Côte d’ivoire : Des tirs entendus dans l’enceinte de la 3e région militaire de Bouaké

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • vendredi 5 janvier 2018 à 14h57min

Dans la nuit du jeudi au vendredi 5 janvier 2018, des échanges de tirs ont été entendus au niveau du camp du 3ème bataillon de Bouaké. Cet affrontement entre les militaires et les éléments du Centre de coordination des opérations décisionnelles (CCDO) fait état un d’un blessé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Côte d’ivoire : Des tirs entendus dans l’enceinte de la 3e  région militaire de Bouaké

Selon les sources, dans la nuit du vendredi 5 janvier, entre 1h et 3h du matin, des échanges de coups de feu ont eu lieu entre les militaires et les éléments du Centre de coordination des opérations décisionnelles (CCDO) autour du troisième bataillon militaire d’infanterie, situé dans le quartier Sokoura, au nord de la ville. Difficile de connaître les vrais raisons de cet affrontement, mais certaines sources militaires confient que les hommes du CCDO sont des « espions ». Et ce serait dans l’intention d’éloigner ces derniers de leur caserne, que les combats ont éclaté.

Du côté du ministère de l’intérieur, on soutient qu’ : « Il n’y a rien de grave » et on qualifie même cet accrochage entre les forces de défense et de sécurité ivoirienne d’un simple « incident. La ville aurait retrouvé son calme et selon les informations, jusqu’à 8h00 heure locale, aucun mouvement de militaires n’était visible au centre-ville.

Notons que cet incident intervient après que le ministre ivoirien de la défense, Hamed Bakayoko, eut assuré la veille, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de présentation de vœux au président Alassane Ouattara qu’« il n’y aura plus de mutinerie en 2018 ». On ose espérer qu’il s’agit s’un simple accrochage et que les forces de défense et de sécurité vont tenir la promesse faite au chef de l’Etat et à la population.

En rappel, le 06 janvier 2017, la Côte d’Ivoire a été secouée par une mutinerie d’un certain nombre soldats qui ont paralysé plusieurs villes, notamment à Abidjan et à Bouaké, pour réclamer 12 millions de francs CFA de primes.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Sources : Afrique- sur 7.fr ; Africatime.com et Abidjan.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 janvier à 15:22, par Etat failli
    En réponse à : Côte d’ivoire : Des tirs entendus dans l’enceinte de la 3e région militaire de Bouaké

    La Côte d’Ivoire est un Etat failli depuis, c’est clair.
    Le reste, ADO est là pour servir la France (même tous ces tirs servent à renforcer la présence des sociétés militaires privées françaises qui sont là depuis à se faire de l’argent sur les dettes colossales de la Cote d’Ivoire empruntées au FMI). Après tout ce gâchis, ADO se tirera à Paris avec sa compagne, et la boucle est bouclée comme avec Houphouët, et alors il faut trouver un autre valet local de la France, et on recommence. Pauvres ivoiriens ! La population n’a même pas la clairvoyance de voir que leurs problèmes c’est la France, au lieu de tuer gratuitement les étrangers Africains.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés