le climat se détériore de jour en jour avec les partenaires sur le terrain. on se pose cette question, comment sont fait les nominations au ressources animales, certainement une affaire de copinage, sinon certains ont fait des détournement et on les nomme comme DR. j’ose penser que li ministre n’ai pas de mèche avec ces derniers.
    nos luttes syndicales, pour quoi c’est au ressources animales qu’il n’y a jamais eu de gain ou que les premiers responsables refusent l(appliquer soit disant que chez c’est différent !!
    OUVREZ L’ŒIL MONSIEUR LE MINISTRE

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 12:24, par changeons
      En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

      Tu as raison. On ne sent pas la présence de ce sinistre aux conseils des ministres. Il se tait pour manger comme certains DR. En réalité ce gouvernement n’est pas différent de celui de blaise Compaoré. Roch et ses camarades l’ont juste chassé pour se mettre à sa place sans changer de manière de gouverner : le pillage des biens publics, l’usage des véhicules de l’Etat les week-end pour les ballades ou pour ramasser du sables, les recrutements népotistes, les agents qui manquent de moyens pour faire leur travail pendant que les responsables distribuent des bons de carburants à leurs copines, les intimidations, le harcèlement sexuel dans les bureaux etc. reviennent aux galops dans l’administration publique. Le MPP ne réussira pas où le CDP a échoué. Malheureusement !!!

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 13:55, par mousbil
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    chère citoyen optimiste2, si c’est un berger, dite-le nous au lieu de foiler les choses. sinon agent public ne veut rien dire ici

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:03, par Agent de projet
    En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 17 janvier 2018

    Bjr ! SVP est ce que quelqu’un pourrait m’expliquer le décret concernant les projets et programmes de développement ? Est ce que cela voudrait dire que les projets de catégorie B seront ramenés à catégorie A ou dans le cas contraire ces projets seront supprimés ou non renouvelés quelque soit les conclusions du projet ? Dans ces cas de figure, qu’est ce qu’on fera du personnel de ces projets de développement ? je pense que la question mérite d’être bien analysé avant toute démarche hâtive.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés