Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • dimanche 14 janvier 2018 à 13h26min

La représentation nationale a voté en décembre 2017 la loi consacrant une Fonction publique hospitalière au Burkina Faso. Afin de trouver un accord pour la mise en œuvre de ce nouveau statut, le chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba a invité les syndicats du ministère de la Santé pour des échanges ce jeudi 11 janvier 2018.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

Ne dit-on pas que prévenir vaut mieux que guérir. Après l’adoption de la Fonction publique hospitalière par l’Assemblée nationale, il reste la prise des textes d’application de ce nouveau statut par le gouvernement afin de permettre une mise en œuvre effective de la loi. Dans cette perspective, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, a convié les partenaires sociaux du ministère de la Santé que sont les syndicats à une rencontre. « Il y a toujours des incidences financières dans ce type de loi, donc il fallait s’entendre avec les syndicats sur les incidences que cela pourrait avoir sur la grille indiciaire et sur la grille indemnitaire et bien d’autres sujets », a-t-il déclaré à leur sortie.

JPEG - 60.6 ko
Le Premier ministre a salué l’ambiance qui a prévalue lors des échanges

Selon le Premier ministre, l’occasion a été donnée aux syndicats d’exprimer leur point de vue, le gouvernement également en a fait pareil. Et c’est avec une oreille attentive que le gouvernement a écouté les préoccupations des travailleurs et est décidé à les analyser afin d’y répondre dans les limites des moyens de l’Etat, tout en sachant préserver l’équilibre des finances, les principes d’équité, de justice et de mérite. Il a félicité ces acteurs pour le bon esprit dans lequel les échanges se sont déroulés. « C’est de cette façon que nous allons travailler avec les syndicats ». Actualité obligé il en a profité pour lancer un appel à la Coordination nationale des syndicats de l’éducation nationale (CNSE), car le dialogue peut primer sur les armes ultimes (sit-in, grève) pour ne pas mettre en péril « l’avenir de nos enfants ».

S’accorder sur les grilles applicables

« Nous avons indiqué au Premier ministre que la mise en route d’une réforme, a un coup et que le gouvernement devrait assumer cela pour l’ensemble des Burkinabè », a laissé entendre le Secrétaire général du Syndicat des médecins du Burkina, Dr Alfred Ouédraogo. Pour lui, le gouvernement ne devrait pas entrevoir cette réforme, juste comme un élément pour augmenter le salaire des agents de santé, mais pour améliorer l’ensemble du système sanitaire du Burkina Faso afin que les 18 millions de Burkinabè puissent en bénéficier.

Même son de cloche du côté du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA). Selon son Secrétaire général Pissyamba Ouédraogo, ce qui achoppait, c’était les grilles indemnitaires et salariales. « Pour notre syndicat, les résultats des travaux obtenus en atelier doivent être respectés. C’est ce que nous avons soutenu et c’est ce que nous soutiendrons dans la mesure ou une loi quelle qu’elle soit ne résout pas tous les problèmes », a-t-il souligné.

Selon le SG du SYNTSHA, le gouvernement devrait faire l’effort de prendre en compte cela surtout que les propositions qui sont faites sont celles minimales. Et comme pour répondre au commentaire du Premier ministre sur la crise qui secoue le secteur de l’éducation, Pissyamba Ouédraogo a précisé qu’il faut que toute l’opinion sache que « les revendications syndicales ne sont pas des revendications corporatistes », puisque le combat pour ce qui est du secteur de la santé, n’est pas pour les agents de santé uniquement. Cette lutte prend donc en compte l’amélioration du plateau technique, des conditions de travail (prise en charge des population) et le minimum qu’il faut à l’agent de santé pour produire des soins de qualité. « Aujourd’hui nous avons discuté et nous avons surtout maintenu le fait qu’il faut le consensus », a-t-il indiqué.

La position du SYNTSHA cependant : pas question d’aller en deça du minimum retenu lors de l’atelier. Rendez-vous est donc pris en cour de semaine prochaine pour avoir la réponse du gouvernement et savoir l’attitude des syndicats du département du Pr Nicolas Méda.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 janvier à 10:17, par Citoyen LAMBDA
    En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

    L’attitude du premier ministre est quand même bizzare . Ton patron le PF dit dans son discours de fin d’année à la nation qu’il ne faut plus examiner le problème des fonctionnaires de l’Etat au cas par cas . Le premeir ministre lui même a ouvertement dit que ce fut une erreur d’avoir accordé des avantages au cas par cas ce qui a déchenché toute cette avalanche de revendications de statuts particuliers. En d’autres termes, le PM reproche clairement à son patron d’avoir commis une grosse erreur ,ce qui est courageux . Alors, au lieu de renvoyer toutes ces questions à la rencontre de février décidée par le Président du Faso pour mettre à plat toutes ces questions de manière à repartir sur de nouvelles bases ,toi Premier ministre, tu continues de discuter d’un cas particulier avec les syndicats de la santé . Tout cela fait cacophonie de la part du gouvernement . Où le PF et son PM sont sur la même longueur d’ondes ,où ils ne sont plus sur la même ligne ,auquel cas l,e PM devrait tirer toutes les conséquences de cet état de faits et s’en aller dignement .

    Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 09:03, par un citoyen indigné
      En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

      Je ne pense pas qu’il y ait de grandes contradictions entre la FPH et ce que veut le Président Rock dès février 2018. Peut être au niveau de la grille indemnitaire, il y aura des réaménagements en février 2018. Sinon, à ce que je sache, cette loi sur la FPH a essayé de corriger les injustices dont étaient l’objet de certains corps de la santé, notamment les médecins ! elle a pris en compte le diplôme de base (BAC) et le nombre d’années d’études réalisées après le BAC. Ce qui n’était pas le cas avec les lois 13/98 et 081 en vigueur actuellement. A titre d’exemple, prenez les grilles de reversement dans la loi 081, vous verrez qu’un médecin échelon 10 qui a fait 4 années de spécialisation et sorti avant le 1er janvier 2016 qui est reversé comme spécialiste dans la loi 081 sera à l’indice 1324 de PA, c’est- à dire presque au même indice que l’agent A1, échelon 8 reversé sans concours professionnel en PC. N’importe quel agent de la fonction publique A1, échelon10 n’ayant pas été en stage et reversé dans la loi 081 se trouvera à l’indice 1506 en PC. Pire, celui qui était A1 échelon 9 (donc moins gradé que A1echelon 10) reversé dans la loi 081 se retrouve en PC indice 1374, donc 50 points de plus que le médecin spécialiste. Pour dire que cette loi sur la FPH va en droite ligne avec ce que le Président à promis de faire en février, encourager la méritocratie ! Je pense que si l’on veut la justice et l’équité dans le système de rémunération, la base la plus juste, sans trop de discussions, c’est le Diplôme lors du recrutement, le nombre d’années de formations et bien sur l’ancienneté dans la fonction publique d’Etat. Tels sont à mon avis les 3 principales critères pour le reclassement dans d’éventuelles nouvelles grilles salariales indiciaires. les indemnités feront la différence entre les différents corps ! En cela, la FPH est déjà une avancée, c’est pourquoi je crois que le Premier Ministre cherche à opérationnaliser cette loi.

      Répondre à ce message

      • Le 15 janvier à 18:30, par OUEDRAOGO
        En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

        Bonsoir cher lecteur
        Je pense qu’il faut aller au bout de tous les débats. Comment atteint-on échelon 9 ou 10 ? Je pense au prix de plusieurs années de dur labeur. il n’est pas dit que lorsqu’on commence avec un diplôme supérieur on est forcement au dessus en terme de salaire que celui qui travaille depuis plus d’une décennie, même s’il a un diplôme inférieur. La justice c’est de récompenser tous les efforts avec la même règle. Sinon, une nation c’est un tout. Celui qui travaille avance, celui qui étudie avance.
        Il faut plutôt expliquer à l’opinion que c’est la vitesse d’avancée qui change avec le diplome. Le médécin en un ou deux avancements rattrape et dépasse rapidement tous les autres à ce que je crois.
        J’espère qu’un professionnel de ces questions nous en dira d’avantage.
        Merci pour un débat sincère visant l’intérêt général.

        Répondre à ce message

        • Le 15 janvier à 20:36, par un citoyen indigné
          En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

          Bien compris votre avis sur la situation. Je ne sais pas si vous êtes du corps de la santé. Si non je vous informe que plusieurs agents de santé toutes catégories confondues sont passée par le système de santé de district. La bas, ils ont depuis fort longtemps des frais hors salaires : supervision, formations, ateliers, missions et que sais je encore ! Ceux des agents de santé qui sont dans le système de soins et qui ont pour certains passé par ce système de district n’ont soit pas ses émoluments ou bien l’ont perdu, et ceux depuis la mise en place du système de santé du district en 1991. Ces agents chargés des soins dans les hôpitaux ne se sont jamais rebellés . Mieux, la FPH concerne aussi les agents de santé des districts qui sont dans les unités de soins. Si vous remarquez ces administratifs sont ceux qui sont les plus riches dans les districts ou au niveau central car ils ont d’autres sources de motivations autres que leurs salaires. refuser de voir cela, c’est faire preuve de myopie ! Donc qu’ils se contentent de cela et des 10%. merci.

          Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 14:06, par De passage
    En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

    Citoyen Lamda. Tu as raison mais le processus d’instauration de cette fonction publique hospitalière était déjà entamé et bien avancé avant que le ministère de l’éducation ne commence les mouvements actuels et que le gouvernement ne prenne donc conscience qu’il a fait une erreur d’antan. Donc revenir dire à ceux de la santé qu’ ils vont faire marche arrière ou stopper la chose déjà en cours, tu n’imagine pas ce que ça allait créer de plus comme mouvement.
    En somme, le gouvernement récolte ce qu’il a semé et se retrouve dans une situation où il ne peut qu’avancer parce qu’il est dos au mûr. ... A moins que chaque syndicat ne mette de l’eau dans son vin et reconnaisse que l’état n’a pas les moyens de satisfaire tout le monde....

    Répondre à ce message

    • Le 14 janvier à 12:34, par Substance Grise
      En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

      Il n’ya rien de mal á ce que les fonctionnaires de tous les ministéres reclamment de meilleurs conditions de travail et de traitement salarial
      L’état doit y repondre dans la mésure de ses possibilités.
      Par contre ce que l’état doit faire de manière urgente C’est d’activer le service des inspecteurs de travail ou mettre une autre structure en place qui va suivre le comportement de tous ces travailleurs dans tous les ministères de manière á ce que des sanctions tombent si d’avanture ces fonctionnaires s’écartaient de la mission qui leur a été confiée.
      Une bonne gouvernance au pays doit prendre sa source ici.
      En effet si on consacre plus de 50%du budget pour payer des travailleurs qui grâce á la corruption détournent 40 %en plus du budget ;aucune politique de developpement n’est possible.
      Pire en plus de cela les citoyens sont arnaqués par abus de pouvoir ; même dans 1000 ans rien de bon ne peut être fait.
      Mais si l’autorité a peur de porter le changement parce qu’ on veut des voix favorables lors des différentes élections politiques, on tournera toujours en rond et les mêmes accuseront l’autorité de mal gouvernance.
      Pendant ce temps le peuple impuissant mourra de misère.
      Démocratie ne veut pas dire anarchie.
      Faisons le choix !

      Répondre à ce message

      • Le 14 janvier à 21:06, par leveridik
        En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

        600 milliards de f CFA par an, ça fait pas 50 pr cent du budget national. Revoyez vos calculs , les fonctionnaires ont raison. les salaires au burkina sont des perdiemes. Il n y a qui sont toujours à découvert. Soyons moins égoïste.

        Répondre à ce message

        • Le 15 janvier à 12:28, par Nina Poukame
          En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

          Mr leveridik, les fonctionnaires Burkinabe touchent des perdiem ; perdiem par rapport a quoi ? Croyez-vous que les fonctionnaires des pays de la sous-region, a l’exception peut-etre de la Cote d’Ivoire et du Senegal, touchent autant que ceux du Burkina ? En toute chose il faut raison garder. Dans les pays ou vous pensez que les fonctionnaires sont mieux payes que ceux du Burkina, connaissez-vous le cout de la vie ? Il n’est pas objectif de comparer uniquement les montants des remunerations d’un pays a l’autre. Il faut plutot voir le pouvoir d’achat (parite de pouvoir d’achat).
          Si l’on doit etre objectif et comparer les salaires par rapport au PIB par tete d’habitant, l’on trouvera que les fonctionnaires bukinabe surpayes. C’est pour cela que cette masse salariale represente plus de 50% des recettes propres du budget de l’Etat. Ce qui n’est pas supportable et foncierement injuste par rapport au reste de la population qui vit dans la misere et qui doit se saigner encore plus afin que les fonctionnaires de la fonction publique gagnent chaque annee encore plus. Je viens de voir que la masse salariale a progresse de 150% en moins de 10 ans. Ce sont des choses comme ca qui ont amene Donald Trump a qualifier nos pays de merdes.
          Qu’en dit mon cher ami Ka ? Lui qui dit la verite toujours et partout et a propos de tout !

          Répondre à ce message

      • Le 15 janvier à 09:37, par Sapience
        En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

        En effet si on consacre plus de 50%du budget pour payer des travailleurs qui grâce á la corruption détournent 40 %en plus du budget ;aucune politique de developpement n’est possible.

        Substance Grise vous parlez au conditionnel. Je vous mets au défit d’apporter la preuve que les salaires d es fonctionnaires représentent 50% du budget. Je vous renvoie aux chiffres communiqués par le PM qui sont du reste faux et il le sait. Ne jouons pas avec l’intelligence des autres. Quant à la question de la rigueur au travail, je partage partiellement vos points de vue. Toutefois, commençons par le respect des heures de bureau. Votre Simon convoque des agents de police au poste à 5 heures du matin et autres. C’est contraire aux textes en vigueur. Commencer par instituer une fiche d’activités quotidiennes des Ministres hauts cadres de l’administration. Demandez au flic Simon de faire recenser les ordres de missions aux postes de contrôle et vous verrez quels sont ceux qui ne sont jamais au bureau, etc.

        Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 09:23, par Moralité
    En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

    Initiative louable mais il faudrait que le contenu de la dernière version de cette loi soit accessible à la base afin qu’elle amende avant son adoption pour éviter un retour en arrière quand la base se rendra compte des pièges que le syndicat et le gouvernement leur aurait tendu pour prendre en otage leur avenir à long terme surtout que beaucoup d’agents de santé n’ont plus foi en leurs responsables syndicaux
    Je passais. Bonne suite !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 12:40, par Nina Poukame
      En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

      Mr Moralite, etes-vous au serieux quand vous dites que beaucoup d’agents de santé n’ont plus foi en leurs responsables syndicaux ? Je suis de ceux qui critiquent certains comportement des responsables syndicaux de la sante pour leur pratique des greves sans service minimum, mais je ne crois pas qu’il y ait beaucoup d’agents de sante qui n’aient plus foi en ces responsables. Etre critique a leur egard ne signifie pas desavoeu. Dans une organisation syndicale, les opinions peuvent diverger mais l’on s’entend toujours sur l’essentiel.

      Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 12:54, par la vision
      En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

      d’accord avec toi ! surtout que cette FPH écarte d’autres acteurs de la santé ! cette loi crée une division dans le corps de la santé car ne prenant pas en compte l’administration sanitaire (DRS, DS...) (en un mot le volet santé publique est occulté). pensez vous que sans l’administration sanitaire les acteurs chargé des soins peuvent travailler ? je ne comprends le ministre de la santé qui dit vouloir mettre l’accent sur le préventif (c’est à dire éviter que les gens ne tombent malades) et ne pas tenir compte des acteurs de santé publique dans cette FPH !!!! Pourquoi nos syndicats ont validé ça ?????

      Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 13:14, par Content de nos guérisseurs les médecins
      En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

      Y a rien à voir dedans encore. La base n’a rien à voir dans ça. Ca ne concerne que les médecins (les docteurs). La Fonction publique hospitalière va tout simplement réparer un gros tord que l’Etat leur fait subir. Point barre ! Je ne suis pas du monde de la santé mais ça m’énerve quand je vois de petits infirmés jouer aux complexés insubordonnés et faux connaisseurs devant les docteurs leurs patrons. Tchrrrrr

      Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 18:04, par Devictor Ouedraogo
    En réponse à : Mise en œuvre de la Fonction publique hospitalière : Le gouvernement échange avec les syndicats du ministère de la Santé

    "Ne dit-on pas que prévenir vaut mieux que guérir". ( pour ne pas mettre en péril « l’avenir de nos enfants » ). Cc.. Ce nouveau projet demand les consiel des intelectuel et doctors qui ont la main dans cette domain. je voudrais demande que des apprentice soit present.

    Alfred Ouédraogo." Pour lui, le gouvernement ne devrait pas entrevoir cette réforme, juste comme un élément pour augmenter le salaire des agents de santé, mais pour améliorer l’ensemble du système sanitaire du Burkina Faso afin que les 18 millions de Burkinabè puissent en bénéficier".

    a Mr Ouedraogo, moi Devictor. O JE SUIS D’ACCORD ET JE CONFIRM.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés