Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Sana

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • mercredi 10 janvier 2018 à 14h35min
Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Sana

Les Burkinabè ont encore en images, ces affrontements sanglants à Karangasso-Vigué, commune rurale située à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale économique (Bobo-Dioulasso). Ces évènements douloureux ont été vécus dans le cadre de la mise en place de son Conseil municipal suite aux élections municipales générales de mai 2016. En lieu et place d’un exécutif local donc, Karangasso-Vigué enregistrera plutôt des morts et des blessés.

Heureusement, les nombreux efforts entrepris ont permis de réinstaurer un climat de compréhension et de fraternité. Mieux, à la faveur des élections partielles et complémentaires, et grâce à la détermination également des responsables de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de consolider la cohésion sociale, Karangasso-Vigué a pu se doter d’un Conseil municipal, bien en place à ce jour. En ligne de mire de l’équipe de Saïdou Sana, forte de 55 conseillers, la promotion de la cohésion sociale, de la fraternité et surtout la célérité dans les actions de développement pour minimiser le retard accusé. Pour prendre le pool de la situation, nous avons échangé avec le maire sur la vision de son Conseil municipal pour Karangasso-Vigué. C’était dans la journée de samedi, 6 janvier dans les locaux de la mairie de ladite commune.

Lefaso.net : Quelques mois après sa mise en place (et après tout ce que la commune a traversé dans le cadre des élections municipales…), comment se porte votre conseil municipal ?

Saïdou Sana : Permettez-moi de dire d’abord merci à votre organe pour l’intérêt qu’il accorde à notre commune en effectuant le déplacement jusqu’ici pour s’enquérir sur la situation qui prévaut à travers le fonctionnement de son Conseil municipal après tout ce que la localité a traversé comme difficultés.

Ceci dit, au niveau du Conseil municipal, il n’y a aucun problème. A notre première session, nous avons réuni 52 conseillers sur les 55 (il y avait trois qui étaient absents). A la deuxième session, en juillet, nous avons enregistré 53 présents et tout dernièrement, lors de notre session budgétaire, nous avons noté 51 sur les 55. Je peux donc dire qu’il n’y a aucun problème au sein du Conseil municipal.

Lefaso.net : Etes-vous satisfait de la marche actuelle de votre Conseil municipal ?

Saïdou Sana : On est tous satisfait du fonctionnement de l’exécutif local et actuellement, on est tous préoccupés par le travail ; parce qu’il y a beaucoup à rattraper. Au sein du Conseil municipal, chacun exprime clairement ses opinions lors des sessions. Ce qui fait qu’il y a des moments où on est obligé de passer par des votes ; ce qui n’est pas une difficulté, c’est la vitalité de la démocratie, à notre avis.

Lefaso.net : Karangasso-Vigué fait partie des communes qui ont conduit aux élections partielles et complémentaires. Donc, une des dernières collectivités à avoir mis en place son exécutif local. Quelles ont été les priorités tout de suite identifiées dès votre arrivée ?

Saïdou Sana : Aucune commune ne peut dire qu’elle ne connaît pas de difficultés en matière de gestion. Chez nous ici, la grosse difficulté, c’est la question d’eau potable. Cela a été notre priorité dès notre arrivée à la tête de la commune. Il y a des forages, des châteaux, mais ce n’est pas suffisant. Vous entendrez que la commune de Karangasso-Vigiué compte 25 villages. Mais, en réalité, il y a plus de 29 hameaux de culture qui s’ajoutent à ce chiffre. Mieux, il y a des hameaux de culture qui sont même plus peuplés que les villages officiellement reconnus. Ce qui a fait que nous avons déposé en 2012 une demande d’érection de 18 hameaux de culture en villages afin de pouvoir alléger certaines difficultés. Si je prends l’exemple du chef-lieu de la commune, Karangasso-Vigué, il compte plusieurs hameaux de culture autour dont certains sont situés à plus de 20 km.

Ces hameaux de culture sont même plus peuplés que le chef-lieu de la commune lui-même. Donc, la clé de répartition des investissements devient difficile. Si l’Etat accédait à notre requête d’ériger ces hameaux de culture en villages, cela allait nous aider énormément. C’est dans ce sens que nous avons identifié 18 hameaux de culture à ériger en villages et ce matin même, le commandant de la gendarmerie m’interrogeait sur le sujet et m’a demandé de passer pour qu’on échange.

L’autre priorité, c’est la santé. Nous avons 25 villages pour seulement huit CSPS (Centre de santé et de promotion sociale, ndlr). Mal répartis d’ailleurs entre les zones. En 2010, l’Etat avait promis de construire un CMA (centre médical avec antenne chirurgicale), mais ça n’a jamais été concrétisé, seule l’administration a été construite, sinon le reste, rien.

Côté éducation, on peut dire qu’il y a une avancée très considérable. Ce qui nous reste maintenant, ce sont les CEG (Collèges d’enseignement général) et/ou les Lycées. Sinon, dans la commune, ce sont au total 64 écoles primaires, neuf CEG et Lycées. A cela, s’ajoutent les CEG privés (sept au total), dont certains évoluent dans la clandestinité.

Lefaso.net : Pourquoi les avez-vous laisser s’installer, s’ils sont dans la clandestinité ?

Saïdou Sana : « Laisser installer », c’est trop dire. Moi-même, je me suis déplacé pour aller voir la directrice de l’enseignement (directrice régionale de l’enseignement des Hauts-Bassins) pour lui dire qu’il y a des CEG privés qui sont clandestinement installés. Et aussi, je suis arrivé à la tête de la commune tardivement (je suis à la tête de la mairie il y a seulement six mois et quelques jours). Donc, ces CEG étaient déjà installés quand le Conseil municipal entrait en fonction. Que faire donc, à partir du moment où je souhaite également l’enseignement pour ma commune et c’est pourquoi j’ai opté de m’approcher des responsables de l’éducation.

Lefaso.net : Que peut-on noter comme potentialités dans la commune de Karangasso-Vigiué ?

Saïdou Sana : Nos principales potentialités, ce sont l’agriculture, l’élevage et dans une moindre mesure, l’or...

Lefaso.net : … avez-vous des sites d’or dans la commune ?

Saïdou Sana : Oui, même si c’est encore artisanal. Je suis en train de batailler auprès des orpailleurs (responsables des sites, ndlr) afin qu’ils puissent contribuer au développement de la commune. Je ne peux pas comprendre qu’il y ait environ six sites d’or, mais que personne ne contribue au développement local. Donc, la fois dernière, nous les avons rencontrés ici même à la Mairie pour leur rappeler que nous avons arrêté quelque chose pour le développement de la commune. Et je dois leur dire merci parce qu’ils disent avoir compris et ont pris l’engagement de le faire. Ça fait dix sept ans que l’orpaillage est pratiqué ici, mais si on demande ce qu’ils ont pu apporter concrètement au développement local, rien.

Lefaso.net : En matière agricole, quelles sont les cultures dominantes à Karangasso-Vigué ?

Le maire, Saïdou Sana, et son premier adjoint, Zoumana Ouattara (en lunettes).

Saïdou Sana : Le maïs, le mil, le sésame, le niébé, le manioc, l’igname, le coton. On a aussi les cultures de contre-saison (chou, tomate, salade…), mais on n’a pas de points d’eau dans la commune (il y a une seule retenue d’eau). Ce qui fait qu’en décembre (2017), j’ai effectué un déplacement à Ouagadougou auprès de l’ONG Qatar Charity pour voir si elle peut nous aider avec des retenues d’eau. Si on avait ces retenues, ça aurait allégé beaucoup de choses ; les jeunes, au lieu d’aller sur les sites d’orpaillage, pouvaient même rester à côté de ces points d’eau pour travailler en attendant l’hivernage.

Lefaso.net : On sait aussi qu’orpaillage rime avec certains fléaux sociaux… Qu’en est-il chez vous ?

Saïdou Sana : Effectivement, nous les vivons aussi. Et même beaucoup. J’ai même déposé une demande au niveau du ministère de la sécurité pour demander la construction d’un commissariat. En décembre, je suis réparti pour relancer la demande. Si nous avons l’autorisation, le Conseil municipal saura comment faire pour la suite. On peut aussi convaincre les orpailleurs (responsables des sites d’exploitation) pour aider dans la réalisation.

Pourquoi j’ai demandé le commissariat ? En 2003, la Caisse populaire a été attaquée en pleine journée, à 9 heures par deux individus. Heureusement, ils n’ont pas pu avoir la caisse, ils ont trouvé que quelqu’un était venu faire un versement, donc ils sont partis avec cette somme et des téléphones-portables. La gendarmerie est située à vingt kilomètres d’ici (chef-lieu de la commune), sur la route nationale N°27 (axe Bobo-Diébougou, ndlr).

S’il y a attaque, c’est impossible qu’elle nous défende. Je sais qu’il y a des normes pour ériger ce genre de poste, mais j’ai pris la décision d’en faire la demande parce que le cas de Karangasso-Vigué est particulier. Normalement, la gendarmerie devrait être ici au chef-lieu de la commune, mais dans leur politique sécuritaire, les décideurs ont jugé de la mettre sur le grand axe. Il y a plusieurs attaques dans la zone, entre le chef-lieu de la commune et les sites d’or. Il faut dire que c’est l’arrivée des Koglwéogo qui a limité un peu le phénomène ; parce qu’ils ont pris deux chefs de gang pour les remettre à la gendarmerie qui les a déférés à Bobo-Dioulasso. Nous avons des Dozos ici et l’action conjuguée de ces deux groupes peut régler la préoccupation.

Lefaso.net : Dans certaines zones, la présence des sites d’or tire vers le bas la scolarisation des enfants. Est-ce le cas ici également ?

Saïdou Sana : Oui, c’est également le cas. Je sais qu’en novembre, il y a l’ONG Terre des hommes qui est venue ici s’entretenir avec nous sur cette problématique. Nous aussi, nous avons expliqué les actions que nous avons menées sur le sujet ; parce qu’il y a une association qui est venue nous voir, nous avons échangé et elle est allée sur les sites pour retirer les enfants. Malgré tout, il y en a sur les sites. C’est une préoccupation. Mais, comme je l’ai souligné aussi plus haut, s’il n’y a pas d’alternatives, on ne peut empêcher les enfants d’y aller (il n’y a pas d’autres occupations ; c’est pourquoi nous demandons les retenues d’eau).

Aussi, le vrai problème, ce sont les parents. On indexe les enfants alors que les vrais responsables, ce sont les parents. Un enfant a droit à une éducation, il ne doit pas être laissé à lui tout seul. C’est le manque à certaines obligations des parents vis-à-vis des enfants qui favorise aussi cette situation. Mais, si on a des points d’eau, ça va régler plusieurs préoccupations à la fois, dont cette préoccupation liée à l’orpaillage. Mieux, vous verrez que la population va gagner en santé parce qu’elle va manger bio, diversement et suffisamment de légumes et de fruits.

Lefaso.net : Au plan national, on enregistre un déficit alimentaire lié à la pluviométrie. Quelle est la situation alimentaire ici ?

Saïdou Sana : Sous réserve des données des services compétents en la matière, mes observations me font dire que la saison n’a pas été pas bonne. Mais, en matière de vivres, ça ne va pas manquer, même si ce ne sera pas comme les années passées. Personnellement, j’ai fait deux hectares de maïs et je n’ai récolté que onze sacs (pourtant, logiquement, ce devait tourner autour de 40 sacs). Partant de là, je peux dire que ça ne va pas. La pluie a bien démarré, mais elle ne s’est pas bien achevée. Je me demande si durant tout le mois d’octobre on a enregistré une seule pluie.

Lefaso.net : Parlons d’un aspect douloureux pour votre commune, la crise qui est survenue en juin 2016 dans le cadre des municipales générales et qui a fait des morts. Néanmoins, après des efforts…, un conseil municipal a été mis en place, il y a quelques mois. Aujourd’hui, quelle est la situation à Karangasso-Vigué ?

Saïdou Sana : C’est vrai que ceux qui sont loin, disent qu’à Karangasso-Vigué, il y a un problème entre autochtones et allogènes. Ce qui n’est pas vrai. A Karangasso-Vigué, il y a un problème, mais c’est seulement en matière politique. Sinon, je le répète, il n’y a aucun problème entre les communautés ici à Karangasso-Vigué. Et là, je suis tout à fait fier de vivre dans cette commune. Dans une vie de société, il ne peut pas ne pas ne pas y avoir des conflits d’intérêt. C’est une dynamique normale. Mais, les problèmes entre individus ne doivent pas être généralisés, extrapolés à toute la communauté. On attend dire qu’à Karangasso-Vigué, il y a un conflit entre les Vigué et les Mossés. C’est archi-faux. Seulement, il y a des gens qui utilisent des conflits personnels pour se faire une ascension politique. Nous voici ici, avec des personnes-ressources, des Vigué, dont le petit-frère direct du chef du village.

Il n’y aucun problème entre les communautés, il y a des querelles personnelles qui sont créées et utilisées pour parvenir à des fins politiques. Je pense que c’est la justice qui manque aujourd’hui au cas de Karangasso-Vigué. Il y a eu trois morts lors de la campagne électorale (juin 2016) et les familles attendent de connaître la vérité. C’est tout. Les gens vivent ensemble ici, chacun connaît les actes que l’autre a posés, il faut donc que la justice tranche pour situer tout le monde. Sinon, les gens vont toujours se regarder en chiens de faïence et cela n’est pas bien.

Lefaso.net : Beaucoup n’avaient pas parié sur Karangasso-Vigué pour la tenue d’une élection à la faveur de la reprise en mai 2017. Comment avez-vous réussi à surmonter les difficultés pour être à ce stade … ?

Saïdou Nana : Ça confirme ce que j’ai dit plus haut, comme quoi, à Karangasso-Vigué, il n’y a pas de problème entre communautés, ce sont des intérêts individuels qui ont enclenché le problème que nous avons connu. Ce n’est pas du miracle. Moi, je suis pauvre et il y a eu des localités qu’on n’a même pas pu parcourir pendant la campagne, parce qu’on n’avait pas de carburant. Donc, si les populations nous ont choisis malgré tout, c’est parce qu’elles estiment qu’on peut contribuer au développement de la localité au profit de tout le monde. Nous sommes-là, on fera ce qu’on peut et on laissera la place à d’autres personnes. Ainsi de suite…

Lefaso.net : Au regard de ce qui s’est passé, quels sont les mécanismes que vous avez mis en place pour éviter de replonger dans d’autres crises ?

Saïdou Sana : Tant que la justice n’a pas fait son travail, on ne peut pas mettre des mécanismes en place. Tout est entre les mains de la justice. Dans tout ce qui s’est passé, qui a raison ? Au stade actuel, personne. Donc, c’est la justice seule qui peut trancher et ramener un véritable rapprochement entre les positions. Sinon, dans notre Conseil municipal, il n’y a aucun problème. Sinon, on ne pouvait pas travailler. Le Conseil municipal s’est toujours réuni à plus de 50 conseillers (sur les 55). Ce sont des politiciens qui sont tapis dans l’ombre et qui créent tous ces problèmes. Il faut qu’on accepte la défaite en politique, c’est très important. Donc, la justice n’a qu’à faire son travail et tout le monde sera soulagé (même si moi, le maire, je suis fautif, qu’on me sanctionne et qu’on permette à la commune de continuer !).

Donc, je dis et le répète, il n’y a aucun problème d’ethnies à Karangasso-Vigué. C’est archi-faux. Il y a simplement un intérêt politique porté par un individu, qui est à la base de cette situation. On a arraché des femmes de Vigué dans la commune ici, sous motifs qu’ils sont du MPP... Mais, nous sensibilisons les gens pour leur dire de ne pas céder à des actes de provocation.

Lefaso.net : C’est dire qu’il y a néanmoins un mécanisme informel pour apaiser la situation !

Saïdou Sana : Oui, tous ceux qui viennent envers nous, nous leur disons de ne pas réagir aux provocations, de faire confiance à la justice et que tout va rentrer dans l’ordre. Tôt ou tard, la vérité va jaillir.

Lefaso.net : Sur ce plan, en tant qu’exécutif de la commune de Karangasso-Vigué, quel message avez-vous pour l’ensemble des populations ?

Saïdou Sana : C’est de dire que la division ne peut pas arranger notre commune. Les frustrations ne peuvent pas être bénéfiques à notre commune. Les affrontements n’arrangeront en rien la commune. Je demande donc à toutes et à tous, surtout aux ressortissants de Karangasso-Vigué qui sont à Bobo-Dioulasso, à Ouagadougou et ailleurs, de faire pardon et pour la cohésion sociale. Qu’on prône un discours d’union et de cohésion et qu’on dise surtout qu’au Burkina Faso, il n’y a pas de Burkinabè étrangers dans une autre zone.

Moi, je totalise 31 ans de vie dans cette commune avec un seul enfant, mais actuellement, j’en ai quinze et tous sont nés ici. Je demande donc à toutes et à tous de se donner la main pour construire la commune. Souvent, les gens considèrent mal les missions d’un élu local. Moi, en tant que maire, je me considère comme un manœuvre de la commune. Il faut écouter les populations et faire ce qu’elles souhaitent dans la commune. En tant qu’élus, vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez, ce sont des gens qui vous ont mandatés et, de ce fait, vous devez travailler selon leur volonté.

Je demande donc à tout le monde de se mettre ensemble et venir pour qu’ensemble, on construise cette commune. Ce qui est passé est passé, on ne peut plus y revenir ; la gendarmerie est venue faire ses enquêtes, il y a des documents à la justice et celle-ci fera son travail pour le bonheur de tous. Karangasso-Vigué est en retard, les autres communes ont commencé à travailler un an après avant que nous ne commencions.

En ce moment, moi, je ne mets l’accent que sur le travail ; il y a beaucoup à faire. Aux ressortissants, je leur demande, une fois de plus, de mettre du sien dans la promotion de la cohésion sociale, la construction de la commune. Nous avons des ressortissants qui sont de grands commerçants, de grands acteurs du public et du privé, mais la mobilisation pour la commune n’est pas effective. Peut-être qu’avec les considérations …, des gens ont peur de traiter avec le maire… En réalité, tout est ramené à la politique, ce qui rend la tâche difficile. Sinon, comment comprendre qu’on arrache la femme de quelqu’un pour l’obliger à rejoindre un autre parti politique et le forcer ainsi à quitter son parti politique d’origine ?

Lefaso.net : Je lisais tout de suite sur une pancarte à l’entrée, un message exhortant les populations à s’acquitter de leurs taxes. Comment jugez-vous le niveau de civisme fiscal dans la commune ?

Saïdou Sana : A ce niveau, il n’y a pas de problème ; ceux qui veulent payer s’acquittent librement et ceux qui sont réticents, on renforce la sensibilisation.

Lefaso.net : Quelle est votre capacité de mobilisation des ressources internes ?

Saïdou Sana : Cette année, on a frôlé de justesse les 20 millions comme fonds propres.

Lefaso.net : La décentralisation, ce sont aussi les jumelages. Avez-vous des projets de jumelage avec d’autres communes du Burkina et/ou de l’étranger ?

Saïdou Sana : Pas encore de jumelage, mais nous sommes dans la dynamique. J’ai entamé des démarches dans ce sens avec la commune de Léna et l’arrondissement N°4 de Bobo-Dioulasso. Je compte accélérer les choses dans ce sens également.

Lefaso.net : Quelle est la situation de Karangasso-Vigué en termes d’infrastructures économiques ?

Saïdou Sana : Nous n’avons pas, en tant que tel, de marchés construits par la commune. On a simplement construit des boutiques dans quelques villages de la commune, que nous avons mises en location, c’est le cas à Soumousso, à Karangasso-Vigué centre ici et d’autres en construction à Dan. On a plusieurs petits marchés par lesquels on perçoit des taxes. Mais, notre problème, ce sont aussi les infrastructures routières. On nous a promis qu’en 2018, il y aura la réalisation de pistes dans la commune. On attend de voir.

Lefaso.net : Et l’électrification ?

Saïdou Sana : Les poteaux sont érigés, le câblage est fait et on nous avait promis que juste après le 11 décembre (2017), ils allaient venir activer, mais jusque-là, il n’y a rien.

Lefaso.net : Quelques acquis engrangés depuis votre installation ?

Saïdou Sana : On a pu réaliser six nouveaux forages, on en a réhabilité six (et trois autres sont en cours). Nous avons doté des écoles de plusieurs tables-bancs et normalisé l’école Karangasso-Vigué B (qui n’est pas encore totalement achevée). Construction de salles de classes, renforcement des capacités matérielles du Conseil municipal, etc.

Lefaso.net : Autres défis en 2018 ?

Saïdou Sana : C’est la normalisation des écoles, la construction d’école dans de deux hameaux de culture. Il y a aussi la construction de CSPS…

Lefaso.net : A vous la conclusion de cette interview … !
Saïdou Sana : Nous souhaitons la paix, une paix qui va être le fruit de l’effort de tout le monde, une paix durable. Je souhaite qu’on regarde tous dans la même direction pour le bonheur de notre commune et l’épanouissement de nos enfants. Je pense qu’on doit avoir mieux à faire que de se perdre dans des querelles d’intérêts personnels et politiques. Ça ne sert à rien. Je souhaite une bonne année 2018 à l’ensemble des populations de Karangasso-Vigué. A l’ensemble des Burkinabè, je souhaite la santé, la paix, la sécurité, l’entente, la cohésion et la compréhension mutuelle.

Interview réalisée par Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 janvier à 20:55, par vigues En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Des Mossis viennent occuper illegalement les terres des Vigues par le truchement du pouvoir d’etat ,et vous voulez qu’on parle de paix .
    Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il y a bel et bien problème entre autochtones et allogènes », le maire, Saïdou Nana a menti .

    Répondre à ce message

    • Le 10 janvier à 23:59, par Sawadogo baradey En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

      Ce n’est pas par le truchement du pouvoir central que les mossis ont eu les terres, vous mentez vous aussi. Ce sont vous les vigués qui les leur avaient cédé soit en location ou en vente. l’État n’a rien à voir avec la crise que votre commune connaît, soyez sérieux un peu !
      Pour la mairie, je dirais que c’est le poids démographique des mossis dans la commune de karangasso vigue qui a permis à l’un des leurs d’être élu maire, mais rien d’autre.
      Je pense personnellement que les mossis, devraient éviter de se mêler des affaires politiques de leurs hôtes, les autochtones, quelque soit leur poids démographique dans les zones où ils se trouvent. Laissez les autochtones s’ occuper des affaires politiques de leurs communes et tout le monde y gagne.
      En ce qui concerne les vigués, il faut dire que sans leur hospitalité, nos parents n’allaient jamais pouvoir s’ installer dans la zone, à fortiori les surpasser en nombre, même s’ il est vrai que nul n’est étranger dans son propre pays.
      Mes chers parents mossis , déjà qu’on nous traite d’envahisseurs et d’occupants illégaux de terres à l’Ouest notamment, si nous devons en plus chercher à y occuper des postes électifs, ça serait des crises inutiles à n’en pas finir.
      Laisser les autochtones avec leur chose politique et tout le monde aura la paix !

      Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 11:57, par L’intègre En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

      Il faut éviter de jeter l’huile sur le feu, le Burkina n’en a pas besoin aujourd’hui. Les Burkinabè sont suffisamment meurtris aujourd’hui du fait des forces du mal pour se perdre dans des interventions comme ce que vous venez de faire. Ce que vous dites se vit partout, même entre vigués il y a des difficultés dans la gestion des terres et c’est normal. Chez moi même dans le centre-nord les Mossés se rentrent dedans parfois pour des questions de terres. Donc, on ne peut pas confondre cela à une question d’ethnie. Le problème aujourd’hui, et ce n’est pas à Karangasso seulement, c’est que la politique tire sur les ficelles de la division dans nos localités et c’est bien dommage. Il faut plutôt saluer l’esprit du maire et sa pondération. Moi j’encourage l’équipe du conseil municipal à ne pas baoisser les bras, il faut continuer dans vos efforts de développement, c’est cela l’essentiel et c’est cela qui intéresse les populations qui ne demandent qu’à boire, à manger, à se soigner, à s’éduquer et à dormir. Arrêtons les propos incendiaires cher internaute prédécesseur, car on récolte aussi toujours ce qu’on sème.

      Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 23:32, par SOME En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    cet interview n’est qu’une manoeuvre de plus pour nier le vrai fond du probleme. Ce monsieur evite le probleme de facon scandaleuse pour venir embrouiller les gens. Cette facon de faire n’est que la preuve qu’il y a probleme. Cette region est un test pour la cohesion sociale au burkina et qui risque de déclencher la guerre tribale qu’on tente de nous imposer depuis bien longtemps.

    le probleme existe bel et bien et il ne sert a rien de le nier : d’autres arrivent dans un lieu et imposent leurs visions aux autochtones qui les ont accueillis sans arriere pensée et sont traités avec grand mepris de l’accueil qui leur est offert il y a probleme. Et quand certains hommes politiques par esprit tribaliste cautionnent et encouragent ces comportements, etc, etc, il y a probleme ! On sait comment se sont installes ce qu’il appelle "hameaux de culture"
    Affirmer qu’ "il n’y a aucun problème d’ethnies à Karangasso-Vigué. C’est archi-faux." c’est lui qui dit quelque chose qui est archifaux.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 08:57, par On s’ en fout ! En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    C’est vous SOME qui voulez la guerre ethnique mais elle n’aura jamais lieu. Il y’aura des soubresauts qui seront toujours maîtrisés. A vous et vos semblables mossiphobes qui voient des problèmes partout, je vous assure que le Burkina est mieux que la représentation que vous en faites. Ce que vous appelez problème, n’en est rien, ce sont juste les corollaires des situations de fortes migrations. C’est comme ça partout dans le monde où une région abrite une forte communauté de migrants : les tensions sociales sont inévitables (on fait avec) .
    L’histoire des peuples est faite de migrations et de métissages. Aujourd’hui, à karangasso vigue, on parle d’autochtones et d’allogenes, dans 50 ans, ça ne serait plus le cas.
    Mais en attendant mon cher compatriote, vous pouvez aller chasser les mossis de cette région pour qu’on en parle plus.

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 17:09, par vigues En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

      Meme revetu d’une protection magique ,aucun peuple n’ ira chercher un lendemain meilleur chez les mossis. Vous etes les seuls a taper a toutes portes dans la mendicite . et desqu’on prend soin de vous en vous donnant un lopin de terre ,en retour ,on obtient la domination, la guerre. Le peuple Vigue recolte aujourd’hui les pots casses de sa generosite envers les mossi. Par recurrence, le cas de Karangasso Vigue doit servire de lecon pour tout le grand ouest et sud-ouest et meme au dela . Il appartient a toutes les chefs coutumiers de la region de mettre leur force ensemble et braver l’envahisseur .

      Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 15:27, par SOME En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

      mon cher "on s’en fout" : bien je te comprends que tu t’en foutes. Ton intervention n’est qu’une illustration que j’ai raison. Tu ne fais qu’avancer des elements generaux sans reellement me fournir quelque argument qui me fasse changer d’avis que les mossis ne reagissent pas de facon positive toutes les fois qu’on les accueille quelque part et qu’ils se sentent en un certain nombre. Et cela tant bien a l’interieur du burkina qu’a l’exterieur.

      Je comprends que tu sois agacé que je te dise ce que l’on vit au burkina, mais souffre que je le dise et je m’en fous que tu me traites de mossiphobe : moi je defends mieux cette cohesion sociale et le vrai burkina que toi qui fais la politique de l’autruche, a te bander les yeux et a jouer a l’hypocrite. La cohesion sociale ne se decrete pas : elle se vit tous les jours au quotidien, de par nos comportements. Au burkina la cohesion sociale est devenue plus que fragile surtout depuis que Blaise compaore dans sa panique pour garder son pouvoir suite a sa trahison, a voulu a detruire tout ce qui avait ete demarré sous la revolution, et principalement donner un esprit une mentalité au dela des instincts tribaux. Blaise a survecu en instaurant le tribalisme a partir des mossi du centre (ouaga) autour du moro naba, etc. Cela on le sait. et on voit bien toutes les tentatives pour imposer la culture mossi aux autres peuples du burkina en se servant du moro naba. S’il y a un seul mal que Blaise nous a fait au burkina, c’est d’avoir reussi a instiller cet esprit de tribalisme et de pourriture morale dans l’esprit des burkinabe. Des reactions de ton genre me confirment que le mal s’est vraiment installé.

      L’histoire des migrations, tu ne me l’apprends pas. Et c’est justement a partir de ces experiences historiques qu’il faut eviter les problemes a venir. Mais avec des cecites politiques comme ta reaction : oui il y a des soubresauts qui seront maitrises, les tensions sociales sont inevitables, c’est normal, "...ce sont juste les corollaires des situations de fortes migrations. C’est comme ça partout dans le monde où une région abrite une forte communauté de migrants" etc, bref des poncifs sans la moindre reflexion anthropologique ou sociologiques ou autres ; c’est purement de la mauvaise foi de ta part. Connais tu reellement comment se comportent les mossi quand ils sont accueillis quelque part ?

      Tu prends cette position croyant que l’on ne comprend pas que c’est parce que les mossis ont manigancé comme ils en ont l’habitude, pour prendre le dessus et tu cries qu’on est tous burkinabe. C’est parce qu’on est tous burkinabe qu’on les a accueillis si génereusement. Quel autre peuple serait accueilli chez des mossi dans le yatenga ou autre contrée mossi avec tant de bienveillance et qui oserait avoir l’outrecuidance de reagir comme le font les mossi ? les mossi de par une mentalité imperialiste vehiculée par quelques individus tribalistes creent le probleme là où on les accueille. Ca c’est des realites vecues et non pas tes idees subjectivistes. Le burkina n’appartient pas plus a quelque autre personne ni peuple, fut-il le plus nombreux. L’état nation n’est pas une quantité mais une qualité vecue dans les actes les plus banals du quotidien : ce n’est pas une affaire de discours.

      Qu’un soi-disant intellectuel comme ablassé ouedraogo ne se gene pas pour l’affirmer et le revendiquer, que meme un certain soi-disant sankariste boukare dit le lion se laisse prendre dans cette mentalité, cela pose une question de fond. De plus on connait l’histoire du pays depuis la haute volta jusqu’au burkina...Ne viens paas raconter des histoires ici. Sankara est mort car il n’etait un "pur mossi" (on se croirait dans un certain reich) alors que justement il cherchait de depasser ces instincts gregaires pour creer un etat nation ou on est d’abord etre humain et burkinabe avant d’etre mossi, dagara, gurmantché ou dioula, etc Blaise est venu deconstruire tout ca. On dit des choses sur des acquis et non pas sur des reactions epidermiques sans aucune argumentation, ni objectivité.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 10:24, par goulgoulé En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Des arrestations arbitraires..., des ports illégaux d’armes... , des pillages des terres et des ressources, des ménaces, etc, le tout couronné par l’aveuglement de la justice.....Bref.
    Le pouls de l’actualité laisse t-il entrevoir une "Palestination du Burkina ?" Je me demande toujours.
    Dieu ne sauvera pas le Burkina. Seul les Hommes intègres pourront restaurer les valeurs morales, qui autre fois nous unissaient. On sait quand un conflit commence, mais jamais quand il s’arrêtera.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 10:54, par Omer En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Ce problème c’est le même que les Burkinabés (mossi) créent en Côte-d’Ivoire. Tu arrives dans une localité, ils t’accueillent sans arrière-pensée et toi parce que vous êtes devenus plus nombreux ou assez nombreux, tu veux commander. On dirait que la gentillesse des gens est synonyme de faiblesse dans cette culture. Il faut être méchant, sournois et dure et obtenir par la force ce qu’on veut dès qu’on a la possibilité. Je trouve ça triste. A l’ouest les gens ne vendait des terres, Ils les donnait majoritairement. Voyez le problème des burkinabés dans la forêt classée en RCI. Vous êtes à l’étranger et vous vous entêter à occuper illégalement une forêt classée en prenant des armes ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 11:09, par Traoré Drissa En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Merci à Fasonet de nous donner les échos de cette commune et bravo surtout au maire pour ses propos de conciliation avec en toile de fond un problème qu’il pose clairement. Contrairement à ce qu’on peut penser, le monsieur a clairement posé un problème et invité les autorités à s’y mettre pour le résoudre et en mettant en avant le rôle des ressortissants de la commune vivant ailleurs. Il faut le dire net, il n’y a pas lieu de fuir les problèmes et le maire a dit quelque part dans l’interview que des tentatives de provocations existent mais que le conseil municipal essaie de calmer les choses. Il a aussi dit que la justice est attendue. C’est un donc un problème de fond qu’il aborde intelligemment pour raisons de tout ce qui s’est passé. Si tant est vrai que Karangasso-vigué est un test en ce qui concerne la cohésion sociale au burkina, cette interview du maire doit être saisie comme opportunité pour traiter sans passion le problème. Bravo au maire et à son équipe.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 12:35, par tchienfô En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Il était temps de nous donner les nouvelles de Karangasso-vigué après tout ce qui s’est passé et surtout après la dissolution du conseil municipal de Saponé. Il faut plutôt saluer le maire et l’ensemble des conseillers pour leur esprit de préservation de la cohésion sociale. Ceux qui ignorent la vie en pensant que s’il y a conflit ils seront les gagnants doivent se ressaisir. Attention, sachez tirer leçons de la vie, chers frères. Vos propos et votre esprit que vous semez vont forcement vous rattraper (vous, vos enfants, vos petits enfants). Si vous prônez du bien, vous allez le récolter, tôt ou tard. si vous prônez le mal, vous allez le récolter, tôt ou tard.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 12:47, par ouattara En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Courage et bon vent à la commune de karangasso-vigué. En tant que ressortissant de la localité, j’apprécie le retour au calme et les sacrifices au développement. J’invite mes frères et soeurs ressortissants à se donner la main pour faire avancer les choses dans le bon sens. Il n’y a rien à gagner dans une crise.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 13:22, par vicky En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Tous ceux qui disent que le maire a dit faux en disant qu’il n’y a pas de conflit entre autochtones et allogènes voulaient qu’il dise quoi ? Pensez-vous qu’un homme responsable peut clamer ce que vous pensez ? Vous aussi, un peu de bon sens quand même ? Il faut éviter de tomber dans certains travers. Le maire a fait une belle intervention parce quand vous lisez l’interview, vous comprenez tout de suite qu’il a dit peu pour suggérer beaucoup de choses à régler pour le bien de tous, pas pour un seul individu ou pour un groupe, mais pour tout le monde. Il faut arrêter ces esprits lugubres et travailler à rassembler et cela commence par les propos que chacun tient. Notre pays souffre déjà avec les terroristes et ces nombreuses difficultés de la vie quotidienne, ok ! C’est de notre intelligence que le Burkina a besoin actuellement.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 15:07, par KING En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Nana

    Donnez correctement le nom de famille du maire c’est SANA ou NANA

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 09:49, par hehe En réponse à : Karangasso-Vigué : « Je dis et le répète, il n’y a aucun problème entre autochtones et allogènes », soutient le maire, Saïdou Sana

    A lire cet interview, je ne peux m’empêcher de réagir en :
    1) Appeler les uns et les autres a l’apaisement des cœurs qui doivent vibrer à l’unisson pour le développement de cette vaste commune (la plus vaste et la plus peuplée de la Province du HOUET).
    2) féliciter ce jeune conseil municipal à redoubler d’effort au travail , à la cohésion pour chasser la pauvreté économique et sociale (sources de nos frustrations) dans cette commune dont le capital humain est un grand atout.
    3) Prier nos intellectuels et ressortissants d’être des vecteurs de mobilisation pour soutenir la Commune.
    4) Au conseil Municipal de travailler à sauvegarder et valoriser toutes les cultures traditionnelles des communautés qui y vivent car c’est le fondement et le socle sur lequel nous vivons (je suis traditionaliste peut être...). La perte culturelle (l’acculturation) est souvent explosive un peu partout dans le pays surtout quant on ne peut pas l’exprimer.
    5) Inviter tout un chacun à accepter notre HISTOIRE et en tirer profit pour l’AVENIR de nos populations.

    Enfin n’oublions pas que pouvoirs politique et économique sont toujours imbriqués et que ce sont les peuples qui en sont les acteurs principaux.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
Marche du 29 novembre 2018 : Paul Kaba Thiéba charge les organisateurs
CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT : Pour un secteur plus compétitif et plus professionnel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés